Comment la réouverture des cinémas en Arabie saoudite a révolutionné l'industrie cinématographique

Des Saoudiens, jeunes et plus âgés, assistent au défilé sur le tapis rouge du Festival du film de la mer Rouge à Djeddah en décembre dernier. (Photo fournie)
Des Saoudiens, jeunes et plus âgés, assistent au défilé sur le tapis rouge du Festival du film de la mer Rouge à Djeddah en décembre dernier. (Photo fournie)
Le prince Khaled ben Faisal, gouverneur de La Mecque, en compagnie d’amateurs de cinéma à Djeddah. (Photo fournie/archive)
Le prince Khaled ben Faisal, gouverneur de La Mecque, en compagnie d’amateurs de cinéma à Djeddah. (Photo fournie/archive)
Sara al-Munef, une jeune réalisatrice dont le court métrage a été projeté au Festival international du film saoudien à Ithra, à Dharan, l'année dernière. (Photo fournie)
Sara al-Munef, une jeune réalisatrice dont le court métrage a été projeté au Festival international du film saoudien à Ithra, à Dharan, l'année dernière. (Photo fournie)
D'ici 2030, le nombre de salles de cinéma dans le Royaume devrait atteindre 2600. (Photo AFP)
D'ici 2030, le nombre de salles de cinéma dans le Royaume devrait atteindre 2600. (Photo AFP)
Une Saoudienne prenant un « selfie » près d'un panneau affichant le logo du Festival du film de la mer Rouge à l'entrée du vieux Djeddah, le 8 décembre 2021. (Festival du film de la mer Rouge/AFP)
Une Saoudienne prenant un « selfie » près d'un panneau affichant le logo du Festival du film de la mer Rouge à l'entrée du vieux Djeddah, le 8 décembre 2021. (Festival du film de la mer Rouge/AFP)
Les jeunes comptent parmi le nombre croissant de cinéphiles dans le Royaume. (Photo AN par Huda Bashatah)
Les jeunes comptent parmi le nombre croissant de cinéphiles dans le Royaume. (Photo AN par Huda Bashatah)
Short Url
Publié le Dimanche 13 mars 2022

Comment la réouverture des cinémas en Arabie saoudite a révolutionné l'industrie cinématographique

  • L'interdiction de projeter des films a été levée il y a quatre ans dans le cadre de réformes visant à améliorer la qualité de vie
  • Le Royaume est devenu depuis un marché important pour les chaînes de cinéma et un pôle potentiel de création de contenu

DJEDDAH: Lorsque l'Arabie saoudite a annoncé pour la première fois il y a quatre ans qu'elle levait l'interdiction de projeter des films, en vigueur depuis 35 ans, peu avaient prédit les progrès que l'industrie cinématographique naissante du Royaume allait vite réaliser.

Depuis le 18 avril 2018, les Saoudiens sont libres de se rendre dans les cinémas locaux, une expérience inédite pour nombre d'entre eux.

« Je vois un film au moins deux ou trois fois par mois et cela ne me dérangerait pas d'y aller plus souvent si ce n'est pour mes fréquents déplacements », a déclaré à Arab News Jawaher Abdullatif, un employé du secteur privé de Riyad âgé de 35 ans.

« Vous êtes plongé dans le monde du film. C'est un sentiment incroyable et je suis ravi de pouvoir enfin le faire dans le confort d'un cinéma de proximité. »

Ce changement a été annoncé en 2017 par le prince héritier Mohammed ben Salmane qui souhaitait améliorer la qualité de vie dans le Royaume à travers le divertissement.

Pour les générations plus âgées qui se souviennent de l'époque précédant l'interdiction, le retour des salles de cinéma a été un moment de réjouissance. Mostafa Zain, un ingénieur retraité de Djeddah, se souvient avoir été captivé par le cinéma lorsqu'il était enfant.

« J'étais très ami avec les Jamjoums qui ont ouvert les premiers cinémas de la ville », a déclaré Zain à Arab News.

« Même après l'interdiction, je trouvais toujours le temps d'aller voir un film car je me rendais au Caire plusieurs fois par an dans les années 1980 et 1990, et plus tard aux États-Unis. On trouvait toujours le temps d'aller voir un film. Aujourd'hui, je peux me réveiller, consulter les listes de films et réserver mon film en un rien de temps. Je n'ai plus besoin de prendre l'avion pour aller voir un film. »

La Commission générale des médias audiovisuels, l'une des autorités chargées de règlementer et de gérer les cinémas du Royaume, prévoit que le pays comptera 2600 écrans de cinéma d'ici 2030, pour une industrie qui pèse environ 1,2 milliard de dollars.

Plus de 50 cinémas, disposant de quelque 430 écrans, ont été ouverts dans le Royaume, gérés par Vox Cinemas, Muvi, Cinepolis, AMC et Empire. « Il faut moins de cinq minutes pour réserver une place de cinéma aujourd'hui », a ajouté Zain.

D'ici 2030, le nombre de salles de cinéma dans le Royaume devrait atteindre 2600. (Photo AFP)
D'ici 2030, le nombre de salles de cinéma dans le Royaume devrait atteindre 2600. (Photo AFP)

Les premiers cinémas d'Arabie saoudite ont été établis dans la province orientale dans les années 1930 par des travailleurs pétroliers occidentaux.

Dans les années 1960 et 1970, des cinémas ont vu le jour dans les grandes villes du pays. Les films étaient projetés dans les clubs de football, les arrière-cours, les cours et les hôtels.

Cependant, au début des années 1980, à la suite de l'attentat terroriste de 1979 contre la Grande Mosquée de La Mecque, le conservatisme religieux a commencé à gagner du terrain dans le Royaume, limitant les divertissements publics, y compris la fréquentation des salles de cinéma.

Pour contourner l'interdiction, de nombreux Saoudiens se rendaient régulièrement à Bahreïn ou aux Émirats arabes unis.

L'ouverture de salles de cinéma dans le Royaume a été largement saluée par les Saoudiens, qui avaient l'habitude de se rendre à Bahreïn ou à Dubaï pour se divertir. (Photo avec la permission du Red Sea Film Festival)
L'ouverture de salles de cinéma dans le Royaume a été largement saluée par les Saoudiens, qui avaient l'habitude de se rendre à Bahreïn ou à Dubaï pour se divertir. (Photo avec la permission du Red Sea Film Festival)

Nahar al-Hamrani, producteur et directeur général d'AlMaha Films à Djeddah, se rendait à Dubaï à deux heures et demie d'avion pour voir un film.

« Parfois, je n'y allais que pour regarder un film et manger un morceau avant de rentrer chez moi », a-t-il confié à Arab News.

« Dès que les cinémas ont ouvert en Arabie saoudite, tout a changé. Même l'expérience a changé. C'est amusant, pratique et, étrangement, il y a quelque chose de différent à se rendre dans les cinémas ici. C'est juste dans le coin. »

« Pour beaucoup d'entre nous qui voyageaient à l'étranger pendant les vacances d'été, nous devions attendre des mois pour pouvoir aller voir un film en entier. Maintenant, il suffit d’appuyer sur notre écran et cela ne fait plus partie de nos projets de voyage. »

Pendant un certain temps, les films occidentaux sont apparus à la télévision sur MBC2 ou via des réseaux directs par satellite comme Orbit, qui a ensuite fusionné avec Showtime pour devenir le réseau Orbit Showtime.

La plupart des Saoudiens ne pouvaient avoir accès aux films occidentaux que sur des VHS de contrebande. Lorsque les DVD sont apparus, ils regardaient des copies floues achetées à des marchands ambulants ou derrière le comptoir des magasins locaux.

L'acteur hollywoodien John Travolta assistant à un événement spécial organisé par l'Autorité générale pour le divertissement du Royaume à Riyad en 2017. (AFP)
L'acteur hollywoodien John Travolta assistant à un événement spécial organisé par l'Autorité générale pour le divertissement du Royaume à Riyad en 2017. (AFP)

« Je pense que c'est un moment historique et important, parce que je crois savoir que c'est le seul pays au monde qui n'a pas de cinéma. Avec le fait que cela se reproduise maintenant, 35 ans plus tard, j'ai l'impression de participer à une célébration de la liberté qui est liée à une belle chose de l'humanité, c'est une bonne chose », a déclaré Travolta.

Les géants du cinéma ont commencé à affluer dans le pays.

Détenu et exploité par Majid al-Futtaim Cinemas, VOX Cinemas est la branche cinéma du géant émirati de la vente au détail et des loisirs Majid al-Futtaim et l'une de celles qui connaissent la plus forte croissance dans la région, avec 149 salles de cinéma en Arabie saoudite. 

Mohamed al-Hashemi, directeur national de Majid al-Futtaim Leisure, Entertainment, Cinemas and Lifestyle en Arabie Saoudite, a déclaré: « Depuis le début, nous nous sommes démarqués de nos concurrents par notre approche holistique.

« VOX Cinemas est un concept de loisirs et de divertissements qui intègre de manière transparente un cinéma de pointe, des attractions interactives telles que le bowling et les jeux d'arcade, ainsi que des concepts de restauration et de boissons emblématiques en une expérience unique. »

Les jeunes comptent parmi le nombre croissant de cinéphiles dans le Royaume. (Photo AN par Huda Bashatah)
Les jeunes comptent parmi le nombre croissant de cinéphiles dans le Royaume. (Photo AN par Huda Bashatah)

Le retour du cinéma en Arabie saoudite a revigoré l'industrie cinématographique nationale et inspiré la création de nouveaux festivals pour la promouvoir et la célébrer.

L'industrie a connu une croissance des recettes des salles de cinéma d'une valeur de 238 millions de dollars en 2021, soit plus du double des recettes de l'année précédente (122 millions de dollars), touchées par la pandémie de COVID-19.

L'année a été couronnée par le Festival international du film de la mer Rouge en décembre, qui a vu les grands noms du cinéma arabe, d'Hollywood et de Bollywood fouler le tapis rouge à Al-Balad, site de Djeddah inscrit au patrimoine mondial de l'UNESCO.

Sara Al-Munef, une jeune réalisatrice dont le court métrage a été projeté au Festival international du film saoudien à Ithra, à Dharan, l'année dernière. (Photo fournie)
Sara Al-Munef, une jeune réalisatrice dont le court métrage a été projeté au Festival international du film saoudien à Ithra, à Dharan, l'année dernière. (Photo fournie)

Sur trois écrans géants érigés par VOX Cinemas, quelque 30 000 passionnés de cinéma ont pu apprécier 138 films provenant de 67 pays, dont 48 premières arabes et 27 films saoudiens.

« Les cinémas et la production de contenus offrent un énorme potentiel de croissance économique », a déclaré Al-Hashemi de Majid al-Futtaim. « Nous avons récemment annoncé des plans ambitieux visant à porter 25 films locaux sur grand écran au cours des cinq prochaines années. »

« Notre objectif de stimuler la production cinématographique régionale réitère notre engagement à réaliser les objectifs de Vision 2030 et s'aligne sur la stratégie de la Commission du film visant à faire du Royaume un centre cinématographique de niveau mondial. »


Cisjordanie: des soldats israéliens attachent un Palestinien sur un véhicule militaire

L'armée israélienne attache un Palestinien sur une jeep militaire lors d'un raid à Jénine, dans cette capture d'écran d'une vidéo, en Cisjordanie occupée par Israël, le 22 juin 2024 (Photo, Reuters).
L'armée israélienne attache un Palestinien sur une jeep militaire lors d'un raid à Jénine, dans cette capture d'écran d'une vidéo, en Cisjordanie occupée par Israël, le 22 juin 2024 (Photo, Reuters).
Short Url
  • La ville de Jénine et les camps de réfugiés alentours sont depuis des années le théâtre de confrontation entre l'armée israélienne et les groupes armés palestiniens
  • Selon l'armée, l'homme attaché sur le véhicule a par la suite été transféré au Croissant-Rouge palestinien

JÉRUSALEM: Des soldats israéliens ont attaché un Palestinien blessé sur le capot d'un véhicule militaire lors d'une opération de l'armée israélienne à Jénine, selon des déclarations de l'armée dimanche, admettant que les soldats avaient enfreint les règles de l'armée.

Les images de cette scène qui s'est produite samedi sont devenues virales et montrent un homme, visiblement blessé, attaché en travers du capot d'une jeep qui passe dans une rue relativement étroite.

D'après des sources médicales, il s'agit de Moujahid Fayyad, originaire de Jabriyat, entre Burqin et Jénine, dans le nord de la Cisjordanie occupée.

"Au cours d'opérations antiterroristes visant à appréhender des suspects recherchés dans la région de Wadi Burqin, des terroristes ont ouvert le feu sur les troupes", a indiqué l'armée.

Au cours de cet échange de tirs entre les soldats et des personnes armées, l'armée israélienne explique qu'"un des suspects a été blessé et appréhendé".

Il a été "attaché" au véhicule dans le cadre de son arrestation, avance l'armée, précisant que cette arrestation a été faite "en violation des ordres et des procédures opérationnelles standard".

"Le comportement des troupes dans la vidéo (...) n'est pas conforme aux valeurs" de l'armée israélienne, ajoute-t-elle encore dans le même communiqué, précisant qu'une enquête sera menée.

Comportement «pas conforme»

Selon l'armée, l'homme attaché sur le véhicule a par la suite été transféré au Croissant-Rouge palestinien pour recevoir les soins médicaux nécessaires.

Des médecins de l'hôpital Ibn Sina de Jénine ont confirmé à l'AFP que M. Fayyad était soigné dans l'établissement.

La ville de Jénine et les camps de réfugiés alentours sont depuis des années le théâtre de confrontation entre l'armée israélienne et les groupes armés palestiniens.

Le degré de violence en Cisjordanie, qui était déjà élevé avant que la guerre dans la bande de Gaza entre Israël et le Hamas n'éclate le 7 octobre après une attaque sans précédent du mouvement islamiste palestinien sur le sol israélien, n'a fait que s'intensifier depuis lors.

Selon les autorités palestiniennes, dans ce territoire sous occupation depuis près de 60 ans, au moins 553 Palestiniens ont été tués par des soldats israéliens ou des colons depuis que la guerre à Gaza a éclaté.

Les attaques des Palestiniens ont tué au moins 14 Israéliens en Cisjordanie au cours de la même période, selon un décompte de l'AFP à partir des chiffres officiels israéliens.


Un groupe de femmes journalistes annule le prix du courage décerné à une journaliste palestinienne à Gaza

Un groupe représentant les femmes dans le journalisme a annulé le prix du courage en journalisme qu'il avait décerné ce mois-ci à la journaliste palestinienne Maha Hussaini (photo). (X/@MahaGaza)
Un groupe représentant les femmes dans le journalisme a annulé le prix du courage en journalisme qu'il avait décerné ce mois-ci à la journaliste palestinienne Maha Hussaini (photo). (X/@MahaGaza)
Short Url
  • Maha Hussaini accuse la Fondation internationale des femmes pour les médias d'avoir cédé à des pressions qui, selon elle, sont typiques des attaques systématiques dont sont victimes les journalistes palestiniens
  • La décision de la fondation fait suite à un rapport d'une publication conservatrice qui accusait Maha Hussaini de soutenir le Hamas et de tenir des propos antisémites

LONDRES : Un groupe représentant les femmes dans le journalisme a annulé le prix du courage en journalisme qu'il avait décerné ce mois-ci à la journaliste palestinienne Maha Hussaini.

La décision de l'International Women's Media Foundation fait suite à un rapport publié cette semaine par le Washington Free Beacon, une publication conservatrice américaine, selon lequel l'écrivaine indépendante, qui est basée à Gaza, a publié des messages sur les médias sociaux il y a plusieurs années dans lesquels elle a fait l'éloge des actions terroristes du Hamas à deux reprises au moins et a partagé des caricatures antisémites.

La fondation a déclaré que les commentaires contenus dans les messages « étaient en contradiction avec les valeurs de l'organisation « , ajoutant que «  les prix du courage et la mission de l'IWMF sont basés sur l'intégrité et l'opposition à l'intolérance «  : « Nous ne cautionnons pas et ne soutiendrons pas des opinions ou des déclarations qui n'adhèrent pas à ces principes ».

Mme Hussaini a été choisie le 10 juin comme l'une des quatre lauréates du prix du courage, pour son reportage pendant la guerre à Gaza. Elle a notamment publié un article sur les difficultés rencontrées par les femmes qui accouchent chez elles pendant le conflit, ainsi que le récit poignant d'une jeune fille qui a porté son frère paralysé jusqu'à un lieu sûr pendant les campagnes de bombardement de l'armée.

L'IWMF se décrit comme « une organisation audacieuse et inclusive qui soutient les journalistes là où ils se trouvent ». Son conseil d'administration et son conseil consultatif comprennent des personnalités du monde des médias telles que Suzanne Malveaux, ancienne journaliste de CNN, Hannah Allam, du Washington Post, et Christiane Amanpour, présentatrice du journal télévisé de CNN.

Mme Hussaini a dénoncé la décision d'annuler le prix, accusant la fondation basée à Washington d'avoir « succombé à la pression » et « choisi d'agir à l'encontre du courage ». Elle a ajouté que cette décision « démontrait de manière frappante les attaques physiques et morales systématiques que les journalistes palestiniens subissent tout au long de leur carrière ».

Dans un message posté sur la plateforme X, elle a ajouté : « Chaque annonce d'un prix décerné à un journaliste palestinien est systématiquement suivie de vastes campagnes de diffamation et de pressions intenses exercées sur les organisations qui décernent les prix par les partisans de l'occupation israélienne et le lobby sioniste ».

« Si certaines organisations défendent leurs principes et maintiennent leur décision, d'autres, malheureusement, cèdent à la pression et retirent leurs prix ».

Mme Hussaini a déclaré qu'elle n'avait « aucun regret concernant ses publications » et que ses commentaires sur les médias sociaux reflétaient son expérience de la vie sous l'occupation israélienne et exprimaient simplement son soutien aux efforts de résistance.

La décision de la fondation a été largement critiquée par les journalistes et les groupes de médias. Certains ont suggéré que Mme Hussaini avait été victime d'une « campagne pernicieuse », d'autres ont qualifié les résultats du Washington Free Beacon de « décadents et contraires à l'éthique » et déclaré qu'il avait l'habitude de cibler les partisans de la cause palestinienne.

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com


Décès de Saleh Al- Chaïbi, gardien principal de la Kaaba

Saleh ben Zain Al-Abidin Al- Chaïbi, le principal gardien de la Kaaba, est décédé à La Mecque vendredi soir. Les prières funéraires ont eu lieu après le Fajr samedi à la Grande Mosquée (Photo, Fournie).
Saleh ben Zain Al-Abidin Al- Chaïbi, le principal gardien de la Kaaba, est décédé à La Mecque vendredi soir. Les prières funéraires ont eu lieu après le Fajr samedi à la Grande Mosquée (Photo, Fournie).
Short Url
  • Les prières funéraires seront effectuées après le Fajr, samedi, à la Grande Mosquée
  • Il était chargé d'ouvrir et de fermer la Kaaba, de la nettoyer, de la laver, de réparer sa Kiswa (couverture) et d'accueillir les visiteurs

LA MECQUE : Le Dr Saleh ben Zain Al-Abidin Al- Chaïbi, le gardien principal de la Kaaba, est décédé à La Mecque vendredi soir. Les prières funéraires ont eu lieu après le Fajrsamedi à la Grande Mosquée.

Al- Chaïbi, qui était titulaire d'un doctorat en études islamiques, était professeur d'université et auteur de plusieurs ouvrages sur la foi et l'histoire. Il était le 77e détenteur de la clé de la Kaaba depuis la conquête de La Mecque.

Il était chargé d'ouvrir et de fermer la Kaaba, de la nettoyer, de la laver, de réparer sa Kiswa (couverture) et d'accueillir les visiteurs. Il a repris la tutelle après la mort de son oncle, Abdulqader Taha Al- Chaïbi, en 2013.

Son fils, Abdelrahman Saleh Al- Chaïbi, a déclaré à ArabNews que l'adieu à son père avait été l'un des moments les plus difficiles et les plus tristes de sa vie. Il a ajouté que la famille avait accepté la volonté d'Allah pour un homme qui a toujours été proche de tout le monde et qui a consacré sa vie au service de la famille.

Il a poursuivi que son père avait souffert d'une maladie ces derniers temps, mais qu'il était resté patient et inébranlable. L'ensemble de la communauté a partagé la douleur de la famille et a exprimé son chagrin et sa peine pour la perte du pilier de la famille Al- Chaïbi. Al- Chaïbi a présidé le département de crédo de l'université Umm Al-Qura pendant plus de vingt ans. Connu pour son approche érudite et son amour du savoir, il explorait en profondeur les questions religieuses et doctrinales. Universitaire dans l'âme, il a laissé un impact significatif et durable.

Le roi Fahd ben Abdelaziz l'a nommé au Conseil saoudien de la Choura, et Al- Chaïbi a été l'adjoint de son oncle pour la garde de la Kaaba jusqu'à ce qu'il en devienne le gardien principal.

Son fils AbdelRahman a ajouté qu'il avait été l'adjoint de son père à la garde de la Kaaba pendant cinq ans, après quoi son cousin Abdulmalek Al- Chaïbi avait pris la relève.

Il a ajouté que son père avait souhaité qu'il occupe la fonction de gardien de la clé de la Kaaba après lui. Toutefois, si ce souhait n'est pas respecté, la tutelle et la clé seront remises à son oncle Abdelwahab Al- Chaïbi.

Nizar Al- Chaïbi, le cousin du défunt, a déclaré à Arab News que c'était un jour triste pour la famille. Toutefois, l'élan d'amour, de solidarité et de soutien de toutes les strates de la société, qui se sont empressées de présenter leurs condoléances, a contribué à alléger le poids de leur chagrin.Ils ont exprimé leur gratitude pour la vie du défunt, qui avait consacré sa vie à la protection de la Kaaba et à l'amélioration de sa dévotion. La présidence générale des affaires de la Grande Mosquée et de la Mosquée du Prophète a déploré le décès du cheikh Dr Saleh ben Zain Al-Abidin Al- Chaïbi.

Il a déclaré dans un communiqué que « la Présidence générale des affaires de la Grande Mosquée et de la Mosquée du Prophète et tous ses employés présentaient leurs plus sincères condoléances à la famille du défunt, le cheikh Dr Saleh bin Zain Al-Abidin Al- Chaïbi, le gardien principal de la Sainte Kaaba ».

Khaled Al-Husseini, écrivain et expert des affaires de La Mecque, a exprimé sa profonde tristesse face à ce décès.

Al-Husseini a décrit Al- Chaïbi comme un homme de savoir qui, outre le rôle honorable qu'il a joué dans la garde de la Kaaba, était un érudit, un universitaire et un conférencier à l'université d'Umm Al-Qura. Il a généreusement partagé ses connaissances avec les générations successives qui ont bénéficié de son expertise pendant plus de 20 ans.

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com