A Lviv, l'art ukrainien se met à l'heure de la guerre

Une femme tient une pancarte alors qu'elle participe à un rassemblement le 19 février 2022, dans le centre de la ville de Lviv. (Photo, AFP)
Une femme tient une pancarte alors qu'elle participe à un rassemblement le 19 février 2022, dans le centre de la ville de Lviv. (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Mardi 22 mars 2022

A Lviv, l'art ukrainien se met à l'heure de la guerre

Une femme tient une pancarte alors qu'elle participe à un rassemblement le 19 février 2022, dans le centre de la ville de Lviv. (Photo, AFP)
  • Depuis le début de l'invasion russe en Ukraine il y a plus de trois semaines, l'imprimerie produit des posters, des banderoles ou encore des autocollants aux accents résolument patriotiques
  • Inondé d'une odeur d'encre particulièrement forte, le studio est l'un des nombreux points de vente de la ville de messages de guerre exhortant l'Ukraine à la victoire

LVIV: Affiches à la gloire de héros du conflit avec la Russie, caricatures de Vladimir Poutine ou encore souvenirs célébrant des figures ukrainiennes: à  Lviv, capitale culturelle de l'Ukraine qui attirait avant la guerre de nombreux visiteurs, l'art ukrainien s'est mis depuis trois semaines à l'heure de la guerre. 

Dans l'imprimerie « Reklama Zovnichnia », une affiche sur papier glacé qui sèche montre un tracteur ukrainien transportant un char russe à l'arrêt. A côté, une caricature du squelette d'un envahisseur russe tué, sur lequel pousse un tournesol, l'un des emblèmes nationaux de l'Ukraine, apparaît sur un écran d'ordinateur. 

Depuis le début de l'invasion russe en Ukraine il y a plus de trois semaines, l'imprimerie produit des posters, des banderoles ou encore des autocollants aux accents résolument patriotiques. 

Inondé d'une odeur d'encre particulièrement forte, le studio est l'un des nombreux points de vente de la ville de messages de guerre exhortant l'Ukraine à la victoire. 

Pour Volodymyr Kotovitch, son directeur de 26 ans, « ce n'est pas de la propagande ». « Ce sont des slogans patriotiques qui motivent notre peuple et nos soldats », assure-t-il, en grimpant sur des rames de papier industriel empilées sur le sol de l'atelier. 

Depuis le 24 février dernier, son entreprise consacre 80% de son temps à imprimer de telles affiches, son activité habituelle ayant été réduite à peau de chagrin. 

Appels aux armes  

Les habitants de Lviv admettent volontiers que Kiev est le centre névralgique du pays. Mais ils soutiennent que leur ville, peuplée de plus de 700 000 personnes avant la guerre, abrite l'âme de la nation ukrainienne.  

Il y a quelques semaines encore, la cité, haut lieu touristique attirant de nombreux visiteurs, affichait partout son penchant culturel: les murs étaient tapissés d'affiches pour des concerts ou autres expositions d'art. Et l'on pouvait écouter des musiciens ambulants dans les rues pavées du centre-ville. 

Mais l'invasion russe a radicalement changé la donne et Lviv se pare désormais d'appels à prendre les armes. 

Sur un panneau publicitaire, on voit le président russe Vladimir Poutine, face contre terre écrasée par une botte arborant le trident ukrainien. Sur un autre, un ours russe est dévoré par un blaireau portant le brassard jaune des forces armées ukrainiennes. 

« Qui ose nous attaquer avec une épée sera tué par cette épée », peut-on lire sur l'affiche, qui sollicite au passage des dons pour contribuer à l'effort de guerre. 

Sur la façade de l'opéra, trois banderoles flottent dans les airs, chacune représentant des héros du conflit. 

La première fait l'éloge du « Fantôme de Kiev », un personnage mythique apparu au début du conflit qui aurait selon la légende abattu plusieurs avions russes le premier jour de l'invasion. Une autre rend hommage à des gardes-frontières tués à leur poste. La troisième, enfin, représente un ingénieur qui s'est sacrifié pour contrecarrer l'avancée de blindés russes. 

Les exploits -- et même l'existence -- de certains de ces hommes sont contestés. Mais ils racontent tous l'histoire d'une Ukraine en route vers la victoire.  

Volodymyr Kotovitch, le directeur de l'imprimerie, sait pertinemment que l'émotion a en partie pris le pas, déformant les faits. 

Souvenirs de guerre  

Depuis plusieurs jours, partout dans les rues de Lviv fleurissent des messages en soutien aux forces ukrainiennes. 

Ici, sur une affiche collée sur une arche du centre-ville, l'aigle impérial russe est barré d'une croix bleue et jaune, les couleurs de l'Ukraine. Là, un pont est orné de l'image d'un cocktail Molotov, un symbole de la résistance des Ukrainiens. 

Des prospectus en noir et blanc montrant un soldat déterminé au dessus duquel planent des jets sont grossièrement collés sur des gouttières d'immeuble. 

Preuve de la popularité de ce nouvel art visuel, les boutiques de souvenirs vendent déjà toutes sortes de babioles à la gloire de l'Ukraine. 

Dans la boutique « Kram », des tote bags affichent l'image du président Volodymyr Zelensky, le poing levé en l'air. Des barres de chocolat arborent le portrait de Taras Chevtchenko, grande figure littéraire ukrainienne du XIXe siècle. 

« Propagande ou pas, les Russes sont venus sur nos terres et nous devons nous défendre », estime une vendeuse, Mikhaïlyna Yarmola, 21 ans. 

Elle montre du doigt l'article le plus populaire du magasin, des bonbons sur lesquels sont inscrits des messages de défiance à l'égard des navires de guerre russes. 

« Les gens les achètent pour les offrir ou les emporter comme souvenirs s'ils se réfugient à l'étranger », dit-elle. 


Le cinéma marocain est en deuil: Khadija Assad n'est plus

Khadija Assad s’est éteinte à l’âge de 70 ans entourée de ses proches, après une longue lutte contre le cancer. (Photo, MAP)
Khadija Assad s’est éteinte à l’âge de 70 ans entourée de ses proches, après une longue lutte contre le cancer. (Photo, MAP)
Short Url
  • La comédienne avait enchanté le Maroc dans les années 2000 avec son compagnon de vie et de carrière, Aziz Saadallah, avec le célèbre sitcom Lalla Fatima
  • L’icône marocaine s’est éteinte à l’âge de 70 ans entourée de ses proches, après une longue lutte contre le cancer

CASABLANCA: Une étoile s'est éteinte. Trois ans après la disparition de son mari, l'actrice Khadija Assad a tiré sa révérence ce mercredi, dans son domicile à Casablanca, après une longue lutte contre le cancer.

Selon les médias locaux, Khadija Assad a été transférée hier à son domicile, depuis l’un des hôpitaux privés de Casablanca, à la demande de sa famille, à la suite de la détérioration de son état de santé. L’icône marocaine est décédée à l’âge de 70 ans entourée de ses proches.

Elle avait enchanté tout un pays dans les années 2000 avec son compagnon de vie et de carrière, Aziz Saadallah, avec la célèbre sitcom Lalla Fatima. Le couple avait auparavant séduit la génération des années 1970, grâce à la série à succès Hia ou Houa («Elle et lui»).

À l’annonce de son décès, les internautes marocains n’ont pas manqué de faire part de leur tristesse et ont présenté leurs condoléances. Des célébrités locales leur ont emboîté le pas.

«Triste pour le départ de Khadija Assad. Lalla Khadija a un parcours artistique plein d’élégance et de hautes valeurs artistiques et humaines. Je la connaissais souriante, généreuse et d’une grande gentillesse», a écrit le comédien et humoriste Hassan el-Fad sur Instagram.

«Je viens d’apprendre la triste nouvelle du décès de l’artiste bien aimée Khadija Assad, chez elle à Casablanca, après une rude bataille contre le cancer. Kissariat Oufella est la dernière œuvre sur laquelle nous avons travaillé ensemble. Malgré la maladie, elle a répondu à l’appel et a joué un magnifique rôle honorifique. Elle a donné l’exemple à toute une génération de femmes marocaines qui savent concilier art, maternité et responsabilité...», a pour sa part écrit l’acteur et réalisateur Rachid el-Ouali sur Instagram.

Le roi Mohammed VI a fait part de ses condoléances dans un message adressé à la famille de la défunte. Dans une dépêche de la MAP, agence de presse officielle du Maroc, qui reprend le message royal, le Souverain dit avoir «appris avec une grande émotion et profonde affliction la triste nouvelle du décès de la grande artiste Khadija Assad que Dieu l’ait en Sa sainte miséricorde.» 

«En cette douloureuse circonstance, Nous vous exprimons, et à travers vous, à l’ensemble de votre famille et vos proches, à la famille artistique nationale de la défunte et à tous ses amis et admirateurs, Nos vives condoléances et Nos sincères sentiments de compassion suite à la disparition de l’une des icônes de l’écran marocain, reconnue pour son immense talent et sa performance dans plusieurs grandes œuvres théâtrales, télévisées et cinématographiques, particulièrement celles interprétées en compagnie de son mari et compagnon de route, feu Abdelaziz Saadallah, et qui ont marqué la scène artistique locale et sont restées gravées dans la mémoire et le cœur du public marocain.» a écrit le roi Mohammed VI.


Jusqu'à 5 000 euros d'amende requis contre la star Aya Nakamura et son ex-compagnon pour violences réciproques

La chanteuse française Aya Nakamura arrive devant le tribunal pour des abus mutuels sur son partenaire avec son ancien partenaire Vladimir Boudnikoff, à Bobigny, dans le nord-est de Paris, le 26 janvier 2023. (Photo, AFP)
La chanteuse française Aya Nakamura arrive devant le tribunal pour des abus mutuels sur son partenaire avec son ancien partenaire Vladimir Boudnikoff, à Bobigny, dans le nord-est de Paris, le 26 janvier 2023. (Photo, AFP)
Short Url
  • La décision sera rendue le 23 février
  • Arrivés ensemble et se tenant côte à côte à la barre du tribunal correctionnel, les deux prévenus ont reconnu le dérapage survenu dans la nuit du 6 au 7 août à Rosny-sous-Bois, près de Paris, où résidait le couple avec leur fille de six mois

BOBIGNY: Cinq mille euros d'amende pour elle, 2.000 euros pour lui: les réquisitions au procès de la chanteuse star franco-malienne Aya Nakamura et son ex-conjoint le producteur Vladimir Boudnikoff ont été inversement proportionnelles à l'effervescence médiatique autour de leur procès pour violences réciproques sur conjoint, jeudi à Bobigny.

"Il s'agit d'une affaire tristement banale, une dispute qui a dégénéré", a estimé la procureure dans son réquisitoire à l'intérieur d'une salle comble.

La décision sera rendue le 23 février.

Arrivés ensemble et se tenant côte à côte à la barre du tribunal correctionnel, les deux prévenus ont reconnu le dérapage survenu dans la nuit du 6 au 7 août à Rosny-sous-Bois, près de Paris, où résidait le couple avec leur fille de six mois.

La crise a éclaté sur fond de jalousie et d'un mariage, auquel la chanteuse n'était pas invitée contrairement à son conjoint. S'en est suivie une dispute en plusieurs actes, en partie sur la voie publique et dans le pavillon où se sont déroulées les violences, a retracé la présidente du tribunal.

Chacun a écopé de trois jours d'incapacité temporaire de travail pour des contusions et douleurs.

"Très très énervée" lors de cet épisode houleux, la chanteuse a notamment raconté avoir voulu récupérer des effets personnels et partir avec leur fille, pour entériner la rupture.

Alors que l'altercation se poursuivait dans le studio de musique, au sous-sol, le producteur a reçu une gifle puis est tombé au sol.

"Il a commencé à devenir de plus en plus énervé, à me serrer, il essayait de me calmer à sa manière", a déclaré Aya Danioko (le vrai nom de la chanteuse).

M. Boudnikoff a accrédité cette version, reconnaissant qu'il avait également manqué de calme pendant cette soirée.

Désormais séparés, "on essaie de bien s'entendre" dans l'intérêt de l'enfant, a précisé la chanteuse.

Née à Bamako, Aya Nakamura a grandi à Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis). Sa carrière a décollé avec son deuxième album "Nakamura" (2018), suivi d'"Aya" en 2020, lui offrant le statut de chanteuse francophone la plus écoutée dans le monde.

Son nouvel opus, "DNK", sort vendredi.

Agé de 34 ans et producteur, Vladimir Boudnikoff a aussi réalisé le clip d'un de ses tubes, "Pookie", qui culmine à quelque 336 millions de vues sur YouTube depuis sa sortie en 2019.


L’actrice franco-algérienne Lyna Khoudri nommée aux Césars

L’actrice franco-algérienne Lyna Khoudri a été nommée dans la catégorie «meilleure actrice dans un second rôle» lors de la 48e édition des Césars. (AFP)
L’actrice franco-algérienne Lyna Khoudri a été nommée dans la catégorie «meilleure actrice dans un second rôle» lors de la 48e édition des Césars. (AFP)
Short Url
  • Lyna Khoudri a été nommée dans la catégorie «meilleure actrice dans un second rôle» lors de la 48e édition des Césars
  • L’actrice a l’habitude de jouer dans des films inspirés de faits réels, comme dans le film Nos Frangins, sorti en novembre 2022, qui racontait l’histoire de Malik Oussekine

DUBAÏ: L’actrice franco-algérienne Lyna Khoudri a été nommée dans la catégorie «meilleure actrice dans un second rôle» lors de la 48e édition des Césars, l’équivalent français des Oscars.

Khoudri a été nommée pour son rôle dans le film Novembre du cinéaste Cédric Jimenez, qui raconte les attaques terroristes à Paris la nuit du 13 novembre 2015. Elle incarne Samia, une jeune femme charitable qui fait du bénévolat dans un camp de sans-abri. Sa colocataire finance son cousin, l’un des terroristes.

L’actrice a l’habitude de jouer dans des films inspirés de faits réels. En novembre 2022, le film Nos Frangins, dans lequel elle joue, était sorti en salle. Il raconte l’histoire vraie et poignante de l’étudiant franco-algérien Malik Oussekine, mort en garde à vue en 1986 après plusieurs semaines de manifestations étudiantes contre un projet de réforme universitaire. Khoudri joue le rôle de sa sœur.

Par ailleurs, L’innocent, de Louis Garrel, et le thriller La nuit du 12, de Dominik Moll, sont en tête de la course aux Césars, avec respectivement 11 et 10 nominations.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com