Chine: corruption et secteur privé dans le viseur de Xi à l'approche du Congrès

Depuis son arrivée à la tête de l'Etat-Parti fin 2012, plus d'un million et demi de cadres ont été sanctionnés dans le cadre d'une vaste campagne anti-corruption, selon des chiffres officiels qui remontent à plusieurs années. (Photo, AFP)
Depuis son arrivée à la tête de l'Etat-Parti fin 2012, plus d'un million et demi de cadres ont été sanctionnés dans le cadre d'une vaste campagne anti-corruption, selon des chiffres officiels qui remontent à plusieurs années. (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Jeudi 10 mars 2022

Chine: corruption et secteur privé dans le viseur de Xi à l'approche du Congrès

  • Fin 2022, Xi Jinping devrait décrocher un troisième mandat de secrétaire général lors du XXe Congrès quinquennal du Parti communiste chinois
  • Lors du précédent Congrès, fin 2017, il avait fait entrer sa «pensée» dans les documents fondateurs du Parti

PÉKIN : D'abord les cadres du Parti, maintenant le secteur privé. La campagne de Xi Jinping contre la corruption s'étend, au moment où l'homme fort de Pékin s'apprête à arracher un troisième mandat inédit à la tête de la Chine.

La session annuelle de l'Assemblée nationale populaire (ANP, le Parlement chinois) a donné cette semaine le coup d'envoi d'une offensive du président chinois pour diriger au moins cinq ans de plus le pays le plus peuplé du monde.

"La période qui s'ouvre s'apparente à une campagne électorale pour le président Xi: les enquêtes pour corruption et les jeux de pouvoir ont déjà commencé", relève le politologue Willy Lam, de l'Université chinoise de Hong Kong.

Fin 2022, Xi Jinping devrait décrocher un troisième mandat de secrétaire général lors du XXe Congrès quinquennal du Parti communiste chinois (PCC), suivi début 2023 d'un nouveau mandat, de cinq ans également, à la tête de l'Etat. 

Lors du précédent Congrès, fin 2017, il avait fait entrer sa "pensée" dans les documents fondateurs du Parti. Quelques mois plus tard, la Constitution était modifiée pour supprimer la limite de deux mandats présidentiels. Xi Jinping peut en théorie présider à vie la République populaire.

Mais si le régime communiste donne l'apparence de l'unité, en coulisses les rivalités vont bon train et le président cherche sans cesse à consolider son pouvoir.

Princes rouges

Depuis son arrivée à la tête de l'Etat-Parti fin 2012, plus d'un million et demi de cadres ont été sanctionnés dans le cadre d'une vaste campagne anti-corruption, selon des chiffres officiels qui remontent à plusieurs années.

Le numéro un chinois est depuis longtemps soupçonné d'utiliser cette campagne afin de s'en prendre à son opposition interne. Mais la lutte anti-corruption vise désormais davantage le secteur privé, même si ce dernier est à la source du phénoménal essor économique du pays depuis 40 ans.

"Les enquêtes et les sanctions vont se concentrer sur l'expansion désordonnée du capital à l'origine de la corruption", a averti en début d'année Zhao Leji, le chef des services d'inspection du PCC.  

"Nous couperons le lien entre pouvoir et capital", a menacé ce proche de Xi Jinping.

Dans le viseur: la caste des "princes rouges", ces héritiers des fondateurs du régime communiste qui se sont enrichis à la faveur des réformes économiques et détiennent des participations dans nombre d'entreprises.

"Les grands groupes soutenus par des vieux cadres du Parti ou des princes rouges qui ne sont pas forcément d'accord avec Xi font désormais figure de cibles", résume Willy Lam.

"Certains lui reprochent d'avoir rétabli un culte de la personnalité à la Mao et d'avoir modifié les règles de passation du pouvoir", commente-t-il.

La tech ciblée

La lutte contre les pots-de-vin s'accompagne d'une reprise en main des entreprises technologiques, mais aussi de l'immobilier et de la finance.

Le plus célèbre milliardaire chinois, Jack Ma, en a fait les frais après avoir publiquement critiqué fin 2020 les régulateurs financiers. Jadis chouchou des médias, le fondateur du géant du commerce en ligne Alibaba a depuis pratiquement disparu de la sphère publique.

Exemple des liens entre le Parti et les milieux d'affaires: à Hangzhou (est), la métropole technologique où Alibaba a son siège, l'ancien numéro un du PCC, Zhou Jiangyong, a été arrêté en début d'année. Une filiale indirecte d'Alibaba avait investi dans des sociétés locales détenues par son frère.

En s'attaquant officiellement au secteur de l'internet, le pouvoir dit chercher à protéger les données privées des Chinois. 

"L'idée consiste à récupérer à vil prix des pans entiers du secteur privé et à faire en sorte que la collecte des données reste entre les mains du Parti", résume Alex Payette, du cabinet spécialisé Cercius.

"Bien entendu, si Xi peut au passage assécher les sources de revenus (de ses rivaux), c'est encore mieux", observe-t-il.

Prospérité commune

Témoin du lien entre affaires et politique: les entreprises chinoises dont un membre du Conseil d'administration a été à l'Université en même temps qu'un membre du Bureau politique du PCC – l'instance de 25 membres qui dirige la Chine – touchent en moyenne 16% de subventions de plus que les autres entreprises, a calculé une prestigieuse revue de Cambridge, le Journal of Institutional Economics.

Le régime justifie sa reprise en main des milieux d'affaires et de leurs milliardaires par la nécessité de réduire les inégalités au nom de la "prospérité commune", un mot d'ordre lancé l'an dernier. 

Les 20% les Chinois les plus riches se partagent en moyenne un revenu disponible dix fois plus élevé que les 20% les plus pauvres, selon des données officielles publiées en 2021.

Mais la remise au pas de la tech a un coût économique: la valeur boursière du secteur a perdu près de 1 000 milliards de dollars l'an dernier.

"Dans les milieux fortunés, beaucoup de gens ont des passeports étrangers et partiront si la pression est trop forte", prévoit Victor Shih, de l'Université de Californie à San Diego.


«Pas d'indications» que la Russie se prépare «de manière imminente» à utiliser l'arme nucléaire

Cette mise au point de Karine Jean-Pierre intervient après des propos particulièrement forts jeudi du président Joe Biden, qui avait estimé que le monde faisait face pour la première fois depuis la Guerre froide à un risque d'«Armageddon» nucléaire (Photo, AFP).
Cette mise au point de Karine Jean-Pierre intervient après des propos particulièrement forts jeudi du président Joe Biden, qui avait estimé que le monde faisait face pour la première fois depuis la Guerre froide à un risque d'«Armageddon» nucléaire (Photo, AFP).
Short Url
  • «Nous n'avons pas de raison d'ajuster notre propre posture nucléaire stratégique», a affirmé vendredi la porte-parole de la Maison Blanche
  • Confronté à une résistance ukrainienne tenace, Poutine a fait une allusion à la bombe atomique dans un discours télévisé le 21 septembre

WASHINGTON: "Nous n'avons pas de raison d'ajuster notre propre posture nucléaire stratégique, pas plus que nous n'avons d'indications que la Russie se prépare à utiliser de manière imminente des armes nucléaires", a dit vendredi la porte-parole de la Maison Blanche.

Cette mise au point de Karine Jean-Pierre intervient après des propos particulièrement forts jeudi du président Joe Biden, qui avait estimé que le monde faisait face pour la première fois depuis la Guerre froide à un risque d'"Armageddon" nucléaire, c'est-à-dire d'apocalypse.

Interrogée pour savoir si ce ton plus alarmiste était lié à de nouveaux renseignements obtenus par les Etats-Unis, la porte-parole a répondu "non", lors d'une brève session de questions-réponses à bord de l'avion emmenant Joe Biden pour un déplacement au nord-ouest de Washington.

"Nous n'avons pas été confrontés à la perspective d'un 'Armageddon' depuis Kennedy et la crise des missiles cubains" en 1962, avait-t-il déclaré lors d'une collecte de fonds à New York, au cours de laquelle il a estimé que son homologue russe Vladimir Poutine "ne plaisantait pas" en menaçant de recourir à l'arme atomique.

Du 14 au 28 octobre 1962, la crise des missiles installés à Cuba par l'Union soviétique et repérés par les Etats-Unis avait fait trembler la planète, laissant craindre une guerre nucléaire.

Confronté à une résistance ukrainienne tenace, alimentée par l'aide militaire occidentale, Vladimir Poutine a fait une allusion à la bombe atomique dans un discours télévisé le 21 septembre.

Il s'était dit prêt à utiliser "tous les moyens" dans son arsenal face à l'Occident, qu'il avait accusé de vouloir "détruire" la Russie.


Danemark: Un Iranien armé d'un couteau arrêté à l'ambassade d'Iran

L'homme, un citoyen iranien, a été arrêté par un employé avant d'entrer dans le bâtiment de l'ambassade, a indiqué la police dans un communiqué (Photo, danemark.mfa.gov.ir).
L'homme, un citoyen iranien, a été arrêté par un employé avant d'entrer dans le bâtiment de l'ambassade, a indiqué la police dans un communiqué (Photo, danemark.mfa.gov.ir).
Short Url
  • «L'agresseur, qui tenait un couteau à la main, est entré dans l'ambassade, a semé la terreur... et causé des dommages aux voitures dans le parking de l'ambassade»
  • De Téhéran, le ministère a «vivement critiqué» la lenteur de l'intervention de la police danoise

COPENHAGUE: Un Iranien armé d'un couteau a été arrêté dans l'ambassade d'Iran à Copenhague, a annoncé vendredi la police danoise, Téhéran accusant l'homme d'avoir visé l'ambassadrice et critiquant l'intervention trop lente de la police.

"L'agresseur, qui tenait un couteau à la main, est entré dans l'ambassade, a semé la terreur... et causé des dommages aux voitures dans le parking de l'ambassade", a assuré l'ambassadrice, Afsaneh Nadipour, dans un communiqué de la diplomatie iranienne.

"Un citoyen iranien de 32 ans a été arrêté vendredi matin après avoir pénétré dans l'enceinte de l'ambassade d'Iran à Copenhague portant un couteau", a confirmé la police de Copenhague dans un communiqué, précisant que l'homme avait été appréhendé par un employé de l'ambassade avant d'atteindre le bâtiment lui-même.

De Téhéran, le ministère a "vivement critiqué" la lenteur de l'intervention de la police danoise.

"Il est regrettable qu'au cœur de l'Europe, une telle attaque soit perpétrée contre une femme et ambassadrice bénéficiant de l'immunité diplomatique, et la police n'est pas présente à temps sur les lieux", a-t-il dit.

Le suspect, qui devait être présenté samedi à un juge pour être placé en détention provisoire, risque d'être inculpé pour vandalisme, violence et infraction vis-à-vis de personne protégée par le statut diplomatique, a ajouté la police.

La police danoise a elle indiqué avoir pris, après l'incident, "les mesures de sécurité nécessaires concernant l'ambassade d'Iran, ses employés".

L'Iran est actuellement traversé par un mouvement de contestation, avec en première ligne les Iraniennes, après le décès en prison de Mahsa Amini arrêtée par la police des moeurs.

Des rassemblements de solidarité ne cessent également d'avoir lieu à travers le monde depuis sa mort il y a trois semaines.


«Nous pouvons arriver subitement la nuit»: Erdogan menace la Grèce et les pays qui l’«agacent»

Le président turc, Recep Tayyip Erdogan, prend la parole lors d’une conférence de presse qui s’est déroulée après une réunion de la Communauté politique européenne au château de Prague, à Prague, en République tchèque. (AP)
Le président turc, Recep Tayyip Erdogan, prend la parole lors d’une conférence de presse qui s’est déroulée après une réunion de la Communauté politique européenne au château de Prague, à Prague, en République tchèque. (AP)
Short Url
  • La Grèce doit prendre au sérieux les avertissements concernant la réponse de la Turquie à toute menace, a déclaré le président Erdogan
  • Le Premier ministre grec, Kyriakos Mitsotakis, a affirmé que son pays était ouvert au dialogue avec tout pays voisin

PRAGUE: Lors de la lancée de la nouvelle plateforme de concertation continentale à Prague, la Communauté politique européenne, le président turc, Recep Tayyip Erdogan, a indiqué que la Grèce, et d’autres pays qui l’«agacent», ont compris le message d’Ankara lorsque des responsables turcs ont déclaré: «Nous pouvons arriver subitement la nuit», un commentaire que les responsables grecs et d’autres responsables occidentaux considèrent comme une menace.

Il a accusé Athènes de fonder ses politiques sur des «mensonges». «Ils ne sont pas là où ils sont censés être», a lancé M. Erdogan lors d’une conférence de presse à Prague. «Toute leur politique est fondée sur des mensonges. Ils ne sont pas honnêtes. Nous n’avons rien à discuter avec la Grèce.»

Il a souligné que la Grèce devait prendre au sérieux ses avertissements concernant la réponse de la Turquie à toute menace, et a également déclaré au sommet qu’il attendait de l’UE qu’elle «appelle la Grèce à un dialogue bilatéral au lieu de soutenir des initiatives illégales déguisées en unité ou en solidarité». De son côté, le Premier ministre grec, Kyriakos Mitsotakis, a affirmé que son pays était ouvert au dialogue avec tout pays voisin.

«La Grèce ne provoque jamais, et elle répond toujours avec confiance lorsqu’elle est provoquée», a dit M. Mitsotakis. «Il est insensé d’accuser la Grèce de faire monter la tension en mer Égée alors que la Turquie soulève même les questions de souveraineté des îles», a-t-il ajouté. «La Grèce ne ferme pas la porte au dialogue. Nous sommes certains que le droit international est de notre côté.»

Jeudi, des dirigeants de toute l’Europe ont entamé leurs réunions à Prague dans le cadre du sommet inaugural. Le premier rassemblement au grand complexe du château de Prague a réuni un groupe hétéroclite de 44 nations, du Caucase (sud-est) à l’Islande (nord-ouest).

Le président russe, Vladimir Poutine, qui n’a pas été invité, dominait les discussions lors de la réunion en raison des crises économique et sécuritaire provoquées par son invasion de l’Ukraine.

* Avec Reuters and AFP

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com