Tunisie: «aucune fuite» de gazole provenant du pétrolier naufragé

Le port commercial de Radès à Tunis, Tunisie, le 24 mai 2021. (Reuters)
Le port commercial de Radès à Tunis, Tunisie, le 24 mai 2021. (Reuters)
Short Url
Publié le Dimanche 17 avril 2022

Tunisie: «aucune fuite» de gazole provenant du pétrolier naufragé

Le port commercial de Radès à Tunis, Tunisie, le 24 mai 2021. (Reuters)
  • «Nous pensons que la coque est encore étanche et qu'il n'y a pas eu de fuite pour le moment», a déclaré la ministre tunisienne de l'Environnement Leila Chikhaoui
  • Pour se mettre à l'abri, face à de mauvaises conditions météorologiques, le navire avait demandé à entrer dans les eaux territoriales tunisiennes vendredi soir

GABÈS: 

"Aucune fuite" détectée: des plongeurs ont inspecté dimanche la coque du pétrolier, qui a coulé la veille près de Gabès, au large des côtes sud-est de la Tunisie, et ils n'ont constaté aucun écoulement de sa cargaison de 750 tonnes de gazole, ont indiqué les autorités tunisiennes.

D'après les plongeurs, le navire "a coulé à près de 20 mètres de fond, en position horizontale et ne présente pas de fissures", a rapporté dans un communiqué le ministère tunisien de l'Environnement, ajoutant qu'"aucune fuite n'a été constatée sur la cargaison de gazole".

L'équipe de plongeurs était "accompagnée du capitaine et du mécanicien du navire, qui connaissent la configuration du navire", a précisé à l'AFP, Mohamed Karray, porte-parole du parquet de Gabès, qui a ouvert une enquête sur les causes de l'accident.

Le pétrolier Xelo, parti du port de Damiette en Egypte et qui se dirigeait vers Malte, a coulé samedi dans les eaux tunisiennes où il s'était réfugié la veille au soir en raison de mauvaises conditions météorologiques.

Le navire de 58 mètres de long sur 9 de large a commencé à prendre l'eau dans la salle des machines. Les autorités ont alors procédé à l'évacuation des sept membres d'équipage, avant le naufrage du Xelo à l'aube.

Sur une vidéo du ministère de l'Environnement dimanche, on ne voit plus que la pointe d'un mât qui émerge des flots. La zone, contrôlée par l'armée, est inaccessible à la presse.

 

1
Localisation du Golfe de Gabès en Tunisie, où un pétrolier a fait naufrage samedi. (Graphique, AFP)

Opération délicate 

Selon le ministre des Transports, Rabie el Majidi, lors du sauvetage, les secouristes "se sont assurés de fermer les cales pour éviter des fuites de gazole et les plongeurs ont constaté qu'elles sont intactes". 

"La situation n'est pas dangereuse, le diagnostic est positif, le navire est stable car il a heureusement coulé sur du sable", a affirmé le ministre lors d'un point presse dimanche dans le port de Gabès, avec sa collègue de l'Environnement.

Des barrages flottants anti-pollution ont déjà été installés sur un périmètre de 200 mètres autour de l'épave. 

Mais la priorité des autorités reste le pompage du gazole. 

C'est "très délicat pour les plongeurs de repérer les sorties (des cales) pour effectuer le pompage", a expliqué à la presse le ministre des Transports, tout en minimisant l'ampleur des risques: "750 tonnes de gazole c'est rien du tout" et "le gazole s'évapore facilement avec le soleil".

Les autorités ont dit étudier "les offres reçues pour les aider" pour le pompage, en provenance aussi de l'étranger. 

"L'ambassadeur italien (en Tunisie, NDLR) Lorenzo Fanara a été contacté ce dimanche par les autorités tunisiennes et le gouvernement italien a immédiatement décidé l'envoi d'un navire de dépollution et d'une équipe de plongeurs spécialisés", ont indiqué des sources diplomatiques à l'AFP. 

"Le navire arrivera lundi dans les eaux tunisiennes", ont-elles ajouté.

Enquête sur le navire

Dans l'attente du pompage de la cargaison, l'organisation de défense de la nature WWF a mis en garde contre "une nouvelle catastrophe environnementale" dans une région qui est une zone de pêche pour "environ 34.000 marins" et a souffert d'épisodes de pollution, notamment due aux industries du phosphate et à la présence d'un oléoduc, ces dernières décennies. 

Les responsables tunisiens s'intéressent par ailleurs au parcours du navire, construit en 1977 et battant pavillon de la Guinée équatoriale, et à ses propriétaires: un Turc et un Libyen, selon le parquet de Gabès. 

Le "+connaissement+, un document important (sur la trajectoire et la cargaison du navire, NDLR) a été laissé sur le navire par l'équipage", a indiqué la ministre de l'Environnement Leila Chikhaoui. 

Le ministère des Transports cherche à "vérifier la nature exacte de l'activité du navire et son trajet des dernières semaines". 

Selon ce ministère, le Xelo a stationné du 4 au 8 avril dans le port tunisien de Sfax, au nord de Gabès, "pour changer d'équipage, se ravitailler et faire des réparations légères, sans effectuer de chargement ou déchargement".

Des médias locaux ont rappelé la proximité du Golfe de Gabès avec la Libye, important pays producteur de pétrole, dont les côtes ont été le théâtre de trafics d'hydrocarbures ces dernières années.


Jacques Bouthier: Au Maroc, les présumées victimes subissent une campagne d'intimidation

Les plaignantes prennent la parole lors d'une conférence de presse organisée par l'Association marocaine pour les droits des victimes à Tanger (Photo, AFP).
Les plaignantes prennent la parole lors d'une conférence de presse organisée par l'Association marocaine pour les droits des victimes à Tanger (Photo, AFP).
Short Url
  • Les plaignantes affirment subir de fortes pressions de la part de l’entourage de jacques Bouthier
  • Les présumées victimes tangéroises sont décidées à aller jusqu’au bout de la procédure

CASABLANCA: Après avoir déposé plainte le 17 juin pour harcèlement sexuel contre l’ex-patron du groupe de courtage d’assurance Assu 2000 les plaignantes affirment subir de fortes pressions de la part de l’entourage de jacques Bouthier, poursuivi et écroué pour traite d’êtres humains et viols sur mineurs.

Après avoir porté l’affaire en justice en ayant saisi le procureur du Roi à Tanger, les présumées victimes ont également souhaité briser le silence médiatique en s’exprimant, pour certaines, face caméra. Elles se disent, aujourd’hui, harcelées et intimidées par l’entourage de l'une des grandes fortunes de l'Hexagone qui n'en est pas à sa première affaire de harcèlement.

Tanger

Jacques Bouthier est soupçonné d’avoir entretenu un système de prédation sexuelle dans son centre d’appel de Tanger. En effet, les présumées victimes ont immédiatement été présentées au patron du groupe après leur recrutement par les ressources humaines.

Selon Khamisse un ex-manager chez Assu 2000 à Tanger, Jacques Bouthier choisissait ses cibles présumées parmi les jeunes employées âgées de 18 à 24 ans qui ne s’expriment pas avec aisance en français. Dans une vidéo virale diffusée sur youtube, il explique que l’ex-PDG choisissait les filles sur place, il passait ensuite l’information à l’un de ses responsables pour que celui-ci gère l’affaire pour lui en prenant contact avec les intéressées.

Plainte

Les présumées victimes tangéroises sont décidées à aller jusqu’au bout de la procédure. Les quatre plaignantes, âgées de 26 à 28 ans, ont signé une procuration au nom de l’Association marocaine des droits des victimes qui a déposé plainte auprès du procureur général. En plus de la procédure judiciaire en France portant peu où prou, sur les mêmes chefs d’accusations, Jacques Bouthier est également poursuivi au Maroc pour «traite d'êtres humains», «harcèlement sexuel» et «violences verbales et morales». Selon les avocates de l’association en charge du dossier, les faits reprochés à l’ex-patron se seraient produit entre 2018 et 2022.

Lors d’une conférence de presse organisée avec la participation des présumées victimes, les jeunes femmes ont évoqué, non sans émotion, le harcèlement systématique, les menaces et les intimidations qu’elles auraient subies dans un contexte de précarité sociale pour certaines d’entre elles. 

L’une des plaignantes a affirmé avoir été licenciée après avoir refusé les avances de Jacques Bouthier. Une autre a expliqué qu’elle était considérée comme un bout de viande par le multimillionnaire qui procédait avec la complicité de plusieurs autres salariés du groupe. 

Depuis, même incarcéré, le système mis en place par l'entourage de Jacques Bouthier perdure et tente d'imposer l'omerta en essayant d'acheter le silence des plaignantes selon le témoigne de l'une d'entre elles. 

Âgé de 75 ans, le chef d’entreprise a été mis en examen en mai dernier avec cinq autres personnes, à l’issue d’une enquête préliminaire ouverte mi-mars en France.

L’ex-roi des assurances déchu est aussi poursuivi pour association de malfaiteurs en vue de commettre le crime d’enlèvement et séquestration en bande organisée, ainsi que détention d’images pédopornographiques.

 


Le ministre souligne l'importance de continuer à développer le partenariat entre Bahreïn et le Royaume-Uni

Le ministre bahreïni des Finances, Sheikh Salmane ben Khalifa Al-Khalifa, rencontre la ministre d'État britannique pour l'Asie et le Moyen-Orient, Amanda Milling. (BNA)
Le ministre bahreïni des Finances, Sheikh Salmane ben Khalifa Al-Khalifa, rencontre la ministre d'État britannique pour l'Asie et le Moyen-Orient, Amanda Milling. (BNA)
Short Url
  • La ministre d'État britannique pour l'Asie et le Moyen-Orient, Amanda Milling, est en visite à Manama
  • Le ministre des finances et de l'économie nationale de Bahreïn a souligné la profondeur des relations entre le Royaume-Uni et Bahreïn

RIYADH : Le ministre des finances de Bahreïn a souligné l'importance de continuer à développer le partenariat entre son pays et le Royaume-Uni afin de créer des opportunités d'investissement plus ambitieuses, a rapporté dimanche l'agence de presse de Bahreïn.

Le ministre des finances et de l'économie nationale, Sheikh Salmane ben Khalifa Al-Khalifa, a également mis en avant le lien qui unit le Royaume-Uni et le Bahreïn et qui a renforcé la coopération économique et le partenariat entre les deux pays.

Le ministre a également souligné l'importance de s'appuyer sur la coopération fructueuse entre les deux pays et d’élargir les horizons afin d’atteindre des ambitions et des objectifs communs.

C’est dans le cadre de la visite à Manama de la ministre d'État britannique pour l'Asie et le Moyen-Orient, Amanda Milling que ces propos sont intervenus.

Milling a déclaré qu'elle était ravie de visiter Bahreïn et de rencontrer les fonctionnaires de l'ambassade britannique pour en savoir plus sur le « travail en cours avec le gouvernement de Bahreïn. »

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com


Jordanie: plusieurs responsables limogés après une fuite mortelle de gaz dans un port

Le prince héritier Hussein assiste à une réunion du Conseil national pour la sécurité et la gestion des crises le 28 juin 2022 concernant la fuite de gaz chloré à Aqaba. (Photo, AFP)
Le prince héritier Hussein assiste à une réunion du Conseil national pour la sécurité et la gestion des crises le 28 juin 2022 concernant la fuite de gaz chloré à Aqaba. (Photo, AFP)
Short Url
  • Le Premier ministre a déclaré lors d'un conseil des ministres que l'enquête avait conclu à des «grandes négligences sur les procédures de sécurité et le traitement des matières dangereuses dans le port d'Aqaba»
  • La fuite de chlore s'est produite après la chute d'un conteneur avec du gaz liquide qui était transporté par une grue, avant qu'il ne tombe sur un bateau, libérant un épais nuage jaune

AMMAN: Plusieurs hauts responsables jordaniens ont été limogés après une fuite de chlore lundi dernier dans le port d'Aqaba ayant causé la mort de treize personnes et blessé plus de 260, a annoncé dimanche le Premier ministre, Bicher al-Khasawneh. 

La fuite de chlore s'est produite après la chute d'un conteneur avec du gaz liquide qui était transporté par une grue, avant qu'il ne tombe sur un bateau, libérant un épais nuage jaune. 

Aqaba, l'un des principaux ports de la mer Rouge, est également le seul du royaume hachémite, par lequel transitent la plupart des importations et exportations jordaniennes. La ville est en outre une importante station balnéaire. 

M. Khasawneh a déclaré lors d'un conseil des ministres que l'enquête avait conclu à des « grandes négligences sur les procédures de sécurité et le traitement des matières dangereuses dans le port d'Aqaba ». 

De son côté, le ministre jordanien de l'Intérieur, Mazen al-Faraya, qui a présidé la commission d'enquête, a confirmé lors d'une conférence de presse que des « négligences à plusieurs niveaux » étaient à l'origine de l'accident. 

Il a pointé du doigt notamment la responsabilité du « directeur général de l'Autorité maritime jordanienne, du directeur général de l'entreprise de gestion et d'exploitation des ports d'Aqaba », ainsi que deux autres chefs de département de cette entreprise. 

Les responsables n'ont selon l'enquête « pas pris les précautions nécessaires pour la sécurité publique lors du chargement de ces matières dangereuses ». 

« Le poids du conteneur était de 28 900 tonnes, soit trois fois plus que la capacité du câble de 8,6 tonnes, ce qui a entraîné sa rupture », a expliqué le ministre. 

Selon lui, l'enquête a prouvé que « certaines tâches dans le port ont été attribuées à des employés non spécialisés ». 

Par ailleurs, 95% des quelque 2 300 employés du port d'Aqaba ont entamé dimanche une grève, selon un dirigeant syndical. 

Ils « protestent contre les manquements aux mesures de sécurité dans le port, qui a entraîné des morts et des blessés parmi leurs collègues », a déclaré Ahmed Amayreh, chef du syndicat des travailleurs du port.