Aliph Foundation: une lueur dans la nuit

Le président de l'Institut du monde arabe (IMA) Jack Lang (à gauche) à côté du président de l'Autorité du tourisme et de la culture d'Abu Dhabi Mohamed Al Mubarak lors d'une conférence de presse à l'issue de la première réunion du Conseil de l'Alliance internationale pour la protection du patrimoine en conflit Zones (ALIPH), le 5 mai 2017 à Genève. (Fabrice Coffrini/AFP)
Le président de l'Institut du monde arabe (IMA) Jack Lang (à gauche) à côté du président de l'Autorité du tourisme et de la culture d'Abu Dhabi Mohamed Al Mubarak lors d'une conférence de presse à l'issue de la première réunion du Conseil de l'Alliance internationale pour la protection du patrimoine en conflit Zones (ALIPH), le 5 mai 2017 à Genève. (Fabrice Coffrini/AFP)
Short Url
Publié le Samedi 26 mars 2022

Aliph Foundation: une lueur dans la nuit

  • C’est la guerre en Syrie et en Irak, avec son cortège de drames, qui a conduit à la création d’Aliph, après des destructions de sites extraordinaires dévastés par des hordes sauvages
  • Depuis sa création à Genève, le 8 mars 2017, cette fondation, dont l’objectif, est la protection des biens culturels en temps de guerre et leur restauration, a mené plus de 105 projets dans 24 pays pour un budget de 34,1 millions d’euros

Méconnue, et discrète, cette fondation représente en quelque sorte l’espoir et la solidarité dans un univers violent, cupide et égoïste où la culture, les racines et l’art sont bannis pour cause de médiocrité doctrinale et d’ignorance coupable.

C’est la guerre en Syrie et en Irak, avec son cortège de drames, qui a conduit à la création d’Aliph, après des destructions de sites extraordinaires dévastés par des hordes sauvages.

Palmyre, Nimrud, le temple de Baal, le monastère Saint-Élie, la mosquée Al-Nouri, autant de trésors culturels détruits par les ilotes de Daech.

Depuis sa création à Genève, le 8 mars 2017, cette fondation, dont l’objectif, est la protection des biens culturels en temps de guerre et leur restauration, a mené plus de 105 projets dans 24 pays pour un budget de 34,1 millions d’euros.

Le monde avait retenu son souffle et pleuré lors de la destruction, en mars 2001, des Bouddhas de Bamiyan, en Afghanistan, après un décret du 26 février 2001[1] pris par Mohammed Omar, chef suprême des talibans, qui décidait de leur destruction pour cause d’idolâtrie.

Sur ce sujet, le commentaire le plus juste, le plus sévère et le plus réaliste a sans doute été celui du cinéaste iranien Mohsen Makhmalbaf, accusant l'ignorance du monde envers la misère afghane en ces mots: «Je suis convaincu à présent que les statues de Bouddha n'ont pas été détruites; elles se sont écroulées de honte devant l'indifférence de l'Ouest pour l'Afghanistan.» Phrase titre de son livre de 2001 intitulé En Afghanistan, les bouddhas n'ont pas été détruits, ils se sont écroulés de honte[2].

Cette phrase donne le frisson alors que le monde, vingt ans plus tard, assiste au remplacement des talibans par les talibans.

La couverture du livre de Mohsen Makhmalbaf (fournie)
La couverture du livre de Mohsen Makhmalbaf (fournie)

La liste est longue, très longue, des actions et du travail d’Aliph; de la préservation archéologique des sites romains de Naplouse, patrimoine écrit de Jérusalem, réhabilitations dans la bande de Gaza et du manoir d’Ali Salem à Beitillu (Palestine), mosaïque de Mossoul de la mosquée Al Masfi, de l’église syriaque orthodoxe Mar Toma (Mossoul), restauration des temples yézidis détruits par Daech, sauvegarde de la Vielle Ville de Koya, au Kurdistan irakien, sans mentionner les nombreux autres projets financés en Afrique.

Et aujourd’hui l’actualité: l’Ukraine.

Sans attendre la fin des combats, la fondation protège les biens culturels en temps de guerre, et c’est bien ce qu’elle fait en ce moment même en Ukraine.

Plus de 2 millions d’euros ont été dégagées pour protéger les musées des pillages, installer des portes blindées, mettre des œuvres en lieux sûrs ou installer différents systèmes de surveillance.

Particulièrement réactive et très engagée sur le terrain, la fondation et son board montrent encore un fois son utilité et son efficacité, ce qui n’est hélas pas le cas de trop nombreuses structures consommatrices de budgets et de personnels sans que le résultat ne soit au rendez-vous

Face aux pirates et aux voleurs de biens qui appartiennent à l’humanité, il n’était pas inutile de rappeler l’existence de cette fondation extrêmement efficace et discrète et de rendre hommage à son travail qui complète celui mené au plan international dans la lutte contre le trafic d’œuvres d’art.

[1] «Nous avons tout fait sauter»: en mars 2001, les talibans détruisaient les Bouddhas de Bamiyan (lemonde.fr).

[2] https://livre.fnac.com/a1255613/Mohsen-Makhmalbaf-En-Afghanistan-les-bouddhas-n-ont-pas-ete-detruits-ils-se-sont-ecroules-de-honte


Grâce à AlUla, les liens culturels entre l'Arabie saoudite et la Chine sortent renforcés

Cet événement souligne le rôle de premier plan joué par AlUla au sein de l'Alliance touristique internationale des villes de la route de la soie, un réseau reliant 63 destinations dans 28 pays, le long d'anciennes routes commerciales.  (Fournie)
Cet événement souligne le rôle de premier plan joué par AlUla au sein de l'Alliance touristique internationale des villes de la route de la soie, un réseau reliant 63 destinations dans 28 pays, le long d'anciennes routes commerciales. (Fournie)
Short Url
  • Ces événements ont souligné le rôle prépondérant d'Al-Ula au sein de l'Alliance touristique internationale des villes de la route de la soie.
  • Ce partenariat vise à renforcer les connaissances et les ressources partagées, en mettant l'accent sur l'archéologie, la préservation du patrimoine culturel, les musées.

RIYADH : L'Arabie saoudite et la Chine ont approfondi leurs liens culturels grâce à la participation de la Commission royale pour AlUla à des forums mondiaux importants à Istanbul et à Luoyang.  

La CRU a participé au Dialogue de la Route de la Soie et au Forum international des anciennes capitales afin de renforcer la collaboration et de présenter AlUla comme le « plus grand musée vivant » du monde. 

Ces événements, qui se sont déroulés du 27 au 30 juin, ont souligné le rôle prépondérant d'Al-Ula au sein de l'Alliance touristique internationale des villes de la route de la soie, un réseau reliant 63 destinations dans 28 pays le long des anciennes routes commerciales.  

Les forums ont permis de développer les partenariats culturels entre la Chine et l'Arabie saoudite et d'organiser des visites officielles à AlUla. 

La stratégie de l'Arabie saoudite en matière de tourisme, axée sur le riche patrimoine d'Al-Ula, est devenue la pierre angulaire du renforcement des liens culturels et économiques avec la Chine, illustrant l'engagement du Royaume à tirer parti de ses atouts historiques pour favoriser les partenariats internationaux. 

Lors du Forum international des anciennes capitales, des réunions de haut niveau ont été organisées avec des responsables de Luoyang sur le tourisme, l'agriculture, la conservation et le développement urbain, ce qui a permis d'explorer de nouveaux domaines de coopération entre les deux nations. 

« La Commission royale pour Al-Ula continue de s'appuyer sur les fondements profondément ancrés du partenariat culturel qui existe entre la Chine, le Royaume et l'Arabie du Nord-Ouest », a déclaré un porte-parole de la Commission royale pour Al-Ula dans un communiqué. 

Le porte-parole a ajouté : « Le dialogue sur la route de la soie et le forum international des anciennes capitales ont représenté des occasions passionnantes de développer de nouvelles voies de collaboration, en mettant l'accent sur le développement de l'échange de connaissances et la promotion du tourisme, avec diverses initiatives fondées sur notre statut commun de destinations anciennes et de points de repère en développement rapide pour le patrimoine humain ». 

Le forum a été lancé pour favoriser le dialogue et la collaboration entre des villes à l'histoire millénaire. Il facilite également un accord signé plus tôt cette année entre AlUla et ses partenaires chinois de l'administration provinciale du patrimoine culturel du Henan.  

Ce partenariat vise à renforcer les connaissances et les ressources partagées, en mettant l'accent sur l'archéologie, la préservation du patrimoine culturel, les musées et la collaboration en matière de recherche, ainsi que sur le développement des talents, le tourisme et d'autres échanges culturels. 

Il comprend également la création d'un laboratoire archéologique axé sur la technologie, la réalisation d'activités de fouilles, la recherche et la promotion des liens entre les sites patrimoniaux d'AlUla et du Henan. 

L'accord prévoit également la mise en œuvre de programmes d'échange collaboratifs, la participation à des expositions et à des événements, et l'utilisation de technologies muséales telles que la réalité virtuelle et la réalité augmentée. 

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com


Le diverstissement, un secteur de pointe en Arabie saoudite grâce à la Vision 2030

L'Autorité générale pour le divertissement a fait progresser le secteur en organisant une série d'événements dans tout le Royaume, notamment les célébrations de la “Saison du Riyad”. Autorité générale pour le divertissement
L'Autorité générale pour le divertissement a fait progresser le secteur en organisant une série d'événements dans tout le Royaume, notamment les célébrations de la “Saison du Riyad”. Autorité générale pour le divertissement
Short Url
  • Aujourd'hui, l'Arabie saoudite est à l'avant-garde des loisirs et du divertissement au Moyen-Orient et en Afrique du Nord, sous l'impulsion d'investissements ambitieux et d'initiatives stratégiques dans le cadre de la Vision 2030
  • Depuis l'ouverture de la première salle de cinéma dans le Royaume en 2018, le secteur n'a cessé d'évoluer, l'industrie générant environ 240 millions de dollars en 2023

RIYAD : Lorsque l'Arabie saoudite a lancé l'Autorité générale pour le divertissement en 2016, les personnes sceptiques doutaient de son résultat, car le Royaume n'en était qu'à ses premiers pas dans le secteur.

Aujourd'hui, l'Arabie saoudite est à l'avant-garde des loisirs et du divertissement au Moyen-Orient et en Afrique du Nord, sous l'impulsion d'investissements ambitieux et d'initiatives stratégiques dans le cadre de la Vision 2030.

Dans le cadre de ce programme, le Royaume vise à investir 64 milliards de dollars dans l'industrie d'ici la fin de la décennie, accompagnés de la création de plus de 100 000 emplois.

Des complexes de divertissement partout dans les grandes villes, au secteur cinématographique florissant, l'Arabie saoudite illustre comment des politiques réglementaires déterminées peuvent transformer une industrie naissante en un pilier de la croissance économique et du développement culturel. 

“Sous l'impulsion du lancement de Vision 2030, le domaine du divertissement en Arabie saoudite s'est rapidement développé”, a déclaré Devanshu Mathur, directeur général et associé du Boston Consulting Group. 

“Cette transformation a été initiée par la réouverture des cinémas à travers le Royaume en 2018, suivie par l'établissement de diverses offres de divertissement en 2019, telles que Saudi Seasons et Boulevard Riyadh City, et l'introduction d'événements annuels de musique en direct tels que MDL Beast”.

L'expansion de SEVEN

seven
Des centres de divertissement sur le thème de Play-Doh seront déployés dans tout le Royaume. Fichier/fourni

La création de Saudi Entertainment Ventures, également connue sous le nom de SEVEN, en 2017, a marqué une étape décisive dans le parcours de l'Arabie saoudite en matière de divertissement.

Soutenue par le Fonds d'investissement public du Royaume, la société est prête à investir 13,3 milliards de dollars avec des partenaires internationaux pour développer 21 destinations de divertissement complètes comprenant plus de 150 attractions dans 14 villes saoudiennes d'ici la fin de la décennie.

En 2023, SEVEN a acquis les 85 écrans de cinéma d'AMC Entertainment Holdings en Arabie saoudite, renforçant ainsi son engagement à améliorer le paysage cinématographique du Royaume.

“L'acquisition de la participation d'AMC en Arabie saoudite reflète la stratégie à long terme de SEVEN visant à offrir des expériences inégalées aux habitants et aux visiteurs du Royaume et à contribuer aux objectifs de la Vision 2030”, a déclaré Abdullah Al-Dawood, président de SEVEN, à l'époque.

La même année, la société a également signé un accord historique avec Hasbro Inc. pour introduire des centres de divertissement sur le thème de Play-Doh dans tout le pays, dans le but d'encourager la créativité chez les enfants tout en offrant des expériences familiales attrayantes.

Al-Dawood a ajouté : “Les enfants pourront apprendre tout en s'amusant dans nos centres Play-Doh situés dans SEPT destinations de divertissement”.

Les centres comprendront des espaces de jeu à plusieurs niveaux, des stations de créativité et des espaces de découverte sensorielle, ainsi qu'un café pour permettre aux parents de passer le temps.

“SEVEN est actuellement à un stade avancé de développement. Cette initiative se centre sur le développement d'expériences de divertissement innovantes dans plusieurs régions de l'Arabie saoudite, ciblant les résidents et les touristes nationaux”, a déclaré Mathur du Boston Consulting Group. 

En mai, la société Qiddiya Investment Co., détenue par PIF, a fusionné avec SEVEN dans le cadre de la stratégie plus large de l'Arabie saoudite visant à améliorer son écosystème de divertissement et à accélérer la construction du projet de plusieurs milliards de dollars. 

Commentant l'incorporation, Al-Dawood a déclaré à l'époque que cette mesure soutenait leurs efforts visant à promouvoir une culture du jeu et de la joie parmi tous les membres de la société, y compris les citoyens, les résidents et les visiteurs, contribuant ainsi de manière positive au bien-être de la société. 

Il a ajouté : “Cette démarche vise également à cultiver les connaissances, les compétences et la créativité des individus, dans le but de créer un nouveau concept d'amusement et d'améliorer la qualité de vie grâce au développement d'un système de divertissement nouveau et intégré”.

seven
Devanshu Mathur, directeur général et associé du Boston Consulting Group. Fourni

Évolution cinématographique

Depuis l'ouverture de la première salle de cinéma dans le Royaume en 2018, le secteur n'a cessé d'évoluer, l'industrie générant environ 240 millions de dollars en 2023. 

Mathur explique : “Le nombre d'écrans de cinéma en Arabie saoudite a bondi de zéro à plus de 600, reflétant une croissance substantielle des infrastructures. Le marché du cinéma a vu l'entrée de nombreux acteurs mondiaux et régionaux dans le Royaume”.

Il a ajouté : “Le marché du box-office en Arabie saoudite est le 15e au monde”.

En outre, en 2020, l'Arabie saoudite a été le seul marché cinématographique au monde à enregistrer des gains au box-office, en doublant avec succès le nombre de salles de cinéma malgré les défis posés par la pandémie de COVID-19.

“L'expansion des cinémas s'étend au-delà des grandes villes pour inclure 22 villes à travers le Royaume. Ces développements soulignent les progrès rapides de l'Arabie saoudite dans l'établissement d'une industrie cinématographique robuste et prospère”, a ajouté Mathur.  

En février, MEFIC Capital a lancé le Fonds cinématographique saoudien avec une injection de capital de 100 millions de dollars, dont 40 pour cent proviennent du Fonds de développement culturel de l'Arabie saoudite. 

Cette initiative vise à élever les productions locales au niveau des normes internationales et constitue le premier investissement du Fonds culturel.

Opportunités mondiales

Selon une analyse du Boston Consulting Group, les entreprises étrangères qui cherchent à entrer dans le secteur du divertissement en Arabie saoudite ont de vastes possibilités en raison du stade naissant de l'industrie.

Le cabinet de conseil a mis en évidence des opportunités sur l'ensemble de la chaîne de valeur du marché du divertissement du Royaume, de la conception et du développement à l'exploitation. 

“Certaines entreprises ont importé leurs marques et concepts de divertissement existants sur le marché saoudien, en tirant parti de leur réputation et de leur expertise opérationnelle”, a déclaré Mathur.  

Parmi les exemples notables, citons les cinémas VOX et les centres de divertissement Magic Planet de Majid Al Futtaim, qui ont introduit avec succès leurs marques renommées dans le Royaume.

Il a ajouté : “Certaines entreprises et marques cherchent à s'associer à des sociétés de développement locales et à obtenir des licences pour leurs propriétés intellectuelles afin de tirer parti de leur popularité tout en élargissant leur marché. Un exemple serait ce que nous observons avec Dragon Ball à Qiddiya City ou Mattel avec SEVEN”.

Le Boston Consulting Group a noté que le secteur du divertissement en Arabie saoudite est prêt à connaître une croissance significative avec des projets majeurs tels que Qiddiya City, une vaste destination de divertissement, de sport et de culture près de Riyad. 

Cette destination comprendra des atouts tels que les parcs à thème Dragon Ball et Six Flags, le plus grand parc aquatique du Moyen-Orient et de nombreuses autres attractions de classe mondiale. 

“Ces sites devraient attirer des millions de visiteurs chaque année, y compris des résidents et des touristes nationaux et internationaux, faisant de l'Arabie saoudite un centre de divertissement mondial”, a conclu le Boston Consulting Group.

La transformation rapide de l'Arabie saoudite en un centre mondial du divertissement souligne son engagement en faveur de la diversification économique et de la croissance culturelle.

Avec des projets ambitieux tels que Qiddiya City et les développements étendus de SEVEN, le Royaume est prêt à attirer des millions de visiteurs, renforçant ainsi sa position de leader dans l'industrie du divertissement.

Cette vision stratégique améliore non seulement la qualité de vie de ses citoyens, mais positionne également l'Arabie saoudite comme une destination de choix pour les divertissements et les loisirs à l'échelle mondiale.


Arabie saoudite: Le FMI salue les recalibrages des projets de la Vision 2030

Selon un récent rapport de Bloomberg News, le Royaume est en train de revoir ses principaux projets, de redéfinir les priorités en matière de dépenses, de détourner des fonds et d'ajuster les budgets. (AFP)
Selon un récent rapport de Bloomberg News, le Royaume est en train de revoir ses principaux projets, de redéfinir les priorités en matière de dépenses, de détourner des fonds et d'ajuster les budgets. (AFP)
Short Url
  • Le FMI salue les recalibrages saoudiens sur les projets de Vision 2030
  • La révision par le FMI de la production économique de l'Arabie saoudite est largement due aux réductions de la production de pétrole

RIYAD: Le Fonds monétaire international a salué les récents recalibrages et ajustements effectués par l'Arabie saoudite sur certains de ses mégaprojets dans le cadre de Vision 2030.

"Nous sommes presque à mi-parcours de Vision 2030", a déclaré Jihad Azour, directeur du département Moyen-Orient et Asie centrale du FMI, et "ces recalibrages font partie de la révision classique de toute stratégie à moyen terme".

Selon un récent rapport de Bloomberg News, le Royaume est en train de revoir ses principaux projets, de redéfinir les priorités en matière de dépenses, de détourner des fonds et d'ajuster les budgets. En mai, Reuters a également rapporté que le Fonds d'investissement public "envisage une réorganisation qui comprend la redéfinition des priorités en matière de projets et l'examen de certaines dépenses".

M. Azour a déclaré que ces mesures étaient bien accueillies par le FMI, car les autorités saoudiennes sont en train d'examiner et de recalibrer leurs programmes d'investissement.
"Ce qui stimule la croissance non pétrolière de l'économie saoudienne, c'est un mélange d'augmentation de la demande, l'impact des réformes structurelles qui ont, par exemple, amélioré l'activité économique mais aussi les indicateurs d'emploi, nous avons vu un doublement de la participation des femmes dans l'économie, (et) une baisse du chômage", a déclaré M. Azour lors d'un entretien avec Joumanna Bercetche dans le cadre de l'émission Horizons Middle East and Africa de Bloomberg.

Les réformes structurelles, les investissements et l'augmentation de la demande grâce à l'ouverture d'un certain nombre de nouveaux secteurs sont les moteurs de la croissance économique, a-t-il ajouté.

"La gestion de l'économie, la capacité à maintenir les prix sous contrôle et la traduction de la croissance économique en création d'emplois sont des pas dans la bonne direction pour accélérer la diversification de l'économie et augmenter la taille du secteur non pétrolier", a-t-il également déclaré.

En début de semaine, le FMI a revu à la baisse la croissance économique du Royaume de près d'un point de pourcentage, la ramenant à 1,7 % cette année, soit une baisse de 0,9 point de pourcentage par rapport à la prévision précédente de l'agence en avril, qui était de 2,6 %.

Dans sa mise à jour des Perspectives de l'économie mondiale, le FMI a également révisé l'augmentation de la production du pays à 4,7 % l'année prochaine, soit une baisse de 1,3 point de pourcentage par rapport à sa prévision d'avril qui était de 6 %.

Lorsque nous examinons l'activité économique non pétrolière, nous constatons qu'elle continue de croître à des taux sains et, en moyenne, nous nous attendons à ce qu'elle dépasse les 4 % à moyen terme", a déclaré M. Azour, ajoutant : "L'inflation est toujours faible et le taux de chômage est élevé : "L'inflation reste faible et a été légèrement revue à la baisse (à) 1,7 % cette année, ce qui constitue un très bon contrôle des prix et nous nous attendons à ce que l'inflation reste aux alentours de 1,9 à 2 % à moyen terme.

Il a déclaré que la principale raison de la révision du FMI est due à l'accord de l'OPEP+ pour limiter la production de pétrole, qui a été prolongé jusqu'en septembre 2025, et à la réduction progressive des réductions volontaires de production du Royaume.

En juin, le groupe a accepté de prolonger la plupart de ses réductions importantes de la production de pétrole jusqu'en 2024 et de commencer à les supprimer progressivement l'année prochaine. Les pays membres ont commencé à réduire leur production de 5,86 millions de barils par jour, soit environ 5,7 % de la demande mondiale.

"Nous avons dû revoir techniquement la croissance du secteur pétrolier, et pour le secteur non pétrolier, je dirais que le niveau de croissance est toujours plus élevé que la croissance mondiale. Nous prévoyons une croissance de 3,7 % pour le secteur non pétrolier cette année et, à moyen terme, nous nous attendons à ce que le secteur non pétrolier connaisse une croissance supérieure à 4 %.

Le FMI prévoit que la croissance mondiale atteindra 3,2 % cette année et 3,3 % l'année prochaine, tandis que la région du Moyen-Orient et de l'Afrique du Nord devrait croître de 2,2 % cette année, soit un demi-point de pourcentage de moins qu'il y a trois mois.

M. Azour a reconnu que l'instabilité dans la région et les tensions géopolitiques ont un impact important sur l'activité économique, notamment la guerre à Gaza et les attaques contre les navires qui perturbent les routes commerciales de la mer Rouge et du canal de Suez.

"Nous considérons toujours cela comme une menace, en particulier à cause de l'insécurité qui a affecté le commerce qui passe habituellement par la mer Rouge et le canal de Suez et qui a légèrement affecté l'activité économique d'un certain nombre de pays qui bénéficient de ce flux commercial", a-t-il déclaré.

Le FMI constate que le volume du commerce a diminué de manière drastique à travers la mer Rouge, en particulier pour le transport maritime par conteneurs, où les deux tiers du commerce ont chuté par rapport à la même période l'année dernière, a déclaré M. Azour, ajoutant que l'agence a également constaté une légère augmentation du coût du transport.


"Nous avons constaté une réponse rapide et un haut niveau de flexibilité pour s'adapter à cette situation, ce qui n'a pas entraîné de perturbation dans le secteur du pétrole et du gaz, ce qui a permis de stabiliser le marché et de réduire le niveau de volatilité que nous avons connu au cours des premières semaines de la guerre à Gaza", a-t-il déclaré.

Les marchés du pétrole et du gaz et les marchés financiers se sont rétablis après une courte période de volatilité, a également déclaré M. Azour, mais "dans les deux cas, ils dépendent maintenant beaucoup plus de l'évolution mondiale de l'offre et de la demande de pétrole, et pour les marchés, ils sont maintenant beaucoup plus liés à l'évolution des marchés financiers internationaux".

Ces commentaires ont été faits alors que le ministre de l'économie et de la planification, Faisal Alibrahim, a rencontré la directrice générale du FMI, Kristalina Georgieva, à Riyad, pour discuter des "perspectives de croissance mondiale et régionale à la lumière des derniers développements économiques", a déclaré le ministère dans un communiqué.

Ils ont également passé en revue les principaux développements et tendances de l'économie locale et discuté du renforcement de la coopération entre le Royaume et le Fonds.

Il a également eu des entretiens séparés avec M. Azour et l'économiste en chef du FMI, M. Pierre-Olivier Gourinchas.

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com