Nouveau record mondial pour les enchères d'art contemporain, selon Artprice

Thierry Ehrmann, fondateur du groupe Serveur et également à la tête d'Artprice, leader mondial des banques de données sur la cotation et les indices de l'art, pose, le 24 novembre 2004 à Saint-Romain-au-Mont-d'Ou, devant le siège social de son groupe appelé «La Demeure du Chaos». (Martin Bureau/AFP)
Thierry Ehrmann, fondateur du groupe Serveur et également à la tête d'Artprice, leader mondial des banques de données sur la cotation et les indices de l'art, pose, le 24 novembre 2004 à Saint-Romain-au-Mont-d'Ou, devant le siège social de son groupe appelé «La Demeure du Chaos». (Martin Bureau/AFP)
Short Url
Publié le Lundi 14 mars 2022

Nouveau record mondial pour les enchères d'art contemporain, selon Artprice

  • Parmi les tendances du marché, les jeunes artistes battent des records de précocité (âgés de 18 à 30 ans, ils vendent des œuvres millionnaires) notamment sur le marché des NFT
  • Gerhard Richter et Banksy sont les artistes vivants les plus performants du monde aux enchères

PARIS: Les ventes aux enchères d'art contemporain, dopées par les oeuvres numériques, ont atteint un nouveau record à 17,08 milliards de dollars en 2021, en hausse de 60% par rapport à 2020 et de 28% comparé à 2019, selon le rapport annuel d'Artprice, leader mondial de l'information sur le marché de l'art, publié lundi.

Pendant deux ans, «la crise sanitaire a accéléré de manière spectaculaire la dématérialisation du marché de l'art. 87% des 6.300 maisons de vente suivies par Artprice disposent désormais de tout le back-office pour faire des enchères en ligne», a déclaré Thierry Ehrmann, à la tête de cette société.

Avec 663.900 lots vendus dans le monde (artistes nés après 1945, peintures, sculptures, installations, dessins, photographies, estampes, vidéos, NFT...), «l'art contemporain pèse désormais 20% du marché contre 3% en 2000», précise-t-il.

En totalisant 5,95 milliards de dollars de ventes, la Chine (continentale, Taïwan et Hong Kong) représente 35% du marché mondial, juste devant les États-Unis qui totalisent 5,79 milliards de dollars, soit 34% du marché, selon M. Ehrmann.

Avec un total de 1,99 milliard de dollars, le Royaume-Uni enregistre en revanche une baisse de 10% de ses ventes par rapport à 2019. Les premiers effets du Brexit se sont traduits par le report de ventes londoniennes à Paris, selon cet expert.

Avec 91.699 œuvres vendues, la France se place en deuxième position après les États-Unis, même si elle reste à la quatrième place en termes de total cumulé des ventes, dépassant pour la première fois le milliard de dollars.

Le marché allemand conserve sa cinquième place mondiale et a attiré Sotheby's à Cologne.

La Corée du Sud multiplie son produit de vente par quatre et pèse 237 millions de dollars.

Parmi les maisons de vente, Sotheby's et Christie's concentrent 49% du marché avec respectivement 4,4 et 4 milliards de dollars. Ketterer est la première maison de vente en Europe continentale avec 97 millions de dollars de ventes et Artcurial la première maison de vente française avec 91 millions de dollars.

Le taux d'invendus, très bas, atteint 31% pour la première fois de son histoire, ce qui «montre qu'un tri draconien s'est opéré avec des maisons de vente impitoyables dans leurs choix de vente et la quasi-impossibilité d'avoir affaire à des faussaires», selon M. Ehrmann.

Il l'explique par «l'amélioration de la traçabilité» des œuvres et la «qualité des technologies utilisées en matière d'expertise».

Parmi les tendances du marché, les jeunes artistes battent des records de précocité (âgés de 18 à 30 ans, ils vendent des œuvres millionnaires) notamment sur le marché des NFT - ces certificats d'authenticité numérique pour des contenus en ligne - qui continue de révolutionner l'art mondial avec 232,4 millions de dollars de ventes. Parmi eux: Beeple, Avery Singer ou Fewocious.

Gerhard Richter et Banksy sont les artistes vivants les plus performants du monde aux enchères. 1.186 œuvres de Bansky ont été adjugées pour 206 millions de dollars, dont un nouveau record à 25,4 millions de dollars. 

 


Accord sur un objectif de neutralité carbone en 2050 pour l'aviation

Vue de l'Alice, un avion 100% électrique (Photo, Eviation Aircraft)
Vue de l'Alice, un avion 100% électrique (Photo, Eviation Aircraft)
Short Url
  • «Un accord historique sur un objectif collectif ambitieux à long terme de zéro émission de carbone d'ici 2050» a été conclu selon un tweet de l'OACI
  • Le transport aérien est aujourd'hui responsable de 2,5 à 3% des émissions mondiales de CO2

MONTRÉAL : Un accord pour atteindre la neutralité carbone en 2050 dans l'aviation civile mondiale a été conclu vendredi, a annoncé l'Organisation de l'Aviation civile internationale (OACI), une agence de l'ONU.

Les représentants des 193 États réunis pour l'assemblée de l'organisation, dont le siège est à Montréal, sont parvenus à «un accord historique sur un objectif collectif ambitieux à long terme de zéro émission de carbone d'ici 2050», a tweeté l'OACI.

«C'est un excellent résultat» a estimé auprès de l'AFP une source diplomatique européenne qui a précisé que «seuls quatre pays, dont la Chine, avaient exprimé des réserves».

Le transport aérien est montré du doigt pour son rôle dans la crise climatique. Aujourd'hui responsable de 2,5 à 3% des émissions mondiales de CO2, le secteur s'avère difficile à faire passer aux énergies renouvelables, même si l'industrie aéronautique et les énergéticiens y travaillent d'arrache-pied.

Selon les compagnies aériennes, créer une aviation décarbonée représente 1.550 milliards de dollars d'investissements entre 2021 et 2050.


Les prix mondiaux des produits alimentaires continuent de décliner, selon la FAO

Un agent de sécurité fait une sieste à côté des sacs de blé sur un marché de gros de céréales à New Delhi le 18 mai 2022. (Prakash SINGH / AFP)
Un agent de sécurité fait une sieste à côté des sacs de blé sur un marché de gros de céréales à New Delhi le 18 mai 2022. (Prakash SINGH / AFP)
Short Url
  • L'indice FAO des prix des denrées alimentaires, qui suit la variation des cours internationaux d'un panier de produits de base, a reculé une nouvelle fois depuis le record atteint en mars après l'invasion de l'Ukraine par la Russie
  • L'indice FAO des prix des céréales, quant à lui, remonte légèrement d'1,5% par rapport à août

PARIS: Les prix mondiaux des produits alimentaires ont poursuivi leur baisse en septembre pour le sixième mois consécutif, tirés par un net repli des huiles végétales qui compense une légère remontée des céréales, a annoncé vendredi l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO).

L'indice FAO des prix des denrées alimentaires, qui suit la variation des cours internationaux d'un panier de produits de base, a reculé une nouvelle fois depuis le record atteint en mars après l'invasion de l'Ukraine par la Russie. Il a baissé modérément en septembre, d'1,1% par rapport à août.

L'indice FAO des prix des huiles végétales recule de 6,6% sur un mois, "pour atteindre son plus bas niveau depuis février 2021". "Les cours internationaux des huiles de palme, de soja, de tournesol et de colza ont tous fléchi", souligne l'organisation, grâce à l'existence de stocks abondants d'huile de palme et d'une hausse saisonnière de production en Asie du Sud-Est.

L'indice FAO des prix des céréales, quant à lui, remonte légèrement d'1,5% par rapport à août. Les prix internationaux du blé ont rebondi de 2,2%, à cause d'inquiétudes liées à la sécheresse aux Etats-Unis et en Argentine, et d'incertitudes sur la prolongation du corridor maritime permettant de faire sortir les céréales d'Ukraine au-delà du mois de novembre.


France: nouveau record du déficit commercial à 15,5 milliards d'euros en août

Le président français Emmanuel Macron montre un schéma sur la façon dont les prix du gaz influencent les prix de l'électricité alors qu'il s'adresse à la presse le deuxième jour d'un sommet de l'Union européenne (UE) au siège de l'UE, à Bruxelles, le 25 mars 2022. ( Ludovic MARIN / AFP )
Le président français Emmanuel Macron montre un schéma sur la façon dont les prix du gaz influencent les prix de l'électricité alors qu'il s'adresse à la presse le deuxième jour d'un sommet de l'Union européenne (UE) au siège de l'UE, à Bruxelles, le 25 mars 2022. ( Ludovic MARIN / AFP )
Short Url
  • La balance commerciale française s'est dégradée d'un milliard d'euros par rapport à celle de juillet
  • La facture énergétique a coûté 800 millions d'euros supplémentaires en août, ont précisé les douanes, et creusé le solde français sur l'énergie à 11 milliards d'euros de déficit en août

PARIS: Le déficit commercial français a établi un nouveau record en août, à 15,5 milliards d'euros, ont indiqué les douanes vendredi, en raison d'une nouvelle hausse de la facture énergétique parmi les importations.

La balance commerciale française s'est dégradée d'un milliard d'euros par rapport à celle de juillet.

En cumul sur douze mois, le déficit affiche aussi un record, à 139 milliards d'euros.

Dans l'ensemble, les importations françaises ont vu leur coût croître de 1,1 milliard d'euros, à 65,6 milliards. En face, les exportations n'ont que légèrement progressé, de 100 millions d'euros, atteignant 50,1 milliards d'euros.

La facture énergétique a coûté 800 millions d'euros supplémentaires en août, ont précisé les douanes, et creusé le solde français sur l'énergie à 11 milliards d'euros de déficit en août.

Les importations d'électricité et de gaz continuent de se renchérir pour la France, pendant que les exportations énergétiques sont stables, précisent les douanes.

Les prix de l'énergie sont très fortement affectés par les conséquences de la guerre en Ukraine depuis la fin février, une situation qui s'est traduite par une explosion des prix du gaz ainsi qu'une envolée de ceux du pétrole.