L’Arabie saoudite met en place des mesures pour la transparence des dons caritatifs

Une fille irakienne mendie dans la rue devant un marché de vélos dans le quartier d'Al-Sadreyh, dans le centre de Bagdad, le 24 mai 2019. (Photo d'Ahmad al-Rubaye/AFP)
Une fille irakienne mendie dans la rue devant un marché de vélos dans le quartier d'Al-Sadreyh, dans le centre de Bagdad, le 24 mai 2019. (Photo d'Ahmad al-Rubaye/AFP)
Short Url
Publié le Jeudi 07 avril 2022

L’Arabie saoudite met en place des mesures pour la transparence des dons caritatifs

  • Les plates-formes en ligne réglementées par l'État ont révolutionné la manière dont les dons publics sont collectés et utilisés
  • Des campagnes de sensibilisation ont permis de s'assurer que les dons ne finissent pas dans les poches des criminels

DJEDDAH: La charité fait partie intégrante du ramadan pour tout musulman qui peut se permettre de faire des dons aux nécessiteux. La «zakat», comme on l'appelle, est l'un des cinq piliers de l'islam.
Cependant, cet esprit de générosité est trop souvent exploité par des criminels qui mobilisent les femmes, les enfants, les personnes âgées et les handicapés pour s'enrichir.
En Arabie saoudite, le gouvernement a réagi au problème en lançant un certain nombre de plates-formes caritatives réglementées par l'État ainsi que des campagnes de sensibilisation du public. Leurs objectifs sont d'empêcher cette exploitation et de veiller à ce que les dons ne servent pas à financer le terrorisme.

terroriste
On dissuade les donateurs bien intentionnés de dépenser de l'argent qui pourrait servir à financer des activités terroristes. (Fourni)

La présidence de la sécurité de l'État du Royaume a récemment lancé une puissante campagne sur les médias sociaux qui présente une vidéo dans laquelle une femme contraint trois enfants à mendier dans les rues.
Lorsqu'un passant lui tend de l'argent, elle le met dans la poche de sa chemise, exposant un fusil d'assaut et un gilet pare-balles cachés sous son vêtement noir.
La femme enlève ensuite son voile pour révéler qu'elle est, en réalité, un homme déguisé. Le message est simple: «Faire un don à des personnes inconnues augmente la possibilité de financement du terrorisme.»
L'Arabie saoudite a introduit une nouvelle loi contre la mendicité en 2021. Selon ses dispositions, toute personne qui se livre à la mendicité, y incite ou y aide de quelque manière que ce soit peut encourir jusqu'à six mois de prison, une amende de 50 000 de riyals saoudiens (SAR), soit 13 329 dollars (1 dollar = 0,92 euro), ou les deux.
Toute personne faisant partie d'un groupe organisé qui se livre à la mendicité est passible d'une peine d'un an de prison ou d'une amende de 26 659 dollars, ou des deux.
En vertu de la loi contre la mendicité, tout individu qui demande de l'argent directement ou indirectement, qui simule des blessures ou des handicaps ou qui exploite des enfants pour inciter les passants à lui donner de l'argent est considéré comme un mendiant.
Les contrevenants non saoudiens peuvent être expulsés après avoir purgé leur peine et se voir interdire de revenir dans le Royaume. Une loi récemment révisée considère également que la mendicité via les plates-formes de médias sociaux équivaut à de la mendicité traditionnelle.
Si, dans les pays arabes du Golfe, relativement riches, des personnes véritablement dans le besoin mendient pendant le mois sacré du ramadan, on sait que des groupes criminels dirigent des syndicats élaborés et font entrer des personnes vulnérables en Arabie saoudite pour collecter de l'argent en leur nom.

mendicite
Les contrevenants non saoudiens à la loi antimendicité peuvent être expulsés après avoir purgé leur peine. (Photo d'archive SPA)

Ali, un garçon yéménite qui prétend avoir 12 ans, mais semble beaucoup plus jeune, passe ses journées avec deux autres garçons du même âge à quémander de l’argent et à nettoyer les pare-brise des voitures sur l'un des principaux ponts de Djeddah.
«Je suis arrivé il y a moins d'un an», déclare Ali à Arab News, raclette et bouteille de savon à la main, sur le bord de la route très fréquentée. «Je veux simplement aider ma famille. Je ne peux pas rentrer chez moi maintenant sans gagner de l'argent. J'ai une famille. S'il vous plaît, aidez-moi.»
Au coin d'une rue voisine, des femmes et des hommes âgés en fauteuil roulant attendent que les automobilistes qui passent s'arrêtent pour leur donner de la nourriture ou de l'argent, serrant dans leurs mains des papiers qui certifient qu'ils ne peuvent pas payer leurs frais médicaux.
Aux feux de signalisation, des enfants qui portent des nourrissons au niveau de leurs hanches tapent sur les vitres des véhicules qui passent, les paumes ouvertes vers le ciel, pour supplier qu’on leur donne de la petite monnaie.
Ce spectacle est familier dans tout le Moyen-Orient. Cependant, même les personnes les plus confiantes peuvent être saisies d’un doute tenace: où va l'argent? Cette situation, qui ne manque jamais de faire vibrer les cordes sensibles, pourrait-elle avoir été mise en scène par un manipulateur invisible? Les automobilistes ne font-ils qu'alimenter le problème en distribuant de l'argent?

mendicite
On dissuade les donateurs bien intentionnés de dépenser de l'argent qui pourrait servir à financer des activités terroristes. (Fourni)

Les mesures prises par le Royaume ne se limitent pas à la mendicité de rue. Les autorités saoudiennes se concentrent depuis un certain temps sur la lutte contre les gangs criminels et les groupes extrémistes qui se font frauduleusement passer pour des organisations caritatives légitimes.
En 2016, le ministère de l'Intérieur a déclaré qu'il était illégal pour les organisations de collecter des fonds sans avoir obtenu au préalable un permis des autorités compétentes.
Les organisations caritatives ont également été appelées à devenir moins opaques sur la façon dont elles collectent et utilisent les dons publics. L'effort de numérisation du gouvernement a considérablement amélioré la transparence et l'efficacité de la prestation de services électroniques.
La transformation numérique se développe dans le secteur caritatif avec la création de nouveaux services réglementés, notamment Ehsan, Shefaa, KSRelief et la plate-forme nationale de dons, développée et supervisée par l'Autorité saoudienne des données et de l'intelligence artificielle.
Ehsan, une plate-forme lancée en 2021, permet aux philanthropes et aux donateurs de choisir parmi une sélection de causes caritatives qu'ils jugent proches de leur cœur, qu'il s'agisse de questions sociales et économiques, de santé, d'éducation ou d'environnement.
En se concentrant sur les valeurs individuelles et les problèmes sociétaux spécifiques, Ehsan vise à encourager un plus grand sens de la responsabilité sociale parmi le grand public et les organisations du secteur privé tout en promouvant une culture de la transparence dans les dons caritatifs.

En bref

1,4 milliard de dollars de dons effectués via la plate-forme KSRelief.
386,5 millions de dollars de dons effectués via la plate-forme Ehsan.
25,9 millions de dollars de dons effectués via la plate-forme Shefaa.

L'un des services d'Ehsan, l'initiative Furijat, est un système de remboursement de dettes destiné aux personnes condamnées pour des délits financiers qui sont libérées de prison une fois leur dette remboursée. Une autre initiative, Tyassarat, aide les citoyens endettés à réorganiser leurs finances et à se remettre sur les rails.
Les donateurs qui utilisent la plate-forme Ehsan peuvent choisir le montant de leur contribution et payer par carte de débit ou de crédit ou avec Apple Pay.
Faire un don est devenu plus facile encore depuis le début du mois de février dernier grâce à l'application pour smartphone Tawakkalna, le service officiel saoudien de recherche de contacts lancé pour suivre la propagation de la Covid-19.
L'année dernière, le roi Salmane et le prince héritier, Mohammed ben Salmane, ont fait de nombreux dons via Ehsan, ce qui a permis à la plate-forme de dépasser la barre du milliard de SAR. Depuis son lancement, Ehsan a reçu plus de 1,4 milliard de SAR (373,2 millions de dollars) de dons et les a distribués à plus de 4,3 millions de bénéficiaires.
Mercredi dernier, le roi Salmane a approuvé le lancement – pour la deuxième année consécutive – de la campagne nationale pour les œuvres de bienfaisance via la plate-forme Ehsan.
De même, la plate-forme nationale de dons fournit des solutions faciles pour mettre en relation les donateurs et les personnes dans le besoin à travers le Royaume, tout en assurant un processus de don numérique fiable et sécurisé supervisé par le ministère des Ressources humaines et du Développement social.
À ce jour, plus de 3,5 millions de personnes ont bénéficié de l'argent donné par l'intermédiaire de la plate-forme nationale des dons, notamment des orphelins, des malades, des personnes âgées et des personnes qui vivent dans des logements insalubres.
Les personnes qui souhaitent contribuer à des projets d'aide à l'étranger peuvent le faire par l'intermédiaire du Centre d’aide humanitaire et de secours du roi Salmane (KSRelief), qui travaille dans soixante-dix-neuf pays et apporte son soutien à des projets qui vont des opérations chirurgicales spécialisées au déminage.

ksrelief
Le KSrelief d'Arabie saoudite a distribué 1 800 paniers alimentaires pour le ramadan dans la province de Sind, au Pakistan, au profit de 12 600 personnes. (SPA)

Au mois de février de cette année, 5,6 milliards de dollars ont été dépensés pour la mise en œuvre de quelque 1 919 projets dont beaucoup concernent la sécurité alimentaire et les campagnes de santé publique. Le Yémen, la Palestine et la Syrie en sont les trois principaux bénéficiaires.
Alors que de nombreux pays arabes s'efforcent de surmonter les turbulences économiques liées à la pandémie de Covid-19 et l'impact inflationniste de la guerre en Ukraine sur les prix des denrées alimentaires et des carburants, les dons caritatifs sont plus que jamais nécessaires pour soutenir les personnes dans le besoin.
Heureusement, les élans de générosité du public, même avant le mois sacré du ramadan, ont permis aux organismes d'aide du Royaume et d'ailleurs d'apporter leur aide là où elle est le plus nécessaire.
En réglementant les dons et en garantissant la transparence, les autorités saoudiennes peuvent désormais veiller à ce que cette aide ne finisse pas par gonfler les poches de criminels ou financer des actes de terrorisme, mais qu'elle parvienne à ceux qui sont réellement dans le besoin.

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com


Les Tunisiens sont toujours très attachés au Hajj

Une photo prise le 4 juillet 2022 montre une vue générale de la Kaaba (C) à la Grande Mosquée, dans la ville sainte de La Mecque. Rania SANJAR / AFP
Une photo prise le 4 juillet 2022 montre une vue générale de la Kaaba (C) à la Grande Mosquée, dans la ville sainte de La Mecque. Rania SANJAR / AFP
Short Url
  • 219 000 Tunisiens se sont inscrits cette année au pèlerinage de la Mecque
  • La pandémie impacte cette reprise en obligeant les autorités à imposer des mesures de sécurité sanitaires

TUNIS: Deux cent dix-neuf mille Tunisiens se sont inscrits cette année au pèlerinage de la Mecque. À l’instar des autres pays musulmans, la Tunisie renoue cette année avec le Hajj, le pèlerinage à La Mecque, l’un des cinq piliers de l’islam, après une pause forcée de deux ans imposée par la pandémie de Covid-19. Cette année, le Hajj a commencé durant la troisième semaine de juin et culminera le 9 juillet, jour de l’Aïd el-Kebir, marqué par le sacrifice du mouton.

Toutefois, la pandémie est loin d’être terminée, et elle impacte cette reprise en obligeant les autorités à imposer des mesures de sécurité sanitaires (attestation de vaccination et test PCR négatif datant de moins de soixante-douze heures) et, surtout, à réduire le nombre de pèlerins. Alors qu’on en enregistrait près de 2,5 millions de pèlerins avant la pandémie, ils ne seront qu’un million cette année.

Traditionnellement difficile en raison d’une demande toujours plus importante, l’organisation du Hajj a été rendue encore plus compliquée cette année pour les autorités, comme l’a souligné le ministre des Affaires religieuses, Brahim Chaïbi, lors d’une interview sur la télévision nationale Wataniya 1. «Dans le passé, la préparation du Hajj s’étalait sur des mois. On commençait les préparatifs en décembre pour un pèlerinage en août. Cette année, nous avons eu les informations sur les modalités d’organisation le 9 avril, et nous avons publié notre note d’orientation le 11 avril. Les préparatifs ont commencé en juin et les gens vont effectuer le pèlerinage le même mois», rappelle le ministre.

La deuxième difficulté rencontrée par les autorités a été l’établissement de la liste des candidats au Hajj. Le quota alloué à la Tunisie cette année est de 4 972 pèlerins, soit une baisse de 45 % par rapport à 2019. Or,c219 000 Tunisiens ont demandé à y figurer.

Les Tunisiens ont eu un mois (du 20 octobre au 21 novembre 2021) pour faire acte de candidature en s’inscrivant sur un site dédié du ministère des Affaires religieuses.
Défini tous les ans par une note d’orientation publiée avant le pèlerinage, le processus de sélection est bien rodé. Le tri est effectué par un prédicateur dans chacune des 264 délégations (l’équivalent de la sous-préfecture en France) que compte le pays.

À la différence de l’Omra, on ne peut effectuer le Hajj qu’une fois dans sa vie. Auparavant, les autorités avaient pour habitude d’accorder la priorité aux plus âgés. Mais l’Arabie saoudite ayant mis fin au pèlerinage pour les plus de 65 ans, l’âge est devenu un facteur disqualifiant.

Comme tous les ans, le prix du Hajj a été jugé par certains trop élevé et il a fait l’objet de contestations. «Le prix du pèlerinage reste élevé, mais on l’a baissé», souligne le ministre des Affaires religieuses. Les autorités ont donc dû faire un effort sur ce point, en agissant sur le seul paramètre sur lequel elles ont prise: le transport aérien. Le prix du billet d’avion a ainsi été baissé de 3 500 à 3 100 dinars (1 dinar tunisien = 0,31 euro).


Un nouveau parc lacustre dans le quartier historique de Djeddah

Le projet s’inscrit dans le cadre des objectifs de l’initiative Vision 2030 de l’Arabie saoudite de mettre en place des projets environnementaux. (Photo fournie)
Le projet s’inscrit dans le cadre des objectifs de l’initiative Vision 2030 de l’Arabie saoudite de mettre en place des projets environnementaux. (Photo fournie)
Le projet s’inscrit dans le cadre des objectifs de l’initiative Vision 2030 de l’Arabie saoudite de mettre en place des projets environnementaux. (Photo fournie)
Le projet s’inscrit dans le cadre des objectifs de l’initiative Vision 2030 de l’Arabie saoudite de mettre en place des projets environnementaux. (Photo fournie)
Short Url
  • Les visiteurs peuvent admirer l’architecture historique, des scènes naturelles, des événements culturels, et profiter des terrains de sport, des restaurants locaux et des souks qui mettent en valeur le patrimoine de la ville
  • Il y existe plus de quatre cent cinquante bâtiments à l’intérieur des murs historiques de la ville, dont cinquante-six ont urgemment besoin d’être restaurés

DJEDDAH: Le programme du quartier historique de Djeddah a créé un nouveau parc lacustre – le lac d’Al-Arbaeen – en tant que destination culturelle exclusive.
Le projet s’inscrit dans le cadre des objectifs de l’initiative Vision 2030 de l’Arabie saoudite de mettre en place des projets environnementaux et d’améliorer la qualité de vie dans le quartier historique de la ville.

parc
Le projet s’inscrit dans le cadre des objectifs de l’initiative Vision 2030 de l’Arabie saoudite de mettre en place des projets environnementaux. (Photo fournie)


Des sculptures du monde entier ont été disposées dans le parc. Les visiteurs peuvent admirer l’architecture historique, des scènes naturelles, des événements culturels, et profiter des terrains de sport, des restaurants locaux et des souks qui mettent en valeur le patrimoine de la ville.
Le quartier historique de Djeddah a été inscrit sur la liste du patrimoine mondial de l'Organisation des nations unies pour l'éducation, la science et la culture (Unesco) en 2014, et il présente une vision frappante de la vie dans le passé.

parc
Le projet s’inscrit dans le cadre des objectifs de l’initiative Vision 2030 de l’Arabie saoudite de mettre en place des projets environnementaux. (Photo fournie)

Fondé au VIIe siècle de notre ère, le quartier historique Al-Balad servait autrefois de centre d’échanges et de commerce pour Djeddah. Cependant, la plupart des anciens murs qui entouraient la ville, ainsi que le souk qui s’y trouvait, ont été altérés et finalement démolis au fil des siècles.
Lorsque les richesses du pétrole ont commencé à affluer dans l'économie saoudienne et que le pays a entamé une marche vers la modernité, de nombreuses personnes ont quitté les espaces exigus d'Al-Balad, laissant les maisons et les bâtiments les plus somptueux se délabrer lentement.
Il y a plus de quatre cent cinquante bâtiments à l’intérieur des murs historiques de la ville, dont cinquante-six ont urgemment besoin d’être restaurés.
Le prince héritier, Mohammed ben Salmane, a promis de fournir cinquante millions de riyals saoudiens (13,33 millions de dollars; 1 dollar = 0,96 euro) pour soutenir la restauration de ces bâtiments, car ils constituent une part importante du patrimoine du Royaume et un site touristique majeur.
Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Frankly Speaking : Le vice-ministre saoudien des services du Hajj, Hisham Saeed, détaille les initiatives du Royaume pour faciliter et sécuriser le Hajj

Dans l'émission "Frankly Speaking", Hisham Saeed, porte-parole officiel des services saoudiens du Hajj et de la Omra, a présenté les préparatifs pour accueillir les pèlerins du premier Hajj depuis le début de la pandémie de COVID-19 (Photo AN)
Dans l'émission "Frankly Speaking", Hisham Saeed, porte-parole officiel des services saoudiens du Hajj et de la Omra, a présenté les préparatifs pour accueillir les pèlerins du premier Hajj depuis le début de la pandémie de COVID-19 (Photo AN)
Short Url
  • Les préparatifs comprennent un nouveau système de réservation en ligne pour les pèlerins, des préparatifs en matière de soins de santé et de préparation aux urgences
  • Le vice-ministre et porte-parole officiel des services du Hajj et de la Omra a donné ces explications lors de son apparition dans l'émission Frankly Speaking

RIYADH : L'Arabie saoudite a pris toutes les dispositions nécessaires pour assurer le bon déroulement du Hajj pour les personnes qui effectueront le pèlerinage cette semaine, tout en tenant compte de leur sécurité et de leur santé, selon Hisham Saeed, vice-ministre et porte-parole officiel des services du Hajj et de la Omra.

Parmi les principales dispositions prises, citons un nouveau système de réservation en ligne pour les pèlerins, les préparatifs sanitaires pour la saison du Hajj dans un contexte de pandémie persistante de COVID-19, et la préparation aux situations d'urgence.

Les dispositions élaborées prises par l'Arabie saoudite pour accueillir les pèlerins à l'occasion du premier Hajj, deux ans depuis l'apparition de la pandémie, ont été détaillées par Saeed lors d'une interview avec Katie Jensen, présentatrice de «Frankly Speaking», le talk-show d'Arab News dans lequel interviennent des décideurs politiques et des chefs d'entreprise de premier plan.

Le secteur des services du Hajj et de la Omra de la Vision 2030, le programme de réforme annoncé par le prince héritier Mohammed ben Salmane en 2016, a trois objectifs principaux, selon Saeed.

«Le premier objectif est de faciliter et d'alléger tous les processus permettant aux pèlerins et aux mutamirs d'accomplir le Hajj et la Omra au Royaume d'Arabie saoudite. Le deuxième objectif est d'élever le niveau de qualité du service et de s'assurer que nous fournissons le niveau de service le plus élevé et le plus affiné», a-t-il déclaré.

Le troisième objectif «est d'enrichir leur voyage spirituel et de leur laisser de beaux souvenirs de leur séjour en Arabie saoudite».

Pour des centaines de milliers de musulmans du monde entier qui s'apprêtent à effectuer leur pèlerinage dans la ville sainte de La Mecque, il s'agit du voyage de leur vie. Il y a quelques semaines à peine, le ministère saoudien du Hajj a mis en place un système de réservation en ligne, intitulé Motawif, pour les pèlerins de Grande-Bretagne, des États-Unis, d'Australie et d'Europe.

«Avant (l'introduction de) Motawif, le seul moyen pour les pélerins éligibles au Hajj était de se rendre dans l'une des agences d’un pays étranger et d'effectuer toutes les procédures manuellement», a déclaré Saeed.

«Nous avons lancé cette plateforme le 9 juin. Nous avons une campagne complète, une campagne de sensibilisation sur la façon d'utiliser cette plateforme. Nous avons un centre d'appel 24h/24 et 7j/7 pour répondre à toutes les questions de ces clients ou pèlerins.

«Il reste beaucoup de temps pour que le demandeur puisse s'inscrire et voir tous les différents forfaits qui lui sont proposés et faire son choix personnel du forfait qui lui convient.»

Saeed explique qu'il existe trois forfaits - argent, or et platine - que les pèlerins peuvent choisir en fonction de leurs propres préférences. Les forfaits commencent à partir de 6 000 £ (27 253 SR), ce qui, a-t-il ajouté, est de 40 % moins cher que ceux proposés par les agences de voyage traditionnelles.

Les forfaits de base comprennent l'hébergement à l'hôtel, le transport à l'intérieur du Royaume, la nourriture et les boissons, ainsi que des agents de services au sol chargés d'assister et de suivre les pèlerins à leur arrivée.

Les forfaits les plus chers, qui atteignent 9 000 £, comprennent des hôtels cinq étoiles, un hébergement plus proche de la Sainte Mosquée de La Mecque ou de la Sainte Mosquée de Médine, un séjour plus long dans le Royaume, des repas de première classe et un transport en bus VIP.

Toutefois, le système a déjà fait l'objet de plaintes. Des candidats ont déclaré que le site était défectueux, ce qui rendait difficile la réservation de leur pèlerinage. Certains pèlerins sont même restés bloqués dans les aéroports et n'ont pas pu participer au Hajj après avoir dépensé toutes leurs économies pour cette expérience religieuse extrême.

Le porte-parole du ministère du Hajj discute du nouveau système de réservation en ligne pour les pèlerins, Motwatif, avec Frankly Speaking. (Photo AN)
Le porte-parole du ministère du Hajj discute du nouveau système de réservation en ligne pour les pèlerins, Motwatif, avec Frankly Speaking. (Photo AN)

Des milliers de pèlerins ont pris la parole sur les médias sociaux pour se plaindre de l’échec d’un voyage qu'ils avaient attendu des années.

«Nous sommes très tristes d'entendre cela, mais cela n’a affecté qu’un nombre très limité de personnes, soit environ deux pour cent du trafic total», a déclaré Saeed.

Selon lui, certaines personnes ont tardé à payer leurs services, ce qui a entraîné des retards, d'autres n'ont pas soumis les documents requis, et d'autres encore ont choisi par erreur des forfaits qui ne comprenaient pas de billets d'avion.

Certains critiques ont affirmé que la plateforme aurait dû être reportée jusqu'au Hajj de l'année prochaine, mais Saeed n'est pas d'accord. «La plateforme est très, très facile à utiliser, et nous avons des campagnes de sensibilisation et un contact direct avec les clients», a-t-il déclaré.

Selon M. Saeed, le moment était idéal pour lancer la plateforme, car celle-ci permet de s'assurer que les pèlerins n'ont pas atteint la limite d'âge de 65 ans pour le Hajj et qu'ils ont la preuve de leurs vaccins COVID-19 et d'un test PCR négatif effectué dans les 72 heures suivant leur arrivée au Royaume.

Avec toutes ces nouvelles exigences, «comment le faire manuellement ?» a-t-il lancé.

«Nous ne voulons pas blâmer les pèlerins, car il s'agit d'une nouvelle plateforme. Il y a (inévitablement) quelques défis lorsque vous lancez toute nouvelle plateforme et tout nouveau système électronique. Mais notre rôle ici est de les aider et de leur faciliter le processus.»

Pour les pèlerins qui ont payé leur forfait à l'avance mais n'ont pas reçu de permis pour participer au Hajj, Motawif a une solution. Les pèlerins éligibles qui ont payé par le biais de la plateforme peuvent suivre un processus d'annulation et recevoir des remboursements.

Il a ajouté : «Je vous assure que tous ces problèmes ou difficultés auxquels sont confrontés ces pèlerins, Motawif y fera face, et nous nous en occupons actuellement.»

Malgré les écueils du système de réservation en ligne, le Hajj de cette année devrait être l'une des plus grandes entreprises de l'Arabie saoudite en deux ans.

Le Royaume a récemment levé un grand nombre de ses restrictions liées au COVID-19, notamment le port de masques en public dans la plupart des régions.

Le secteur des services du Hajj et de la Omra de la Vision 2030, le programme de réforme annoncé par le prince héritier Mohammed bin Salman en 2016, a trois objectifs principaux, selon Saeed. (Photo AN)
Le secteur des services du Hajj et de la Omra de la Vision 2030, le programme de réforme annoncé par le prince héritier Mohammed bin Salman en 2016, a trois objectifs principaux, selon Saeed. (Photo AN)

Les saisons du Hajj 2020 et 2021 ont été limitées à seulement 10 000 et 60 000 pèlerins respectivement en raison de ces restrictions, et 2022 sera la première fois en deux ans où un bien plus grand nombre de personnes seront autorisées à entrer dans le Royaume pour le Hajj.

«Nous avons décidé d'accueillir 1 million de pèlerins venant de l'étranger comme de l'intérieur du Royaume d'Arabie saoudite. Quatre-vingt-cinq pour cent du million, soit 850 000 personnes, seront réservés aux pèlerins (venant) du monde entier. En plus des 150 000 pèlerins de l'intérieur du Royaume d'Arabie saoudite, répartis entre citoyens et résidents en Arabie saoudite.

«Cette année, nous avons décidé d'aller jusqu'à un million de personnes, car la pandémie existe toujours, elle n'est pas encore terminée, et nous n'avons pas la pleine capacité pour cette année.»

M. Saeed a expliqué comment les nouvelles technologies allaient simplifier l'expérience du Hajj pour les pèlerins. Les applications mobiles leur donneront un identifiant intelligent, leur permettant d'accéder aux services et permettant au ministère du Hajj de les contacter par SMS. Les pèlerins pourront également utiliser les applications pour contacter les travailleurs s'ils se perdent ou s'ils ont besoin d'une autre forme d’assistance dans les lieux saints.

Avec les restrictions anti COVID-19 encore fraîches dans l'esprit des Saoudiens et des pèlerins, certains s'inquiètent de l'émergence du virus de la variole du singe qui pourrait menacer sécurité et santé au cours du pèlerinage. D'autres se souviennent des écrasements et des bousculades qui ont entraîné la mort tragique de pèlerins lors des saisons passées du Hajj.

Dans ce contexte, M. Saeed a déclaré que certaines restrictions sont toujours en place, comme le port obligatoire de masques faciaux dans les lieux saints de Muzdalifah, Mina et Arafat.

Le ministère du Hajj a également mis sur pied une équipe médicale de plus de 30 000 médecins et infirmiers, et 185 hôpitaux du Royaume peuvent accueillir les pèlerins qui tomberaient malades, a-t-il précisé.

«Nous sommes prêts à gérer n'importe quel cas, n'importe quel scénario. Nous avons fait des répétitions et nous nous sommes entraînés», a déclaré M. Saeed, se voulant rassurant.

«Au cas où, à Dieu ne plaise, nous serions confrontés à une quelconque urgence, nous avons le plan d'urgence pour y faire face».

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com