Sécurité alimentaire: l'UE veut doper sa production agricole face à la guerre en Ukraine

Les Vingt-Sept cherchent à doper leur production pour renforcer la sécurité alimentaire de l'UE et répondre aux risques de pénuries d'autres régions du monde (Photo, AFP).
Les Vingt-Sept cherchent à doper leur production pour renforcer la sécurité alimentaire de l'UE et répondre aux risques de pénuries d'autres régions du monde (Photo, AFP).
Short Url
Publié le Mardi 22 mars 2022

Sécurité alimentaire: l'UE veut doper sa production agricole face à la guerre en Ukraine

  • Les ministres européens de l'Agriculture, réunis lundi à Bruxelles, se sont penchés sur les mesures d'urgence que la Commission européenne s'apprête à valider
  • La Commission projette également un soutien au stockage privé dans la filière porcine

BRUXELLES: Réduction des jachères, aides financières, révision des objectifs de verdissement des cultures: face au choc du conflit ukrainien sur les marchés agricoles, les Vingt-Sept cherchent à doper leur production pour renforcer la sécurité alimentaire de l'UE et répondre aux risques de pénuries d'autres régions du monde.

Alors que l'invasion de l'Ukraine par la Russie, deux exportateurs majeurs de céréales, a propulsé les cours des huiles, blé, soja, colza et maïs à des records et fait flamber les prix du carburant comme des engrais, les Européens veulent amortir l'explosion des coûts pour leurs agriculteurs.

Surtout, l'UE cherche à gonfler sa production, autant pour compenser la chute de ses approvisionnements en alimentation animale (plus de la moitié de ses importations de maïs venaient d'Ukraine) que pour pallier de graves crises alimentaires redoutées en Afrique et en Asie. 

Les ministres européens de l'Agriculture, réunis lundi à Bruxelles, se sont penchés sur les mesures d'urgence que la Commission européenne s'apprête à valider parallèlement à la présentation mercredi de sa "feuille de route" de stratégie agro-alimentaire.

Bruxelles propose ainsi de puiser dans la "réserve de crise", un fonds de 450 millions d'euros prévu pour aider les agriculteurs en cas d'instabilité des prix. Un "accord-cadre" temporaire permettrait aux Etats d'apporter des aides supplémentaires.

La Commission projette également un soutien au stockage privé dans la filière porcine. Surtout, l'exécutif européen veut accorder des dérogations provisoires à ses règles sur les jachères, afin d'y cultiver des protéagineux.

Selon la nouvelle Politique agricole commune (PAC), qui entrera en vigueur en janvier 2023, les exploitations dépassant dix hectares devaient laisser au moins 4% des terres non cultivées pour encourager la biodiversité.

"Dans les mois qui viennent, il faut anticiper des pénuries mondiales: le recours aux jachères est nécessaire pour compenser la perte des récoltes ukrainiennes", salue la ministre autrichienne Elisabeth Köstinger.

«Plan protéines»

Enfin, les Etats demandent à la Commission de réévaluer leurs plans stratégiques qui déclinent la future PAC au niveau national, sans trop retarder son calendrier alors que certains agriculteurs prépareront bientôt leurs assolements pour 2023.

L'adaptation des plans nationaux est "une question de bon sens", a insisté le ministre français Julien Denormandie, pour qui Bruxelles doit faire preuve de "transparence" sur ses méthodes d'évaluation et tenir compte des impératifs d'"indépendance alimentaire".

"La PAC a été établie pour garantir prévisibilité et sécurité alimentaire aux Européens, cela doit rester la priorité", a abondé son homologue espagnol Luis Planas Puchades. L'Autriche, appuyée par Paris, plaide elle pour un ambitieux "plan protéines végétales" pour réduire les importations européennes de soja et maïs.

"Il y a de la marge pour rendre le secteur agricole plus résistant. Mais je ne crois pas que les contributions aux stratégies (de verdissement) doivent être abandonnées et affaiblies", a rétorqué le commissaire à l'Agriculture Janusz Wojciechowski.

Une partie des États exigent en effet de réviser la stratégie européenne "De la ferme à la fourchette", qui vise, d'ici à 2030, à réduire de moitié l'usage de pesticides, de 20% celui d'engrais, et à consacrer un quart des terres au bio. Ce qui se traduirait selon plusieurs études --critiquées par Bruxelles-- par une chute des rendements.

"Cette stratégie reposait sur un monde d'avant la guerre en Ukraine. Ses objectifs doivent être revus, en aucun cas l'Europe ne peut se permettre de produire moins", a insisté la semaine dernière le président français Emmanuel Macron.

A l'unisson d'ONG environnementales, la Commission estime au contraire que la réduction prévue des engrais et pesticides permettra de préserver et revivifier les sols, donc de conforter à terme la sécurité alimentaire --d'autant que la potasse des engrais vient majoritairement de Russie et du Bélarus.

Pour les Vingt-Sept, cette dépendance-là invite plutôt à envisager "des dérogations sur l'utilisation d'engrais organiques" et à muscler "l'investissement dans notre production d'engrais", insiste Julien Denormandie.

Le "produire davantage" des Etats hérisse l'ONG Oxfam: "A court terme, il n’y a pas de problème d'offre sur le blé (au niveau mondial), mais un souci d'accès pour les populations les plus vulnérables", pour qui le prix du marché devient inaccessible, rappelle-t-elle, défendant la stratégie verte de l'UE et une agriculture basée sur la production "locale et à petite échelle".


JPMorgan: Le prix du baril de pétrole pourrait atteindre 380 dollars

Short Url
  • Les alliés occidentaux, dirigés par les États-Unis, ont imposé de nombreuses sanctions et élaboré un mécanisme complexe pour plafonner le prix du pétrole russe
  • Si la production est réduite de 5 millions de barils, le prix pourrait atteindre 380 dollars le baril

RIYAD: Dans un contexte de tensions géopolitiques persistantes et d'une flambée des prix de l'énergie, les cours mondiaux du pétrole pourraient atteindre 380 dollars le baril si les restrictions américaines et européennes obligent la Russie à réduire sa production de brut en guise de représailles, rapporte Bloomberg en citant des analystes de JPMorgan Chase & Co.

C'est après l'invasion de l'Ukraine par la Russie que les alliés occidentaux, dirigés par les États-Unis, ont imposé de nombreuses sanctions et élaboré un mécanisme complexe pour plafonner le prix du pétrole russe.

Selon les analystes de JPMorgan, dont Natasha Kaneva, la Russie bénéficie en ce moment d'une position financière solide et peut se permettre de réduire sa production quotidienne de brut de 5 millions de barils.

La réduction de la production de brut russe pourrait avoir des conséquences désastreuses sur le monde entier. Une réduction de 3 millions de barils ferait par exemple grimper le prix du brut à 190 dollars à Londres. Dans le pire des scénarios, si la production est réduite de 5 millions de barils, le prix pourrait atteindre 380 dollars le baril, expliquent les analystes.

«Le risque le plus évident et le plus probable d'un plafonnement des prix serait la décision de la Russie de riposter en réduisant ses exportations afin de porter un coup dur à l'Occident.»

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Orpea: Guillaume Pepy, ancien PDG de la SNCF, proposé à la tête du conseil d'administration

PDG de la SNCF, Guillaume Pepy (Photo, AFP).
PDG de la SNCF, Guillaume Pepy (Photo, AFP).
Short Url
  • Le groupe Orpea, géant français des maisons de retraite et des cliniques privées, est plongé dans la tourmente
  • L'action Orpea a dégringolé depuis «Les Fossoyeurs» et le scandale qui s'en est suivi

PARIS: Guillaume Pépy, ancien PDG de la SNCF, "sera proposé pour assurer la présidence du nouveau conseil d'administration" d'Orpea, a indiqué dimanche soir le groupe privé de maisons de retraite, dans la tourmente depuis la parution début 2022 du livre enquête "Les Fossoyeurs".

"Un profond renouvellement du conseil d'administration sera proposé à la prochaine assemblée générale", avec l'arrivée de cinq nouveaux administrateurs indépendants, dont Guillaume Pepy, précise Orpea dans un communiqué. S'il est élu, l'ancien dirigeant de la SNCF "sera proposé" à la présidence du nouveau conseil d'administration.

Les nominations comme administrateurs indépendants de Guillaume Pepy, actuellement président d'Initiative France, Isabelle Calvez, directrice des ressources humaines du Groupe Veolia, John Glen, président du Conseil d’administration de BIC SA jusqu’en mai et David Hale, directeur général de Guerbet Group, seront soumises au vote des actionnaires lors de l'assemblée générale le 28 juillet prochain.

Laurent Guillot, qui a effectué une grande partie de sa carrière chez Saint-Gobain et directeur général d’Orpea depuis vendredi, sera également proposé comme nouvel administrateur lors de cette assemblée générale, ajoute Orpea.

Philippe Charrier, qui présidait le conseil d’administration avant que le scandale éclate et qui "a assuré à titre provisoire la direction générale d’Orpea de février à juin 2022", "a choisi de mettre un terme à son mandat d’administrateur à l’issue de la prochaine assemblée".

Le groupe Orpea, géant français des maisons de retraite et des cliniques privées, est plongé dans la tourmente depuis la parution en janvier d'un livre-enquête, "Les Fossoyeurs", qui documente des mauvais traitements infligés aux résidents, des fraudes comptables et administratives et des pratiques contestables en matières de ressources humaines.

A la suite d'un signalement que le gouvernement a émis à la justice fin mars, une enquête enquête préliminaire a été ouverte en avril pour maltraitance institutionnelle et infractions financières.

Les enquêteurs creusent également plus d'une quarantaine de plaintes, dont la majorité a été déposée de manière groupée début avril par des familles de résidents d'Ehpad, qui accusent Orpea de "mise en danger de la vie d'autrui" et d'"homicide involontaire".

L'action Orpea a dégringolé depuis "Les Fossoyeurs" et le scandale qui s'en est suivi, passant de 86 euros fin janvier à quelque 22 euros fin juin.


L'Argentine dans l'attente nerveuse d'un nouveau ministre de l'Economie

L’ex ministre de l’économie Argentine Martin Guzman (Photo, AFP).
L’ex ministre de l’économie Argentine Martin Guzman (Photo, AFP).
Short Url
  • Martin Guzman a été le grand artisan des négociations avec le FMI pour restructurer la dette argentine
  • Changement de cap ou simplement de personne?

BUENOS AIRES: Le président argentin Alberto Fernandez tenait dimanche une série de consultations pour désigner un nouveau ministre de l'Economie, après la démission surprise samedi de Martin Guzman, artisan de l'accord sur la dette argentine, mais incapable au final de dompter l'inflation.

Le président de centre-gauche, qui ne s'est pas exprimé depuis la démission de Martin Guzman samedi en fin de journée, a convoqué à la mi-journée plusieurs collaborateurs et membres du gouvernement à la résidence officielle d'Olivos (nord de Buenos Aires), dont le président de la Chambres des députés Sergio Massa.

Martin Guzman, 39 ans, nommé en décembre 2019 par Alberto Fernandez juste élu, a été le grand artisan des négociations avec le Fonds monétaire international (FMI) pour restructurer la dette argentine de près de 45 milliards de dollars, héritage d'un prêt record contracté en 2018 par le précédent gouvernement du libéral Mauricio Macri.

Salué pour avoir évité à l'Argentine, 3e économie d'Amérique latine, un défaut de paiement, le jeune ministre a pourtant régulièrement été mis en cause par l'aile gauche de la coalition gouvernementale "Frente de Todos", la frange péroniste incarnée par la toujours influente Cristina Kirchner, vice-présidente du pays (et cheffe de l'Etat de 2007 à 2015).

Réclamant régulièrement une inflexion sociale, elle n'avait jamais caché sa réticence à un accord avec le FMI, son refus de toute ajustement structurel -- de sinistre mémoire en Argentine -- et ses doutes sur un surcroît de discipline budgétaire -pourtant au coeur de l'accord avec le FMI-- dans un pays comptant 37% de pauvres.

Et les mois passant, l'inflation toujours prégnante (+29,3% depuis janvier) et une méfiance continue envers le peso argentin (130 pour un dollar au taux officiel,  mais 239 au taux de la rue contre 170 il y a un an) ôtaient de facto de la crédibilité à la patiente ligne Guzman.

«Moment de tension»

Il y a quelques semaines, Cristina Kirchner a encore mis en cause la stratégie de lutte contre l'inflation, qui a atteint en mai 60,7% sur douze mois, après 59% en 2021, pointant plutôt du doigt l'évasion de devises et les attaques spéculatives, que les déficit budgétaires ou la fuite en avant des salaires.

Martin Guzman, un économiste disciple du Nobel de l'Economie Joseph Stiglitz mais sans profil ni parcours politique en Argentine, a paru payer au final le prix de ce manque d'appui, hormis celui du chef de l'Etat encore ces derniers jours.

Dans sa lettre de démission, il exprime ce regret, estimant que pour son successeur, "d'après mon expérience, il sera primordial de travailler à un accord politique au sein de la coalition gouvernementale".

Dans une analyse prémonitoire en juin, le cabinet de consultants Eurasia group prédisaitque "les luttes intestines au sein du gouvernement vont continuer de s'aggraver, nuisant davantage à la capacité d'élaborer un plan politique cohérent".

"Au-dela d'un nom, ce qu'il doit y avoir c'est la paix politique, l'ordre politique, l'accord politique", a estimé sur Radio con Vos Diego Mosso un économiste et ancien dirigeant de la Sécurité sociale. "Parce que si après 10 jours vous prenez une décision et que sort un tweet quelqu'un disant qu'il faut aller dans l'autre sens, c'est très difficile".

L'opposition de droite, qui était restée mesurée à l'égard de Guzman, a tiré ce week-end à boulets rouge sur la coalition, le chef du groupe radical (centre-droit) Mario Negri, estimant que sa démission "corrobore que ce gouvernement est sur un toboggan" et évoquant un "moment de tension maximale".

Horacio Rodríguez Larreta, maire (centre-droit) de Buenos Aires et l'un des potentiels présidentiables en vue de l'élection fin 2023, a appelé le chef de l'Etat à "des mesures immédiates pour réduire l'incertitude générée par les affrontements au sein du gouvernement et l'absence de plan".

Changement de cap ou simplement de personne ? Avec la réaction des marchés en début de semaine, celle du FMI au changement d'interlocuteur argentin pourrait donner un indice des difficultés des prochains mois pour l'économie argentine. "Pour le FMI, Guzman était un moindre mal", résumait pour l'AFP l'analyste politique Carlos Fara.