Un mois avant la présidentielle, la guerre en Ukraine relègue le scrutin au second plan

Le scrutin opposera au premier tour les 12 candidats ayant obtenu les 500 parrainages requis. Elle sera suivie par les législatives en juin. (AFP).
Le scrutin opposera au premier tour les 12 candidats ayant obtenu les 500 parrainages requis. Elle sera suivie par les législatives en juin. (AFP).
Short Url
Publié le Jeudi 10 mars 2022

Un mois avant la présidentielle, la guerre en Ukraine relègue le scrutin au second plan

  • Dans ce contexte particulier, les récents sondages reflètent avant tout l'énorme préoccupation des Français pour la guerre en Ukraine
  • Le scrutin opposera au premier tour les 12 candidats ayant obtenu les 500 parrainages requis. Elle sera suivie par les législatives en juin

ATHENES : Même si l’actualité est de nature à faire oublier l’imminence de l’élection, il n’en reste pas moins que la présidentielle en France n’est plus qu’à 30 jours. Prévue en effet le 10 et le 24 avril prochains, cette échéance démocratique a été placée de facto au deuxième rang de l’actualité par l'offensive russe contre l'Ukraine. 

Le scrutin opposera au premier tour les 12 candidats ayant obtenu les 500 parrainages requis. Elle sera suivie par les législatives en juin.

parrainage

A l’heure qu’il est, la répétition du duel de 2017 entre Emmanuel Macron et Marine Le Pen se profile comme "scénario le plus probable" à un mois du premier tour de la présidentielle.

Dans ce contexte particulier, les récents sondages reflètent avant tout l'énorme préoccupation des Français pour la guerre en Ukraine, mais ils donnent tous le même duo gagnant au premier tour: d'une part le sortant Emmanuel Macron, dont l'entrée en lice officielle il y a une semaine a été saluée par un bond dans les intentions de vote qui l'ont propulsé autour de la barre des 30%, voire au-delà; et d'autre part, la candidate du RN Marine Le Pen.

emmanuel macron

Le match de 2017, alors remporté haut la main par le chef de l’État, se rejouera-t-il au second tour le 24 avril prochain ? "Pour l'instant, c'est le scénario le plus probable", observe le politologue Pascal Perrineau, non sans prudence.

Ce duel, les Français ont répété inlassablement au cours des dernières années dans les sondages qu'ils n'en voulaient plus et les événements qui ont marqué la campagne au cours des derniers mois ont donné l'impression que la lutte pour la seconde place derrière M. Macron était plus ouverte que jamais.

L'irruption du polémiste d'extrême droite Éric Zemmour dans la campagne à l'automne a paru rebattre les cartes, tout comme la victoire de Valérie Pécresse lors des primaires LR début décembre.

Présidentielle: mode d'emploi

Le Conseil des ministres a fixé le 13 juillet dernier les dates de la présidentielle. Le premier tour aura lieu le 10 et le second le 24 avril. Le choix était restreint compte tenu des impératifs fixés par la Constitution. Les législatives se dérouleront dans la foulée avec un premier tour le 12 juin et un second le 19 juin.

Le chef de l'Etat est élu au suffrage universel direct, au scrutin uninominal majoritaire à deux tours, pour un mandat de cinq ans renouvelable une fois. 

Il doit recueillir la majorité absolue des suffrages exprimés en un ou deux tours, quel que soit le taux de participation.

Le vote blanc, qui permet d'exprimer un refus de choix, n'est pas reconnu en France. Depuis une loi de 2014, ces bulletins sont cependant décomptés séparément des votes nuls et annexés au procès-verbal de chaque bureau de vote, mais ils ne sont pas pris en compte dans le calcul des suffrages exprimés.

L'élection des députés pour un mandat de cinq ans se fait au scrutin uninominal majoritaire à deux tours, constamment utilisé sous la Ve République à l'exception des élections de 1986 qui se sont faites au scrutin proportionnel (listes départementales).

Les Français inscrits sur les listes électorales pourront voter à la présidentielle, y compris ceux installés à l'étranger, qui étaient près d'un million en 2017. Le vote commence dès samedi dans les Antilles françaises, en Guyane (Amérique du Sud), à Saint-Pierre et Miquelon (archipel français d'Amérique du Nord) et en Polynésie française (Pacifique Sud).

Traditionnellement, les Français découvrent le visage du président élu sur les écrans de télévision à 20H00.

 Qui sont les candidats en lice ?

Le Conseil constitutionnel a validé les candidatures de douze candidats qui ont recueillis les 500 parrainages requis auprès des élus.

Ils ont tous donné leur "consentement" et remis une déclaration de patrimoine.

Voici leurs noms dans l'ordre officiel établi par tirage au sort:

Nathalie Arthaud (LO), Fabien Roussel (PCF), Emmanuel Macron (LREM), Jean Lassalle (Résistons!), Marine Le Pen (RN), Eric Zemmour (Reconquête!), Jean-Luc Mélenchon (LFI), Anne Hidalgo (PS), Yannick Jadot (écologiste), Valérie Pécresse (LR), Philippe Poutou (NPA) et Nicolas Dupont-Aignan (DLF).

 

Déjà huit présidents depuis 1959

Huit présidents ont été élus depuis l'instauration de la Ve République en 1958:

  • Depuis 2017: Emmanuel Macron (centre) 
  • 2012-2017: François Hollande (gauche)
  • 2007-2012: Nicolas Sarkozy (droite)
  • 1995-2007: Jacques Chirac (droite), qui a enchaîné un septennat et un quinquennat 
  • 1981-1995: François Mitterrand (gauche), qui a effectué deux mandats de sept ans 
  • 1974-1981: Valéry Giscard d'Estaing (droite), qui a effectué un septennat
  • 1969-1974: Georges Pompidou (droite), décédé deux ans avant la fin de son mandat
  • 1959-1969: Charles de Gaulle (droite), élu par un collège électoral pour un premier septennat puis réélu au suffrage universel direct en 1965. Il a démissionné après avoir perdu un référendum en 1969.             

Mondial: les Bleus battus mais reposés, couac aux enseignements limités

L'entraîneur français Didier Deschamps fait des gestes depuis la ligne de touche lors du match de football du groupe D de la Coupe du monde Qatar 2022 entre la Tunisie et la France au stade Education City à Al-Rayyan, à l'ouest de Doha, le 30 novembre 2022. (Photo de FRANCK FIFE / AFP)
L'entraîneur français Didier Deschamps fait des gestes depuis la ligne de touche lors du match de football du groupe D de la Coupe du monde Qatar 2022 entre la Tunisie et la France au stade Education City à Al-Rayyan, à l'ouest de Doha, le 30 novembre 2022. (Photo de FRANCK FIFE / AFP)
Short Url
  • Avant d'affronter la Pologne, dimanche (16h00) en huitième de finale, l'équipe de France a cassé la dynamique de victoires qui la portait jusqu'alors au Mondial
  • Une fois n'est pas coutume, le sélectionneur a mis de côté son obsession de résultat pour privilégier d'autres objectifs

DOHA: Décevante, parfois inquiétante, la prestation des Bleus face à la Tunisie (défaite 1-0) a surtout permis aux cadres de souffler et aux remplaçants de "gratter" du temps de jeu, une stratégie assumée par Didier Deschamps qui peut néanmoins observer des carences dans son effectif.

Avant d'affronter la Pologne, dimanche (16h00) en huitième de finale, l'équipe de France a cassé la dynamique de victoires qui la portait jusqu'alors au Mondial. Une fois n'est pas coutume, le sélectionneur a mis de côté son obsession de résultat pour privilégier d'autres objectifs.

Besoin de souffler et baptême de l'air

Les titulaires ont laissé "beaucoup d'énergie" contre l'Australie (4-1) et le Danemark (2-1), il fallait en "ménager" certains en raison de "petits bobos" ou d'une menace de suspension (Jules Koundé), s'est justifié Deschamps.

Ses multiples changements ont débouché sur une composition d'équipe assez baroque, avec presque la moitié des remplaçants habituels utilisés à contre-emploi.

Derrière, le défenseur central Axel Disasi a joué à droite et le milieu défensif Eduardo Camavinga, à gauche. Au milieu, Mattéo Guendouzi a été excentré sur le flanc gauche et, devant, l'ailier Kinsley Coman était positionné comme deuxième attaquant.

"J'ai bien conscience que le manque de repères nuit à l'expression collective, néanmoins, à tous, ça leur permet de toucher du doigt les exigences du très haut niveau", a tenté de positiver le sélectionneur.

Plusieurs de ses "coiffeurs" ont connu leur baptême de l'air, en Coupe du monde voire en sélection (Disasi). "Le coach a fait gratter quelques minutes à tout le monde" et "c'est vraiment important" pour la suite, a reconnu le quasi-néophyte Randal Kolo Muani. "On ne peut pas lancer quelqu'un en demi-finale, comme ça, +allez joue 15 ou 20 minutes+, il ne sera pas prêt, clairement", selon l'attaquant de Francfort.


Mondial-2022: nouveau succès d'audience de TF1 pour France/ Tunisie

L'attaquant français n ° 07 Antoine Griezmann se dispute avec l'arbitre néo-zélandais Matthew Conger après avoir marqué le premier but de son équipe qui a ensuite été refusé après un examen VAR pour hors-jeu lors du match de football du groupe D de la Coupe du monde Qatar 2022 entre la Tunisie et la France au stade Education City à Al-Rayyan, à l'Ouest de Doha le 30 novembre 2022. (Photo de Antonin THUILLIER / AFP)
L'attaquant français n ° 07 Antoine Griezmann se dispute avec l'arbitre néo-zélandais Matthew Conger après avoir marqué le premier but de son équipe qui a ensuite été refusé après un examen VAR pour hors-jeu lors du match de football du groupe D de la Coupe du monde Qatar 2022 entre la Tunisie et la France au stade Education City à Al-Rayyan, à l'Ouest de Doha le 30 novembre 2022. (Photo de Antonin THUILLIER / AFP)
Short Url
  • La retransmission de Tunisie-France a toutefois été marqué par un événement rarissime: TF1 a rendu l'antenne avant le dénouement de la rencontre, pensant que l'arbitre avait sifflé la fin du match sur le score de 1-1
  • L'égalisation française d'Antoine Griezmann a finalement été annulée pour un hors-jeu après visionnage de l'assistance vidéo à l'arbitrage (VAR), tandis que des publicités passaient sur la chaîne privée française

PARIS: Malgré un couac de retransmission en fin de match, nouveau succès d'audience pour TF1 avec l'équipe de France au Mondial-2022: la défaite des Bleus face à la Tunisie a été suivie par 8,8 millions de téléspectateurs mercredi, selon les chiffres de Médiamétrie publiés jeudi.

Programmée à 16h00, la rencontre a rassemblé 61,7% du public devant la télévision à ce moment-là.

Elle a toutefois fait légèrement moins bien que l'entrée en lice des Bleus contre l'Australie, puis le deuxième match contre le Danemark, regardés respectivement par plus de 12,5 et 11,5 millions de personnes.

La retransmission de Tunisie-France a toutefois été marqué par un événement rarissime: TF1 a rendu l'antenne avant le dénouement de la rencontre, pensant que l'arbitre avait sifflé la fin du match sur le score de 1-1.

L'égalisation française d'Antoine Griezmann a finalement été annulée pour un hors-jeu après visionnage de l'assistance vidéo à l'arbitrage (VAR), tandis que des publicités passaient sur la chaîne privée française.

"Après la remise en jeu des Tunisiens et que l'arbitre a sifflé la fin du match, TF1 a, comme pour tous les matches, rendu l'antenne pour laisser place au Mag. Pendant ce laps de temps, un arbitrage vidéo a été demandé et le but tricolore refusé. Cette séquence a fait l'ouverture du Mag", s'est excusée la chaîne auprès de ses téléspectateurs "qui n'ont pas pu vivre ce moment en direct".

"On était persuadé que c'était terminé, tout le monde rentrait au vestiaire, et puis ça s'est transformé, cette fin de match, en ça", s'est encore expliqué le journaliste Grégoire Margotton à la reprise d'antenne.

TF1 est la seule chaîne à retransmettre en clair le Mondial-2022 en France, également diffusé sur beIN Sports de manière payante.

Les audiences de l'édition 2022 sont comparables à celles enregistrées lors de la dernière Coupe du monde, en 2018 en Russie, semblant montrer que les appels au boycott du Mondial au Qatar n'ont eu en France que des effets limités, voire inexistants.


Agriculture et forêt: le projet de budget 2023 rejeté au Sénat

Le ministre français de l'Agriculture Marc Fesneau participe à une séance de questions au gouvernement à l'Assemblée nationale à Paris le 22 novembre 2022. (Photo de Thomas SAMSON / AFP)
Le ministre français de l'Agriculture Marc Fesneau participe à une séance de questions au gouvernement à l'Assemblée nationale à Paris le 22 novembre 2022. (Photo de Thomas SAMSON / AFP)
Short Url
  • Les crédits prévus par le gouvernement pour la mission «agriculture, alimentation, forêt et affaires rurales» ont été rejetés par 238 voix contre et 55 pour, à l'issue de quatre heures de discussions
  • Finalement, les parlementaires ont retiré tous leurs amendements en fin de séance, pour passer rapidement au vote et éviter de poursuivre les débats samedi

PARIS: Le Sénat dominé par l'opposition de droite a rejeté dans la nuit de mercredi à jeudi le projet de budget 2023 pour l'agriculture et la forêt, considéré comme n'étant pas à la hauteur.

Les crédits prévus par le gouvernement pour la mission "agriculture, alimentation, forêt et affaires rurales" ont été rejetés par 238 voix contre et 55 pour, à l'issue de quatre heures de discussions.

Les sénateurs LR, majoritaires à la chambre haute, reprochaient notamment à l'exécutif de mettre sur la table 560 millions d'euros pour la réforme de l'assurance récolte, qui doit entrer en vigueur au 1er janvier, contre 680 millions d'euros attendus.

"Pour cette réforme nécessaire, on peut craindre que le soutien public soit insuffisant", a résumé le rapporteur spécial de la commission des finances, Patrice Joly.

"On peut avoir des doutes sur le caractère suffisant des crédits qui sont dédiés à la forêt", a aussi avancé le sénateur de la Nièvre.

Les syndicats de l'Office national des forêts (ONF) espéraient que les élus voteraient des amendements permettant à l'établissement public de recruter. Les effectifs ont fondu depuis 2000, passant de 12.800 à près de 8.000 personnes actuellement.

Cela "marquerait une inflexion dans la politique délétère des dernières années et remettrait en cause le contrat d'objectifs Etat-ONF, qui prévoit encore des suppressions de postes jusqu'en 2025", déclarait à l'AFP avant la séance Patrice Martin, secrétaire général du Snupfen- Solidaires.

Le gouvernement a assuré que les effectifs ne baisseraient pas en 2023, le ministre de l'Agriculture Marc Fesneau évoquant au Sénat une "prise de conscience de la nécessité de stopper l'hémorragie".

Finalement, les parlementaires ont retiré tous leurs amendements en fin de séance, pour passer rapidement au vote et éviter de poursuivre les débats samedi.

"Ne pensez pas que parce que nous ne voterons pas les crédits de la mission, nous ne serons pas à vos côtés. (...) Nous sommes pressés par la discussion budgétaire générale", a dit la présidente de la commission des affaires économiques Sophie Primas à l'attention des agents de l'ONF qui assistaient aux débats.

Plusieurs amendements portaient par ailleurs sur la réévaluation des budgets des cantines des administrations, des écoles et des hôpitaux, ainsi que sur le soutien à l'agriculture biologique, confrontée à la désaffection des consommateurs.

"On n'a pas le temps de débattre, on n'a même pas le temps de voter nos amendements", a déploré le sénateur Fabien Gay (CRCE à majorité communiste).