Les journaux saoudiens peuvent-ils être sauvés?

Lors d'un événement marquant le 100e anniversaire d'Umm Al-Qura, le ministre des Médias par intérim du Royaume, le Dr Majid Al-Qasabi, a annoncé le lancement de cinq nouvelles initiatives ministérielles à l'audience (Photo, SPA).
Lors d'un événement marquant le 100e anniversaire d'Umm Al-Qura, le ministre des Médias par intérim du Royaume, le Dr Majid Al-Qasabi, a annoncé le lancement de cinq nouvelles initiatives ministérielles à l'audience (Photo, SPA).
Short Url
Publié le Mardi 05 avril 2022

Les journaux saoudiens peuvent-ils être sauvés?

  • La nouvelle initiative du ministère des Médias visant à permettre la transformation numérique de la presse locale a été accueillie avec scepticisme par la communauté journalistique
  • Les journaux du Royaume sont des entreprises privées et sont au bord de la faillite, de nombreux rédacteurs en chef blâment leurs propres PDG et consultants

LONDRES : À l'occasion d'un événement prestigieux marquant le centenaire d'Umm Al-Qura, le journal officiel de l'Arabie saoudite, le ministre par intérim des Médias du Royaume, le Dr Majid Al-Qassabi, a annoncé le lancement de cinq nouvelles initiatives ministérielles devant un public comprenant de hauts fonctionnaires, des universitaires et, naturellement, un grand nombre de journalistes.

Ces initiatives prévoient la création d'un centre national d'archives des médias saoudiens et d'un musée des médias saoudiens, l'organisation d'un forum des médias Umm Al-Qura tous les deux ans, le lancement d'un « Médiathon » en partenariat avec la société nationale de télécommunications STC, dont l'objectif est de proposer des idées novatrices pour les médias de demain et, enfin et surtout, le lancement de la deuxième phase du Programme de soutien et d'aide à la transformation numérique des journaux saoudiens.

L'annonce d'un programme de soutien aux journaux en Arabie saoudite a été le point culminant de la soirée pour les nombreux journalistes présents. Les réactions ont été partagées entre ceux qui ont exprimé leur soulagement face à un plan qu'ils attendaient depuis des années, et ceux qui étaient sceptiques, affirmant qu'il s'agissait d'une nouvelle tentative ratée d'une mission que presque tous les ministres des Médias ont tentée ces dernières années.

« Si quelqu'un peut le faire (sauver les journaux saoudiens), c'est certainement Al-Qassabi », a déclaré à Arab News un journaliste présent à l'événement.

photo
Lors d'un événement marquant le centenaire d'Umm Al-Qura, le ministre par intérim des médias du Royaume, le Dr Majid Al-Qasabi, a annoncé au public le lancement de cinq nouvelles initiatives ministérielles. (SPA)

Al-Qassabi occupe ce poste depuis 2020, ainsi que celui de ministre du Commerce du Royaume. L'une de ses premières déclarations à sa prise de fonction a été de déclarer à ses collègues du ministère : « Vos performances n'ont pas été satisfaisantes ».

Quelques mois plus tard, il s'est arrangé pour rencontrer virtuellement les éditeurs de journaux locaux, écouter leurs difficultés financières et promettre d'étudier la possibilité d'un plan de sauvetage.

Al-Qassabi est réputé pour être un fonctionnaire expérimenté, digne de confiance et influent au sein de la Cour royale, à tel point que de nombreux employés juniors le qualifient de « ministre des ministres ». Outre les portefeuilles du commerce et des médias, il est également à la tête de plusieurs comités et s'occupe de dizaines de missions cruciales liées au gouvernement. 

Toutefois, la question du sauvetage des journaux saoudiens est un sujet controversé dans le Royaume depuis l'effondrement des prix du pétrole en 2015, qui a eu un effet négatif sur la publicité et les abonnements du gouvernement et des entreprises.

Les principales sources de revenu des quotidiens locaux ont été mises à mal, ce qui a accéléré leur déclin, en phase avec la tendance mondiale de l'époque, où des entreprises de presse mettaient la clé sous la porte chaque jour dans presque tous les pays en raison de l'impact de la révolution numérique.

Depuis, tous les ministres des Médias qui ont été nommés ont tenté de lancer des initiatives pour sauver le secteur, mais aucune n'a réussi et plusieurs journaux du Royaume ont dû soit licencier des employés, soit retarder ou réduire les salaires, soit cesser complètement d'imprimer.

Contrairement à ce que l'on pourrait croire, à l'exception du journal gouvernemental Umm Al-Qura, tous les autres journaux du Royaume sont des entreprises privées et ne reçoivent aucune aide financière du gouvernement.

Cela signifie − comme l'a déclaré dans une chronique controversée d'octobre 2021 le rédacteur en chef de longue date du journal Al-Jazirah basé à Riyad, Khalid Al-Malik − que l'Arabie saoudite risque de voir arriver « dans un avenir proche, un jour où nous n'aurons plus de journalisme ni d'établissements journalistiques ».

Al-Malik, qui est également président du conseil d'administration de l'Association saoudienne des journalistes − ce qui ressemble le plus à un syndicat de journalistes dans le royaume − a critiqué l'hésitation à trouver ce qu'il a décrit comme une « feuille de route pour sauver les journaux saoudiens ».

« Nous n'avons pas perdu et ne perdrons jamais l'espoir que le soutien aux établissements de presse arrivera », a-t-il écrit, ajoutant qu'il est convaincu que « le roi Salmane et le prince héritier Mohammed ben Salmane n'accepteront jamais la mort de notre journalisme... ou que les reporters et les chroniqueurs disparaissent de la scène médiatique au vu d'une crise mondiale de la presse à laquelle pas un seul pays n'a survécu ».

Les entités gouvernementales n'apprécient le rôle des médias que lorsqu'ils les louent gratuitement. Mais lorsqu'ils les critiquent, ils finissent par refuser la publicité des journaux, les limiter par des poursuites judiciaires et ne pas répondre aux demandes de renseignements.

Mowafaq Al-Nowaiser, rédacteur en chef du journal Makkah

Les demandes répétées d'Al-Malik et d'autres rédacteurs en chef de journaux importants pour un renflouement du gouvernement ont été rejetées par Abdelaziz Khoja, ancien ministre des médias et diplomate, qui a demandé aux journalistes « d'arrêter de mendier », dans une interview télévisée largement partagée.

Le point de vue de Khoja est représentatif d'une autre faction de conseillers du gouvernement qui estiment que, puisque la majorité des journaux sont des entreprises privées, les règles du marché libre doivent s'y appliquer ; et que s'ils ne sont pas en mesure de réaliser de bénéfices, ils doivent simplement sortir du marché.

 

Ce point de vue est conforté par le fait que, sans la mauvaise gestion des entreprises de médias saoudiennes au cours des dernières années, les journaux seraient aujourd'hui dans une situation plus favorable et plus résiliente.

Dans le secteur de la presse saoudienne, le terme « direction » fait généralement référence aux PDG ou aux directeurs généraux qui prennent les décisions financières, commerciales et administratives, tandis que les rédacteurs en chef se limitent à prendre des décisions éditoriales et sont responsables de la portée et de l'influence.

Selon Mowafaq Al-Nowaiser, rédacteur en chef du journal Makkah, un problème courant est que les PDG arrivent souvent sans aucune expérience des médias ni aucune compréhension des exigences du journalisme.

« Les murs des établissements de presse sont bas, de sorte que même un inconnu peut les escalader et jeter ses déchets dans la cour du journal », a-t-il écrit dans une chronique sur le sujet en février dernier.

Dans son article, Al-Nowaiser a tenté de démontrer en partie pourquoi les journaux du Royaume sont passés de la rentabilité à la faillite au cours de la dernière décennie.

Il explique que les journaux saoudiens ont connu leur âge d'or au cours des trois décennies qui ont précédé 2012 en raison de la « grande taille du gâteau publicitaire qui rapportait des bénéfices annuels à sept ou huit chiffres ».

graphe

Il reproche à la direction des entreprises d'avoir pris de mauvaises décisions et d'avoir dépensé inutilement pour tout, hormis le contenu, dans ce qu'il décrit comme des « investissements cosmétiques » tels que l'impression en couleur et le papier glacé.

De nombreux collègues d'Al-Nowaiser partagent son point de vue cynique sur la gestion des journaux saoudiens, estimant qu'ils sont la principale raison de leur destruction.

« Nous avons un cas avéré et transparent d'une entreprise de médias où les hauts responsables de la direction reçoivent des salaires et des primes comparables à ceux d'Aramco, la plus grande entreprise de production de pétrole au monde », a déclaré un rédacteur en chef de longue date, également membre de l'Association saoudienne des journalistes (SAJ).

« Les membres du conseil d'administration et les cadres dirigeants rémunérés de manière disproportionnée étaient et restent un problème courant dans les entreprises de médias saoudiennes, car ces mêmes cadres sont les premiers à réduire les budgets des rédacteurs et des journalistes, alors qu'ils dépensent des sommes sans fond dans des cabinets de conseil en stratégie et en gestion », a-t-il ajouté.

Dans la plupart des cas, ces consultants ont l'habitude de convaincre les conseils d'administration de stratégies recyclées qui ne fonctionnent pas. Le membre du SAJ avec lequel Arab News s'est entretenu a expliqué que sa pire crainte est que ces mêmes consultants et cadres supérieurs des entreprises médiatiques finissent par devenir des conseillers du ministère des Médias pour aider à sauver l'industrie.

« Ce serait désastreux, ce que nous obtenons souvent après avoir déversé des millions sur des consultants est une stratégie de réseaux sociaux glorifiée au lieu d'une stratégie pour sauver le journal », a-t-il ajouté.

« En d'autres termes, les entreprises de presse paient une fortune à des consultants en gestion et à leurs propres cadres pour créer une stratégie qui ne fera que rapporter de l'argent à des entreprises comme Facebook, Twitter et Google, qui sont la source du problème des journaux aujourd'hui ».

De tels arguments ne font que pousser les factions réticentes du gouvernement à intervenir pour sauver l'industrie de la presse, car elles craignent qu'avec une telle gestion à la tête des entreprises de médias, peu importe l'argent versé, le retour sur investissement ne sera que des solutions de rafistolage immédiates et le problème ressurgira dans quelques années.

Pour Al-Nowaiser, le problème est bien plus compliqué. Pour commencer, il pense qu’il n’y a pas suffisamment de personnes − que ce soit au sein du gouvernement ou du secteur privé − qui savent de quoi elles parlent, ou même ce que signifie la « transformation numérique » pour l'industrie de la presse alors que presque tous les journaux saoudiens ont déjà des sites web, des comptes sur les réseaux sociaux, des vidéos et des podcasts.

« Le terme (transformation numérique) est apparu il y a 10 ans, mais personne n'y a prêté attention. Cependant, lorsqu'il est revenu sur le tapis avec les réformes que connaît le Royaume, il est devenu une demande publique et officielle », écrit-il, estimant que peu de personnes sur la scène médiatique actuelle comprennent réellement ce que cela signifie.

« Je suis presque certain que si vous demandez à 100 acteurs différents en lien avec les médias, qu'il s'agisse de rédacteurs en chef, de directeurs généraux, de membres de conseils d'administration, de propriétaires, de fonctionnaires, de professionnels ou d'universitaires, ce qu'est le concept de transformation numérique, il sera impossible de trouver un consensus ne serait-ce que parmi 10 d'entre eux », conclut-il dans son article de février.

En quoi consiste exactement l'initiative du ministère des Médias visant à soutenir et à permettre la transformation numérique des journaux saoudiens ?

Arab News a tenté de contacter le Dr Abdullah Al-Maghlooth, porte-parole officiel du ministère des Médias, mais n'a reçu aucun commentaire ni explication.

« J'aurais aimé qu'il y ait plus d'explications de la part du ministère ou du centre de communication du gouvernement », a déclaré Al-Nowaiser à Arab News, ajoutant qu'il est notable qu'en tant que rédacteur en chef de journal lui-même, il ignore tout des détails de ce programme.

« Par exemple, l'initiative indique qu'il s'agit de la deuxième phase du programme, ici je ne peux m'empêcher de demander : quels sont les éléments de la première phase qui ont été achevés et qui nous ont fait passer à la deuxième phase ? »

Cependant, pour Faisal J. Abbas, rédacteur en chef d'Arab News, discuter de la transformation numérique avant de parler des droits et des responsabilités des journalistes, d'une loi sur la liberté d'information convenue et de la mise à jour du cadre juridique et des directives gouvernementales sur les médias reviendrait à mettre « la charrue devant les bœufs ».

« La vérité de la question est que nous sommes dans l'industrie du contenu. Nous pouvons parler longuement de la transformation numérique et des plateformes, mais ce ne sont que des moyens pour atteindre une fin. La fin est le contenu ou l'information que nous produisons, et ce dont nous avons désespérément besoin de la part du ministère des Médias et du gouvernement dans son ensemble, c'est plus d'accès et davantage de transparence afin que nous puissions produire du contenu plus pertinent et plus utile pour notre public », a-t-il ajouté.

Dans une récente interview accordée à The Atlantic, le prince héritier Mohammed ben Salmane a indiqué qu'il souhaitait que les médias du Royaume défient davantage le gouvernement.

« Je crois que les médias saoudiens devraient critiquer le travail du gouvernement, les plans du gouvernement, peu importe, car c'est sain », avait-il déclaré au magazine américain.

Toutefois, il semble que pour que le journalisme renaisse dans le Royaume, il va falloir un important coup de pouce. La plupart des journalistes avec lesquels Arab News s'est entretenu ont déclaré que l'argent était important, mais que le plus important était d'avoir des responsables gouvernementaux qui comprennent les médias et leur fonctionnement, ainsi que des dirigeants d'entreprises médiatiques qui ont une expérience réelle de la gestion des entreprises médiatiques.

Ce dont nous avons désespérément besoin de la part du ministère des Médias, et du gouvernement dans son ensemble, c'est plus d'accès et davantage de transparence afin que nous puissions produire du contenu plus pertinent et plus utile pour nos lecteurs.

Faisal J. Abbas, Rédacteur en chef d'Arab News

Le 19 mars, Al-Nowaiser a signé une autre chronique intitulée « Nos ministères ont-ils autant confiance en nos médias que le prince héritier ? »

Il y explique comment la plupart des entités gouvernementales « n'apprécient le rôle des médias que lorsqu'ils les louent gratuitement ». Cependant, lorsque les journalistes font leur travail et sont critiques, alors ces entités gouvernementales finissent par « leur refuser leur part de publicité, limiter leur autorité par des poursuites judiciaires, ne pas répondre aux demandes de renseignements et les renvoyer au centre de communication du gouvernement ».

« Pour être honnête, sans accès à l'information, vous ne pouvez vraiment pas construire un organe de presse réussi », a ajouté Abbas.

« Si vous considérez le succès de gros sites comme WikiLeaks, BuzzFeed ou même d'un site aussi simple que Craigslist, vous vous rendrez compte que tout réside dans le contenu et non dans la transformation numérique, le design ou les applications. »

« Bien sûr, des dettes doivent être payées et une restructuration des entreprises de médias est nécessaire. Peut-être que le secteur devrait également envisager quelques fusions et acquisitions. Cependant, si tout ce que nous obtiendrons, ce sont différentes plateformes qui copient et collent toutes le même contenu posté sur l'Agence de presse saoudienne, alors pourquoi se donner la peine ? »

De leur côté, d'autres journalistes ont déclaré à Arab News qu'il était bon qu'une partie de l'initiative du ministère consiste à construire un musée, « car si cette nouvelle initiative ministérielle pour la transformation numérique ne fonctionne pas, c'est là que toutes les marques de journaux d'Arabie saoudite finiront », a déclaré un journaliste en faisant défiler son interminable fil Twitter. 

* Tarek Ali Ahmad est le chef de l'unité de recherche et d'études d’Arab News et co-auteur de deux rapports sur le sujet : « Le mythe de la transformation numérique » et « Sauvez la presse ».

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Le cinéma marocain est en deuil: Khadija Assad n'est plus

Khadija Assad s’est éteinte à l’âge de 70 ans entourée de ses proches, après une longue lutte contre le cancer. (Photo, MAP)
Khadija Assad s’est éteinte à l’âge de 70 ans entourée de ses proches, après une longue lutte contre le cancer. (Photo, MAP)
Short Url
  • La comédienne avait enchanté le Maroc dans les années 2000 avec son compagnon de vie et de carrière, Aziz Saadallah, avec le célèbre sitcom Lalla Fatima
  • L’icône marocaine s’est éteinte à l’âge de 70 ans entourée de ses proches, après une longue lutte contre le cancer

CASABLANCA: Une étoile s'est éteinte. Trois ans après la disparition de son mari, l'actrice Khadija Assad a tiré sa révérence ce mercredi, dans son domicile à Casablanca, après une longue lutte contre le cancer.

Selon les médias locaux, Khadija Assad a été transférée hier à son domicile, depuis l’un des hôpitaux privés de Casablanca, à la demande de sa famille, à la suite de la détérioration de son état de santé. L’icône marocaine est décédée à l’âge de 70 ans entourée de ses proches.

Elle avait enchanté tout un pays dans les années 2000 avec son compagnon de vie et de carrière, Aziz Saadallah, avec la célèbre sitcom Lalla Fatima. Le couple avait auparavant séduit la génération des années 1970, grâce à la série à succès Hia ou Houa («Elle et lui»).

À l’annonce de son décès, les internautes marocains n’ont pas manqué de faire part de leur tristesse et ont présenté leurs condoléances. Des célébrités locales leur ont emboîté le pas.

«Triste pour le départ de Khadija Assad. Lalla Khadija a un parcours artistique plein d’élégance et de hautes valeurs artistiques et humaines. Je la connaissais souriante, généreuse et d’une grande gentillesse», a écrit le comédien et humoriste Hassan el-Fad sur Instagram.

«Je viens d’apprendre la triste nouvelle du décès de l’artiste bien aimée Khadija Assad, chez elle à Casablanca, après une rude bataille contre le cancer. Kissariat Oufella est la dernière œuvre sur laquelle nous avons travaillé ensemble. Malgré la maladie, elle a répondu à l’appel et a joué un magnifique rôle honorifique. Elle a donné l’exemple à toute une génération de femmes marocaines qui savent concilier art, maternité et responsabilité...», a pour sa part écrit l’acteur et réalisateur Rachid el-Ouali sur Instagram.

Le roi Mohammed VI a fait part de ses condoléances dans un message adressé à la famille de la défunte. Dans une dépêche de la MAP, agence de presse officielle du Maroc, qui reprend le message royal, le Souverain dit avoir «appris avec une grande émotion et profonde affliction la triste nouvelle du décès de la grande artiste Khadija Assad que Dieu l’ait en Sa sainte miséricorde.» 

«En cette douloureuse circonstance, Nous vous exprimons, et à travers vous, à l’ensemble de votre famille et vos proches, à la famille artistique nationale de la défunte et à tous ses amis et admirateurs, Nos vives condoléances et Nos sincères sentiments de compassion suite à la disparition de l’une des icônes de l’écran marocain, reconnue pour son immense talent et sa performance dans plusieurs grandes œuvres théâtrales, télévisées et cinématographiques, particulièrement celles interprétées en compagnie de son mari et compagnon de route, feu Abdelaziz Saadallah, et qui ont marqué la scène artistique locale et sont restées gravées dans la mémoire et le cœur du public marocain.» a écrit le roi Mohammed VI.


Jusqu'à 5 000 euros d'amende requis contre la star Aya Nakamura et son ex-compagnon pour violences réciproques

La chanteuse française Aya Nakamura arrive devant le tribunal pour des abus mutuels sur son partenaire avec son ancien partenaire Vladimir Boudnikoff, à Bobigny, dans le nord-est de Paris, le 26 janvier 2023. (Photo, AFP)
La chanteuse française Aya Nakamura arrive devant le tribunal pour des abus mutuels sur son partenaire avec son ancien partenaire Vladimir Boudnikoff, à Bobigny, dans le nord-est de Paris, le 26 janvier 2023. (Photo, AFP)
Short Url
  • La décision sera rendue le 23 février
  • Arrivés ensemble et se tenant côte à côte à la barre du tribunal correctionnel, les deux prévenus ont reconnu le dérapage survenu dans la nuit du 6 au 7 août à Rosny-sous-Bois, près de Paris, où résidait le couple avec leur fille de six mois

BOBIGNY: Cinq mille euros d'amende pour elle, 2.000 euros pour lui: les réquisitions au procès de la chanteuse star franco-malienne Aya Nakamura et son ex-conjoint le producteur Vladimir Boudnikoff ont été inversement proportionnelles à l'effervescence médiatique autour de leur procès pour violences réciproques sur conjoint, jeudi à Bobigny.

"Il s'agit d'une affaire tristement banale, une dispute qui a dégénéré", a estimé la procureure dans son réquisitoire à l'intérieur d'une salle comble.

La décision sera rendue le 23 février.

Arrivés ensemble et se tenant côte à côte à la barre du tribunal correctionnel, les deux prévenus ont reconnu le dérapage survenu dans la nuit du 6 au 7 août à Rosny-sous-Bois, près de Paris, où résidait le couple avec leur fille de six mois.

La crise a éclaté sur fond de jalousie et d'un mariage, auquel la chanteuse n'était pas invitée contrairement à son conjoint. S'en est suivie une dispute en plusieurs actes, en partie sur la voie publique et dans le pavillon où se sont déroulées les violences, a retracé la présidente du tribunal.

Chacun a écopé de trois jours d'incapacité temporaire de travail pour des contusions et douleurs.

"Très très énervée" lors de cet épisode houleux, la chanteuse a notamment raconté avoir voulu récupérer des effets personnels et partir avec leur fille, pour entériner la rupture.

Alors que l'altercation se poursuivait dans le studio de musique, au sous-sol, le producteur a reçu une gifle puis est tombé au sol.

"Il a commencé à devenir de plus en plus énervé, à me serrer, il essayait de me calmer à sa manière", a déclaré Aya Danioko (le vrai nom de la chanteuse).

M. Boudnikoff a accrédité cette version, reconnaissant qu'il avait également manqué de calme pendant cette soirée.

Désormais séparés, "on essaie de bien s'entendre" dans l'intérêt de l'enfant, a précisé la chanteuse.

Née à Bamako, Aya Nakamura a grandi à Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis). Sa carrière a décollé avec son deuxième album "Nakamura" (2018), suivi d'"Aya" en 2020, lui offrant le statut de chanteuse francophone la plus écoutée dans le monde.

Son nouvel opus, "DNK", sort vendredi.

Agé de 34 ans et producteur, Vladimir Boudnikoff a aussi réalisé le clip d'un de ses tubes, "Pookie", qui culmine à quelque 336 millions de vues sur YouTube depuis sa sortie en 2019.


L’actrice franco-algérienne Lyna Khoudri nommée aux Césars

L’actrice franco-algérienne Lyna Khoudri a été nommée dans la catégorie «meilleure actrice dans un second rôle» lors de la 48e édition des Césars. (AFP)
L’actrice franco-algérienne Lyna Khoudri a été nommée dans la catégorie «meilleure actrice dans un second rôle» lors de la 48e édition des Césars. (AFP)
Short Url
  • Lyna Khoudri a été nommée dans la catégorie «meilleure actrice dans un second rôle» lors de la 48e édition des Césars
  • L’actrice a l’habitude de jouer dans des films inspirés de faits réels, comme dans le film Nos Frangins, sorti en novembre 2022, qui racontait l’histoire de Malik Oussekine

DUBAÏ: L’actrice franco-algérienne Lyna Khoudri a été nommée dans la catégorie «meilleure actrice dans un second rôle» lors de la 48e édition des Césars, l’équivalent français des Oscars.

Khoudri a été nommée pour son rôle dans le film Novembre du cinéaste Cédric Jimenez, qui raconte les attaques terroristes à Paris la nuit du 13 novembre 2015. Elle incarne Samia, une jeune femme charitable qui fait du bénévolat dans un camp de sans-abri. Sa colocataire finance son cousin, l’un des terroristes.

L’actrice a l’habitude de jouer dans des films inspirés de faits réels. En novembre 2022, le film Nos Frangins, dans lequel elle joue, était sorti en salle. Il raconte l’histoire vraie et poignante de l’étudiant franco-algérien Malik Oussekine, mort en garde à vue en 1986 après plusieurs semaines de manifestations étudiantes contre un projet de réforme universitaire. Khoudri joue le rôle de sa sœur.

Par ailleurs, L’innocent, de Louis Garrel, et le thriller La nuit du 12, de Dominik Moll, sont en tête de la course aux Césars, avec respectivement 11 et 10 nominations.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com