«Fi Zaouiyati Oummi» d’Asmae El Moudir projeté au Club cinématographique universitaire «Raouia»

Raouia recevant un prix symbolique à l'occasion de la nomination du club par son nom (Photo, Le Matin)
Raouia recevant un prix symbolique à l'occasion de la nomination du club par son nom (Photo, Le Matin)
Short Url
Publié le Dimanche 20 mars 2022

«Fi Zaouiyati Oummi» d’Asmae El Moudir projeté au Club cinématographique universitaire «Raouia»

  • Cette histoire rentre dans la catégorie de films qu’Asmae aime réaliser et qui évoquent des sujets sociaux
  • El Moudir se rend au village, cet endroit isolé, et commence à tisser les fils de son récit

De son côté, la réalisatrice Asmae El Moudir a indiqué qu’elle n’a pas hésité à accepter la proposition du Centre Sijilmassa pour projeter le film, et ce après avoir reçu l’autorisation de la Chaîne «Al Jazira». «Après la sortie du film en 2020, nous l’avons projeté à travers une grande tournée à l’étranger (IDFA à Amsterdam, au Canada, en Suède…). Son avant-première au Maroc n’est pas encore programmée, mais quand j’ai reçu l’invitation du Centre Sijilmassa, je n’ai pas hésité un moment pour accepter, parce que j’ai toujours rêvé de voir cette masse de gens dans une salle pour voir un film et j’en suis très contente. Sachant que, pour moi, ce film est une expérience personnelle qui me tient tant à cœur».

En effet, ce film est fait par pure coïncidence quand la réalisatrice Asmae El Moudir a trouvé une vieille carte postale dans les affaires de sa mère, où est photographié le village de montagne Zawia où sa maman est née et avait quitté lorsqu’elle était encore enfant sans jamais y retourner. C’est, ainsi, qu’Asmae a pensé donner vie à ce lieu à travers une histoire sensationnelle. El Moudir se rend au village, cet endroit isolé, et commence à tisser les fils de son récit. «J’ai découvert cette carte postale depuis toute petite. Pendant des années, cette image faisait partie de mes livres.

Je l’ai même utilisée comme marque-page. Plus tard, alors que je cherchais des documents parmi les affaires de ma mère, je l’ai trouvée, puis j'ai demandé à ma mère ce qu’elle représente et elle a répondu que c'est une photo du village dans lequel elle est née et quitté encore petite fille». Cette histoire rentre dans la catégorie de films qu’Asmae aime réaliser et qui évoquent des sujets sociaux. Selon le synopsis du documentaire, «Asmae se lance dans une quête du passé de sa mère, et donc du sien. Elle établit des liens personnels avec les femmes et les jeunes filles du village ; l’une des jeunes filles s’appelle Oum Elaid. Plus El Moudir apprend à la connaître, elle et sa famille, plus elle se rend compte à quel point sa vie aurait été différente si sa mère était restée au village».

Lire la suite 

NDLR: Mosaïque est une revue de presse qui offre au lecteur un aperçu sélectif et rapide des sujets phares abordés par des quotidiens et médias de renommée dans le monde arabe. Arab news en Français se contente d’une publication très sommaire, revoyant le lecteur directement vers le lien de l’article original. L’opinion exprimée dans cette page est propre à l’auteur et ne reflète pas nécessairement celle d’Arab News en français.


«Littérature de femmes tunisiennes» de Ridha Bourkhis: Un bel hommage aux écrivaines tunisiennes

Aujourd’hui nous assistons à une évolution probable vers une écriture androgyne (Photo, La Presse).
Aujourd’hui nous assistons à une évolution probable vers une écriture androgyne (Photo, La Presse).
Short Url
  • Son intention semble être simplement de présenter quelques bons échantillons de la production littéraire des femmes de Tunisie
  • Titre nullement prétentieux qu’on pourrait paraphraser ainsi «Ecrits littéraires de femmes de Tunisie»

Les éditions tunisiennes «Contraste Editions» viennent de publier, dans de bonnes conditions, le dernier ouvrage de Ridha Bourkhis qui présente et analyse les romans, autobiographies, livres de poésie et recueils de nouvelles, écrits par 26 écrivaines tunisiennes, essentiellement arabophones, mais francophones aussi, jeunes et moins jeunes, très connues ou peu connues par les lecteurs.Issu des activités de son auteur qui est interprète du texte littéraire et stylisticien à l’université tunisienne, cet ouvrage ne s’intitule pas «La littérature féminine tunisienne» ni «la littérature des femmes tunisiennes ».

Il s’intitule plutôt «Littérature de femmes tunisiennes». Titre nullement prétentieux qu’on pourrait paraphraser ainsi «Ecrits littéraires de (quelques/plusieurs) femmes de Tunisie». C’est que Ridha Bourkhis ne prétend pas présenter dans ce livre de 192 pages  toute la littérature, plurielle, des écrivaines tunisiennes maintenant fort nombreuses et très différentes les unes des autres tant au niveau de la langue choisie (l’arabe ou le dialecte tunisien ou le français ou encore l’anglais) qu’au niveau des thèmes traités, des genres retenus et du style, naturellement personnel et singulier.

Lire la suite 

NDLR: Mosaïque est une revue de presse qui offre au lecteur un aperçu sélectif et rapide des sujets phares abordés par des quotidiens et médias de renommée dans le monde arabe. Arab news en français se contente d’une publication très sommaire, renvoyant le lecteur directement vers le lien de l’article original. L’opinion exprimée dans cette page est propre à l’auteur et ne reflète pas nécessairement celle d’Arab News en français.


Les Rencontres des arts de la scène en Méditerranée se clôturent ce week-end à Casablanca

"Maguy Marin, l’urgence d’agir", de David Mambouch (Photo, Le Matin).
"Maguy Marin, l’urgence d’agir", de David Mambouch (Photo, Le Matin).
Short Url
  • Pendant plusieurs jours, des questions artistiques et politiques sont discutées entre artistes
  • Cette édition casablancaise s’inscrit dans une volonté de marquer une étape importante dans la vie culturelle casablancaise

Sur une proposition de Meryem Jazouli, chorégraphe marocaine et fondatrice de l’association ARD2D, les Rencontres des arts de la scène en Méditerranée ont quitté Montpellier pour la première fois et ont jeté l’ancre à Casablanca. Elles prendront fin ce dimanche 4 décembre. 

Imaginées comme un temps de partage de créations et d’idées, les Rencontres des arts de la scène en Méditerranée – organisées depuis 2018 par le Théâtre des 13 Vents, Centre dramatique national de Montpellier – rassemblent chaque mois de novembre, à Montpellier, artistes et acteurs de la culture du pourtour méditerranéen autour des arts vivants et des écritures contemporaines.

Pendant plusieurs jours, des questions artistiques et politiques sont discutées entre artistes tandis que des œuvres de théâtre, de danse, de musique et de cirque sont partagées avec le public. «Dérive Casablancaise», première étape extra-muros, est née de l’envie de donner écho à l’esprit des Rencontres et de la Biennale, de réfléchir à la création en Méditerranée à partir de Casablanca, de réunir des énergies autour des arts vivants et de questionner les écritures contemporaines à la lumière des changements induits par les crises que le monde traverse. «Cette édition casablancaise s’inscrit dans une volonté de marquer une étape importante dans la vie culturelle casablancaise. Elle vise à construire un pont entre la métropole et d’autres villes du bassin méditerranéen», indiquent les organisateurs.

Lire la suite 

NDLR: Mosaïque est une revue de presse qui offre au lecteur un aperçu sélectif et rapide des sujets phares abordés par des quotidiens et médias de renommée dans le monde arabe. Arab news en français se contente d’une publication très sommaire, renvoyant le lecteur directement vers le lien de l’article original. L’opinion exprimée dans cette page est propre à l’auteur et ne reflète pas nécessairement celle d’Arab News en français.


Ankara répare-t-elle les clôtures avec Le Caire et Damas ?

Le président turc Recep Tayyip Erdogan serre la main du président égyptien Abdel Fattah al-Sissi (Photo, AFP).
Le président turc Recep Tayyip Erdogan serre la main du président égyptien Abdel Fattah al-Sissi (Photo, AFP).
Short Url
  • La dernière percée a été initiée par le président turc Erdogan
  • Les parties égyptienne et turque étaient parvenues à des accords importants

Pourquoi l'Égypte et la Syrie étaient-elles en bas de la liste de réconciliation du gouvernement turc ? La Turquie semble réparer les barrières: le conflit qui dure depuis une décennie (et, dans le cas de la Syrie, sanglant) entre les gouvernements est apparemment en train de se terminer.

La dernière percée a été initiée par le président turc Erdogan, suite à l'échec des négociateurs techniques à trouver un accord sur le dernier dossier restant. Des tentatives de réparation des relations entre Le Caire et Ankara étaient en cours depuis que la fièvre des réconciliations a pris d'assaut Al-Ula début 2021.

Les parties égyptienne et turque étaient parvenues à des accords importants, mais la réconciliation n'a été formellement achevée au niveau des dirigeants que lors de la cérémonie d'ouverture de la Coupe du monde, qui a réuni Abdelfattal el-Sissi et Erdogan sous le parrainage qatari. Assis entre les deux présidents, le secrétaire général des Nations unies était loin d'être une barrière. L'Égypte et la Turquie s'y étaient probablement préparées depuis des semaines, choisissant la Coupe du monde comme occasion en l'honneur du Qatar, qui a servi de médiateur entre eux.

Lire la suite 

NDLR: Mosaïque est une revue de presse qui offre au lecteur un aperçu sélectif et rapide des sujets phares abordés par des quotidiens et médias de renommée dans le monde arabe. Arab news en français se contente d’une publication très sommaire, renvoyant le lecteur directement vers le lien de l’article original. L’opinion exprimée dans cette page est propre à l’auteur et ne reflète pas nécessairement celle d’Arab News en français.