Nouveau record mondial pour les enchères d'art contemporain, selon Artprice

Thierry Ehrmann, fondateur du groupe Serveur et également à la tête d'Artprice, leader mondial des banques de données sur la cotation et les indices de l'art, pose, le 24 novembre 2004 à Saint-Romain-au-Mont-d'Ou, devant le siège social de son groupe appelé «La Demeure du Chaos». (Martin Bureau/AFP)
Thierry Ehrmann, fondateur du groupe Serveur et également à la tête d'Artprice, leader mondial des banques de données sur la cotation et les indices de l'art, pose, le 24 novembre 2004 à Saint-Romain-au-Mont-d'Ou, devant le siège social de son groupe appelé «La Demeure du Chaos». (Martin Bureau/AFP)
Short Url
Publié le Lundi 14 mars 2022

Nouveau record mondial pour les enchères d'art contemporain, selon Artprice

  • Parmi les tendances du marché, les jeunes artistes battent des records de précocité (âgés de 18 à 30 ans, ils vendent des œuvres millionnaires) notamment sur le marché des NFT
  • Gerhard Richter et Banksy sont les artistes vivants les plus performants du monde aux enchères

PARIS: Les ventes aux enchères d'art contemporain, dopées par les oeuvres numériques, ont atteint un nouveau record à 17,08 milliards de dollars en 2021, en hausse de 60% par rapport à 2020 et de 28% comparé à 2019, selon le rapport annuel d'Artprice, leader mondial de l'information sur le marché de l'art, publié lundi.

Pendant deux ans, «la crise sanitaire a accéléré de manière spectaculaire la dématérialisation du marché de l'art. 87% des 6.300 maisons de vente suivies par Artprice disposent désormais de tout le back-office pour faire des enchères en ligne», a déclaré Thierry Ehrmann, à la tête de cette société.

Avec 663.900 lots vendus dans le monde (artistes nés après 1945, peintures, sculptures, installations, dessins, photographies, estampes, vidéos, NFT...), «l'art contemporain pèse désormais 20% du marché contre 3% en 2000», précise-t-il.

En totalisant 5,95 milliards de dollars de ventes, la Chine (continentale, Taïwan et Hong Kong) représente 35% du marché mondial, juste devant les États-Unis qui totalisent 5,79 milliards de dollars, soit 34% du marché, selon M. Ehrmann.

Avec un total de 1,99 milliard de dollars, le Royaume-Uni enregistre en revanche une baisse de 10% de ses ventes par rapport à 2019. Les premiers effets du Brexit se sont traduits par le report de ventes londoniennes à Paris, selon cet expert.

Avec 91.699 œuvres vendues, la France se place en deuxième position après les États-Unis, même si elle reste à la quatrième place en termes de total cumulé des ventes, dépassant pour la première fois le milliard de dollars.

Le marché allemand conserve sa cinquième place mondiale et a attiré Sotheby's à Cologne.

La Corée du Sud multiplie son produit de vente par quatre et pèse 237 millions de dollars.

Parmi les maisons de vente, Sotheby's et Christie's concentrent 49% du marché avec respectivement 4,4 et 4 milliards de dollars. Ketterer est la première maison de vente en Europe continentale avec 97 millions de dollars de ventes et Artcurial la première maison de vente française avec 91 millions de dollars.

Le taux d'invendus, très bas, atteint 31% pour la première fois de son histoire, ce qui «montre qu'un tri draconien s'est opéré avec des maisons de vente impitoyables dans leurs choix de vente et la quasi-impossibilité d'avoir affaire à des faussaires», selon M. Ehrmann.

Il l'explique par «l'amélioration de la traçabilité» des œuvres et la «qualité des technologies utilisées en matière d'expertise».

Parmi les tendances du marché, les jeunes artistes battent des records de précocité (âgés de 18 à 30 ans, ils vendent des œuvres millionnaires) notamment sur le marché des NFT - ces certificats d'authenticité numérique pour des contenus en ligne - qui continue de révolutionner l'art mondial avec 232,4 millions de dollars de ventes. Parmi eux: Beeple, Avery Singer ou Fewocious.

Gerhard Richter et Banksy sont les artistes vivants les plus performants du monde aux enchères. 1.186 œuvres de Bansky ont été adjugées pour 206 millions de dollars, dont un nouveau record à 25,4 millions de dollars. 

 


Climat: L’Algérie interdit la production et l'importation des véhicules diesel

Chaque matin, des centaines de milliers de voitures, dont des véhicules roulant au diesel, convergent vers la capitale algérienne (Photo, AFP).
Chaque matin, des centaines de milliers de voitures, dont des véhicules roulant au diesel, convergent vers la capitale algérienne (Photo, AFP).
Short Url
  • Les gaz d’échappement du diesel sont particulièrement dangereux pour l’environnement et la santé humaine
  • Même si l’Algérie ne pollue pas autant que les pays industrialisés, il est relevé que le pays s’emploie peu à la protection climatique

RABAT: Dans le cadre du nouveau cahier des charges relatif à la production et importation de véhicules, l’Algérie met fin aux véhicules diesel.

En effet, l’article 29 du journal officiel N° 76 du 17 novembre dernier, stipule que «ne sont autorisés à l’importation par les concessionnaires de véhicules neufs, dans la catégorie de véhicules de tourisme, que ceux équipés d’un moteur essence, électrique, hydrogène, hybride: essence/électrique, essence/hydrogène, ou GPL / GNC ou en être prédisposé, et dont les émissions de gaz sont conformes à la législation et à la réglementation en vigueur». 

Cette annonce intervient alors que l’Algérie – pays ayant ratifié l’Accord de Paris – a signifié lors de la COP27 qu’elle entend s’aligner sur les actions communes visant à combattre le réchauffement climatique.

Des gaz d’échappement toxiques

Les gaz d’échappement du diesel sont particulièrement dangereux pour l’environnement et la santé humaine, même si des progrès ont été réalisés par les constructeurs automobiles au cours des dernières années. 

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) estime que ces gaz sont cancérogènes pour les poumons et la vessie. Pour sa part, l'Agence de protection de l’environnement des États-Unis (EPA), affirme que ces gaz peuvent provoquer l’asthme ainsi que d’autres maladies respiratoires chez les enfants et les personnes âgées. Ils peuvent tout aussi aggraver les maladies cardiaques.

Pour ce qui est de l’environnement, les gaz d’échappement issus de la combustion du diesel participent à la production de ce que l’on appelle ozone troposphérique – une couche d’ozone de basse atmosphère qui se forme entre la surface terrestre et la stratosphère. En tant que tels, ces gaz endommagent les cultures, végétation et arbres, sans oublier leur contribution dans la formation de pluies acides qui, à leur tour, affectent toute la chaine alimentaire à travers leur pénétration dans les sols et eaux.

L’Algérie peut faire plus

Même si, relativement parlant, l’Algérie ne pollue pas autant que les pays industrialisés, il est relevé que le pays s’emploie peu à la protection climatique.

En effet, l’édition 2023 du Climate Change Performance Index (CCPI) – outil de suivi de la protection climatique établi par l’ONG allemande Germanwatch, conjointement avec le NewClimate Institute et le Climate Action Network – souligne dans sa fiche pays que l’Algérie «n'a montré aucun changement significatif dans les classements CCPI», sachant que ceux-ci sont publiés depuis 2005, même si elle gagne 6 places par rapport au classement précédent.

Et d’ajouter que cette performance «n'est pas compatible avec l'objectif de 1,5°C», prescrit par l’Accord de Paris.

Le Climate Change Performance Index classe 63 pays selon 14 indicateurs et 4 catégories: émissions de gaz à effet de serre (pesant 40% du score), énergies renouvelables (20%), consommation d’énergie (20%) et politique climatique (20%).

À la tête du classement, on retrouve sans grande surprise le Danemark et la Suède. Suivis par le Chili et le Maroc – seul pays arabe dans le top 10.

L’Algérie, quant à elle, occupe la 48e place dans le classement et c'est en particulier sa prestation en termes de politique climatique et énergies renouvelables qui y est déplorée.


Les efforts de l'Opep+ pour stabiliser le marché ont réduit la volatilité des prix de 50%, selon une étude

La gestion de la capacité de réserve par l'Opep+ a réduit la volatilité des prix du pétrole brut jusqu'à 50%, avant et pendant la pandémie de Covid-19 (Photo, Reuters).
La gestion de la capacité de réserve par l'Opep+ a réduit la volatilité des prix du pétrole brut jusqu'à 50%, avant et pendant la pandémie de Covid-19 (Photo, Reuters).
Short Url
  • Les efforts de stabilisation du marché déployés par l'Opep+ semblent avoir fait passer le prix moyen de 18 à 52 euros pendant le choc de la demande pandémique
  • La réduction de la volatilité des prix du pétrole a diminué les coûts macroéconomiques d'ajustement à la pandémie

RIYAD: La gestion de la capacité de réserve par l'Opep+ a réduit la volatilité des prix du pétrole brut de près de 50%, avant et pendant la pandémie de la Covid-19, selon une nouvelle étude publiée par le Centre d'études et de recherche sur le pétrole roi Abdallah (Kapsarc) dans Energy Journal.
L'étude «Oil Market Stabilization: The Performance of OPEC and Its Allies» («Stabilisation du marché pétrolier: la performance de l'Opep et de ses alliés») souligne en outre que les efforts de stabilisation du marché déployés par l'Opep+ semblent avoir fait passer le prix moyen de 18 à 54 dollars (1 dollar américain = 0,97 euro) pendant le choc de la demande lié à la pandémie, mais avoir fait baisser le prix moyen de 2,50 dollars avant la pandémie, selon la SPA.
La réduction de la volatilité des prix du pétrole a diminué les coûts macroéconomiques d'ajustement à la pandémie et a contribué à une augmentation du bien-être social.
L'étude a mis au point un mode économique permettant de calculer le prix du pétrole brut qui aurait prévalu si l'Opep+ n'avait pas tenté de stabiliser le marché pétrolier en utilisant sa capacité de réserve.
«Le rôle de l'Opep a été essentiel pour directement réduire la volatilité des prix – en agissant comme un producteur alternatif qui compense les chocs de l'offre et de la demande. Sa politique de capacité de réserve est un outil efficace afin d’atteindre cet objectif stratégique», a signalé Fahad Alajlan, président du Kapsarc.
«La valeur de la stabilisation du marché pétrolier pour l'économie mondiale est considérable. Dans une précédente étude évaluée par des pairs, nous avons calculé que la gestion par l'Opep de sa capacité de réserve augmentait chaque année le PIB mondial de près de 200 milliards de dollars», a expliqué Hossa Almutairi, chercheuse et co-auteure du rapport.
L'importance économique de la stabilisation du prix du pétrole découle de la rigidité de la demande mondiale de pétrole et de l'offre de pétrole hors Opep. Tout choc sur l'offre ou la demande nécessite un ajustement des prix relativement important afin de rétablir l'équilibre du marché, selon la SPA.
L'impact négatif sur l'économie mondiale de la volatilité des prix qui en a résulté a été amplifié par la position du pétrole en tant que principale marchandise dans le commerce international.
«La période couverte par notre étude se termine en août 2021, mais je crois que les efforts de stabilisation du marché déployés par l'Opep+ se sont poursuivis de manière cohérente jusqu'à ce jour. Nous évaluerons leurs impacts à l'aide de notre modèle dès que nous disposerons de données suffisantes», a soutenu Axel Pierru, directeur du programme Macro & Microéconomie de l'énergie.


Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Singapore Airlines s'entend avec Tata pour prendre 25% d'Air India

Un avion de Singapore Airlines navigue le long du tarmac de l'aéroport de Singapour Changi, à Singapour, le 13 mai 2022 (Photo, AFP).
Un avion de Singapore Airlines navigue le long du tarmac de l'aéroport de Singapour Changi, à Singapour, le 13 mai 2022 (Photo, AFP).
Short Url
  • L'accord, qui devrait être conclu d'ici mars 2024, permettra à Singapore Airlines de détenir 25,1% d'Air India
  • Pour l'heure, Tata et Singapore Airlines détiennent respectivement 51% et 49% de Vistara

BOMBAY: Singapore Airlines et le groupe Tata vont fusionner leur compagnie aérienne commune Vistara à Air India et ainsi consolider les activités de la compagnie phare de l'Inde privatisée cette année, ont indiqué les deux compagnies mardi.

L'accord, qui devrait être conclu d'ici mars 2024, permettra à Singapore Airlines de détenir 25,1% d'Air India, après un investissement supplémentaire de 20,6 milliards de roupies (241 millions d'euros).

Pour l'heure, Tata et Singapore Airlines détiennent respectivement 51% et 49% de Vistara, compagnie aérienne à service complet, qui se taille 9,2% du marché intérieur indien.

Sa flotte contribuera à étendre celle d'Air India à 218 appareils et en fera la deuxième compagnie aérienne intérieure du pays après IndiGo.

Air India est déjà le plus grand transporteur international de l'Inde, mais ne compte que 8,6% de parts du marché intérieur, selon les dernières données disponibles datant de septembre.

"La fusion de Vistara et d'Air India est une étape importante dans notre démarche pour faire d'Air India une compagnie aérienne de classe mondiale", a déclaré Natarajan Chandrasekaran, président de Tata Sons dans un communiqué.

"Nous sommes ravis à l'idée de créer une Air India forte qui doit offrir à la fois un service complet et des services à bas coûts sur les lignes intérieures et internationales", a-t-il ajouté.

Tata, conglomérat du thé et de l'acier, a racheté, pour 2,4 milliards de dollars (2,3 mds euros) en janvier, la compagnie publique Air India, nationalisée en 1953 mais initialement fondée en 1932.

Le gouvernement a effacé les trois quarts de la dette de 615 milliards de roupies qui plombait la compagnie.

Depuis, Tata a nommé à la tête d'Air India son premier directeur général étranger, Campbell Wilson, ancien patron de Scoot, filiale à bas coûts de Singapore Airlines.

Air India vise une part de marché de 30% sur le marché intérieur indien ces cinq prochaines années et entend développer rapidement sa flotte pour ouvrir davantage de liaisons internationales.

"Tata Sons est l'un des noms les plus établis et les plus respectés en Inde", a déclaré Goh Choon Phong, directeur général de Singapore Airlines, dans un communiqué distinct.

"Avec cette fusion, nous avons l'occasion d'approfondir notre relation avec Tata et de participer directement à une nouvelle phase de croissance passionnante du marché de l'aviation en Inde", a-t-il ajouté.

L'Inde est le troisième marché du transport aérien au monde et, selon les prévisions d'Airbus, elle devrait connaître une croissance annuelle de 6,2% au cours des deux prochaines décennies.