Au Karabakh, Ankara se sert du terrorisme islamiste comme moyen d’action

Les Azéris sont majoritairement musulmans chiites, tandis que les Arméniens sont majoritairement chrétiens orthodoxes. «En envoyant des jihadistes sunnites, revenus de Libye pour aider les chiites, Erdogan soutient la cause de l’islam, mais il souligne sa position de leader sunnite inscrite dans sa politique de voisinage élargi". (AFP).
Les Azéris sont majoritairement musulmans chiites, tandis que les Arméniens sont majoritairement chrétiens orthodoxes. «En envoyant des jihadistes sunnites, revenus de Libye pour aider les chiites, Erdogan soutient la cause de l’islam, mais il souligne sa position de leader sunnite inscrite dans sa politique de voisinage élargi". (AFP).
Short Url
Publié le Lundi 12 octobre 2020

Au Karabakh, Ankara se sert du terrorisme islamiste comme moyen d’action

  • C’est surtout l’envoi depuis Gaziantep (sud de la Turquie) de combattants syriens en appui aux forces azéries qui a mis de l’huile sur le feu
  • La politique étrangère turque vise l’Orient et le Moyen-Orient depuis qu’elle s’est émancipée de l’Occident

BEYROUTH: L’échec du cessez-le-feu annoncé samedi matin à Moscou entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan sur le Nagorny-Karabakh montre que le conflit national au Caucase échappe désormais à l’influence russe au risque de s’internationaliser du fait notamment des ingérences turques.

Depuis la reprise des hostilités, le 27 septembre dernier, entre Arméniens et Azerbaïdjanais autour de la région séparatiste du Nagorny-Karabakh, ce n’est pas le conflit sur ce territoire à majorité arménienne enclavé en Azerbaïdjan qui a commencé il y a trente ans après la chute du régime soviétique, qui accapare les observateurs, mais le soutien tous azimuts d’Ankara à Bakou et l’attitude va-t-en-guerre du président turc, Recep Tayyip Erdogan, face à Erevan. C’est surtout l’envoi depuis Gaziantep (sud de la Turquie) de combattants syriens en appui aux forces azéries qui a mis de l’huile sur le feu.

Le Premier ministre arménien, Nikol Pachinian, accuse Ankara de soutenir Bakou avec, entre autres matériels militaires, des avions de combat et des drones, et d’envoyer des conseillers militaires ainsi que « des mercenaires et des terroristes».

Depuis la reprise des hostilités, le 27 septembre dernier, entre Arméniens et Azerbaïdjanais autour de la région séparatiste du Nagorny-Karabakh, ce n’est pas le conflit sur ce territoire à majorité arménienne enclavé en Azerbaïdjan qui a commencé il y a trente ans après la chute du régime soviétique, qui accapare les observateurs, mais le soutien tous azimuts d’Ankara à Bakou.

Alors que la Russie, qui a exprimé son inquiétude, puis la France ont confirmé le déploiement de ces hommes, leur nombre reste à identifier. On parle de plusieurs centaines à quelques milliers… Déjà plusieurs dizaines de morts ont été recensés parmi ces combattants dont la présence a été dénoncée vigoureusement début octobre par le président français, Emmanuel Macron. «Une ligne rouge est franchie […],c’est inacceptable», a-t-il martelé en parlant de « combattants syriens de groupes djihadistes » ayant transité par la Turquie.

Macron, très ferme à l'égard de la Turquie

«Le président français a tenu à montrer une position très ferme à l’égard du jeu mené par les Turcs en Azerbaïdjan, en dénonçant l’envoi de combattants djihadistes syriens dans la zone. L’exécutif turc enrôle ces derniers dans des milices privées afin d’utiliser leur force de frappe au nom de l’islam pour neutraliser des cibles politiques et géopolitiques. M. Macron doit craindre une confessionnalisation du conflit qui pourrait encore mettre à mal l’équilibre précaire au Caucase», estime Anne-Clémentine Larroque, historienne spécialiste de l’islamisme, chargée de cours à Sciences Po Paris sur les questions internationales.

Selon elle, «lorsque Recep Tayyip Erdogan envoie des mercenaires djihadistes, “des janissaires”, en Azerbaïdjan, il montre à quel point il est capable de devenir l’administrateur de la région qu’il influence autour de la Turquie», d’abord en Syrie puis en Libye, et désormais en Azerbaïdjan. «Le nationalisme constitue le problème originel de l’opposition entre Azéris et Arméniens, mais la dimension religieuse permet d’attiser les rivalités», ajoute-t-elle.

Les Azéris sont majoritairement musulmans chiites, tandis que les Arméniens sont majoritairement chrétiens orthodoxes. «En envoyant des djihadistes sunnites, revenus de Libye pour aider les chiites, Erdogan soutient la cause de l’islam, mais il souligne sa position de leader sunnite inscrite dans sa politique de voisinage élargi. La politique étrangère turque vise l’Orient et le Moyen-Orient depuis qu’elle s’est émancipée de l’Occident et particulièrement de l’Union européenne», explique Mme Larroque.

Politique du «zéro conflit»

On est bien loin de la politique du « zéro conflit » initiée il y a plus d’une décennie par Ahmet Davutoglu, ancien Premier ministre turc. M. Erdogan multiplie aujourd’hui les interventions qui créent des tensions avec tous ses voisins. C’est le cas en Irak où il poursuit ses frappes contre le Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), en Méditerranée orientale où sa quête pour les hydrocarbures a créé une confrontation avec la Grèce et Chypre, sans oublier le chantage récurrent sur le sujet des migrants avec l’Union européenne, ainsi que les problèmes avec l’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis.

Les Azéris sont majoritairement musulmans chiites, tandis que les Arméniens sont majoritairement chrétiens orthodoxes. «En envoyant des djihadistes sunnites, revenus de Libye pour aider les chiites, Erdogan soutient la cause de l’islam, mais il souligne sa position de leader sunnite inscrite dans sa politique de voisinage élargi. La politique étrangère turque vise l’Orient et le Moyen-Orient depuis qu’elle s’est émancipée de l’Occident et particulièrement de l’Union européenne».

La Turquie est également en désaccord avec la Russie sur plusieurs dossiers régionaux, comme celui de la Syrie, celui de la Libye et maintenant celui de l’Azerbaïdjan.

Il convient toutefois de nuancer le terme de «djihadiste». «Ankara ne soutient pas le terrorisme islamiste dans son idéologie, mais s’en sert comme moyen d’action pour asseoir son influence géostratégique. Pendant le conflit syrien, Erdogan a lutté contre deux ennemis en Syrie : les Kurdes et l’État islamique. La différence très importante à souligner entre l’Arabie saoudite et la Turquie demeure l’adhésion de la première à la doctrine salafiste, alors que l’islamisme d’Erdogan est beaucoup plus ancré sur la doctrine des Frères musulmans. La volonté du président turc est de s’imposer comme nouveau calife au sens impérial du terme, en tant que dépositaire de l’autorité mais non de guide religieux», précise la chercheuse.

Mais pour Bayram Balci, directeur de l’Institut français d’études anatoliennes, à Istanbul, et enseignant à Sciences Po Paris, «il s’agit de mercenaires, pas de djihadistes», mettant en garde contre l’amalgame entre les deux. «Les djihadistes sont des islamistes sunnites. Théoriquement ils ne vont pas aller combattre aux côtés des Azéris chiites, soutenus par Israël. Ces combattants sont des personnes pauvres, dans la misère. Ils ont besoin d’argent pour nourrir leurs familles», explique-t-il.

Plusieurs médias ont recueilli le témoignage de dizaines de jeunes Syriens qui ont accepté d’aller combattre aux côtés des Azéris pour des salaires mensuels variant entre 1 500 et 2 000 dollars, alors qu’ils touchent à peine 50 dollars en temps normal. Il s’agit en grande partie de combattants de l’Armée syrienne libre (ASL), financée et entraînée par la Turquie. Pour les inciter à aller se battre contre les Arméniens, on leur explique qu’il s’agit d’une guerre contre la Russie, alliée du régime de Bachar al-Assad.

Plusieurs médias ont recueilli le témoignage de dizaines de jeunes Syriens qui ont accepté d’aller combattre aux côtés des Azéris pour des salaires mensuels variant entre 1 500 et 2 000 dollars, alors qu’ils touchent à peine 50 dollars en temps normal. Il s’agit en grande partie de combattants de l’Armée syrienne libre (ASL), financée et entraînée par la Turquie.

Pour Gregor Meiering, consultant en coopération internationale basé à Cologne en Allemagne, « il faut se pencher sur le discours autour des mercenaires, plutôt que sur les combattants de l’ASL. En effet, ce discours est présent des deux côtés du conflit, qu’il soit arménien ou azerbaïdjanais. Chacun accuse l’autre d’impliquer des mercenaires sur le champ de bataille. Bakou reproche à Erevan de recruter des Arméniens dans d’autres pays pour venir combattre au Nagorny-Karabakh, alors que l’Azerbaïdjan est accusé d’enrôler des mercenaires étrangers. C’est donc l’usage du discours sur les miliciens qui est en soi dangereux, puisqu’il menace les pays qui ont des populations d’origine arménienne ou azérie. Cela risque d’amplifier le conflit et ainsi d’impliquer certains pays qui n’en faisaient pas initialement partie».

Conflit historique

Il reste à savoir pourquoi le président truc appuie sans concession l’Azerbaïdjan, sachant qu’il est le seul chef d’État qui n’a pas appelé les belligérants à la retenue et au dialogue. 

«Recep Tayyip Erdogan a un mot d’ordre aujourd’hui: soutenir “le pays frère et ami qu’est l’Azerbaïdjan (...) par tous les moyens”. Historiquement l’opposition de la Turquie à l’Arménie est liée au génocide perpétré en 1915 contre la population arménienne pendant la période ottomane. Les Turcs n’ont jamais reconnu ce génocide, et l’État arménien constitue un ennemi pour la république turque qui compte environ 50 000 Arméniens sur son sol. Le Haut-Karabakh, petit territoire d’Azerbaïdjan a tenté de faire sécession au début des années 1990. Il symbolise la présence des Arméniens au sein de la République d’Azerbaïdjan», explique Anne-Clémentine Larroque.

La chute de l’Union soviétique il y a trois décennies a créé de nouvelles donnes dans la région. La Turquie a eu soudain une dizaine de nouveaux pays avec qui elle a voulu avoir des relations économiques, commerciales et énergétiques, et jouer un rôle politique.

«La région subit toujours les conséquences de la Première Guerre mondiale, notamment le compromis auquel sont parvenus Moscou et Atatürk dans leur souhait de se libérer des contraintes du traité de Sèvres. L’accord entre la Russie et la Turquie traitait des spécificités ethniques de certaines régions alors que d’importants changements démographiques avaient lieu du fait de l’occupation russe du Caucase. Il visait plus particulièrement la population arménienne, d’une part, et les populations musulmanes, d’autre part, sans distinction à cette époque entre sunnites et chiites», précise Gregor Meiering.

En outre, la chute de l’Union soviétique il y a trois décennies a créé de nouvelles donnes dans la région. La Turquie a eu soudain une dizaine de nouveaux pays avec qui elle a voulu avoir des relations économiques, commerciales et énergétiques, et jouer un rôle politique. Avec M. Erdogan ce rôle est devenu plus actif sur plusieurs théâtres au Moyen-Orient, renforçant naturellement un face-à-face avec la Russie, comme c’est le cas actuellement.

«Erdogan reprend à son compte des tensions déjà existantes, certaines depuis longtemps, comme le conflit territorial autour des îles grecques, ou la guerre en Libye, sans oublier le conflit syrien. Concernant le Nagorny-Karabakh, il s’agit d’un conflit vieux de plus de trente ans. Mais, les grandes puissances préféraient garder le statu quo au lieu de tenter de résoudre le problème. L’immobilisme étant favorable aux Arméniens, tout le monde savait que Bakou s’armait depuis longtemps en vue de l’éventualité d’une guerre. Mais personne n’a voulu essayer de résoudre le problème. Le groupe de Minsk ne sert pratiquement à rien. Ankara a depuis toujours soutenu politiquement l’Azerbaïdjan. D’où la décision d’Erdogan de soutenir aujourd’hui Bakou militairement», explique M. Balci.

Turquie vs Russie

De son côté, M. Meiering précise que «la Turquie n’apprécie pas le jeu russe dans le Caucase. Ankara estime que Moscou a gelé le conflit au Nagorny-Karabakh durant près de trois décennies comme en Géorgie, en Moldavie, ou ailleurs.

Il est clair que la stratégie russe n’a jamais été de résoudre les conflits, mais plutôt de les geler et de rendre les protagonistes dépendants d’elle. Dans ce contexte, à mon avis, l’Arménie a raté par le passé une occasion en or de résoudre le conflit alors que le contexte lui était plus favorable. Cette politique a marché au Caucase, alors que l’Azerbaïdjan était presque un État en faillite au début des années 1990. La situation a complètement changé aujourd’hui avec un pays beaucoup plus riche et développé».

Il ne faut toutefois pas surestimer le rôle et le poids de la Turquie dans ce conflit. «La seule puissance capable de faire pencher la balance d’un côté ou de l’autre reste la Russie. Et Moscou joue un jeu assez cynique.

«Cette rivalité turco-russe sur différents dossiers va donc entraîner la possibilité de conclure des compromis sur plusieurs sujets. Cette diversification des conflits permet d’augmenter les chances de trouver des compromis», explique le consultant allemand. «Si on ne peut pas avoir tout ce qu’on veut en Syrie, on peut l’avoir en Libye, sinon ce sera peut-être au Caucase.»

La guerre au Nagorny-Karabakh illustre le changement sur la scène géopolitique mondiale. «Les puissances moyennes qui émergent peuvent dire non aux grandes puissances. Les grands doivent désormais tenir compte des moyens. Ces derniers veulent se faire respecter. C’est le cas de la Turquie qui refuse de se laisser marginaliser. Et dans ce contexte il est navrant de voir les grandes puissances se focaliser sur Erdogan au lieu de se concentrer pour trouver une solution au conflit», estime M. Balci.

Il ne faut toutefois pas surestimer le rôle et le poids de la Turquie dans ce conflit. «La seule puissance capable de faire pencher la balance d’un côté ou de l’autre reste la Russie. Et Moscou joue un jeu assez cynique. Les Russes veulent ainsi rappeler à l’Arménie qu’ils sont les seuls partenaires crédibles capables de la sauver, alors que le Premier ministre arménien, Nikol Pachinian, tente depuis quelques années de s’ouvrir sur le monde en vue d’échapper à l’hégémonie de son puissant voisin», conclut Gregor Meiering.


Maroc: critiquée pour sa gestion, la maire de Rabat démissionne

Short Url
  • Depuis des mois, Asmaa Rhlalou, 54 ans, était critiquée par des élus et des conseillers municipaux pour sa gestion jugée "catastrophique" et "autocratique" de la ville, d'après des médias locaux
  • Certaines voix critiques avaient également dénoncé l'attribution, sans respect de la procédure, d'une somme tirée du budget communal au Fonds spécial pour la gestion des effets du séisme qui a frappé la région de Marrakech en septembre

RABAT: La maire de Rabat, première femme élue à ce poste en 2021, a démissionné mercredi après de multiples critiques sur sa gestion de la capitale marocaine, a-t-elle indiqué à l'AFP.

Depuis des mois, Asmaa Rhlalou, 54 ans, était critiquée par des élus et des conseillers municipaux pour sa gestion jugée "catastrophique" et "autocratique" de la ville, d'après des médias locaux.

Elle a adressé sa lettre de démission au gouverneur régional.

"J'ai préféré privilégier l'intérêt de la ville et du citoyen face au blocage du conseil municipal que connaît Rabat", a-t-elle déclaré à l'AFP.

Certaines voix critiques avaient également dénoncé l'attribution, sans respect de la procédure, d'une somme tirée du budget communal au Fonds spécial pour la gestion des effets du séisme qui a frappé la région de Marrakech en septembre.

Journaliste de profession et membre du Rassemblement national des indépendants (RNI, coalition gouvernementale), Mme Rhlalou avait été élue maire de Rabat en septembre 2021 pour un mandat de six ans.

Deux autres femmes, Nabila Rmili et Fatima Ezzahra El Mansouri, avaient respectivement été élues maires de Casablanca et de Marrakech, une première dans le royaume.


Deux enfants morts de malnutrition dans un hôpital de Gaza

Deux enfants sont morts de malnutrition dans un hôpital du nord de la bande de Gaza, menacée par la famine après près de cinq mois de guerre (Photo, AFP).
Deux enfants sont morts de malnutrition dans un hôpital du nord de la bande de Gaza, menacée par la famine après près de cinq mois de guerre (Photo, AFP).
Short Url
  • Le bureau de coordination de l'aide humanitaire de l'ONU (Ocha) a fait état mercredi de deux enfants morts de soif et de malnutrition à l'hôpital Kamal Adwan
  • L'ONU estime que 2,2 millions de personnes, soit l'immense majorité de la population de Gaza, sont menacées de famine

GAZA: Deux enfants sont morts de malnutrition dans un hôpital du nord de la bande de Gaza, menacée par la famine après près de cinq mois de guerre entre le Hamas et Israël, a annoncé mercredi soir le ministère de la Santé du mouvement islamiste palestinien.

"Deux enfants sont morts au complexe médical d'Al-Chifa des suites de déshydratation et de malnutrition", a déclaré dans un bref communiqué le porte-parole du ministère, Ashraf al-Qudra, précisant qu'an total, six enfants étaient décédés ces derniers jours des mêmes causes.

Le bureau de coordination de l'aide humanitaire de l'ONU (Ocha) a fait état mercredi de deux enfants morts de soif et de malnutrition à l'hôpital Kamal Adwan (nord), deux décès annoncés plus tôt cette semaine par M. al-Qudra.

L'ONU estime que 2,2 millions de personnes, soit l'immense majorité de la population de Gaza, sont menacées de famine, en particulier dans le nord où les destructions, les combats et les pillages rendent presque impossible l'acheminement de l'aide humanitaire.

Selon l'agence de l'ONU pour les réfugiés palestiniens (Unrwa), un peu plus de 2.300 camions d'aide sont entrés dans la bande de Gaza au mois de février, une baisse d'environ 50% par rapport à janvier, et une moyenne quotidienne de quelque 82 camions par jour.

D'après l'ONU, environ 500 camions entraient en moyenne quotidiennement dans la bande de Gaza avant la guerre, alors que les besoins de la population locale était alors moindres.

Des Palestiniens de Gaza ont confié ces derniers jours à l'AFP être forcés de manger des feuilles ou du fourrage pour le bétail, voire d'abattre des animaux de trait pour se nourrir.

Au cours des trois derniers jours, "près de 50 camions" remplis de denrées alimentaires se sont rendus dans le nord de la bande de Gaza, a indiqué mercredi l'organe du ministère israélien de la Défense qui coordonne les activités civiles de l'armée dans les territoires palestiniens (Cogat).

Depuis le début de la guerre le 7 octobre, 29.954 Palestiniens ont été tués, en majorité des civils, selon un dernier bilan fourni mercredi par le ministère de la Santé du Hamas.

Ce jour-là des commandos du Hamas infiltrés depuis la bande de Gaza voisine ont mené une attaque sans précédent dans le sud d'Israël, qui a causé la mort d'au moins 1.160 personnes, en majorité des civils, selon un décompte de l'AFP réalisé à partir de données officielles israéliennes.


Washington demande à Israël d'assurer l'accès à la mosquée Al-Aqsa pendant le ramadan

Les Etats-Unis ont appelé mercredi Israël à assurer l'accès à la mosquée Al-Aqsa à Jérusalem-Est aux fidèles musulmans pendant le ramadan (Photo, AFP).
Les Etats-Unis ont appelé mercredi Israël à assurer l'accès à la mosquée Al-Aqsa à Jérusalem-Est aux fidèles musulmans pendant le ramadan (Photo, AFP).
Short Url
  • «Il n'est pas dans l'intérêt d'Israël d'attiser les tensions en Cisjordanie ou dans l'ensemble de la région»
  • En pleine guerre à Gaza, Israël s'inquiète à l'approche du ramadan, mois saint des musulmans qui doit débuter le 10 ou 11 mars

WASHINGTON: Les Etats-Unis ont appelé mercredi Israël à assurer l'accès à la mosquée Al-Aqsa à Jérusalem-Est aux fidèles musulmans pendant le ramadan, après qu'un ministre d'extrême droite a récemment proposé d'interdire l'accès aux Palestiniens venant de la Cisjordanie occupée.

"En ce qui concerne Al-Aqsa, nous continuons à demander à Israël de faciliter l'accès au mont du Temple pour les fidèles pacifiques pendant le ramadan, conformément aux pratiques passées", a déclaré à la presse le porte-parole du département d'Etat, Matthew Miller.

"Ce n'est pas seulement la bonne chose à faire, ce n'est pas seulement une question d'accorder aux gens la liberté religieuse qu'ils méritent et à laquelle ils ont droit, mais c'est aussi une question qui est directement importante pour la sécurité d'Israël", a-t-il ajouté.

"Il n'est pas dans l'intérêt d'Israël d'attiser les tensions en Cisjordanie ou dans l'ensemble de la région", selon lui.

Le chef du Hamas, Ismaïl Haniyeh, a appelé mercredi dans une adresse télévisée "nos concitoyens de Jérusalem, de Cisjordanie et de l'intérieur occupé à se rendre à Al-Aqsa dès le premier jour du mois béni de ramadan, en groupe ou seuls, pour y prier afin de briser le siège qui lui est imposé".

En pleine guerre à Gaza, Israël s'inquiète à l'approche du ramadan, mois saint des musulmans qui doit débuter le 10 ou 11 mars.

Le ministre israélien de la Sécurité intérieure, Itamar Ben Gvir, chef d'une formation d'extrême-droite favorable à un contrôle juif de l'esplanade des Mosquées, a récemment appelé à limiter l'accès des Palestiniens, faisant craindre une aggravation des tensions.

"Nous ne pouvons pas prendre de risque", avait-il dit.

L'esplanade des Mosquées (ou mont du Temple pour les juifs) est le troisième lieu saint de l'islam et lieu le plus sacré du judaïsme. Si ce lieu saint musulman est administré par la Jordanie, Israël y impose des restrictions, notamment sur le nombre de fidèles ou leur âge.