Ni traduction, ni adaptation: la littérature québécoise fière de son français

Marginalisée pendant des années, la littérature québécoise s'épanouit enfin en France (Photo, AFP).
Marginalisée pendant des années, la littérature québécoise s'épanouit enfin en France (Photo, AFP).
Short Url
Publié le Mercredi 30 mars 2022

Ni traduction, ni adaptation: la littérature québécoise fière de son français

  • Marginalisée pendant des années, la littérature québécoise s'épanouit enfin en France
  • Les étals des libraires débordent de cette littérature, à la fois si proche de l'Hexagone par sa langue mais aussi si lointaine par son imaginaire nord-américain

PARIS: "Pendant longtemps, on ne pensait pas traduire mais corriger": marginalisée pendant des années, la littérature québécoise s'épanouit enfin en France, dans sa langue, sans traduction ni "francisation" grâce au travail méticuleux d'éditeurs français et québécois.

"On assiste à un vrai boom", s’enthousiasme auprès de l'AFP Anne-Isabelle Tremblay, responsable de la librairie du Québec à Paris. Propriété du gouvernement canadien, cette librairie promeut et diffuse, depuis plus de 25 ans, les littératures de cette province francophone du Canada.

Reste que, de mémoire de bibliothécaire, l'engouement actuel est nouveau: romans, essais, bandes dessinées... Les étals des libraires débordent de cette littérature, à la fois si proche de l'Hexagone par sa langue mais aussi si lointaine par son imaginaire nord-américain.

Dernière à avoir fait parler d'elle? L'autrice de bande dessinée Julie Doucet, lauréate mi-mars du Grand Prix du Festival d'Angoulême, plus prestigieuse récompense dans la bande dessinée. Elle est la première Canadienne et Québécoise consacrée.

A l'automne, un autre Québécois avait fait grand bruit: le romancier Kevin Lambert, finaliste du prix Médicis avec "Tu aimeras ce que tu as tué" (Ed. Le Nouvel Attila).

«Mépris»

Sans parler du prix Renaudot essai 2020, décerné à Dominique Fortier pour "Les villes de papier", sur la poétesse américaine Emily Dickinson. Une consécration pour cette littérature, longtemps boudée des prix littéraires français.

Car si des auteurs francophones issus du Maghreb ou d’Afrique subsaharienne sont régulièrement encensés - Tahar Ben Jelloun, prix Goncourt 1987, Djaïli Amadou Amal, Goncourt des lycéens 2020, ou Mohamed Mbougar Sarr, Goncourt 2021 - c'est loin d'être le cas de la littérature québécoise.

"Il y a toujours eu un peu de mépris vis-à-vis de cette littérature et de sa langue", assure à l'AFP Lola Nicolle, éditrice chez la jeune maison d'édition "Les Avrils". Avec Sandrine Thévenet, elles ont publié début mars deux textes de la féministe québécoise Martine Delvaux: "Le Monde est à toi" et "Pompières et pyromanes".

D'ailleurs, poursuit Lola Nicolle, "pendant longtemps on ne pensait pas traduire mais corriger" une langue alors jugée difficilement compréhensible par le lectorat français. "Aujourd'hui, les choses changent parce que les éditeurs québécois sont de plus en plus revendicatifs, osent exiger plus. Plus question pour eux d'accepter qu'on anéantisse leur langue". 

"Pour nous, c'est important d'affirmer la légitimité de la langue québécoise. On est prêt à adapter au cas par cas mais il est important de participer à créer de l'habitude chez le lecteur", complète Sébastien Dulude, éditeur québécois chez La Mèche.

«Travail d'orfèvre»

Sa maison d'édition a vendu les droits du livre "Burgundy", une autofiction grinçante de Mélanie Michaud sur son enfance dans un quartier pauvre de Montréal, à JC Lattès. Sorti début mars en France, le livre a fait l'objet d'une adaptation à la marge.

Le but? Laisser vivre la langue québécoise. Ses expressions comme ses mots en anglais. Seuls ceux pouvant porter à confusion ont été modifiés. "Ca a été un travail d'orfèvre", souligne auprès de l'AFP l'éditrice Constance Trapenard. "Pas question de traduire ou dénaturer, on a travaillé main dans la main avec Sébastien", l'éditeur québécois.

Même tonalité ou presque à la maison d'édition Stock qui a publié début janvier "Sauvagines", de Gabrielle Filteau-Chiba, qui a tout quitté pour vivre dans une cabane dans la forêt québécoise, comme elle le raconte dans son premier livre "Encabanée".

"A aucun moment je me suis dit qu'il fallait traduire", raconte son éditrice Raphaëlle Liebaert à l'AFP. Ni traduction, ni "francisation", un simple glossaire pensé par l'autrice et l'éditrice permet au lecteur, s'il en a envie, de s'immerger dans la singularité de la langue à la fin de sa lecture.

A chaque fois, rappelle Anne-Isabelle Tremblay, "cela doit être un travail commun et conjoint entre les éditeurs et l'auteur. Après tout, n'est-ce pas ce qu'on appelle le respect du travail de création?"


Un détaillant en ligne britannique dévoile une collection de vêtements séants pour le ramadan créée par des designers mondiaux

Brunello Cucinelli. (Photo fournie)
Brunello Cucinelli. (Photo fournie)
Short Url
  • Les créations de 30 designers régionaux et internationaux seront disponibles jusqu'à fin avril
  • Les collections comprennent des ensembles impeccablement coupés aux caftans remarquables, des robes de soirée séantes ou encore de luxueux vêtements de détente

DUBAÏ: La plate-forme britannique de vente en ligne d’articles de luxe Farfetch a dévoilé une collection de vêtements séants pour le ramadan, réalisée par 30 créateurs régionaux et internationaux, qui sera disponible jusqu'à fin avril.

Au-delà du prêt-à-porter, les collections uniques proposent également des bijoux raffinés, des chaussures, ainsi que des articles pour la maison.

Parmi les marques participantes figurent Baruni et Dina Melwani, basées à Dubaï Bambah, la marque italienne Brunello Cucinelli, la marque de bijoux suisse Chopard, la marque britannique sud-africaine De Beers, les marques libanaises Jean Louis Sabaji, Saiid Kobeisy et Rayane Bacha, la maison de couture italienne Missoni, la marque turque Les Ottomans, la marque britannique Malone, la maison de mode basée à Budapest Nanushka, la marque Polspotten basée à Amsterdam, la marque australienne Rachel Gilbert, la marque new-yorkaise Sachin & Babi, la marque émiratie Shatha Essa, et la marque britannique Yoko London.

img 1
Gaby Charbachy, Isabel Marant. (Photo fournie)

Les collections comprennent des ensembles impeccablement coupés aux caftans remarquables, des robes de soirée séantes ou encore de luxueux vêtements de détente, s'adressant à différents goûts et occasions, en mettant l'accent sur l'aspect social du mois de ramadan.

La créatrice égyptienne Maha Abdel Rachid, fondatrice de Bambah, s’est confiée à Arab News: «Nous sommes très fiers de nous associer à nouveau à Farfetch pour cette nouvelle collection de vêtements. Le modèle commercial du marché est diversifié, efficace, et nous aide à travailler à un rythme soutenu.»

img 1
Bambah. (Photo fournie)

«La plate-forme elle-même est également très avancée sur le plan technologique, ce qui nous aide à rationaliser nos activités et notre logistique dans des délais convenables», a-t-elle ajouté.

Des robes de soirée glamour garnies d’ornements recherchés aux pièces chics avec une touche moderne, les ensembles Bambah conviennent parfaitement pour se rassembler autour du sahour.

img 1
Shatha Essa. (Photo fournie)

La créatrice émiratie Essa a déclaré que l'inspiration de sa collection capsule «s'inspirait de l'interaction complexe des subtilités de la nature, réinventée à travers une lentille abstraite, mettant en relief l'engagement de la marque en faveur de l'innovation et du luxe».

Elle a ajouté que Farfetch avait été «une porte ouverte sur le monde pour Shatha Essa».

«C'est une plate-forme irremplaçable pour présenter nos collections», a affirmé à Arab News l'experte en mode féminine contemporaine basée à Dubaï. «La plate-forme a considérablement élargi notre rayonnement, permettant à nos créations uniques et traditionnelles de toucher un public plus large et avisé.»

Les collections d’Essa présentent souvent des tissus luxueux, des broderies et des ornements complexes. Qu'il s'agisse d'une gracieuse abaya, d'un blazer structuré ou d'une robe tendance, les créations d'Essa associent les éléments traditionnels aux silhouettes contemporaines.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com

 


Condamnation pour viol de Dani Alves en Espagne: le parquet fera appel

Le parquet espagnol va faire appel de la peine de quatre ans et demi prononcée contre l'ancien footballeur international brésilien Dani Alves pour viol et demandera une peine de prison plus longue, ont indiqué vendredi des sources judiciaires (Photo, AFP).
Le parquet espagnol va faire appel de la peine de quatre ans et demi prononcée contre l'ancien footballeur international brésilien Dani Alves pour viol et demandera une peine de prison plus longue, ont indiqué vendredi des sources judiciaires (Photo, AFP).
Short Url
  • Face à la polémique, le Parlement avait réformé cette loi l'an dernier, mais trop tard pour qu'Alves soit concerné
  • Les avocats de Dani Alves, qui avait nié qu'il y ait eu viol, avaient annoncé le jour du verdict que leur client ferait appel

BARCELONE: Le parquet espagnol a décidé de faire appel de la condamnation de l'ex-star brésilienne du Barça Dani Alves à quatre ans et demi de prison pour le viol d'une jeune femme dans l'espoir d'obtenir une peine plus lourde, a appris l'AFP vendredi de source judiciaire.

L'ancien joueur de 40 ans a été condamné le 22 février par un tribunal de Barcelone à quatre ans et demi de prison, ainsi qu'à verser 150.000 euros à sa victime, pour le viol d'une jeune femme en décembre 2022 dans une discothèque de la ville, alors que le parquet avait requis une peine de neuf ans de prison.

Le tribunal avait également imposé à l'ex-international brésilien cinq années de liberté surveillée après sa sortie de prison et une interdiction d'approcher sa victime pendant neuf ans et demi.

Le tribunal avait considéré dans son jugement que le versement par le joueur, dès le début de la procédure, de 150.000 euros pour dédommager la victime était une circonstance atténuante, Alves ayant, selon les juges, montré ainsi sa volonté de "réparation"

Mais cette circonstance atténuante pourrait être contestée par le parquet dans son appel, selon cette source judiciaire, dans la mesure où cette somme ne représente pas le même effort financier pour Alves que pour un accusé ne disposant pas des mêmes ressources.

De même source, on précise que la rédaction de l'appel n'a pas encore débuté.

Appel

Les avocats de Dani Alves, qui avait nié qu'il y ait eu viol, avaient annoncé le jour du verdict que leur client ferait appel.

Alves a bénéficié de l'adoption en 2022 de la loi sur le consentement, destinée à renforcer l'arsenal contre les violences sexuelles, mais qui a paradoxalement eu pour effet pervers d'entraîner des réductions de peines.

Ainsi, dans le cas d'Alves, la peine plancher a été abaissée à quatre ans, contre six auparavant.

Face à la polémique, le Parlement avait réformé cette loi l'an dernier, mais trop tard pour qu'Alves soit concerné.

Selon l'accusation, les faits se sont déroulés la nuit du 30 au 31 décembre 2022, alors que Dani Alves se trouvait avec un ami dans une zone VIP de la discothèque Sutton de Barcelone.

Footballeur parmi les plus titrés de l'histoire, Dani Alves a connu la période la plus glorieuse de sa carrière au Barça entre 2008 et 2016, remportant 23 trophées.

 


This is Not Your Grave, de l'artiste palestinienne Dima Srouji, sonde l'architecture en tant qu ’abri, résistance et oppression

Hearth, Dima Srouji. (Photo fournie)
Hearth, Dima Srouji. (Photo fournie)
Short Url
  • Les projets des artistes Abbas Akhavan, Asma Belhamar et Vikram Divecha seront élaborés dans le courant de l'année et ils viendront compléter ceux de Dima Srouji
  • Dima Srouji a été lauréate du prix Jameel 2022-2023 du Victoria & Albert Museum de Londres et elle enseigne actuellement au Royal College of Art de Londres

DUBAÏ: L'artiste palestinienne Dima Srouji a installé dans trois zones distinctes de l'avenue Alserkal de Dubaï, un centre créatif de la ville, une nouvelle œuvre spécifique intitulée This is Not Your Grave, qui explore l'utilisation de l'architecture comme abri, comme résistance et comme oppression. 

L’œuvre fait partie de «Walk with Me», l’édition 2024-2025 de commandes d’art public de l’avenue Alserkal, organisée par Zoe Whitley, basée à Londres, conservatrice, écrivaine et directrice de la Chisenhale Gallery, dans la capitale britannique. 

Zoe Whitley a été inspirée par l’accessibilité de l’avenue Alserkal et par la variété des sites culturels pour les visiteurs, qui se déplacent à pied plutôt qu’en voiture. Les œuvres invitent ainsi le visiteur à se promener dans cette zone et à découvrir de nouvelles créations. Les commandes d'art public d'Alserkal, inaugurées en 2015, comprennent de nouvelles œuvres ambitieuses, qui restent accessibles aux visiteurs de l'avenue Alserkal, tant du point de vue esthétique qu’intellectuel. 

img 1
Library, Dima Srouji. (Photo fournie) 

L’une des pierres angulaires du travail de Dima Srouji est ce qu’elle appelle «l’échec de l’architecture». 

«Elle est destinée à protéger les habitants et les utilisateurs, principalement en relation avec le concept de base de l'architecture, qui est l’abri», déclare-t-elle à Arab News. 

«Au cours de ces dernières années, en particulier pendant la pandémie de la Covid-19, j’ai réfléchi à cette idée d’abri en tant que refuge, et à ce que signifie réellement de créer un abri, dans le contexte d’une situation critique, soit durant mon enfance en Palestine», ajoute-t-elle. «Comme nous le voyons encore aujourd'hui à Gaza, qui subit un génocide, et comme nous l'avons constaté dans l'imagerie de Gaza depuis octobre, mais aussi en Palestine en général depuis 1948, l'architecture a été utilisée comme une arme pour construire un État sioniste», soutient l'artiste. 

img 1
Library, Dima Srouji. (Photo fournie) 

Un aspect auquel Dima Srouji dit avoir réfléchi en ce qui concerne l'abri est le fait qu'«il ne s'agit pas nécessairement d'espaces architecturaux et d'espaces intérieurs où l'on peut se cacher tels qu’un tunnel souterrain, mais qu’il peut s’agir également d'éléments aussi simples qu’une baignoire utilisée comme lieu pour s’abriter… parce que si les bombardements ont lieu dans le quartier voisin et que vous ne pouvez pas descendre les escaliers aussi vite que nécessaire, alors l'espace sûr le plus proche est une baignoire. Il en va de même avec les escaliers.» 

L'installation en trois parties représente une baignoire, un escalier et un tunnel, en tant qu’éléments architecturaux qui représentent un abri. 

img 1
Sanctuary, Dima Srouji. (Photo fournie) 

«Je ne m'y intéresse pas seulement du point de vue architectural en raison de leur volume en tant qu’espace confiné, mais aussi du fait que ce sont des espaces où les gens peuvent se rassembler et où la structure familiale devient un véritable refuge où s’abriter», indique-t-elle. 

Zoe Whitley indique avoir découvert le travail de Dima Srouji pour la première fois lors d'une exposition collective à Djeddah. «J'ai été immédiatement fascinée par sa sensibilité à l’environnement et par son étude minutieuse de la façon dont les villes sont construites, puis évoluent. Elle nous montre comment nous nous déplaçons à travers et à l’intérieur des espaces, rarement de la manière prévue par l’architecte», explique-t-elle à Arab News. 

img 1
Library, Dima Srouji. (Photo fournie) 

«L'installation en trois parties de Dima est une véritable invitation à se promener dans l'avenue Alserkal», précise-t-elle. «Tous les commissaires d'exposition souhaitent que les visiteurs s'attardent et le concept de Dima nous encourage à nous rassembler, à nous attarder et à réfléchir.» 

Les projets des artistes Abbas Akhavan, Asma Belhamar et Vikram Divecha seront élaborés dans le courant de l’année et ils viendront compléter ceux de Dima Srouji. 

Dima Srouji a été lauréate du prix Jameel 2022-2023 du Victoria & Albert Museum de Londres et elle enseigne actuellement au Royal College of Art de Londres. Ses œuvres font partie des collections permanentes du Stedelijk Museum Amsterdam, du Victoria & Albert Museum, de l’Institut du monde arabe, du Corning Museum of Glass et de TBA21. 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com