Après Kiev, Andrei et Valérie retrouvent l'école à Nice, sur la riviera française

2 enfants ukrainiens ont trouvé une place à l'Ecole Ronchèse de Nice qui compte des classes avec des sections apprentissage du Russe. (Photo, AFP)
2 enfants ukrainiens ont trouvé une place à l'Ecole Ronchèse de Nice qui compte des classes avec des sections apprentissage du Russe. (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Jeudi 10 mars 2022

Après Kiev, Andrei et Valérie retrouvent l'école à Nice, sur la riviera française

2 enfants ukrainiens ont trouvé une place à l'Ecole Ronchèse de Nice qui compte des classes avec des sections apprentissage du Russe. (Photo, AFP)
  • Les deux enfants sont désormais à l'école Ronchèse, en plein centre ville, qui compte 427 élèves de maternelle et de primaire
  • «Beaucoup d'enfants meurent en Ukraine», soupire, en anglais, la mère d'Andrei, frêle jeune femme de 35 ans arrivée il y a dix jours à Nice

NICE: « Je n'ai plus peur » : Andrei, blondinet ukrainien de 7 ans qui a fui Kiev, entame sa deuxième journée dans une école de Nice, sur la riviera française. 

Sa voisine de classe, qui traduit les rares mots qu'il lui chuchote à l'oreille, s'appelle Dina. Elle est russe, originaire de Tchétchénie. 

Quelques instants plus tôt, dans le brouhaha du matin, était entrée Valérie, 4 ans, accompagnée de sa maman Olga et de sa « babouchka » (grand-mère, ndlr) Tanya. Arrivée à Nice il y a trois jours seulement, elle aussi de Kiev, la petite fille aux joues potelées passe sa première journée à l'école maternelle. Elle se met vite à jouer avec des figurines. 

Les deux enfants sont désormais à l'école Ronchèse, en plein centre ville, qui compte 427 élèves de maternelle et de primaire. 

Fermement attaché à la main de sa mère, se prénommant Olga elle aussi, Andrei est arrivé avec un sac plastique, pour ses quelques affaires d'écolier. Mais il pourra bientôt l'oublier. « Des parents viennent de nous apporter un cartable pour lui », se réjouit la directrice, Marie Grimaldi. 

« Beaucoup d'enfants meurent en Ukraine », soupire, en anglais, la mère d'Andrei, frêle jeune femme de 35 ans arrivée il y a dix jours à Nice, où sa soeur vit depuis quelques années. Elle a laissé derrière elle son mari, qui l'a rassurée au téléphone, lui promettant qu'il était « en sécurité ». Assistante marketing à Kiev jusqu'au déclenchement de la guerre, elle assure que son fils a « accepté gentiment d'aller dans sa nouvelle école ». 

« On a pas mal d'enfants qui parlent russe, Andrei et Valérie vont pouvoir se faire comprendre », explique l'institutrice Christel Ricci. De fait, l'école publique Ronchèse possède le label d'école internationale russe et une centaine d'enfants suivent entre 2 et 5 heures de cours par semaine dans la langue de Pouchkine.  

Nice et ses alentours ont été le siège d'une implantation russophone à partir du XIXe siècle, notamment, à l'époque, d'aristocrates. Le patrimoine architectural de la ville en témoigne, de la cathédrale orthodoxe russe, aux anciens palais - dont un qui accueillait la famille impériale. 

« Un loup derrière l'arbre »  

« Silence - Be quiet - Tichina » : dans les couloirs, les indications sont en trois langues, français, anglais et russe.  

Si l'on attend des quelques petits Russes déjà scolarisés ici qu'ils aident leurs nouveaux camarades ukrainiens à communiquer, l'apprentissage restera compliqué. « Andrei ne connaît que l'alphabet cyrillique », relève ainsi Alice Viale, son institutrice. 

Ce qui n'empêche pas le petit garçon de déchiffrer attentivement sur le cahier de sa voisine le texte que dicte lentement la maîtresse : « Il y a un loup derrière l'arbre ». 

Arrivé mardi, Andrei a « débuté par un cours de russe, et nous l'avons assis à côté de Dina, qui est tchétchène », explique encore Mme Viale. 

« Je lui parle en russe et il comprend bien », assure Dina qui lui demande, pour nous, comment il se sent : « Il dit: ‘Je n'ai plus peur’ ». Et ce qu'il aimait dans son pays avant de fuir ? « Le foot ».   

Le sujet de la guerre en Ukraine a-t-il été abordé en cours ? « Non, on n'en a pas encore parlé en classe, répond l'institutrice. Il y a beaucoup de nationalités différentes dans l'école et la seule chose que nous voulons c'est qu'ils apprennent à vivre ensemble ». 

Pour la directrice, « il est extrêmement important d'être solidaire avec ces familles qui souffrent ». 

« L'objectif c'est que les enfants se détendent, qu'ils reprennent une vie normale. Pour eux, ce sera un peu de baume au coeur », ajoute-t-elle, avant d'aller réceptionner dans une salle déjà encombrée des colis de dons pour l'Ukraine, déposés par les parents. 

Nice a déjà accueilli, selon la mairie, près de 400 réfugiés ukrainiens depuis le début du conflit. Et le recteur d'académie, Richard Laganier, l'assure : « On accueillera tous les enfants, quel que soit leur nombre ». 


Intrusion d'un collectif de migrants à l'Hôtel de Ville de Paris

L'Hôtel de Ville de Paris (Photo, AFP).
L'Hôtel de Ville de Paris (Photo, AFP).
Short Url
  • En début d'après-midi, des membres du collectif La Chapelle Debout ont forcé l'accès principal du bâtiment
  • Dans la cour, migrants et militants ont réclamé de rencontrer la maire Anne Hidalgo

PARIS: Une soixantaine de personnes, migrants et militants pro-migrants, ont forcé l'entrée de l'Hôtel de Ville de Paris vendredi après-midi pour réclamer un hébergement, reprochant à la mairie de "se défausser" sur l'Etat.

En début d'après-midi, des membres du collectif La Chapelle Debout ont forcé l'accès principal du bâtiment, obligeant les agents postés à cette entrée sécurisée à les laisser passer, peut-on voir sur une vidéo diffusée sur Twitter.

Dans la cour, migrants et militants ont réclamé de rencontrer la maire Anne Hidalgo afin d'obtenir un relogement pour "une partie des habitants de l''Ambassade des immigrés'", une ancienne banque squattée rue Saulnier, dans le IXe arrondissement.

Selon un communiqué du collectif, l'élue socialiste et son adjoint à l'Hébergement d'urgence et à la Protection des réfugiés Ian Brossat "font semblant de ne pas connaître la situation" alors que ce dernier "avait fait des promesses de relogement".

"Il est temps que la mairie, a priori de gauche, qui revendique une politique d'accueil contrairement à la préfecture, se mette à agir elle aussi", ajoute le collectif.

Ce collectif a quitté le bâtiment en milieu d'après-midi, après avoir été reçu par M. Brossat qui s'est engagé à "réaliser un diagnostic social" rue Saulnier et à réunir la préfecture de région et la préfecture de police autour de la table.

"L'essentiel de leurs revendications", notamment le relogement, "relève des compétences de l'Etat", a réagi M. Brossat. Quant au logement social, il "s'adresse uniquement à des personnes en situation régulière" alors qu'une "bonne partie" des personnes représentées vendredi ne sont "pas éligibles", a-t-il ajouté.

Pour le groupe d'élus d'opposition Changer Paris (LR et apparentés), cette intrusion dans l'Hôtel de Ville, la deuxième en un an et demi après des éboueurs en mai 2021, "démontre que la Ville est incapable (...) d’assurer la sécurité de quiconque".

Cette action a également fait réagir du côté du RN. "La France ne doit plus être l'hôtel de l'Afrique: appliquons la loi, renvoyons les clandestins chez eux", a demandé le député européen Jordan Bardella.


Macron annonce un fonds de 100 millions d'euros pour l'achat direct par Kiev de matériel militaire

«Il y a très clairement une volonté réaffirmée d'accompagner l'Ukraine dans ce moment de la guerre, de continuer à l'accompagner par notre soutien budgétaire, par la préparation de la reconstruction ou par notre soutien militaire» (Photo, AFP).
«Il y a très clairement une volonté réaffirmée d'accompagner l'Ukraine dans ce moment de la guerre, de continuer à l'accompagner par notre soutien budgétaire, par la préparation de la reconstruction ou par notre soutien militaire» (Photo, AFP).
Short Url
  • Ces fonds financeront l'achat «d'armes défensives» comme celles déjà livrées par la France depuis le début de l'offensive russe
  • Macron a par ailleurs confirmé que la France envisageait de livrer six canons Caesar supplémentaires à l'Ukraine

PRAGUE: Le président français Emmanuel Macron a annoncé vendredi la création d'un "fonds spécial" pour que l'Ukraine puisse "acheter directement auprès de nos industriels les matériels dont elle a le plus besoin pour soutenir son effort de guerre".

"Nous allons doter ce fonds spécial de cent millions d'euros pour commencer", ce qui permettra "de pouvoir travailler aussi avec la base industrielle de défense française", a-t-il ajouté devant la presse à Prague l'issue d'un sommet de l'UE à Prague.

Ces fonds financeront l'achat "d'armes défensives" comme celles déjà livrées par la France depuis le début de l'offensive russe en Ukraine en février, a précisé le chef de l'Etat.

La France a fourni jusqu'ici 18 canons Caesar de 155 mm d'une portée de 40 km, montés sur camion, des missiles antichar et anti-aérien, des véhicules de l'avant-blindé (VAB), du carburant, des équipements individuels et une quinzaine de canons tractés TRF1 de 155 mm à l'Ukraine.

"Il y a très clairement une volonté réaffirmée d'accompagner l'Ukraine dans ce moment de la guerre, de continuer à l'accompagner par notre soutien budgétaire, par la préparation de la reconstruction ou par notre soutien militaire", a souligné le chef de l'Etat.

Emmanuel Macron a par ailleurs confirmé que la France envisageait de livrer six canons Caesar supplémentaires à l'Ukraine, prélevés sur une commande destinée au Danemark.

"Nous avons des discussions avec en particulier nos partenaires danois pour livrer des Caesar, mais c'est une discussion qui revêt certains aspects techniques qui est en train d'être finalisée", a-t-il dit.

"En tout cas nous nous y sommes prêts, nous sommes prêts à la cofinancer et elle permettrait de livrer plusieurs unités de ce système d'artillerie Caesar qui a montré son efficacité sur le terrain, six", a-t-il précisé.


Séjours en Syrie: deux femmes de l'entourage de la famille Merah présentées à un juge

Deux femmes de l'entourage de la famille de Mohamed Merah vont être présentées vendredi à un juge antiterroriste en vue d'une mise en examen dans une information judiciaire ouverte pour association de malfaiteurs terroriste (AFP)
Deux femmes de l'entourage de la famille de Mohamed Merah vont être présentées vendredi à un juge antiterroriste en vue d'une mise en examen dans une information judiciaire ouverte pour association de malfaiteurs terroriste (AFP)
Short Url
  • Six femmes de l'entourage de la famille de Mohamed Merah avaient été interpellées mardi à Toulouse et Albi, mais quatre d'entre elles ont été relâchées depuis, sans poursuites à ce stade
  • Parmi ces femmes, âgées de 31 à 43 ans, certaines étaient parties avec leurs enfants en Syrie

PARIS: Deux femmes de l'entourage de la famille de Mohamed Merah vont être présentées vendredi à un juge antiterroriste en vue d'une mise en examen dans une information judiciaire ouverte pour association de malfaiteurs terroriste, a indiqué à l'AFP le parquet antiterroriste (Pnat).

Six femmes de l'entourage de la famille de Mohamed Merah avaient été interpellées mardi à Toulouse et Albi, mais quatre d'entre elles ont été relâchées depuis, sans poursuites à ce stade.

Le Pnat a indiqué vendredi avoir ouvert une information judiciaire pour association de malfaiteurs terroristes délictuelle et soustraction par un parent à ses obligations légales compromettant la santé, la sécurité, la moralité ou l’éducation de son enfant.

Les deux dernières femmes sont présentées à un magistrat antiterroriste en vue d'une mise en examen, toujours selon cette source.

L'enquête préliminaire, confiée à la sous-direction anti-terroriste (Sdat), était ouverte depuis 2014.

Parmi ces femmes, âgées de 31 à 43 ans, certaines étaient parties avec leurs enfants en Syrie.

Selon d'autres sources proches du dossier, certaines sont soupçonnées d'avoir contribué au départ en 2014 en Syrie de la sœur de Mohamed Merah, Souad, qui serait ensuite allée en Algérie.

Soupçonnées depuis plusieurs années par la justice antiterroriste, plusieurs d'entre elles avaient déjà été entendues puis relâchées. Mais, de nouveaux éléments ont amené les enquêteurs à les réentendre.

Elles font partie de l'entourage de la famille Merah, mais ne sont pas membres de la famille.

Il y a plus de dix ans, Mohamed Merah avait tué sept personnes, entre le 11 et le 19 mars 2012, à Montauban et Toulouse.

Il avait assassiné trois militaires (Imad Ibn Ziaten, Abel Chennouf et Mohamed Legouad), un professeur et trois enfants juifs (Jonathan Sandler, ses fils Arié et Gabriel, et Myriam Monsonégo) avant d'être tué par la police après un siège de 32 heures suivi par les médias du monde entier.

Son frère Abdelkader a été condamné définitivement en 2020 à trente ans de réclusion criminelle pour complicité de ses crimes.