À Mossoul, faire revivre la vieille ville après les douleurs de la guerre

Au total, l'Unesco a mobilisé 110 millions de dollars. (Photo, AFP)
Au total, l'Unesco a mobilisé 110 millions de dollars. (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Mercredi 09 mars 2022

À Mossoul, faire revivre la vieille ville après les douleurs de la guerre

  • Grâce à l'Unesco et son initiative «Faire revivre l'esprit de Mossoul», plusieurs chantiers sont en cours, financés notamment par les Emirats arabes unis et l'Union européenne
  • En attendant une reconstruction à l'identique, les vestiges les plus fragiles sont conservés dans un entrepôt

MOSSOUL : Au pied d'un minaret du XIIe siècle, les ouvriers s'activent entourés par les briques et l'albâtre sauvés des destructions jihadistes. Pour faire revivre la vieille ville de Mossoul, métropole du nord de l'Irak, on reconstruit mosquées, églises et maisons centenaires.

Avec ses rues tortueuses, le quartier était l'ultime réduit où les combattants du groupe Etat islamique (EI) s'étaient repliés, livrant une résistance acharnée aux forces irakiennes qui avaient reconquis la ville à l'été 2017.

Grâce à l'Unesco et son initiative "Faire revivre l'esprit de Mossoul", plusieurs chantiers sont en cours, financés notamment par les Emirats arabes unis et l'Union européenne.

Sur l'esplanade de la mosquée al-Nouri, seule subsiste la base d'un minaret penché de 850 ans, surnommé Al-Hadba, "la bossue", et recouvert d'une bâche de protection.

"Al-Hadba est le symbole de Mossoul", confie Omar Taqa, un ingénieur qui supervise les travaux pour l'Unesco. "Tous les habitants espèrent revoir le minaret tel qu'il était."

Le site avait été détruit en juin 2017, l'armée irakienne accusant les jihadistes d'y avoir placé des explosifs.

Seule la partie centrale de la mosquée, coiffée d'un dôme, a survécu, coquille vide sur des arches soutenues par des cales en bois. Surmontant les colonnes de marbre gris, des notes de bleu rehaussent les entrelacs des chapiteaux.

"On y a retrouvé 11 mines prêtes à être activées", se souvient l'ingénieur. "Certaines dissimulées à l'intérieur des murs."

Après avoir déblayé 5 600 tonnes de gravats, la reconstruction du minaret – qui restera penché – débute à la mi-mars. Puis les travaux de la mosquée commenceront cet été. Le site devrait être restauré fin 2023.

«Tout le monde a souffert»

En attendant une reconstruction à l'identique, les vestiges les plus fragiles sont conservés dans un entrepôt.

Il y a les fragments d'un Mihrab, une niche indiquant la direction de la Mecque. Mais aussi les pièces d'un Minbar, chaire pour le prêche sur laquelle était monté l'ancien chef de l'EI pour proclamer son "califat" en 2014.

Des briques en terre cuite sont alignées sur des étagères. 45 000 seront réutilisées, soit un tiers de la structure originelle du minaret, explique M. Taqa.

Le site recèle encore bien des surprises. En janvier, les autorités ont annoncé avoir découvert sous terre une salle de prière du XIIe siècle.

Au total, l'Unesco a mobilisé 110 millions de dollars. Outre Al-Nouri, deux églises sont en travaux – Al-Tahira et Notre-Dame de l'Heure –, avec une centaine de maisons ainsi que l'école du quartier.

Confiés à des entreprises locales, les chantiers ont permis la création de 3 100 emplois, dont la moitié occupés par des jeunes ayant bénéficié d'une formation pour les métiers du patrimoine et de restauration du bâtiment, selon l'agence onusienne.

Autrefois, dans la vieille ville, Azhar vendait des fruits sur une charrette. Il est aujourd'hui ouvrier sur le chantier d'Al-Nouri.

"Les maisons, les rues, étaient détruites, les gens étaient déplacés dans des camps", confie l'homme de 48 ans, père de cinq enfants.

"Tout le monde a souffert. Il y a ceux qui ont perdu des proches, ceux qui ont perdu leur maison, leur échoppe, leur voiture."

Sous les exhortations de ses camarades, il refuse de parler de son épouse décédée, une blessure encore à vif.

«La maison des grands-parents»

Malgré des bâtisses à moitié écroulées, la normalité a repris ses droits. Cafés, ateliers et boulangeries ont rouvert.

Au détour d'une allée, deux femmes choisissent des tomates et des haricots chez le primeur, à quelques pas d'ouvriers affairés autour d'une bétonnière.

Ruelle après ruelle, des maisons sont bientôt finies. Certaines ont entre 100 et 150 ans. A travers le dédale de terrasses et de cours intérieures, on retrouve d'élégantes façades en albâtre, sculptées de motifs d'inspiration ottomane.

"Il y a 44 logements pratiquement terminés, ils seront livrés fin mars", indique l'ingénieur Mostafa Nadhim. Encore 75 autres doivent être reconstruits d'ici la fin de l'année.

Le projet comprend la réhabilitation des infrastructures: "câbles électriques, lampadaires, canalisations d'eau, et le pavement des rues", ajoute M. Nadhim.

Depuis quelques mois, Ikhlas Salim s'est réinstallée chez elle. Après la guerre, la bâtisse était entièrement détruite. La restauration a eu un effet "thérapeutique".

"C'est la maison des grands-parents", confie la femme de 55 ans. "On avait perdu l'espoir d'y revenir."

Dans la cour, le linge sèche au soleil, étendu sur une corde. Ikhlas réchauffe des fèves pour ses deux garçons, qui rentrent déjeuner pour la pause de midi. Ils ont travaillé toute la matinée sur des chantiers dans le quartier.


Canicule en Grèce: l'Acropole d'Athènes et d'autres sites archéologiques partiellement fermés

 Plusieurs sites archéologiques en Grèce, dont l'Acropole d'Athènes, ont fermé leurs portes aux heures les plus chaudes de la journée jeudi, selon le ministère de la Culture. (AFP)
 Plusieurs sites archéologiques en Grèce, dont l'Acropole d'Athènes, ont fermé leurs portes aux heures les plus chaudes de la journée jeudi, selon le ministère de la Culture. (AFP)
Short Url
  • Les touristes ne pouvaient pas visiter le Parthénon et autres chefs-d’œuvre antiques au sommet de l'Acropole entre 12h00 et 17h00 locales
  • Dans le centre d'Athènes, le thermomètre a grimpé jusqu'à 42°C en milieu de journée

ATHENES: Plusieurs sites archéologiques en Grèce, dont l'Acropole d'Athènes, ont fermé leurs portes aux heures les plus chaudes de la journée jeudi, selon le ministère de la Culture, alors que la première vague de forte chaleur de l'année a vu le thermomètre grimper à plus de 44°C localement.

Pour la seconde journée consécutive, les touristes ne pouvaient pas visiter le Parthénon et autres chefs-d’œuvre antiques au sommet de l'Acropole entre 12h00 et 17h00 locales (09h00 à 14h00 GMT), a précisé le ministère grec de la Culture.

Dans le centre d'Athènes, le thermomètre a grimpé jusqu'à 42°C en milieu de journée.

Des températures encore plus élevées ont été enregistrés sur l'île de Crète (44,5°C près de La Canée) et dans la péninsule du Péloponnèse (43,9°C à Kranidi), selon le site meteo.gr de l'Observatoire national d'Athènes.

Le centre du pays était également écrasé de chaleur alors que les autorités grecques ont invité la population à la plus grande prudence.

"Dans le cadre des mesures de protection contre les dangers" découlant de la chaleur, plusieurs sites archéologiques de Crète, du Dodécanèse (sud-est), des Cyclades, du Péloponnèse (sud-ouest) sont également fermés durant les heures les plus chaudes, selon la même source.

D'autres sites mondialement connus, comme Delphes, Olympie ou Knossos, restent ouverts sans interruption, a précisé le ministère.

La Grèce, pays méditerranéen coutumier des canicules, connaît de fortes chaleurs depuis plusieurs jours qui, si elles se sont répétées ces dernières années, ne sont jamais intervenues aussi tôt dans le mois de juin, selon des météorologues.

Le ministre de la Crise climatique et de la Protection civile, Vassilis Kikilias, a également mis en garde contre les risques d'incendie en raison de vents forts qui pourraient souffler sur une partie de la Grèce.

Il a précisé que la Protection civile était en "état d'alerte".

Le risque d'incendie sera "très élevé" vendredi dans dix régions, dont l'Attique qui entoure Athènes, a également prévenu son ministère.

Les températures devraient toutefois redescendre à partir de vendredi.

La fermeture partielle de l'Acropole a fait des déçus parmi les touristes.

"J'ai essayé de chercher des informations, il y avait la police heureusement qui nous a dit que c'était à cause de la canicule", expliquait mercredi Massimo Martina, un marchand d'art italien, en visite. "Nous essaierons probablement de venir tôt (demain) matin et j'espère que nous pourrons" entrer, a-t-il ajouté.

L'Acropole d'Athènes, le site le plus visité de Grèce avec près de 4 millions de visiteurs en 2023, avait déjà dû fermer ses portes en juillet 2023 lors d'un épisode caniculaire de deux semaines, inédit dans sa durée.

La Grèce avait alors été frappée par des incendies ravageurs qui ont détruit 175.000 hectares.


Jean-Paul Gaultier dévoile ses premiers pas dans le cinéma d'animation

Les premières images, des ébauches pas encore animées, laissent apparaître l'influence Gaultier: dans les tenues bien sûr, mais aussi les personnages. (AFP).
Les premières images, des ébauches pas encore animées, laissent apparaître l'influence Gaultier: dans les tenues bien sûr, mais aussi les personnages. (AFP).
Short Url
  • "J'ai été flatté qu'on pense à moi": l'idée a séduit immédiatement le couturier de 72 ans, retiré des podiums depuis 2020, lorsque le studio franco-belge nWave l'a abordé pour lui proposer de collaborer sur un film d'animation  
  • "Dans l'animation on peut rendre tout, même l'impossible, c'est ça qui est formidable", confie Jean-Paul Gaultier à l'AFP en marge du Festival international d'Annecy, rendez-vous incontournable de la profession

ANNECY: On le savait cinéphile, costumier pour le 7e art, Jean-Paul Gaultier fait son entrée dans le cinéma d'animation, en tant que directeur artistique d'un long métrage, dont de premiers visuels ont été dévoilés jeudi au Festival d'Annecy.

"J'ai été flatté qu'on pense à moi": l'idée a séduit immédiatement le couturier de 72 ans, retiré des podiums depuis 2020, lorsque le studio franco-belge nWave l'a abordé pour lui proposer de collaborer sur un film d'animation  qui plonge le spectateur dans le monde de la mode.

"Dans l'animation on peut rendre tout, même l'impossible, c'est ça qui est formidable", confie Jean-Paul Gaultier à l'AFP en marge du Festival international d'Annecy, rendez-vous incontournable de la profession.

"L'approche du trait, une silhouette, une ligne": cette technique cinématographique "correspond plus à ce que je connais" par rapport aux films en prise de vues réelles, ajoute le "directeur artistique" de ce projet lors de sa présentation au public.

Le travail, sous la direction du réalisateur Benoît Philippon, a commencé il y a environ un an et demi et en est encore dans ses débuts: le film, qui n'a pas encore de titre, est annoncé pour début 2027.

Matthieu Zeller, président du studio nWave ("Le Voyage extraordinaire de Samy", "Bigfoot Family", "Les Inséparables") a raconté comment, lors de leurs premières rencontres, Jean-Paul Gaultier a très vite imaginé pouvoir "faire le défilé dont (il a) toujours rêvé dans la vraie vie".

C'est lui qui présente alors à Jean-Paul Gaultier le scénario de l'écrivaine Emilie Frèche: l'histoire d'une mite qui rêve de faire de la haute couture, loin de son destin de faiseuse de trous dans les pulls. Un univers à la fois réaliste, contemporain, et mêlant le monde des humains et des insectes.

« Fantaisiste »

"Il amène énormément, non seulement des idées visuelles et graphiques, mais aussi un esprit, une vision de la mode qui est formidable, qui est très cinématographique et aussi très accessible", se réjouit M. Zeller, dont le studio, spécialiste reconnu de la 3D numérique, fête ses 30 ans cette année.

Les premières images, des ébauches pas encore animées, laissent apparaître l'influence Gaultier: dans les tenues bien sûr, mais aussi les personnages. L'un est par exemple inspiré par l'actrice Rossy de Palma, qui fut une des muses du créateur, un autre par l'homme à la marinière lui-même, sous les traits d'un "mythe" de la mode installé Avenue Montaigne à Paris. La capitale où monte l'héroïne pour tenter de réaliser ses rêves.

"Jean-Paul nous amène des anecdotes drôles, des idées qui sont hyper adaptées à l'animation", souligne Matthieu Zeller auprès de l'AFP. "On ne pourrait pas faire ce film avec quelqu'un d'autre que lui, et son regard libre, fantaisiste, pas sérieux", qui se prête parfaitement à l'animation grand public.

Jeau-Paul Gaultier a eu "une espèce de coup de foudre" pour le projet. "J'essaye de m'adapter, et de voir, d'après les techniques possibles, jusqu'où on peut aller" dans l'animation, dit-il. Il se reconnait aussi dans le récit initiatique et de comédie d'aventure.

"Dans le scénario, il y avait des tas de choses qui me correspondaient, dans la vision de montrer les différents types de beauté, les différences. Ca me concerne et c'est ce que j'ai toujours un peu fait dans mes défilés", souligne-t-il.


Le photojournaliste Mohammed Salem revient sur sa photo primée, Une femme palestinienne serrant dans ses bras le corps de sa nièce

Le photojournaliste Mohammed Salem revient sur la photo qui lui a valu le prix World Press Photo of the Year 2024. (Fournie)
Le photojournaliste Mohammed Salem revient sur la photo qui lui a valu le prix World Press Photo of the Year 2024. (Fournie)
Short Url
  • «Comme mes trois frères, j’aime la photographie depuis que je suis tout petit et je rêvais de devenir photographe»
  • «Comme mes trois frères, j’aime la photographie depuis que je suis tout petit et je rêvais de devenir photographe»

DUBAÏ: Le photojournaliste Mohammed Salem revient sur la photo qui lui a valu le prix World Press Photo of the Year 2024. 

«Je suis né à Gaza et je travaille dans le domaine du journalisme depuis vingt ans. Comme mes trois frères, j’aime la photographie depuis que je suis tout petit et je rêvais de devenir photographe. Dans des périodes comme celle que nous traversons aujourd’hui, cet art nous permet de partager notre message au monde. Il permet aux gens de nous voir et de voir ce qui nous arrive. 

photo
Le photojournaliste Mohammed Salem revient sur la photo qui lui a valu le prix World Press Photo of the Year 2024. (Fournie)

Je considère que la guerre actuelle à Gaza est sans précédent. Je ne saurais concevoir qu’il nous arrive quelque chose de plus difficile. Rien n’a été épargné: pas un rocher, pas un arbre, pas un être humain, pas un enfant. Les difficultés que nous avons endurées sont inimaginables. 

Je travaillais lorsque j’ai appris que mon frère, mon pilier, avait été martyrisé. La plupart de mes cousins ont subi le même sort et les maisons de mes frères ont été détruites. La mort était tellement proche de nous. 

Cette photo a été prise à l’hôpital Nasser à Khan Younès. Je vivais dans cet établissement, car j’avais été déplacé. Enveloppée dans un tissu blanc, l’enfant tuée que vous voyez est étreinte par sa tante. Elle est venue à l’hôpital pour voir qui dans sa famille était encore en vie. Il y avait beaucoup de sang sur le sol et elle courait dans tous les sens, folle de rage. Lorsqu’elle a trouvé l’enfant, elle l’a portée dans un coin de la pièce et l’a serrée très fort dans ses bras. Je n’avais jamais vu une étreinte aussi forte. Il me semblait que c’était le grand amour entre elles deux. 

De nombreuses images violentes de Gaza ont été diffusées, mais une image comme celle-là touche le cœur des gens. Quand on la regarde, on a mal au cœur. Le prix m’a été décerné alors que j’éprouvais de la tristesse: je n’étais pas heureux, car je n’avais pas le temps de l’être compte tenu de l’environnement dans lequel je me trouvais. Mais ma plus grande joie est que cette image a été vue par des gens du monde entier.» 

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com