Le producteur égyptien Mohammed Hefzy parle de controverse, de Suits Arabia et d’optimisme

M. Hefzy a joué un rôle considérable dans le développement de l’industrie cinématographique arabe. (Photo fournie)
M. Hefzy a joué un rôle considérable dans le développement de l’industrie cinématographique arabe. (Photo fournie)
Short Url
Publié le Vendredi 08 avril 2022

Le producteur égyptien Mohammed Hefzy parle de controverse, de Suits Arabia et d’optimisme

  • Le producteur et scénariste égyptien est à l’origine de plusieurs des films et séries les plus médiatisés du Moyen-Orient sortis ces deux dernières années
  • «Je sais que je ne serai jamais le genre de cinéaste qui fait ce qui plaira à tout le monde, mais j’ai beaucoup d’espoir pour l'avenir. Restons optimistes», explique le producteur à Arab News

DUBAÏ: Personne ne fait parler la région comme le producteur de cinéma Mohammed Hefzy. Grâce à sa société Film Clinic, M. Hefzy a joué un rôle considérable dans le développement de l’industrie cinématographique arabe, en offrant un refuge aux cinéastes visionnaires et enthousiastes et en veillant à ce que leurs voix soient entendues dans le monde entier.

Aujourd’hui, en tant que scénariste de la nouvelle série la plus attendue du ramadan, Suits Arabia, le producteur utilise sa propre voix pour insuffler une nouvelle vie à l’une des séries télévisées américaines les plus populaires de la dernière décennie.

«Soyons clairs: il ne s’agit pas d’une adaptation exacte», explique M. Hefzy à Arab News. «Nous avons essayé de rester très fidèles à la série originale, car elle fonctionne vraiment bien, et on ne change pas une équipe qui gagne. Mais en même temps, elle a une âme qui lui est propre.»

«Une bonne adaptation doit se suffire à elle-même pour devenir une série à succès. Et c’est ce que nous avons essayé de faire», poursuit M. Hefzy. «Avec Suits, nous devions maintenir la dynamique de base entre les personnages, tout en étant culturellement fidèles à l’Égypte. C’était un énorme défi, et il fallait s’entourer des bonnes personnes pour le relever.»

Mohammed Hefzy est le scénariste de la nouvelle série la plus attendue du ramadan, Suits Arabia (Photo fournie)
Mohammed Hefzy est le scénariste de la nouvelle série la plus attendue du ramadan, Suits Arabia (Photo fournie)

Bien que la série Suits Arabia n’ait été annoncée que récemment, son parcours pour devenir la pièce principale du programme du ramadan 2022 d’OSN+ a commencé il y a plus de trois ans, lorsque le producteur a été contacté par Tarek el-Ganainy, PDG de TVision Media Productions, pour écrire.

Bien que M. Hefzy ait d’abord tenté de refuser le projet, en raison de son emploi du temps chargé en tant que producteur prolifique et directeur du Festival international du film du Caire, le charme de Suits s’est avéré trop fort. Cette série raconte l’histoire d’un homme qui ment pour obtenir un emploi dans un cabinet d’avocats grâce à sa mémoire photographique et d’un avocat impitoyable qui devient son plus proche allié.

«La série a vraiment beaucoup de bonnes idées. Elle est très bien construite, pleine de dialogues rapides, drôles et vraiment géniaux. Je savais que pour faire cela en Égypte, il faudrait faire preuve d’une grande habileté, tout en proposant des personnages remarquables qui, je le savais, pourraient être transposés d’une culture à l’autre. C’est ce qui distingue Suits de beaucoup d’autres séries», souligne M. Hefzy.

Les scénaristes ont finalement choisi Asser Yassin pour le rôle de Harvey et Ahmed Dawoud pour celui de Mike. (Photo fournie)
Les scénaristes ont finalement choisi Asser Yassin pour le rôle de Harvey et Ahmed Dawoud pour celui de Mike. (Photo fournie)

La série a été marquée par un certain nombre de faux départs en coulisses, plusieurs grandes stars ayant signé et abandonné le projet en cours de développement, révèle M. Hefzy. Les auteurs-producteurs ont finalement choisi un noyau dur d’acteurs composé d’Asser Yassin (Harvey), Ahmed Dawoud (Mike), Saba Moubarak (Jessica), Rim Mostafa (Donna), Tara Emad (Rachel) et Mohammed Shahin (Louis). Pour M. Hefzy, ce groupe incarne parfaitement chaque personnage emblématique. Cependant, il a dû lui-même se retirer de l’écriture de la dernière série d’épisodes en raison de retards et confier le bureau d’écriture qu’il avait constitué à Yasser Abdel Magid.

S’il attribue une grande partie du mérite aux autres voix de la série, son empreinte est omniprésente dans Suits Arabia, d’autant plus qu’il a dû préparer le terrain pour s’adapter aux particularités juridiques de l’Égypte moderne, en veillant à ce qu’une série souvent très axée sur les détails juridiques s’adapte à sa culture d’adoption.

«Cela a demandé beaucoup de recherches, pour être honnête», confie M. Hefzy. Avec autant de projets en cours, le producteur a rarement le temps de réfléchir à son extraordinaire carrière. Outre Suits Arabia, Mohammed Hefzy travaille sur de nombreux projets de télévision et de cinéma, dont certains finiront probablement au Festival de Cannes ou sur la plus grande plate-forme de streaming du monde.

Mohammed Hefzy a produit le film Feathers. (Photo fournie)
Mohammed Hefzy a produit le film Feathers. (Photo fournie)

Néanmoins, avec un peu de prudence, M. Hefzy s’est confié sur la façon dont, au milieu des années 2000, son parcours d’écrivain l’a amené à devenir le producteur le plus important de la région, l’homme à l’origine de nombreux films et séries très médiatisés produits au cours des douze derniers mois, notamment Feathers, Amira, Le salon de Hoda, Souad, l’adaptation en arabe de Perfect Strangers et Bimbo de MBC. Personne ne voulait réaliser le genre de films qu’il produit maintenant.

«Je commençais à m’ennuyer un peu. À ce moment-là, même si cela ne faisait que cinq ans que j’écrivais, rédiger des scénarios pour des stars et créer ces véhicules pour des acteurs qui contrôlaient tout le processus créatif ne m’intéressait plus. La seule chose qui me protégeait était de travailler avec de grands réalisateurs qui avaient leur propre personnalité», explique M. Hefzy.

Lorsqu’il a fondé Film Clinic pour aider à former la prochaine génération de talents et fournir des conseils sur des projets existants, sa réputation a pris de l’ampleur, tout comme la confiance que les réalisateurs et les principaux financiers avaient en lui et son équipe. Après un faux départ comme agence de gestion de talents, M. Hefzy et Film Clinic se sont directement impliqués dans la production, ce qui a donné lieu à une série de succès continus.

Mohammed Hefzy assiste à la première du Salon de Hoda lors du Festival international du film de la mer Rouge. (Getty)
Mohammed Hefzy assiste à la première du Salon de Hoda lors du Festival international du film de la mer Rouge. (Getty)

«J’ai aujourd’hui la chance de pouvoir travailler avec certains des meilleurs talents d’Égypte. Film Clinic est aujourd’hui le premier endroit où ces talents viennent frapper à la porte, ce qui est vraiment un privilège», indique M. Hefzy. Cependant, il y a un prix à payer pour faire des films qui remettent en cause le statu quo et donner du pouvoir aux cinéastes qui souhaitent inspirer un véritable changement sociétal. Hefzy a payé ce prix. Au cours de l’année écoulée, notamment, nombre des films qu’il a produits ont suscité une réaction négative de la part de certains milieux en Égypte et dans la région.

Le film Perfect Strangers de Wissam Smayra, par exemple, a suscité tellement de protestations de la part de dirigeants et de groupes socialement conservateurs que le débat a attiré l’attention du Washington Post et du New York Times, qui couvrent rarement la scène cinématographique arabe. Le film Amira de Mohammed Diab a été contraint de retirer sa candidature aux Oscars. Certains acteurs égyptiens ont quitté en trombe la projection de Feathers d’Omar el-Zohairy en raison de sa description brutale de la société égyptienne rurale. Soyons clairs: la controverse est une chose que M. Hefzy n’a ni souhaitée ni voulue.

Mohammed Hefzy a produit l’adaptation en langue arabe de Perfect Strangers. (Photo fournie)
Mohammed Hefzy a produit l’adaptation en langue arabe de Perfect Strangers. (Photo fournie)

«Je pense que la situation devient plus difficile pour les cinéastes indépendants. On a certainement l’impression qu’il y a plus de restrictions», dit-il. Cette expérience a incité M. Hefzy à s’interroger sur le type d’équilibre qu’il doit trouver dans ses projets, d’autant plus que certaines réactions lui ont été directement adressées.

«Je suis désormais habitué à ce qu’il y ait toujours beaucoup d’opinions contradictoires et de voix fortes sur les réseaux sociaux et dans les médias en général en Égypte», lance-t-il. «De plus, l’opinion publique égyptienne est devenue tellement divisée qu’il est impossible de plaire à tout le monde. Mais je n’en ferai pas abstraction; je dois rester prudent et vigilant, et je dois être capable de prévoir les réactions.»

Néanmoins, son engagement envers les vrais cinéastes et leurs voix persiste, car c’est la raison pour laquelle il a commencé ce parcours, et sa principale motivation pour le poursuivre. «Je sais que je ne serai jamais le genre de cinéaste qui fait ce qui plaira à tout le monde sans adhérer au sujet principal et au point de vue du réalisateur. J’ai tellement d’espoir pour l'avenir», dit M. Hefzy. «Alors, restons optimistes.»

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


«Wakanda» toujours maître du box-office nord-américain

L'acteur tobagonien Winston Duke et l'actrice guyanaise Letitia Wright arrivent pour la première mondiale de "Black Panther: Wakanda Forever" des studios Marvel (Photo, AFP).
L'acteur tobagonien Winston Duke et l'actrice guyanaise Letitia Wright arrivent pour la première mondiale de "Black Panther: Wakanda Forever" des studios Marvel (Photo, AFP).
Short Url
  • Après le décès de T'Challa, le Wakanda se trouve aux prises avec les puissances mondiales, dont un royaume sous-marin
  • «Wakanda Forever», la suite du film afro-futuriste qui avait cartonné en 2018, rend un hommage appuyé à Chadwick Boseman

LOS ANGELES: "Black Panther: Wakanda Forever" a continué à régner en tête du box-office nord-américain, amassant plus de 64 millions de recettes pour le long week-end de Thanksgiving, selon les chiffres dimanche du cabinet spécialisé Exhibitor Relations.

"Wakanda Forever", la suite du film afro-futuriste qui avait cartonné en 2018, rend un hommage appuyé à Chadwick Boseman, la star du premier "Black Panther", décédé en 2020 d'un cancer du côlon à 43 ans. L'acteur y fait des apparitions sous la forme de flashbacks en tant que T'Challa, le souverain du royaume africain fictif de Wakanda.

Après le décès de T'Challa, le Wakanda se trouve aux prises avec les puissances mondiales, dont un royaume sous-marin, et lutte pour conserver son autonomie.

Les spectateurs des salles obscures des États-Unis et du Canada ont largement préféré ce Marvel au film d'animation de Disney "Avalonia, l'étrange voyage", qui ne récolte que 18,6 millions de dollars au cours du week-end prolongé.

En troisième place du podium, "Devotion", l'histoire de deux pilotes de chasse de la marine américaine, enregistre 9 millions de dollars de recettes.

Arrive juste derrière "Le Menu", un film qui emprunte à la fois au cinéma d'horreur, au film noir et à la comédie grinçante, avec 7,3 millions de dollars.

Les super-héros de "Black Adam" sont en cinquième place avec un peu moins de 5 millions de dollars.

Voici le reste du classement:

6. "The Fabelmans" (3 millions de recettes)

7. "Bones and All" (3,6 millions)

8. "Ticket to Paradise" (2,6 millions)

9. "The Chosen Saison 3: Épisodes 1 et 2" (2,1 millions)

10. "She Said" (1,5 million)


Mondial: L'Allemagne tient tête à l'Espagne (1-1) et garde espoir

Niclas Fullkrug marque le but égalisateur pour l'Allemagne contre l'Espagne au stade Al Bayt, Al Khor, Qatar, le 27 novembre 2022 (Photo, Reuters).
Niclas Fullkrug marque le but égalisateur pour l'Allemagne contre l'Espagne au stade Al Bayt, Al Khor, Qatar, le 27 novembre 2022 (Photo, Reuters).
Short Url
  • L'Espagne de son côté n'aura pas le droit à l'erreur face aux imprévisibles japonais
  • «On a assisté à un match d'égal à égal et c'est le plus important»

DOHA: Grâce à une égalisation dans les dix dernières minutes de son joker Niklas Füllkrug, l'Allemagne a arraché le match nul contre l'Espagne (1-1) dimanche soir et conserve ses chances de qualification pour les huitièmes du Mondial-2022.

Pour éviter une nouvelle piteuse sortie avant même la phase à élimination directe comme en 2018 en Russie, les joueurs de Hansi Flick devront absolument s'imposer jeudi soir (22h00 locales), toujours au stade Al Bayt d'Al Khor, contre le Costa Rica, et compter sur une victoire ou un match nul de l'Espagne contre le Japon.

L'Espagne de son côté n'aura pas le droit à l'erreur face aux imprévisibles japonais, capables de renverser l'Allemagne lors de leur premier match (2-1) puis de céder contre le Costa Rica dimanche après-midi

"On a assisté à un match d'égal à égal et c'est le plus important. C'est gigantesque ce que l'équipe a réalisé, je suis fier", s'est réjoui le sélectionneur allemand Hansi Flick, qui retient la réaction d'orgueil de ses joueurs.

En mal d'avant-centre de qualité, elle qui a compté dans ses rangs par le passé parmi les meilleurs de la planète, de Gerd Müller à Miroslav Klose en passant par Jürgen Klinsmann, l'Allemagne s'en est remise dimanche soir à un quasi trentenaire qui n'avait pas une seule sélection à la mi-novembre au moment de l'annonce des 26 joueurs retenus par Flick.

A 29 ans, Niklas Füllkrug a bénéficié de son excellent début de saison avec son club, le Werder Brême (deuxième meilleur buteur de Bundesliga derrière le Français de Leipzig Christopher Nkunku), et de la blessure de l'attaquant de Leipzig Timo Werner à deux semaines du Mondial, pour pousser les portes de la Nationalmannschaft.

Et le voilà avec déjà deux buts en trois matches disputés avec la sélection, puisque pour sa première apparition, il avait marqué en amical contre Oman (1-0) juste avant la compétition au Qatar.

"Nous souhaitions impérativement renverser ce match, c'était important pour les sensations. On a encore une marge de progression. Il ne faut pas s'emballer maintenant, mais on peut espérer que tout se passe bien dans le dernier match", a commenté Lücke, surnom du sauveur providentiel de la Mannschaft, en raison de ses "dents du bonheur".

Kehrer en difficulté 

Dimanche soir, dans l'imposant stade Al Bayt, Füllkrug est entré en jeu à la 70e minute, juste après l'ouverture du score pour l'Espagne d'Alvaro Morata.

Et moins d'un quart d'heure après, sur une accélération de Leroy Sané et un service de Jamal Musiala, il n'a pas laissé passer sa chance sur une puissante frappe pour sortir ses coéquipiers d'une seconde défaite qui aurait grandement compliqué la suite de leur tournoi.

"Ça a été un match très compliqué contre une équipe d'Espagne bien en place. On a accepté ce combat et on a peu concédé durant les 90 minutes", s'est félicité le capitaine et gardien allemand Manuel Neuer.

"Le plus important, c'est que l'on est encore en vie. Les Espagnols ont débuté le match en bombant le torse, nous, on sortait d'une tout autre rencontre. On ne l'a pas tellement vu sur le terrain", a ajouté Neuer, en référence à la démonstration espagnole contre le Costa Rica (7-0) mercredi, quelques heures après la défaite allemande contre le Japon (2-1).

Face à l'Espagne, comme face au Japon, le côté droit de la défense allemande a encore été en grande difficulté. Thilo Kehrer a été titularisé à la place de Niklas Süle mais il a subi chaque accélération espagnole de Dani Olmo ou Ferran Torres.

Et c'est de ce côté qu'est arrivée l'ouverture du score de la Roja, Jordi Alba prenant de vitesse Kehrer et servant idéalement Alvaro Morata, plus rapide que Süle pour reprendre la balle.

Pour l'Espagne de Luis Enrique, dominatrice avec la possession du ballon, ce résultat nul ouvre les portes des huitièmes de finale, puisqu'un match nul dans quatre jours contre le Japon sera suffisant, mais une victoire assurerait la première place du groupe.


Retour de la «Star Ac»: TF1 satisfaite des audiences

Star Academy. (Photo, Twitter, @StarAcademyTF1)
Star Academy. (Photo, Twitter, @StarAcademyTF1)
Short Url
  • «Large leader», la finale de cette dixième saison a été suivie en moyenne par 3,8 millions de téléspectateurs, un «véritable succès» qui se décline sur toutes les cibles, a souligné la chaine
  • Par tranches d'âge, la part d'audience a été de 58% pour les 15-34 ans, 42% pour les 25-49 ans et 61% pour les 25-34 ans

PARIS: TF1 s'est félicitée dimanche des audiences de la saison de la "Star Academy", l'émission de télé-crochet vedette des années 2000 revenue à l'antenne cet automne et remportée samedi par la jeune chanteuse Anisha. 

"Large leader", la finale de cette dixième saison a été suivie en moyenne par 3,8 millions de téléspectateurs, un "véritable succès" qui se décline sur toutes les cibles, a souligné la chaine dans un communiqué. 

L'émission a ainsi rassemblé 44% du public sur la cible reine des "femmes responsables principales des achats de moins de 50 ans", selon les chiffres présentés par TF1. 

Par tranches d'âge, la part d'audience a été de 58% pour les 15-34 ans, 42% pour les 25-49 ans et 61% pour les 25-34 ans. 

Pour la chaîne, les bons résultats de la finale confirment ceux enregistrés tout au long de la saison. 

Hors finale et demi-finale, le programme a réuni "en moyenne 4,2 millions de téléspectateurs" en prime time, un "bilan exceptionnel", a insisté TF1. 

De son côté, "La Quotidienne" a fait un "carton d'audience", avec 1,9 million de téléspectateurs en moyenne, a-t-elle ajouté. 

Lancée en 2001 par la société de production Endemol, la "Star Academy" a initialement été diffusée pendant huit saisons sur TF1, avec une dernière finale en décembre 2008. 

Elle a aussi été diffusée durant une unique saison sur la chaine NRJ 12, en 2012-2013.