Une activiste algéro-italienne lance «Miss Hidjab»

Belhadj espère mettre fin à la marginalisation et à la stigmatisation dont sont victimes ces femmes (Photo, Instagram @assiabelhadj).
Belhadj espère mettre fin à la marginalisation et à la stigmatisation dont sont victimes ces femmes (Photo, Instagram @assiabelhadj).
Short Url
Publié le Mercredi 06 avril 2022

Une activiste algéro-italienne lance «Miss Hidjab»

  • Cette initiative s’inscrit dans le cadre de la valorisation des femmes voilées
  • La première édition de ce concours de beauté se déroulera en Italie

ALGER : Il est de notoriété publique que le port du voile musulman est dans beaucoup de pays occidentaux une source intarissable de polémiques et de débats. Trop souvent perçu de façon négative, voire comme un symbole de l’oppression féminine, la signification du Hidjab est pourtant tout autre. 

Plus qu’un vêtement, le Hidjab a une portée significative plus complexe. Il représente une conduite à adopter et, au fil du temps, il est devenu un élément de mode, que les musulmanes manient et subliment avec grâce. 

Dans l’objectif de normaliser et d’intégrer les femmes musulmanes dans des sociétés européennes qui peinent à définir et à fixer une définition de la laïcité sur laquelle tout le monde serait d’accord, des membres de la communauté musulmans dans le monde s’échinent à portrayer la religion de façon positive. 

Pour ce faire,  de nombreux musulmans organisent des événements pour promouvoir l'islam. Parmi ces personnes, on cite Assia Belhadj. Écrivaine, politicienne, activiste et voilée elle-même, cette algéro-italienne a lancé un concours de beauté réservé aux Hidjabies. 
 

D
Promu sous le slogan « Be a role model », la première édition de ce concours de beauté se déroulera en Italie (Photo, Assia Belhadj).

Cette initiative s’inscrit dans le cadre de la valorisation des femmes voilées. D'ailleurs, à travers ce concours, la présidente et fondatrice du Mouvement des femmes musulmanes en Italie, Assia Belhadj, a déclaré par le biais de ces réseaux sociaux espérer l'intégration du voile dans les concours de beauté à l'étranger. 

Dans un contexte très sensible, Belhadj espère également mettre fin à la marginalisation et à la stigmatisation constante dont sont victimes les femmes, quotidiennement, dans les sociétés non musulmanes. 

Par cette démarche, la fondatrice et présidente du Mouvement des femmes musulmanes italiennes aspire à démontrer que le port du Hidjab ne représente pas un obstacle à l'intégration des femmes voilées. Cette dernière a déclaré sur son compte Facebook que « l'idée est de créer une alternative appropriée pour encourager et consolider le vrai sens du voile qui n'est pas seulement un vêtement, mais une voie spirituelle qu'une fille musulmane devrait connaître et aimer. »

Promu sous le slogan « Be a role model », la première édition de ce concours de beauté se déroulera en Italie. Afin d’y participer, les critères requis sont assez simples, il suffit d’être voilée, d’avoir entre 14 à 25 ans et de résider en Italie, pays où se déroulera cette première édition. 

La grande lauréate du titre de « Miss Hidjab » aura pour mission de représenter la femme musulmane moderne et d’incarner "la culture du voile dans son sens propre", explique l'organisatrice du concours.  

Activiste et femme politique engagée

Ayant été elle-même la cible de commentaires et d’attaques xénophobes et islamophobes, Assia Belhadj a tenu à créer un environnement sain et propice à l’expression dédié exclusivement aux  femmes musulmanes qui résident à l’étranger. 

En 2020, Assia Belhadj, qui avait présenté sa candidature aux élections régionales dans la région de la Vénétie en Italie, a été victime d’insultes virulentes et de menaces sur les réseaux sociaux. 

Cette dernière a confié aux médias algériens que sa religion est la raison pour laquelle elle recevait autant de haine, «on m’attaque parce que je suis musulmane et d’origine étrangère. Mes détracteurs ne veulent pas accepter ces nouveaux citoyens, nous devons donc travailler davantage sur la sensibilisation et sur les projets futurs pour favoriser un changement de paradigme culturel, en tant qu’atout et non pas comme un danger menaçant la culture italienne », a-t-elle affirmé.

Assia Belhadj est également la coordinatrice pour la zone Belluno du « Aisha Project »,  association qui lutte contre les violences et les discriminations que subissent les femmes. En plus d’être la porte-parole de l'Observatoire italien contre la discrimination sectaire. 

Cette femme engagée est l'auteur du livre "Au-delà du hidjab. De femme étrangère à citoyenne". Dans son œuvre, elle évoque des thèmes récurrents dans la vie des migrantes tels que l'identité individuelle, de l'attachement à ses origines ou encore du choc des cultures. 

Biographique à bien des égards, l'œuvre d'Assia Belhadj s'inscrit dans la continuité de ses démarches engagées. Cette dernière définit son œuvre comme étant une « immersion dans les notions de culture, de religion, de citoyenneté qui mène bien au-delà de ce qui apparaît en surface. Une invitation à observer les choses avec des yeux débarrassés des a priori, à aller au-delà du hijab, au-delà du voile des préjugés et des idées fausses ». 


Mohammed ben Salmane reçoit le président ouzbek à Djeddah

Le prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane a reçu le président ouzbek Shavkat Mirziyoyev (Photo, SPA).
Le prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane a reçu le président ouzbek Shavkat Mirziyoyev (Photo, SPA).
Short Url

RIYAD: Le prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane a reçu le président ouzbek Shavkat Mirziyoyev mercredi à Djeddah.

 

Plus d’infos à suivre


OMS : le Maroc dans le Top 3 pour la hausse de l'espérance de vie en Afrique

Seuls l’Afrique du Sud, l’Algérie, le Botswana, le Cap vert, l’Eswatini, le Gabon et les Seychelles financent plus de 50% de leurs dépenses totales liées à la santé. (Photo, AFP)
Seuls l’Afrique du Sud, l’Algérie, le Botswana, le Cap vert, l’Eswatini, le Gabon et les Seychelles financent plus de 50% de leurs dépenses totales liées à la santé. (Photo, AFP)
Short Url
  • Le Maroc n’est pas seul sur le podium puisqu’il est accompagné par la Tunisie et l'Algérie. En effet, les trois pays du Maghreb affichent tous une espérance de vie moyenne de 76 ans
  • Le Maroc est rejoint sur le podium par la Tunisie et l'Algérie. En effet, les trois pays du Maghreb affichent tous une espérance de vie moyenne de 76 ans.

CASABLANCA : Selon un rapport de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), sur 12 pays du continent, le Maroc fait partie des trois premiers où l’espérance de vie est la plus forte. 

Le Maroc est rejoint sur le podium par la Tunisie et l'Algérie. En effet, les trois pays du Maghreb affichent tous une espérance de vie moyenne de 76 ans.

Le rapport de l’OMS qui couvre une période de 19 ans (de 2000 à 2019) révèle qu’en Afrique, l'espérance de vie «en bonne santé» est passée de 47 à 56 ans en Afrique, contre 64 ans de moyenne mondiale, la couverture des services de santé essentiels s’est également améliorée, passant de 24% en 2000 à 46% en 2019.

Selon Matshidiso Moeti, Directrice régionale de l’OMS pour l'Afrique, la volonté de la région africaine d’améliorer la santé et le bien-être de la population explique cette augmentation, «Mais les progrès doivent continuer. Si les pays ne renforcent pas les mesures contre la menace du cancer et d'autres maladies non transmissibles, les avancées en matière de santé pourraient être compromises» a-t-elle ajouté.

Par ailleurs, si des efforts ont été déployés pour rétablir les services essentiels affectés par la crise sanitaire, la plupart des gouvernements africains financent moins de 50% de leurs budgets de santé, ce qui se traduit par d’importants déficits de financement. 

Seuls l’Afrique du Sud, l’Algérie, le Botswana, le Cap vert, l’Eswatini, le Gabon et les Seychelles financent plus de 50% de leurs dépenses totales liées à la santé.

 


Brûlée par son mari en raison d’une grossesse non désirée, une Libanaise meurt à l'hôpital

Hana Mohammed Khodor, âgée de 21 ans, est décédée à l'hôpital Al-Salam, dans le nord du Liban, où elle se trouvait depuis onze jours. (Photo fournie)
Hana Mohammed Khodor, âgée de 21 ans, est décédée à l'hôpital Al-Salam, dans le nord du Liban, où elle se trouvait depuis onze jours. (Photo fournie)
Short Url
  • Hana Mohammed Khodor, âgée de 21 ans, a passé onze jours en soins intensifs pour des brûlures sur tout le corps
  • Son mari a été arrêté alors qu'il prévoyait de fuir à l’étranger

DUBAÏ: Une femme libanaise enceinte qui avait été violemment battue et brûlée par son mari parce qu'elle ne voulait pas avorter est décédée à l'hôpital mercredi.

Hana Mohammed Khodor, âgée de 21 ans, a perdu sa lutte pour la vie à l'hôpital Al-Salam, dans le nord du Liban, où elle se trouvait depuis onze jours.

Un médecin de l'hôpital a déclaré mardi que Hana avait été admise à l’hôpital le 6 août, et qu’elle recevait un traitement pour des brûlures sur tout le corps.

Il a ajouté que l’enfant qu’elle portait était mort et qu’il a dû être retiré par intervention chirurgicale. Il a décrit les chances de survie de Hana comme «très faibles».

Un ami de la famille, Abdel Rahman Haddad, a affirmé à Arab News que Hana était décédée mercredi. Un responsable de l'hôpital a confirmé la nouvelle et a déclaré que son corps avait déjà été réclamé par sa famille.

Selon les médias locaux, le mari de Hana, identifié uniquement par les initiales A. A., a battu sa femme parce qu'elle refusait d'avorter.

Il aurait déclaré que le couple – d'un milieu pauvre de la ville de Tripoli, dans le nord du pays – n'avait pas les moyens d’élever cet enfant.

S'adressant à Al-Jadeed TV mardi, la tante de Hana a confié: «Quand elle a refusé d'avorter, il l'a ramenée à la maison et l'a brûlée au moyen d’une bonbonne de gaz.»

Abdel Rahman Haddad a indiqué que A. A. avait été arrêté par les Forces de sécurité intérieure libanaises alors qu'il prévoyait de fuir le pays.

Avant son décès, la famille de Hana avait lancé plusieurs appels à un soutien financier pour l'aider à payer le traitement hospitalier, qui comprenait de multiples opérations et des transfusions sanguines.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com