A Mossoul ravagée par la guerre, la jeunesse irakienne fait son cinéma

Des étudiants d'une école de cinéma travaillent sur une scène avec une actrice déguisée en mariée, dans la ville de Mossoul, ravagée par la guerre, dans le nord de l'Irak, le 15 décembre 2021. (Photo, AFP)
Des étudiants d'une école de cinéma travaillent sur une scène avec une actrice déguisée en mariée, dans la ville de Mossoul, ravagée par la guerre, dans le nord de l'Irak, le 15 décembre 2021. (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Samedi 25 décembre 2021

A Mossoul ravagée par la guerre, la jeunesse irakienne fait son cinéma

  • Dans la métropole du nord de l'Irak, qui porte les stigmates de la guerre contre le groupe Etat Islamique (EI), un Département cinéma a vu le jour, fruit de la collaboration entre un théâtre belge, l'UNESCO et l'Institut des Beaux-Arts mossouliote
  • Suivant un cursus de quatre mois, les 19 étudiants et étudiantes ont pour la première fois écrit et réalisé neuf courts-métrages, accompagnés par des professeurs venus de Belgique ou encore d'Allemagne

MOSSOUL : Soulevant un pan de sa robe blanche, la mariée escalade les décombres au milieu des ruines du Vieux Mossoul. "Action!" lance l'apprenti-réalisateur, un étudiant irakien tout juste initié au cinéma dans l'ancien bastion jihadiste.

Dans la métropole du nord de l'Irak, qui porte les stigmates de la guerre contre le groupe Etat Islamique (EI), un Département cinéma a vu le jour, fruit de la collaboration entre un théâtre belge, l'UNESCO et l'Institut des Beaux-Arts mossouliote.

Suivant un cursus de quatre mois, les 19 étudiants et étudiantes ont pour la première fois écrit et réalisé neuf courts-métrages, accompagnés par des professeurs venus de Belgique ou encore d'Allemagne.

"L'idée était de leur apprendre comment écrire un scénario, jouer dans un film, faire le montage", résume Milo Rau, directeur artistique du théâtre NTGent, à Gand, en Belgique, et initiateur du projet.

Caméra sur l'épaule et perche à micro à la main, ces jeunes tout juste sortis de l'adolescence ont arpenté les rues pour raconter les blessures de Mossoul et les maux de la société.

Dans la chaude lumière de décembre enveloppant les ruines du Vieux Mossoul, Maryam en robe de mariée sort d'une maison à moitié écroulée, balayant l'horizon d'un regard douloureux à la recherche de son mari.

Sorti fumer une cigarette, Muhanad va marcher sur une mine.

Des enfants s'attroupent, des femmes du quartier s'arrêtent l'air amusé pour observer le tournage. Un voisin récalcitrant allume son générateur et refuse de l'éteindre.

"On perd la lumière", lance régulièrement un des enseignants, pressant les étudiants qui enchaînent les scènes à mesure que le soleil baisse.

Fast and furious

Avant le tournage, Mohammed Fawaz, 20 ans, revoit le maniement de la caméra et discute mise au point avec son professeur Belge Daniel Demoustier.

L'étudiant en théâtre rêve d'être acteur. Il découvre pour la première fois les coulisses du septième art.

"J'aime le cinéma depuis longtemps", confie-t-il, citant avec candeur parmi ses références les productions Marvel de superhéros américains, ou encore la saga Fast and Furious.

Avec l'arrivée de l'EI en 2014, il raconte quatre années passées à la maison sans télévision ni sorties, privé d'école. Il a alors appris l'anglais, grâce aux livres et cours informels d'un proche, enseignant la langue de Shakespeare.

Son entrée aux Beaux-Arts, une fois les jihadistes défaits en 2017, c'est un peu "le passage de l'âge de pierre à la modernité".

Lui et certains camarades ont déjà décidé "de faire des films sur Mossoul et sur la guerre", confie le garçon à la silhouette frêle, teint mat et épais cheveux noir de jais.

"Nous vivons à Mossoul, on sait tout ce qui s'est passé, les tragédies. On veut montrer tout ça au monde à travers le cinéma".

Après un mois de cours intensifs en octobre, les étudiants ont enchaîné les tournages, pratiquant à tour de rôle les différents métiers du cinéma, explique M. Demoustier, caméraman et réalisateur.

L'équipement apporté pour la formation --caméra, objectifs, ordinateurs, sono-- restera à Mossoul. "L'idée étant que les étudiants les réutiliseront et feront des films tout seul. Si trois ou quatre d'entre eux réussissent, ce sera déjà un grand succès", ajoute-t-il.

Festival du film à Mossoul?

"C'est ma première expérience en cinéma, tout était nouveau", confie timidement Tamara Jamal, 19 ans, son visage encadré par un voile noir, flottant dans un ample gilet.

Dans son court-métrage, elle raconte le cauchemar d'une fillette dont le père bat sa mère.

Violences domestiques, mariage précoce, enfants des rues: "la plupart des étudiants racontent des histoires où les enfants tiennent le rôle principal", indique Susana Abdulmajid, actrice et enseignante irako-allemande, dont la famille est originaire de Mossoul.

"Il y a une sorte de volonté de retourner vers l'enfance, vers un temps d'innocence", ajoute-t-elle.

En janvier les étudiants se mettront au montage. Leurs oeuvres, allant jusqu'à cinq minutes, seront projetées à Mossoul avant d'être présentées dans des festivals européens, explique le metteur en scène Milo Rau.

Son aventure irakienne a commencé avec la pièce "Oreste à Mossoul", adaptée de la tragédie grecque d'Eschyle, montée en 2018-2019 avec la participation d'étudiants de la ville.

L'objectif maintenant, sécuriser des financements pour assurer la pérennité du Département cinéma. Et prochaine étape: "créer avec des partenaires un petit festival du film de Mossoul".


Washington redit avoir bien examiné la balle ayant tué la journaliste Abu Akleh

Le porte-parole de la diplomatie américaine, Ned Price, a tenté de déminer la polémique (Photo, AFP).
Le porte-parole de la diplomatie américaine, Ned Price, a tenté de déminer la polémique (Photo, AFP).
Short Url
  • Mme Abu Akleh avait «vraisemblablement» été tuée par un tir provenant d'une position israélienne
  • L'Autorité palestinienne a dans la foulée dénoncé lundi une tentative de «cacher la vérité»

WASHINGTON: Les États-Unis ont insisté mardi sur le fait que des experts de leur propre équipe d'investigation avaient bien examiné la balle ayant tué la journaliste américano-palestinienne Shireen Abu Akleh, la question de savoir qui a vraiment piloté cette analyse faisant controverse.

Washington a annoncé lundi que Mme Abu Akleh avait "vraisemblablement" été tuée par un tir provenant d'une position israélienne, en ajoutant ne pas avoir de raison de croire à une volonté délibérée de tuer la correspondante vedette d'Al-Jazeera alors qu'elle couvrait le 11 mai une opération militaire israélienne à Jénine, en Cisjordanie occupée.

Mais, au même moment lundi, l'État hébreu a affirmé qu'il avait lui-même mené un examen de la fameuse balle, que l'Autorité palestinienne s'était toujours refusée à confier aux Israéliens mais avait accepté de confier aux Américains.

L'Autorité palestinienne a dans la foulée dénoncé lundi une tentative de "cacher la vérité" sur la mort de la journaliste, dont la disparition brutale a secoué le Proche-Orient.

Mardi, le porte-parole de la diplomatie américaine, Ned Price, a tenté de déminer la polémique en assurant que l'analyse du projectile avait été réalisée par deux membres chevronnés des services de l'US Security Coordinator (USSC), l'équipe américaine officiellement chargée d'organiser la coopération sécuritaire avec les Palestiniens.

"Les experts locaux, qu'ils soient israéliens ou palestiniens, n'ont pas réalisé l'examen par l'USSC de la balle", a dit M. Price, sans toutefois préciser l'identité ou la nationalité des deux experts mentionnés.

"L'USSC a eu la garde pleine et entière de la balle, du moment qu'elle lui a été confiée par l'Autorité palestinienne jusqu'au moment où l'USSC l'a rendue à l'Autorité palestinienne", a-t-il précisé.


Six morts dans l’explosion d’un dépôt d'armes au Yémen

Au moins six personnes ont été tuées et trente autres blessées mardi dans la province d'Abyan, au sud du Yémen (Capture d'écran).
Au moins six personnes ont été tuées et trente autres blessées mardi dans la province d'Abyan, au sud du Yémen (Capture d'écran).
Short Url
  • Des habitants désemparés recherchent leurs proches disparus
  • Al-Qaïda est présumée active dans cette région

AL-MUKALLA: Au moins six personnes ont été tuées et plus de trente personnes blessées mardi dans deux fortes explosions qui ont détruit un entrepôt d'armes dans la province d'Abyan, au sud du Yémen.

La première explosion s'est produite le matin à l'intérieur d'un marché populaire très fréquenté, près du dépôt d'armes de Lawder, une grande ville de la province. Alors que des dizaines de personnes fuyaient le site du désastre, une seconde détonation s’est produite dans le bâtiment de deux étages abritant le dépôt.

Les autorités n’ont pas été en mesure de donner un bilan précis du nombre de victimes face au flux de personnes mortes et blessées arrivant à l’hôpital de Lawder. Leurs proches, à la recherche de parents ou amis disparus ont assailli le lieu, le personnel soignant en profitant pour faire appel à des dons de sang.

Mal équipé et manquant de personnel, l’hôpital a été contraint de renvoyer les cas graves vers des centres de soins plus adaptés à Abyan et Aden.

Les autorités ont ouvert une enquête sur ces explosions. L’organisation Al-Qaïda est réputée active dans la région et de telles doubles explosions successives sont une tactique terroriste connue visant à augmenter le nombre de victimes.

Abyan est une province contestée entre le gouvernement internationalement reconnu et les séparatistes fidèles au Conseil de transition du Sud. Elle fut le site de combats acharnés en 2019 et 2020, qui ont coûté la vie à de nombreux soldats et combattants de la milice houthie.

La branche yéménite d'Al-Qaïda a profité de l'anarchie dans la province pour opérer un retour.

Des militants présumés de l’organisation détiennent toujours cinq employés de l'ONU qui avaient été enlevés en février lors d’une mission sur le terrain, à proximité de la ville d’Aden.

Les responsables locaux et les médiateurs tribaux n'ont pas réussi à obtenir la libération des otages auprès des ravisseurs. Ces derniers exigeaient un échange de prisonniers en plus d’une rançon de milliers de dollars.

Ailleurs au Yémen, les envoyés de l'UE ont demandé à la milice houthie de mettre en œuvre les éléments de la trêve négociée par l'ONU, principalement en levant le siège sur la ville de Taïz.

Les ambassadeurs de France et d'Allemagne, et l'envoyé spécial suédois au Yémen ont appelé Hussein al-Azi, un dirigeant houthi, pour lui demander d'accepter la proposition de l'ONU d'ouvrir les routes de Taïz. Al-Azi avait menacé de reprendre les opérations militaires dans l’importante province de Marib.

Les ambassadeurs ont demandé au dirigeant houthi de s'engager de manière constructive dans la proposition de l'envoyé de l'ONU au Yémen et de créer un «discours public positif».

Il est «grand temps de continuer à répondre aux attentes des Yéménites, qui veulent la paix et en ont besoin», a déclaré la mission de l'UE au Yémen.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Tunisie: Un tribunal gèle les comptes de M. Ghannouchi et de plusieurs opposants

Rached Ghannouchi, chef du parti islamiste tunisien Ennahda (Photo, AFP).
Rached Ghannouchi, chef du parti islamiste tunisien Ennahda (Photo, AFP).
Short Url
  • Il a été interpellé fin juin avant d'être remis en liberté quatre jours plus tard
  • Il doit comparaître devant un tribunal antiterroriste le 20 juillet

TUNIS: Un tribunal tunisien a gelé mardi les comptes bancaires de plusieurs des principaux opposants au président Kais Saied, dont celui de Rached Ghannouchi, chef du Parlement dissout et du parti islamo-conservateur Ennahdha.

Le Comité tunisien des analyses financières a publié un communiqué informant les banques qu'elles devaient "appliquer immédiatement la décision du juge d'instruction du pôle antiterroriste".

Parmi les personnes figurant sur cette liste figurent M. Ghannouchi, son fils Mouadh, l'ancien Premier ministre Hamadi Jebali et l'ancien ministre des Affaires étrangères Rafik Abdessalem, qui sont tous des membres importants du parti Ennahdha.

Le communiqué n'a pas fait état des raisons pour lesquelles cet ordre avait été donné.

Un tribunal avait déjà imposé fin mai une interdiction de voyager à M. Ghannouchi dans le cadre d'une enquête pour entrave à la justice en lien avec les assassinats de deux opposants en 2013.

M. Jebali fait l'objet d'une enquête pour soupçons de "blanchiment d'argent" en lien avec des transferts de fonds depuis l'étranger à destination d'une œuvre de charité en Tunisie.

Il a été interpellé fin juin avant d'être remis en liberté quatre jours plus tard. Il doit comparaître devant un tribunal antiterroriste le 20 juillet.

La longue crise politique traversée par la Tunisie a pris un nouveau tour en juillet 2021, lorsque M. Saied s'est arrogé les pleins pouvoirs en limogeant le Premier ministre et en suspendant le Parlement, dominé par Ennahdha, faisant vaciller la jeune démocratie, berceau du Printemps arabe.

La semaine dernière, il a dévoilé un projet de nouvelle Constitution controversé face aux accusations de dérive autoritaire. Il doit être soumis à un référendum le 25 juillet.

Ce projet accorde de vastes pouvoirs au chef de l'État, marquant une rupture radicale avec le système plutôt parlementaire en place depuis 2014, source de conflits récurrents entre les branches exécutive et législative.