Agro-industrie: un train de céréales arrêté par des manifestants en Bretagne

Un gendarme se tient à côté d'un mur construit par des membres du collectif "Bretagne contre les fermes usines" pour arrêter un train sur la voie ferrée reliant l'usine Sanders Bretagne à Saint-Gerand, près de Pontivy, le 19 mars 2022. (AFP).
Un gendarme se tient à côté d'un mur construit par des membres du collectif "Bretagne contre les fermes usines" pour arrêter un train sur la voie ferrée reliant l'usine Sanders Bretagne à Saint-Gerand, près de Pontivy, le 19 mars 2022. (AFP).
Short Url
Publié le Samedi 19 mars 2022

Agro-industrie: un train de céréales arrêté par des manifestants en Bretagne

  • Les militants ont édifié un mur en travers des voies ferrées afin de symboliser «un mur en travers des voies de l'agro-industrie», ont-ils expliqué
  • Plusieurs filières de l'agriculture bretonne, région où domine l'élevage, traversent une crise profonde et induisent des effets négatifs sur l'environnement

PONTIVY: Un train transportant des céréales destinées à la fabrication d'aliments pour bétail a été immobilisé samedi matin près de Pontivy par une cinquantaine de manifestants et une partie de son chargement déversé sur les voies, a constaté un photographe de l'AFP.

"Le système d'élevage hors-sol va droit dans le mur, nous devons mettre l'agro-industrie à terre", ont affirmé dans un communiqué les manifestants, réunis à l'appel du Collectif "Bretagne contre les fermes usines".

Les militants ont édifié un mur en travers des voies ferrées, a observé le photographe, afin de symboliser "un mur en travers des voies de l'agro-industrie", ont-ils expliqué.

"En déversant ces céréales destinées à l'alimentation d'une partie du cheptel breton, nous symbolisons le lien au sol à recréer dans notre agriculture, le lien à la terre bretonne, cette même terre qui ne peut pas supporter les incidences de l'élevage d'un si grand nombre d'animaux", ont-ils expliqué sur leur page Facebook.

"La terre ne peut plus se regénérer; c'est le dépassement de ses limites qui oblige les importations massives de protéines (dont les tourteaux de soja d'Amérique du sud, ndlr) et les exportations d'azote et de phosphore vers des terres moins saturées", ont-ils écrit, en référence au transport, notamment vers d'autres régions de France, de fumier provenant d'élevages bretons, utilisé comme engrais. 

"Nous continuerons d'agir. Ce sont les vies d'agriculteurs et d'agricultrices qui sont en jeu (...) Le dernier rapporte du GIEC indique clairement un manque de volonté politique" de faire évoluer la situation, ont-ils estimé.   

Le Collectif prône "une agriculture paysanne, vivante, agroécologique, territorialisée, créatrice d'emplois et rémunératrice". 

"Nous nous battrons pour que disparaisse un système destructeur, nous nous battrons pour qu'éclose une véritable agriculture nourricière, joyeuse et vivante", affirme encore le Collectif.

La cargaison était destinée à Sanders, filiale du groupe Avril, selon les manifestants. Plusieurs filières de l'agriculture bretonne, première région agricole française où domine l'élevage, traversent une crise profonde et induisent des éffets négatifs sur l'environnement, y compris sur la qualité de l'air.


Les prix mondiaux des produits alimentaires restent stables en novembre, selon la FAO

Les prix mondiaux des produits alimentaires restent stables en novembre, selon la FAO
Les prix mondiaux des produits alimentaires restent stables en novembre, selon la FAO
Short Url
  • L'indice FAO des prix des denrées alimentaires, qui suit la variation des cours internationaux d'un panier de produits de base, a très légèrement diminué par rapport à son niveau du mois d'octobre
  • L'ONU a lancé jeudi un appel de fonds record pour 2023 et réclamé 51,5 milliards de dollars pour répondre à l'aggravation des besoins humanitaires

PARIS : Les prix mondiaux des produits alimentaires ont continué de se stabiliser en novembre, avec une baisse des prix des céréales liée notamment à la prolongation du corridor maritime en mer Noire, a annoncé vendredi l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO).

L'indice FAO des prix des denrées alimentaires, qui suit la variation des cours internationaux d'un panier de produits de base, a très légèrement diminué par rapport à son niveau du mois d'octobre, et «n'est plus que de 0,3% supérieur à son niveau de novembre 2021».

L'indice FAO des prix des céréales a amorcé une baisse de 1,3% en novembre, le blé se repliant de 2,8% et le maïs de 1,7%, «en partie sous l'effet de la prolongation de l'accord sur les exportations de céréales ukrainiennes en mer Noire».

L'indice des prix des huiles végétales, à l'inverse, «a augmenté de 2,3% en novembre, mettant fin à sept mois consécutifs de baisse», souligne la FAO, sous l'effet d'une hausse de l'huile de palme et du soja.

Par ailleurs, l'indice FAO des prix du sucre a rebondi de 5,2% en novembre. Les retards de récolte dans les principaux pays producteurs et l'abaissement du quota d'exportation en Inde suscitent des tensions et entraînent une recrudescence des achats. L'organisation économique a une nouvelle fois abaissé vendredi ses perspectives de production céréalière mondiale: elle devrait se replier de 2% en 2022 comparé à l'année précédente, une réduction qui «reflète en partie les faibles perspectives de production de maïs en Ukraine».

«45 pays, dont 33 en Afrique, neuf en Asie, deux en Amérique latine et dans les Caraïbes et un en Europe ont besoin d'une aide alimentaire extérieure pour faire face aux conflits, aux évènements météorologiques extrêmes et à l'inflation galopante», rappelle aussi la FAO vendredi.

L'ONU a lancé jeudi un appel de fonds record pour 2023 et réclamé 51,5 milliards de dollars pour répondre à l'aggravation des besoins humanitaires. Ils ont été dopés ces derniers mois par le conflit en Ukraine et par les effets du changement climatique, qui est à l'origine d'une sécheresse dramatique dans la Corne de l'Afrique.

Pour «sauver la vie et préserver les moyens de subsistance des personnes les plus exposées à l'insécurité alimentaire aiguë», la FAO aura besoin de 1,9 milliard de dollars l'an prochain, une somme qui devrait permettre de fournir une assistance «vitale» à 48 millions de personnes.


Ukraine: le Kremlin rejette les conditions de Biden pour des discussions avec Poutine

Le Kremlin a rejeté vendredi les conditions évoquées la veille par le président américain Joe Biden qui s'était dit prêt à discuter avec son homologue russe Vladimir Poutine si ce dernier retirait ses troupes d'Ukraine. (AFP)
Le Kremlin a rejeté vendredi les conditions évoquées la veille par le président américain Joe Biden qui s'était dit prêt à discuter avec son homologue russe Vladimir Poutine si ce dernier retirait ses troupes d'Ukraine. (AFP)
Short Url
  • Biden «a dit de facto que des négociations seraient possibles uniquement après que Poutine sera parti d'Ukraine», ce que Moscou rejette «bien évidemment», a déclaré Peskov
  • Tout en rejetant les conditions de M. Biden, M. Poutine «est et reste ouvert à des contacts, à des négociations, ce qui est très important», a affirmé le porte-parole du Kremlin

MOSCOU: Le Kremlin a rejeté vendredi les conditions évoquées la veille par le président américain Joe Biden qui s'était dit prêt à discuter avec son homologue russe Vladimir Poutine si ce dernier retirait ses troupes d'Ukraine.

Le président américain "a dit de facto que des négociations seraient possibles uniquement après que Poutine sera parti d'Ukraine", ce que Moscou rejette "bien évidemment", a déclaré le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov.

"L'opération militaire continue", a-t-il insisté.

Jeudi, M. Biden s'est dit "prêt" à parler avec M. Poutine si ce dernier "cherche un moyen de mettre fin à la guerre" en Ukraine. Il a fixé comme première condition un retrait des troupes russes.

"Si tel était le cas, alors en consultation avec mes amis français et l'Otan, je serais heureux de m'asseoir avec Poutine pour voir ce qu'il a en tête. Il ne l'a pas encore fait", a-t-il ajouté, lors d'une conférence de presse commune avec le président français Emmanuel Macron.

Tout en rejetant les conditions de M. Biden, M. Poutine "est et reste ouvert à des contacts, à des négociations, ce qui est très important", a affirmé le porte-parole du Kremlin.

Mais les Etats-Unis ne reconnaissent pas l'annexion de quatre territoires ukrainiens revendiquée par Moscou en septembre, ce qui "complique de manière significative la recherche d'un terrain (d'entente) pour une possible discussion", a ajouté M. Peskov.


Un migrant rentre dans l'enclave de Melilla en parapente

Un migrant rentre dans l'enclave de Melilla en parapente
Short Url
  • «Vers 18h15 (17H15 GMT), deux personnes qui circulaient en voiture (à Melilla) ont vu une personne en parapente» survoler la haute barrière ultra-sécurisée séparant l'enclave du Maroc et rentrer à Melilla
  • Situées sur la côte nord du Maroc, les petites enclaves de Melilla et de Ceuta constituent les deux seules frontières de l'UE sur le continent africain

MADRID: Un migrant est parvenu à rentrer jeudi dans l'enclave espagnole de Melilla depuis le Maroc voisin en parapente, a-t-on appris vendredi auprès des autorités espagnoles.

"Vers 18h15 (17H15 GMT), deux personnes qui circulaient en voiture (à Melilla) ont vu une personne en parapente" survoler la haute barrière ultra-sécurisée séparant l'enclave du Maroc et rentrer à Melilla, a indiqué à l'AFP un porte-parole de la préfecture de l'enclave.

Ces deux personnes ont "prévenu la Garde civile" mais ce "migrant n'a pas pu être localisé" pour le moment, a-t-il ajouté.

Selon ce porte-parole, c'est "la première fois" qu'un migrant entre à Melilla en parapente.

Situées sur la côte nord du Maroc, les petites enclaves de Melilla et de Ceuta constituent les deux seules frontières de l'UE sur le continent africain.

Les barrières grillagées de plusieurs mètres de haut, équipées de caméras et de miradors, qui marquent la frontière entre le Maroc et ces enclaves font régulièrement l'objet de tentatives de franchissement parfois mortelles.

Le 24 juin dernier, au moins 23 migrants ont péri en tentant de pénétrer à Melilla, le bilan humain le plus lourd jamais enregistré lors des tentatives d'intrusion de migrants dans l'une des deux enclaves espagnoles.

Cette tragédie avait provoqué l'indignation internationale, l'Onu dénonçant un "usage excessif de la force" de la part des autorités marocaines et espagnoles.

Des migrants tentent parfois aussi de rentrer à la nage dans ces enclaves depuis les localités marocaines voisines.