Israël veut remplir le lac de Tibériade avec de l'eau dessalée

Des gens nagent dans la mer de Galilée (lac de Tibériade), l'une des principales sources d'eau d'Israël, près du nord du kibboutz Ein Gev, le 21 juillet 2021. (Menahem Kahana / AFP
Des gens nagent dans la mer de Galilée (lac de Tibériade), l'une des principales sources d'eau d'Israël, près du nord du kibboutz Ein Gev, le 21 juillet 2021. (Menahem Kahana / AFP
Short Url
Publié le Vendredi 15 avril 2022

Israël veut remplir le lac de Tibériade avec de l'eau dessalée

  • Des pluies irrégulières, des chaleurs d'été accablantes et des détournements abusifs des eaux ont surexploité ce lac d'eau douce, situé à 200 mètres sous le niveau de la mer
  • «En l'espace de 15 ans, Israël est passé d'un pays déficitaire en eau à un pays en état d'abondance, ce qui est phénoménal», note David Muhlgay, le PDG de la société Omis Water qui exploite l'usine de désalinisation de Hadera

RAVID, Israël : Champion de la désalinisation, Israël s'attèle à un nouveau défi quasi biblique: pomper ses surplus d'eau de mer dessalée pour remplir le célèbre lac de Tibériade asséché par le changement climatique et sa surexploitation.

Des pluies irrégulières, des chaleurs d'été accablantes et des détournements abusifs des eaux ont surexploité ce lac d'eau douce, situé à 200 mètres sous le niveau de la mer, où Jésus aurait marché sur l'eau et multiplié les pains, et qui a servi pendant des décennies de réservoir à l'État hébreu.

Aujourd'hui, Israël veut inverser la tendance en abreuvant ce lac mythique via un réseau complexe de canalisations, de tunnels et de stations de pompage mis sur pied dans les années 60.

Selon Noam Halfon, chercheur aux services météorologiques israéliens, la température a gagné deux degrés Celsius au cours des deux dernières décennies, avec de surcroît des épisodes de sécheresse entre 2014 et 2018, ce qui a contribué à l'assèchement du lac de Tibériade, appelé aussi mer de Galilée.

«Et certains modèles prédisent que nous allons avoir moins de précipitations en général, une baisse de 10% à 15% à partir de la seconde moitié du XXIe siècle», note M. Halfon.

Le boom démographique accroît par ailleurs la pression sur cet aquifère stratégique. «La population double tous les trente ans. Sans ce projet (de remplir le lac), la situation serait terrible», dit-il.

A travers des collines verdoyantes dans le nord d'Israël, des ouvriers creusent des tranchées pour y enfouir des kilomètres de canalisations qui feront le lien entre de gigantesques usines de désalinisation et le lac.

«Dès que l'eau circulera dans la canalisation, en apportant le surplus d'eau des usines de dessalement dans le centre (du pays), nous pourrons élever le niveau du lac de Tibériade, qui deviendra un réservoir opérationnel», s'extasie Ziv Cohen, ingénieur de la compagnie israélienne des eaux Mekorot qui supervise une partie des travaux.

Ce projet chiffré à un milliard de shekels (290 millions d'euros) permettra d'ici la fin de l'année d'inverser la tendance et de refaire revivre en quelque sorte le réservoir autrefois naturel.

- Contradictions -

Mais pour arriver à ce résultat, l'État hébreu a dû investir massivement ces dernières années dans des technologies de désalinisation, une expertise d'ailleurs mise en avant lorsqu'il est question de normaliser ses relations avec des pays arabes de la région confrontés au même problème d'accès à l'eau potable.

«En l'espace de 15 ans, Israël est passé d'un pays déficitaire en eau à un pays en état d'abondance, ce qui est phénoménal», note David Muhlgay, le PDG de la société Omis Water qui exploite l'usine de désalinisation de Hadera.

Ce mastodonte transforme aujourd'hui 137 millions de mètres cubes d'eau salée en eau potable par an, soit 16% de l'eau potable de l'ensemble du pays, et l'usine peut produire jusqu'à 160 millions de m3 par an, souligne M. Muhlgay.

Mais pour dessaler l'eau de mer, son usine construite sur les rives de la Méditerranée a besoin d'une quantité colossale d'énergie. Et comme la production hydroélectrique et nucléaire d'Israël ne suffit pas à alimenter la demande, le pays compte sur des centrales à charbon et à gaz, comme celles situées à deux pas de son usine de désalinisation.

«A l'heure actuelle, je ne peux pas m'approvisionner en énergie renouvelable», dit-il, conscient des contradictions de l'adaptation à la crise climatique par un dessalement à forte intensité énergétique.

- La paix par l'eau? -

Néanmoins, l'expertise israélienne en matière de désalinisation suscite bien des convoitises et favorise des rapprochements comme la normalisation depuis 2020 des relations avec les Emirats arabes unis, le Bahreïn et le Maroc.

L'usine de David Muhlgay a reçu la visite d'une délégation du Maroc, et la maison-mère de la société qui exploite son usine, IDE, a envoyé son vice-président aux Emirats arabes unis. «Tout le monde est confronté à une pénurie d'eau, alors favoriser l'accès à l'eau peut permettre de résoudre quelques problèmes», dit-il. 

Mais l'innovation israélienne n'a jusqu'ici pas réussi à atténuer le conflit israélo-palestinien qui se joue aussi sur le partage des sources d'eau, insiste Ayman Rabi, directeur exécutif du Palestinian Hydrology Group, une ONG qui traite cette question.

Israël contrôle les principaux aquifères de la Cisjordanie occupée, territoire palestinien situé au pied du Lac de Tibériade.

Conformément aux accords de paix d'Oslo signés dans les années 90, Israël revend l'eau aux Palestiniens, mais la distribution n'a pas suivi le rythme de la croissance démographique.

Pour faire face à cette situation, les Palestiniens ont commencé à planter des cultures moins gourmandes en eau et font des efforts pour récupérer l'eau de pluie.

«Alors, oui, bien sûr, ils (les Israéliens) se présentent comme des exportateurs d'eau, mais je ne pense pas que cela aura un impact sur les Palestiniens», dit-il.


La famille royale suédoise va visiter la Jordanie

Le roi Charles XVI Gustave et la reine Silvia de Suède. (Photo, Reuters)
Le roi Charles XVI Gustave et la reine Silvia de Suède. (Photo, Reuters)
Short Url
  • L’Institut suédois de dialogue pour le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord sera créé au cours de ce déplacement
  • Cette visite visera à renforcer la coopération entre les deux pays sur les questions régionales et multilatérales

AMMAN: Le roi Charles XVI Gustave et la reine Silvia de Suède se rendront en Jordanie du 15 au 17 novembre à l’invitation du roi Abdallah II, a rapporté l’Agence de presse jordanienne.

Le couple royal sera accompagné d’une délégation du gouvernement suédois ainsi que de représentants du secteur privé.

Cette visite visera à renforcer la coopération entre les deux pays sur les questions régionales et multilatérales, notamment l’environnement, le changement climatique, le développement durable global, la participation des femmes et des jeunes, ainsi que la promotion du commerce et des investissements bilatéraux.

Au cours de ce déplacement, l’Institut suédois de dialogue pour le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord sera créé, et l’ambassade sera transférée dans un nouveau bâtiment.

Dans un communiqué publié dimanche, l’ambassade de Suède à Amman indique que la visite du roi et de la reine a pour but de renforcer les liens historiques et étroits entre les deux pays.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Le prince héritier annonce le lancement de la Saudi Downtown Company for development

Le prince héritier saoudien, Mohammed ben Salmane. (SPA)
Le prince héritier saoudien, Mohammed ben Salmane. (SPA)
Short Url
  • L'entreprise visera à améliorer les infrastructures et à établir des partenariats stratégiques avec le secteur privé et les investisseurs en créant de nouvelles opportunités
  • Elle a pour but de développer les zones des centres-villes et des destinations à usage mixte dans douze villes saoudiennes

RIYAD: Lundi, le prince héritier saoudien, Mohammed ben Salmane, a annoncé le lancement de la Saudi Downtown Company (SDC), qui vise à construire et à développer les zones des centres-villes ainsi que des destinations à usage mixte dans douze villes saoudiennes.

La compagnie visera à améliorer les infrastructures et à établir des partenariats stratégiques avec le secteur privé et les investisseurs en créant de nouvelles opportunités d’affaires et d'investissements dans des secteurs économiques clés, notamment le commerce de détail, le tourisme, le divertissement et le logement.

Ces douze villes comprennent notamment Médine, Al-Khobar, Al-Ahsa, Bouraidah, Najran, Jazan, Haïl, Al-Baha, Arar, Taïf, Doumat al-Jandal et Tabouk. La compagnie développera plus de 10 millions de mètres carrés de terrain pour l’ensemble des projets, créant des destinations modernes tirées de la diversité de la culture locale et des motifs architecturaux traditionnels de l'Arabie saoudite, tout en utilisant une technologie de pointe dans chaque projet.

En lançant la SDC, le Fonds d'investissement public d'Arabie saoudite (PIF) vise à accroître les opportunités de commerce et d'investissement dans diverses villes saoudiennes afin d'accroître leur attrait et de créer un impact positif sur leurs économies locales.

Ces projets contribueront également à créer de nouvelles opportunités pour le secteur privé  et davantage d'emplois pour les habitants. Ils tendront à fixer sur place le savoir et l’expérience pour aider les entrepreneurs et les entreprises à faire démarrer leurs activités et à les développer.

La stratégie de la compagnie s'aligne sur les efforts du PIF pour mettre l’accent sur les compétences des secteurs locaux prometteurs qui peuvent aider à stimuler la diversification de l'économie et contribuer à la croissance du PIB non pétrolier, conformément aux objectifs de la Vision 2030.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Le ministre du Commerce préside une délégation saoudienne au Maroc

Mardi, M. Al-Qasabi participera au Forum économique Maroc-Arabie saoudite, en présence de chefs d’entreprise des deux pays. (SPA)
Mardi, M. Al-Qasabi participera au Forum économique Maroc-Arabie saoudite, en présence de chefs d’entreprise des deux pays. (SPA)
Short Url
  • La délégation comprend des fonctionnaires et des représentants de 14 agences gouvernementales et de 62 entreprises
  • Mardi, au cours de sa visite, M. Al-Qasabi participera au Forum économique Maroc-Arabie saoudite, en présence de chefs d’entreprise des deux pays

RIYAD: Le ministre du Commerce, Majid ben Abdallah al-Qasabi, préside une délégation saoudienne au Maroc dans le cadre d’une visite officielle de quatre jours, a rapporté l’Agence de presse saoudienne (SPA).

La délégation comprend des fonctionnaires de 14 agences gouvernementales ainsi que des représentants du secteur privé de 62 entreprises en Arabie saoudite. M. Al-Qasabi s’entretiendra lundi avec le ministre marocain de l’Industrie et du Commerce, Riad Mazur, pour discuter des moyens d’améliorer les relations en matière de commerce et d’investissement et de permettre aux secteurs privés des deux pays d’accroître le volume des échanges commerciaux.

Mardi, au cours de sa visite, M. Al-Qasabi participera au Forum économique Maroc-Arabie saoudite, en présence de chefs d’entreprise des deux pays. Les deux pays signeront également deux mémorandums de coopération dans le domaine de la reconnaissance mutuelle des certificats halal pour les produits locaux, ainsi qu’un projet de programme de coopération technique entre la Saudi Standards, Metrology and Quality Organization et l’Institut marocain de normalisation.

M. Al-Qasabi inaugurera également le nouveau siège de l’attaché commercial à Casablanca afin de faciliter les exportations saoudiennes vers les marchés et d’attirer des investissements de qualité qui contribuent au renforcement des relations commerciales entre les deux pays.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com