Le «syndrome de l'imposteur», vraie souffrance pour certains salariés

Un professeur de l'Université de Paris-VI Pierre-et-Marie-Curie (UPMC) serre la main d'une étudiante lors de la cérémonie de son doctorat en 2009 à Paris, France. (AFP).
Un professeur de l'Université de Paris-VI Pierre-et-Marie-Curie (UPMC) serre la main d'une étudiante lors de la cérémonie de son doctorat en 2009 à Paris, France. (AFP).
Short Url
Publié le Vendredi 18 mars 2022

Le «syndrome de l'imposteur», vraie souffrance pour certains salariés

  • Le phénomène de «syndrome de l'imposteur» concerne notamment les personnes qui ont «beaucoup de valeur professionnelle», souvent des sur-diplomées
  • «Il y a ce côté très effrayant de se dire 'Je suis un imposteur'. On va vraiment s'épuiser à la tâche pour tenter de prouver qu'on est à la hauteur», dit un trentenaire qui travaille dans la data

PARIS: Une "éternelle" remise en question, le sentiment de ne pas être légitime et la peur terrible d'être "démasqué": certains souffrent au travail du "syndrome de l'imposteur", un mal insidieux que des techniques peuvent aider à dompter.

"On s'imagine qu'on manipule tout le monde pour faire croire qu'on est très compétent", rapporte à l'AFP Julien. Engagé dans une "course inatteignable", le jeune homme de 37 ans espérait à chaque nouveau diplôme ne plus douter: mais même en passant sa thèse, il a été convaincu d'avoir eu "un gros coup de chance".

Théorisé à la fin des années 1970 par deux psychologues américaines, le phénomène n'est pas considéré comme une pathologie. Il "ne fait pas partie du DSM, le Manuel statistique des troubles mentaux" qui sert de référence, explique à l'AFP Anne-Françoise Chaperon, psychothérapeute et consultante en prévention des risques psychosociaux.

Mais pourtant c'est un sujet qui concerne "beaucoup de gens" et qui sert de "terreau au burn-out", dit-elle, notant qu'il est répertorié indirectement comme faisant partie des troubles anxieux (sous le terme d'"anxiété de performance").

Ce phénomène concerne notamment les personnes qui ont "beaucoup de valeur professionnelle", souvent des sur-diplomées, note-t-elle. "Ils font ce qu'on appelle en psychologie des +attributions externes+, c'est-à-dire que leur réussite n'est jamais grâce à eux: c'est toujours la chance, le fait d'être arrivé au bon moment... Ce qui fait qu'ils ne peuvent pas capitaliser de confiance en eux".

«S'épuiser à la tache»

A en croire un sondage YouGov de décembre pour le magazine français Management, le phénomène est largement répandu: 54% des femmes en ont déjà été victimes et 45% des hommes, le taux grimpant à 62% chez les managers.

Pour Julien, qui a conscience que c'est "ridicule" avec "plusieurs masters, un doctorat", "il y a ce côté très effrayant de se dire +en fait, je suis un imposteur. Le jour où ce sera révélé ça va être quelque chose d'absolument terrible+". "Du coup, on va vraiment s'épuiser à la tâche pour tenter de prouver qu'on est à la hauteur", dit ce trentenaire qui travaille dans la data.

"C'est assez violent au quotidien", confirme Fred Christian depuis La Réunion, dans l'océan Indien. Ce développeur informatique de 42 ans a toujours l'impression "que les autres sont meilleurs", qu'il n'est "pas assez compétent", "une remise en question éternelle".

Comme lui, qui pointe des parents "pas assez encourageants", Camille Gillet, 33 ans, pense que ce complexe a été nourri par son éducation.

"Le problème, c'est que ça peut être bloquant", en se disant que "c'est perdu d'avance" ou en poussant à "peaufiner certaines choses jusqu'à la névrose", explique la jeune femme qui travaille dans le web-marketing.

«Fenouil» ou «Lucifer»

Un récent "coaching live" organisé par Management a présenté des techniques pour cesser cet autosabotage.

Elle-même passée par là, Sarah Zitouni, ingénieure et coach, suggère par exemple de donner un nom à la petite voix qui dit +tu es arrivée là par le plus grand des hasards+. Celui d'aliments honnis, avec "un petit côté ridicule" comme "fenouil" ou "semoule", d'"archétypes négatifs du type Diablo, Lucifer" ou encore le nom d'un ennemi. 

"Nommez votre syndrome. Ca vous donne la possibilité de lui dire: +écoute semoule, j'ai une grande réunion et je ne veux pas t'entendre", insiste-t-elle.

Pour déjouer ce "piège mental", Anne de Montarlot et Elisabeth Cadoche, auteures du "Syndrome d'imposture", préconisent aussi de dresser la liste de ses propres succès, en identifiant "les habiletés" les ayant permis.

Pour certains en grande souffrance, une psychothérapie peut également être utile pour repérer ces "facteurs de maintien", qui bloquent la situation malgré la réussite de la personne, note Anne-Françoise Chaperon.

En général, dit la thérapeute, c'est le comportement même de l'individu vis-à-vis du travail, avec des "stratégies d'évitement": procrastiner, "se surpréparer", développer des "stratégies de contrôle de l'anxiété de performance".

"Plus les personnes ont des stratégies de contrôle, plus ils vont nourrir ce syndrome" dit-elle. Il faut donc les aider à "casser ce cercle vicieux".


Cinq policiers blessés lors d'un refus d'obtempérer près de Bayonne

Les policiers étaient intervenus aux alentours de 03H00 du matin pour mettre fin à un rodéo urbain entre deux véhicules dans la commune d'Anglet. (AFP).
Les policiers étaient intervenus aux alentours de 03H00 du matin pour mettre fin à un rodéo urbain entre deux véhicules dans la commune d'Anglet. (AFP).
Short Url
  • Selon Éric Marrocq, secrétaire régional du syndicat de police Alliance Aquitaine, ces policiers ont tenté de contrôler l'un des conducteurs pour mettre fin à un rodéo urbain
  • Mais ce dernier choisit de prendre la fuite, faisant d'abord une marche arrière puis une marche avant, et blesse au passage trois premiers policiers

BORDEAUX : Cinq policiers ont été légèrement blessés dans la nuit de samedi à dimanche en tentant de mettre fin à un rodéo urbain près de Bayonne, à Anglet, a t-on appris de sources ayant connaissance du dossier.

Le conducteur, qui a refusé d'obtempérer, a pris la fuite. Son véhicule, volé, a été retrouvé un peu plus tard.

Les policiers étaient intervenus aux alentours de 03H00 du matin pour mettre fin à un rodéo urbain entre deux véhicules dans la commune d'Anglet.

Selon Éric Marrocq, secrétaire régional du syndicat de police Alliance Aquitaine, ils tentent alors de contrôler l'un des conducteurs, toujours présent sur place.

Mais ce dernier choisit de prendre la fuite, faisant d'abord une marche arrière puis une marche avant, et blesse au passage trois premiers policiers. L'un d'eux, qui s'était accroché au véhicule, s'est notamment "fait rouler sur le pied".

Un quatrième policier, en état de choc, a alors ouvert le feu à plusieurs reprises en direction du véhicule, indique une source.

Le fuyard a par la suite percuté une autre voiture de police, faisant un dernier blessé léger.

Le véhicule "qui avait été volé" a été retrouvé vide un peu plus tard dans la nuit indique Éric Marrocq qui exprime "son soutien à (s)es collègues".

La police judiciaire de Bayonne a été saisie.


Retraites: le discours de la méthode de François Bayrou

Le leader du parti centriste Mouvement Démocrate (MoDem), François Bayrou, s'affiche sur un écran géant alors qu'il prononce un discours lors de l'université d'été du MoDem à Guidel, dans l'ouest de la France, le 25 septembre 2022. (AFP).
Le leader du parti centriste Mouvement Démocrate (MoDem), François Bayrou, s'affiche sur un écran géant alors qu'il prononce un discours lors de l'université d'été du MoDem à Guidel, dans l'ouest de la France, le 25 septembre 2022. (AFP).
Short Url
  • L'hypothèse d'une réforme éclair des retraites via à un amendement au budget de la Sécu divise la majorité
  • M. Bayrou avait déjà mis en garde contre un «passage en force» auquel ses députés menacent de s'opposer. Emmanuel Macron, avec Élisabeth Borne, réuniront cette semaine les ministres et responsables de la majorité sur le sujet

GUIDEL : Plaidoyer pour un "réformisme démocratique": François Bayrou a réitéré dimanche sa mise en garde à Emmanuel Macron sur la réforme des retraites, l'appelant à se donner "trois ou quatre mois" pour faire "un pas décisif" vers une méthode "plus respectueuse".

"On n'est pas aux pièces", a insisté le président du MoDem en clôture des Universités d'été du parti à Guidel (Morbihan). "Prendre trois ou quatre mois pour réfléchir ensemble et mettre sur la table des options et des propositions, je pense que cela serait bon, pas seulement pour la paix civile -ça compte- mais pour la réforme elle-même".

L'hypothèse d'une réforme éclair des retraites via à un amendement au budget de la Sécu divise la majorité. M. Bayrou avait déjà mis en garde contre un "passage en force" auquel ses députés menacent de s'opposer. Emmanuel Macron, avec Élisabeth Borne, réuniront cette semaine les ministres et responsables de la majorité sur le sujet.

"On ne lâchera pas", a insisté un député qui souligne que "dans le groupe renaissance, il n'y a pas unanimité pour passer la réforme des retraites par le PLFSS" (projet de loi de financement de la sécurité sociale).

"C'est un devoir, quand on est gouvernant, de partager les raisons de l'action avec ceux qui vous ont donné la mission de les gouverner". "Parce que derrière tout cela, il n'y a pas que la question des retraites. Il y a la question de la méthode de réforme qu'on peut suivre pour ce pays", a insisté M. Bayrou.

"J'entends des critiques qui disent: 'ça va traîner, on ne fera plus rien'. Je me permets de signaler qu'en refusant cette méthode, on a bloqué les réformes pendant des décennies", a-t-il dit, citant les grandes grèves de 1995 (il était alors ministre du gouvernement Juppé) "jusqu'à la dernière sous le gouvernement d’Édouard Philippe", a-t-il relevé.

«Consul à vie»

Au moment de la crise des gilets jaunes, "j'avais dit: on ne gouverne pas contre le peuple". "La société est tellement éruptive qu'il faut se donner pour objectif de la convaincre avant de l'entraîner", a argumenté le président du MoDem.

Avec "un travail de concertation", "je pense qu'on fait un pas décisif dans une méthode plus respectueuse", celle du "réformisme démocratique", a insisté M. Bayrou.

Ce discours a clos quatre jours de travaux à Guidel, le parti ayant cette année accolé ses journées parlementaires et ses Universités d'été. Plusieurs intervenants extérieurs ont nourri les débats, de l'académicien Erik Orsenna aux ministres François Braun (Santé) et Gabriel Attal (Action et Comptes publics).

"Je me sens bien au MoDem", a lancé à une assistance ravie le ministre du Budget, alors que chez Renaissance les positionnements tournent autour de "l'aile droite ou de l'aile gauche" et pas du "bloc central".

"Nous sommes le pivot de la majorité", a savouré un dirigeant.

L'ex-ministre et régional de l'étape Jean-Yves Le Drian a salué le "réveil stratégique de l'Europe" avec le conflit ukrainien.

"Merci de m'avoir proposé de prendre la parole, j'y suis sensible", a entamé l'ancien Premier ministre Édouard Philippe (Horizons) en présence de Stéphane Séjourné (Renaissance), faisant se gondoler la salle une semaine après le meeting de Renaissance auquel M. Philippe avait assisté sans pouvoir intervenir. Promis au même traitement, M. Bayrou avait finalement décidé de sécher.

Le MoDem compte 11 000 adhérents à jour de cotisation, selon sa nouvelle secrétaire générale Maud Gatel, 49 députés et quatre représentants au gouvernement dont Jean-Noël Barrot, engagé dimanche prochain dans une législative partielle dans les Yvelines.

Le prochain Congrès est prévu fin 2023 mais au MoDem, "Bayrou est consul à vie", s'amuse un dirigeant du parti.


Hôpital de l'Essonne cyberattaqué: les hackers ont diffusé des données

Les hackers avaient fixé un ultimatum à l'hôpital pour payer la rançon au 23 septembre (Photo, AFP).
Les hackers avaient fixé un ultimatum à l'hôpital pour payer la rançon au 23 septembre (Photo, AFP).
Short Url
  • La cyberattaque lancée en août a touché les logiciels métiers, les systèmes de stockage ou encore le système d'information ayant trait aux admissions de la patientèle de l'établissement
  • L'hôpital a alors porté plainte et saisi la Commission nationale de l'informatique et des libertés (CNIL)

PARIS: Le groupe de hackers qui a orchestré une cyberattaque contre le centre hospitalier sud francilien de Corbeil-Essonnes, a commencé vendredi à diffuser des données, l'hôpital ayant refusé de payer la rançon demandée, a-t-on appris dimanche de sources proches du dossier.

Les hackers avaient fixé un ultimatum à l'hôpital pour payer la rançon au 23 septembre. Le délai expiré, ils ont diffusé une série de données, a ajouté une des sources proches du dossier confirmant une information du site spécialisé Zataz. La nature des données n'a pas été précisée.

Selon Zataz, les hackers Lockbit 3.0 ont diffusé ainsi plus de 11 GO de contenus sensibles.

"Il s'agit d'une double extorsion, consistant à exfiltrer une partie des données volées pour mettre la pression sur les victimes. C'est un classique", a expliqué à l'AFP un spécialiste du cyberespace.

L'hôpital situé au sud de Paris, qui assure la couverture sanitaire de près de 700 000 habitants de la grande couronne, avait été victime le 21 août d'une cyberattaque avec demande de rançon de 10 millions de dollars.

La rançon aurait été ramenée ensuite à un million de dollars, selon plusieurs sources concordantes.

Selon Zataz, les pirates réclameraient désormais à l'hôpital "2 millions de dollars (1 million pour détruire les donnes volées et un million pour rendre l'accès aux informations via leur logiciel dédié)".

La cyberattaque lancée en août a touché les logiciels métiers, les systèmes de stockage ou encore le système d'information ayant trait aux admissions de la patientèle de l'établissement, les rendant inaccessibles.

L'hôpital a alors porté plainte et saisi la Commission nationale de l'informatique et des libertés (CNIL).

L'enquête, ouverte par le parquet de Paris et confiée aux gendarmes du Centre de lutte contre les criminalités numériques (C3N), est en cours.

L'Autorité nationale en matière de sécurité et de défense des systèmes d'information (Anssi) est aussi saisie.

Mais "malgré ces mesures et cette réactivité, les pirates ont toutefois réussi à exfiltrer des données à caractère personnel, y compris des données de santé", avait déploré mi septembre l'hôpital dans un communiqué.

Après l'attaque, l'hôpital, dont les urgences accueillent habituellement 230 personnes par jour, avait déclenché un plan d'urgence dit "plan blanc" pour assurer la continuité des soins.

Une vague de cyberattaques vise depuis environ deux ans le secteur hospitalier français et européen. En 2021, l’Anssi relevait en moyenne un incident par semaine dans un établissement de santé en France.