Les touristes occidentaux à la découverte de l'Irak, terre inconnue

Les touristes occidentaux à la découverte de l'Irak, terre inconnue (Photo, AFP).
Les touristes occidentaux à la découverte de l'Irak, terre inconnue (Photo, AFP).
Short Url
Publié le Dimanche 27 mars 2022

Les touristes occidentaux à la découverte de l'Irak, terre inconnue

  • A Bagdad ou à Mossoul, ancien bastion djihadiste dans le nord, ils déambulent dans des rues qui portent les stigmates de conflits ayant longtemps isolé le pays
  • Derrière ce mini-boom touristique: les visiteurs étrangers peuvent obtenir leur visa à l'arrivée en Irak depuis un an

HILLA, Irak: Devant la Porte d'Ishtar, immense ouvrage de briques bleues reconstruit sur le site archéologique de Babylone, Ileana Ovalle pose pour une photo. Comme elle, des dizaines d'Européens et d'Américains partent à la découverte de l'Irak, qui s'ouvre doucement au tourisme mondial.

En voyage organisé ou seuls avec un sac à dos, retraités ou YouTubeurs célèbres explorent, malgré des infrastructures touristiques quasi-inexistantes, les sites qui témoignent d'une histoire plurimillénaire rivalisant avec celle de l'Egypte, de la Syrie ou de la Jordanie.

A Bagdad ou à Mossoul, ancien bastion djihadiste dans le nord, ils déambulent dans des rues qui portent les stigmates de conflits ayant longtemps isolé le pays.

A Bagdad ou à Mossoul, ancien bastion djihadiste dans le nord, ils déambulent dans des rues qui portent les stigmates de conflits ayant longtemps isolé le pays.
A Bagdad ou à Mossoul, ancien bastion djihadiste dans le nord, ils déambulent dans des rues qui portent les stigmates de conflits ayant longtemps isolé le pays (Photo, AFP).

"L'Irak faisait partie de mon +top trois+ des destinations", confie Mme Ovalle, quinquagénaire de Californie.

"Je suis super enthousiaste à l'idée de tout voir ici, le berceau des civilisations", ajoute celle qui a visité une quarantaine de pays.

Derrière ce mini-boom touristique: les visiteurs étrangers peuvent obtenir leur visa à l'arrivée en Irak depuis un an. C'est ainsi qu'avec quatorze autres touristes, Mme Ovalle participe au voyage organisé par l'agence irakienne "Bil week-end".

"Ce qui m'a frappée, c'est la chaleur et la générosité des Irakiens. Ils vous accueillent avec le sourire, ils sont fiers de leur pays", ajoute la touriste américaine.

La Porte d'Ishtar garde l'une des huit entrées de la capitale antique de Babylone érigée par les Mésopotamiens il y a plus de 4 000 ans. Dans cette cité située à une centaine de kilomètres au sud de Bagdad, les herbes folles poussent parmi les vieilles briques et des ordures jonchent le sol.

Manque d'infrastructures

Après l'invasion de l'Irak emmenée par les Etats-Unis en 2003, une base militaire accueillant soldats américains et polonais avait élu domicile quasiment sur le site de Babylone.

"La notice de voyage de mon gouvernement dit +N'allez pas en Irak, c'est dangereux, vous risquez d'être kidnappés, il y a souvent des violences+", reconnaît Justin Gonzales, un New-Yorkais de 35 ans. "Mais je n'ai rien vu de tout cela."

Entre l'invasion, le sanglant conflit confessionnel qui a suivi, puis la montée en puissance du groupe djihadiste Etat islamique, l'Irak a surtout fait les gros titres pour une actualité violente.

Aujourd'hui, plusieurs pays occidentaux déconseillent toujours formellement de se rendre en Irak. Outre les Etats-Unis, la France qui évoque des "risques d'enlèvement".

Pourtant, Bagdad veut faire décoller son secteur touristique, en relevant de nombreux défis.

Si dans les villes saintes chiites de Kerbala et de Najaf, au sud de Bagdad, des hôtels accueillent les pèlerins iraniens par milliers chaque année, dans le reste du pays "il faut des infrastructures, des investissements privés, pour avoir des hôtels, des autocars", confie à l'AFP le propriétaire de l'agence "Bil week-end", Ali Al-Makhzoumi.

Depuis moins d'un an, il accueille chaque mois entre trente et quarante touristes. Mais il appelle son gouvernement à s'investir pour "faciliter et organiser" le travail.

«C'est dangereux?»

En 2021, plus de 107 000 touristes sont allés en Irak, en provenance de France, Turquie, Royaume-Uni, Etats-Unis ou Norvège, contre 30 000 en 2020, selon des chiffres de l'Autorité du Tourisme.

Le gouvernement ambitionne de développer ses infrastructures comme des aires de repos sur les sites ou de nouveaux musées.

Le musée national de Bagdad vient d'ailleurs de rouvrir, après trois ans de fermeture. La mythique rue des bouquinistes à Bagdad, al-Moutanabi, s'est offert un lifting en décembre.

Ur, la cité natale du patriarche Abraham, père des monothéismes, attire désormais les Occidentaux, enhardis par la visite historique du pape François en 2021.

Le gouvernement "a autorisé l'obtention d'un visa à l'arrivée. Mais pour le reste, tout est encore compliqué", déplore Aya Saleh, qui a fondé l'agence de voyage Safraty.

"La moitié du voyage est perdue aux barrages (des forces de l'ordre) sur les routes, même si nous avons les autorisations nécessaires."

Malgré le casse-tête, l'engouement est réel, surtout chez les blogueurs qui inondent YouTube: "Explorer Bagdad de nuit avec une Irakienne, c'est sûr?" "Explorer Bagdad, c'est si dangereux?", "Deux Allemands seuls en Irak".

L'Ecossaise Emma Witters, 54 ans et plus de 70 000 abonnés sur YouTube, en est à son second voyage en Irak. "J'aime aller dans des endroits qui ne sont pas encore touristiques."

"Après tout ce qu'ils ont vécu, on pourrait croire que les Irakiens sont des gens tristes", dit-elle. Mais ils sont tellement heureux de voir des étrangers et ils sont si généreux qu'ils vous invitent chez eux".


Le castor, allié discret de l'environnement, de retour dans les rivières françaises

Le castor, quasiment éteint en France il y a une centaine d'années, prospère désormais dans les fleuves et rivières du pays, apportant discrètement sa pierre à la lutte contre les effets du changement climatique. (AFP).
Le castor, quasiment éteint en France il y a une centaine d'années, prospère désormais dans les fleuves et rivières du pays, apportant discrètement sa pierre à la lutte contre les effets du changement climatique. (AFP).
Short Url
  • "Là on peut dire avec certitude qu'un castor est passé par là"
  • Penché sur une branche de saule pleureur, Stéphane Tessier, un naturaliste membre de l'association Perche Nature, est formel: cette coupe nette en biseau avec de petites dentelures façonnées par les dents du rongeur, "c'est un indice probant"

CLOYES-SUR-LE-LOIRE: Barrière contre l'érosion, créateur de zones humides ou régulateur des cours d'eau ... Le castor, quasiment éteint en France il y a une centaine d'années, prospère désormais dans les fleuves et rivières du pays, apportant discrètement sa pierre à la lutte contre les effets du changement climatique.

"Là on peut dire avec certitude qu'un castor est passé par là". Penché sur une branche de saule pleureur, Stéphane Tessier, un naturaliste membre de l'association Perche Nature, est formel: cette coupe nette en biseau avec de petites dentelures façonnées par les dents du rongeur, "c'est un indice probant".

Le castor "a arraché l'écorce puis le bois dur jusqu'à couper cette branche d'environ cinq à six centimètres pour aller la manger plus loin. Ça a dû lui demander 15-20 minutes de travail", précise David Caille, agent de l'Office français de la biodiversité (OFB).

Les deux hommes appartiennent au Réseau Castor, qui recense les traces de l'animal pour permettre aux autorités de prendre des arrêtés interdisant certains pièges. Car le castor, longtemps chassé pour sa fourrure, est une espèce protégée.

Au début du XXe siècle, seuls quelques dizaines d'individus subsistaient en France. Aujourd'hui, ils sont autour de 20.000 sur l'ensemble du territoire, fruit d'une réintroduction réussie.

Dans le Loir-et-Cher (centre), le plus gros rongeur d'Europe - il peut peser dans les 25 kg - a fait son retour dans les années 1970. Depuis, même s'il est difficile d'estimer leur nombre exact, ses traces se retrouvent couramment le long des cours d'eau.

Méconnaissance 

Souvent confondu avec le ragondin - une espèce invasive - et parfois décrié jusqu'en Ecosse pour les inondations que ses barrages peuvent entraîner sur les parcelles agricoles, le castor a des effets sur son environnement "bien davantage bénéfiques que négatifs", affirment MM. Caille et Tessier.

"C'est vrai qu'il y a de la méconnaissance, et parfois un manque de tolérance à la cohabitation avec le vivant", estime le naturaliste. Pourtant le castor est "une des rares espèces capable de modeler son milieu à ses besoins, et son travail est précieux pour les écosystèmes", explique David Caille.

Végétarien, ce mammifère aux dents acérées se nourrit principalement d'écorces et de branchages. "Il va avoir tendance à abattre une partie de ce qu'il va consommer, ce qui va rajeunir la végétation, créer des trouées amenant de la lumière, et donc favoriser tout un cortège d'autres espèces", selon l'agent de l'OFB.

Des études ont montré que la biomasse peut être multipliée jusqu'à 80 en présence de castors.

Sur la rivière française du Loir, il joue aussi un rôle "d'entretien des berges là où l'homme le fait de moins en moins", luttant ainsi contre l'érosion des rives, souligne M. Tessier.

Stockage de carbone 

Ses constructions de boue et de branchages, principalement sur des petits cours d'eau, ont aussi un rôle de lutte contre les inondations, pouvant réduire les débits de crues jusqu'à 60%, selon une étude britannique menée sur une rivière du comté du Devon (sud de l'Angleterre).

"Ça a tendance à retenir l'écoulement, ce qui permet aussi à l'eau de mieux s'infiltrer dans le sol", favorisant le remplissage des nappes phréatiques. Et dans beaucoup de rivières, ses digues retiennent les sédiments qui absorbent et filtrent les polluants, explique l'OFB.

Face à la sécheresse, les castors peuvent recréer des mini-zones humides en bloquant l'eau, servant de refuge aux insectes et batraciens. En cas d'incendies, elles peuvent également stopper la progression des flammes.

Ces marécages, en stockant de la matière organique ou des sédiments, servent également à retenir le carbone, principal responsable du réchauffement climatique.

En 2018, des chercheurs finlandais avaient calculé que chaque année, les zones humides créées par les castors pouvaient stocker jusqu'à 470.000 tonnes de carbone, mettant toutefois en garde contre un risque d'inversion dans certaines régions.

Mais globalement, malgré ces incertitudes, "je parierais que (les ouvrages de castors) stockent plus de carbone qu'ils n'en produisent", estimait dans une autre étude Jennifer Edmonds, écologiste à l'Université de l'Alabama.


Riyad: une Expo 2030 «par le monde, pour le monde»

Les efforts sont pleinement engagés pour l’enregistrement de l’Expo et l’élaboration du cadre juridique permettant la participation internationale à l’événement. (AFP).
Les efforts sont pleinement engagés pour l’enregistrement de l’Expo et l’élaboration du cadre juridique permettant la participation internationale à l’événement. (AFP).
Short Url
  • La ville de Riyad a été choisie pour accueillir l’événement lors de la dernière assemblée générale du bureau en novembre 2023
  • L’exposition se déroulera du 1er octobre 2030 au 31 mars 2031

RIYAD: L’Arabie saoudite est en bonne voie pour organiser une Expo 2030 «par le monde, pour le monde», ont déclaré les organisateurs aux responsables de l’événement à Paris dans leur premier rapport d’activité depuis que Riyad a été choisie comme ville hôte.

Abdelaziz Alghannam, directeur général du bureau de l’Expo 2030 de Riyad à la Commission royale pour la ville de Riyad, dirige la délégation saoudienne à l’assemblée générale du Bureau international des expositions dans la capitale française.

Les efforts sont pleinement engagés pour l’enregistrement de l’Expo et l’élaboration du cadre juridique permettant la participation internationale à l’événement, a-t-il déclaré au bureau.

La ville de Riyad a été choisie pour accueillir l’événement lors de la dernière assemblée générale du bureau en novembre 2023. L’exposition se déroulera du 1er octobre 2030 au 31 mars 2031, date à laquelle la capitale saoudienne accueillera cent quatre-vingt-dix-sept pays et vingt-neuf organisations internationales.

Le thème – «L’ère du changement: Ensemble pour un avenir clairvoyant» – résume l’engagement de l’Arabie saoudite à utiliser l’Expo pour accélérer les progrès afin de parvenir aux objectifs de développement durable prévus. L’événement se concentrera sur l’exploitation de la science et de l’innovation pour un avenir meilleur.

Les préparatifs sont en cours au plus haut niveau, notamment le développement des infrastructures, les mesures législatives et financières, le plan directeur du site de l’Expo et les plans transmis.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Fashion Trust Arabia rend hommage aux gagnants lors d’un dîner à Londres en présence de Salma Hayek

L’actrice américano-mexicaine Salma Hayek a assisté à l’événement avec les lauréats de 2023. (Images Getty)
L’actrice américano-mexicaine Salma Hayek a assisté à l’événement avec les lauréats de 2023. (Images Getty)
Short Url
  • La 6e édition de la cérémonie de remise des prix Fashion Trust Arabia se tiendra à Marrakech, au Maroc, dans le cadre de l’Année de la culture Qatar-Maroc 2024
  • L’événement aura lieu au mois d’octobre, ont annoncé les organisateurs sur Instagram au mois d’avril

DUBAÏ: Le Fashion Trust Arabia du Qatar a organisé une fête à l’hôtel Claridge’s de Londres, lundi, pour rendre hommage à ses lauréats pour l’année 2023. 

Le mannequin somalien d’origine suédoise Ikram Abdi a assisté à l’événement aux côtés de l’actrice américano-mexicaine Salma Hayek et des créateurs primés. 

photo
Ikram Abdi a assisté à l’événement à Londres. (Images Getty) 

L’organisation a annoncé les sept lauréats du prix Fashion Trust Arabia en décembre. 

La cérémonie de remise des prix, à laquelle assistent habituellement nombre de stars, a été annulée en raison de la «crise humanitaire profondément affligeante en Palestine», mais une session de délibération virtuelle de deux jours a été organisée pour désigner les lauréats l’année dernière. 

Le créateur de vêtements pour femmes Amir al-Kasm et la fondatrice de Renaissance Renaissance, Cynthia Merhej, ont remporté conjointement la catégorie tenue de soirée. 

Les finalistes ont été sélectionnés par un jury composé notamment de cheikha al-Mayassa bent Hamad ben Khalifa al-Thani et de la rédactrice de mode Tania Fares, fondatrice du fonds en 2018. 

Parmi les autres lauréats, on compte le créateur basé au Liban Ahmed Amer dans la catégorie prêt-à-porter, la créatrice anglo-libanaise Katarina Tarazi dans la catégorie bijoux et le duo de créateurs de la marque de lunettes «A Better Feeling» Omar Taha et Lily Max pour les accessoires. 

Le créateur de vêtements pour hommes Adam Elyasse a remporté le prix Franca Sozzani Debut Talent et le créateur nigérian Adeju Thompson, fondateur du Lagos Space Programme, a reçu le prix Guest Country. 

La 6e édition de la cérémonie de remise des prix Fashion Trust Arabia se tiendra à Marrakech, au Maroc, dans le cadre de l’Année de la culture Qatar-Maroc 2024. 

L’événement aura lieu au mois d’octobre, ont annoncé les organisateurs sur Instagram au mois d’avril. 

«Conformément à notre engagement continu en faveur de la diversité et de l’inclusion, nous avons choisi la ville animée de Marrakech comme lieu d’accueil», peut-on lire sur le communiqué. «Le prix FTA 2024 rassemblera des talents en provenance du monde entier, au moment où nous explorons et mettons en valeur le patrimoine culturel diversifié du Maroc.» 

«Au cœur de notre mission, nous avons toujours défendu les communautés créatives du monde arabe et cette année ne fait pas exception», ajoute le communiqué. 

Fashion Trust Arabia est une organisation à but non lucratif qui fournit un soutien financier, des conseils et un mentorat aux créateurs émergents de toute la région du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord. 

L’événement est connu pour attirer les grands noms du secteur à travers le monde, la cérémonie de 2022 ayant accueilli des personnalités telles que Bella Hadid, Naomi Campbell, Karolina Kourkova, Pierpaolo Picciolini (le directeur artistique de Valentino), les mannequins britanniques Jourdan Dunn et Poppy Delevingne, l’ancienne Miss Univers Olivia Culpo, l’actrice britannique Jodie Turner-Smith, le mannequin américain Jasmine Tookes et le mannequin somali-américain Halima Aden. 

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com