Colère dans la banlieue sud de Beyrouth face à la hausse de la délinquance

Des personnes passent devant des voitures de patrouille de la police libanaise à Souk Sabra, dans la banlieue sud de la capitale Beyrouth (Photo, AFP).
Des personnes passent devant des voitures de patrouille de la police libanaise à Souk Sabra, dans la banlieue sud de la capitale Beyrouth (Photo, AFP).
Short Url
Publié le Mardi 19 avril 2022

Colère dans la banlieue sud de Beyrouth face à la hausse de la délinquance

  • Les voleurs et les hommes armés sont devenus plus audacieux et mènent désormais leurs opérations sans craindre les responsables de la sécurité
  • Le Hezbollah et le mouvement Amal ont déclaré qu’ils ne défendraient pas les personnes impliquées dans ces opérations

BEYROUTH: Les habitants de la banlieue sud de Beyrouth se plaignent de plus en plus du manque de sécurité dans la région. Effectivement, des vols armés sont commis en plein jour et deviennent assez fréquents.
Selon une source sécuritaire, «les mauvaises conditions de sécurité dans la banlieue sud de Beyrouth seraient liées à l'aggravation de la crise économique.»
La même source a cependant indiqué à Arab News que ces crimes étaient principalement justifiés par la perte de crédibilité de l'État.
Alors que les voleurs avaient l’habitude de cambrioler des motos pendant la nuit, ils le font à présent en plein jour, à main armée.
Saleh raconte qu'il avait garé sa moto sur le bord de la route pour éviter les embouteillages et qu’il s’apprêtait à aller au travail à Haret Hreik, quand soudain [un homme] l’a obligé à quitter son véhicule, un couteau à la main, avant de fuir la zone.
Les voleurs et les hommes armés sont devenus plus audacieux et mènent désormais leurs opérations sans craindre les responsables de la sécurité ni les dirigeants de partis dans la banlieue sud de Beyrouth contrôlée par le Hezbollah et le mouvement Amal.
Les banlieues disposent de points de contrôle de sécurité depuis les attaques de 2014 menées par les kamikazes de Daech.
Les habitants entendent chaque nuit des affrontements armés mais ne savent pas pourquoi et ne connaissent pas l'identité des tireurs. Ils ne comprennent ce qui se passe qu'à travers des informations sans fondement qui circulent sur les réseaux sociaux.
D’après les rapports des forces de sécurité intérieure, la plupart des voleurs ou des hommes armés sont «recherchés [par la police]. Certains d’entre eux commettent ces crimes parce qu’ils vendaient ou consommaient de la drogue.»
Selon des chiffres non officiels, la région abrite plus d'un million de citoyens libanais. Certains ont quitté la campagne pour s'installer dans la capitale au cours de la seconde moitié du XXe siècle.
Les uns sont des habitants de villes faisant partie de la banlieue sud de Beyrouth, tandis que les autres s'y sont installés parce que les loyers des appartements étaient moins élevés que dans la capitale.
Hayy Al-Sullom est l'un des quartiers les plus pauvres. Il abrite des personnes marginalisées et recherchées qui profitent des partis politiques pour se protéger.
Mais cette influence [politique] concerne également les propriétaires de générateurs électriques, les fournisseurs d'Internet et les propriétaires de télévision par câble. D'ailleurs, en mars, des affrontements armés ont eu lieu entre deux groupes à Bi'r al-Abed.
Deux semaines avant, un conflit avait éclaté pendant la nuit à Laylaki en raison de bagarres entre des propriétaires de générateurs électriques au sujet de clients. Et, un mois plus tôt, d'autres affrontements armés ont opposé des fournisseurs d'accès à Internet à Choueifat.
Ces derniers jours, les tirs d'armes sont devenus plus faciles: une dispute a éclaté entre deux groupes pendant le repas du Sohoor.
Le Hezbollah et le mouvement Amal, tous deux préoccupés par les plaintes de la population à l'approche des élections, ont récemment publié une déclaration commune sur la multiplication des délits, des vols armés et des atteintes à la sécurité qui ont lieu dans différents quartiers de la banlieue sud de Beyrouth et qui sont devenus «incontrôlables, menaçant la vie et la sécurité [des habitants]».
Ils ont demandé aux représentants des agences de sécurité et de l'armée de «faire preuve de sévérité à l'égard de toute personne qui enfreindrait les règles de sécurité», et ont insisté sur le fait qu'ils ne défendraient pas les personnes impliquées.
«Les agences de sécurité officielles sont présentes dans la banlieue sud et poursuivent les personnes recherchées. Dans certains cas, le Hezbollah facilite notre mission et peut nous indiquer la cachette d'une personne recherchée. Mais nous ne prévenons pas toujours le parti des raids que nous effectuons dans la banlieue», souligne la source sécuritaire.
Les accords politiques ont donné aux comités de sécurité du Hezbollah le dernier mot pour toutes les questions liées à la sécurité dans la banlieue sud.
[Lorsqu'on lui a demandé] si cela signifiait que le Hezbollah protégeait des personnes recherchées alors qu'il savait où elles se cachaient, la source a répondu: «Ces voyous sont complètement insouciants. Ils ne redoutent même plus le Hezbollah.»
«Ils ne lisent pas les déclarations et n'y réagissent pas», a indiqué la source, interrogée sur les fusillades nocturnes et les vols diurnes, malgré la décision conjointe du Hezbollah et du Mouvement Amal de ne plus protéger les personnes impliquées.
Zeinab, qui vit à Al-Mureijah, près de Hayy Al-Sullom, a avoué qu'elle avait peur que ses enfants ne soient pas en sécurité lorsqu'ils quittaient la maison et qu'ils rentraient tard.
Elle a affirmé que des mitraillettes – et même des roquettes – avaient été utilisées lors de heurts qui éclataient parfois pour des questions insignifiantes.
Depuis deux semaines, deux vols armés ont été commis dans l'après-midi. Le premier a eu lieu dans un magasin de transfert d'argent. Deux personnes sur une moto ont fait irruption dans la boutique et ont volé 8 000 dollars à un client avant de s'enfuir. Il s'est avéré qu'ils étaient en train de le surveiller.
Le second vol a eu lieu dans un magasin de smartphones, en plein jour. Un homme armé a volé le sac à main d'une cliente, puis a tiré sur le propriétaire du magasin pour avoir essayé de l'arrêter, le blessant ainsi à la main.


Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


En Irak, des Iraniens divisés sur l'abolition de la police des mœurs

Des Iraniennes marchent dans une rue du centre de Téhéran (Photo, AFP).
Des Iraniennes marchent dans une rue du centre de Téhéran (Photo, AFP).
Short Url
  • «Le slogan des manifestants, ce n'est pas la dissolution de la police des mœurs»
  • «La vraie demande, c'est l'élimination du régime»

ERBIL: "Duperie" ou abandon d'une règle religieuse? L'abolition de la police des mœurs par Téhéran a reçu dimanche un accueil mitigé chez des Kurdes d'Iran, réfugiés dans le nord de l'Irak, et chez des pèlerins iraniens, de passage dans le sud.

Alors que la République islamique est secouée depuis plus de deux mois par des manifestations qui ne faiblissent pas, le procureur général Mohammad Jafar Montazeri a annoncé samedi soir l'abolition de la police des mœurs, selon l'agence de presse Isna.

C'est cet organe qui avait arrêté le 13 septembre à Téhéran Mahsa Amini, une Kurde iranienne de 22 ans, en l'accusant de ne pas respecter le code vestimentaire de la République islamique, qui impose aux femmes le port du voile en public.

Sa mort en détention trois jours plus tard a déclenché les manifestations et sur les réseaux sociaux ont déferlé des vidéos montrant des femmes, fer de lance de la contestation, enlevant et brûlant leur foulard, en criant "Femme, vie, liberté".

L'annonce de Téhéran, interprétée comme un geste envers les manifestants, a suscité cependant la colère de Kurdes iraniens réfugiés au Kurdistan irakien (nord) depuis des décennies, certains en raison de leur opposition au régime iranien.

«Élimination du régime»

"Le slogan des manifestants, ce n'est pas la dissolution de la police des mœurs", assène Nachmil Abdi, vendeuse dans une boutique de chaussures pour femmes.

"La vraie demande, c'est l'élimination du régime", fustige la trentenaire arborant un chignon sage.

De son côté, la journaliste Soma Hakimzada, âgée de 32 ans, estime qu'avec cette mesure, "l'Iran a recours à la duperie".

"Je ne pense pas que les femmes apprécient cette annonce iranienne", accuse cette militante d'un parti de l'opposition kurde iranienne, née au Kurdistan irakien après que ses parents ont fui l'Iran.

Elle espère que cette annonce ne va pas "mettre un frein aux manifestations".

La répression des manifestations s'est traduite par l'arrestation de quelque 14.000 personnes, selon l'ONU. Les autorités iraniennes ont par ailleurs fait état de la mort de plus 300 personnes.

À Najaf, ville sainte chiite du sud de l'Irak, rares sont les pèlerins iraniens qui acceptent de parler politique.

"Si on veut avoir une police des mœurs, ça doit se faire par des paroles douces", plaide Wahid Sarabi, venu de la ville de Hamedan, dans l'ouest de l'Iran. Sinon, dit-il, "ils risquent de détester la religion".

"En Islam, il y a un principe qui s'appelle +ordonner le bien et empêcher le mal+", poursuit-il. "Cela doit se faire en guidant (les gens), pas par la coercition, ni en frappant ou en insultant", déplore l'homme à la barbe noire soigneusement taillée.

Younis Radoui, Iranien de 36 ans originaire de Machhad, laisse aux "spécialistes" le soin de parler de la police des mœurs.

Mais il estime toutefois que "la loi en République islamique impose le respect du hijab. Et donc tous les citoyens doivent respecter la loi et le hijab".


La maison familiale de la grimpeuse iranienne démolie dans le cadre d'une polémique sur le hijab

Elnaz Rekabi a fait fi du code vestimentaire obligatoire en Iran lors d'une compétition en Corée du Sud, mais a affirmé que le hijab était tombé par inadvertance (Photo, Capture d'écran).
Elnaz Rekabi a fait fi du code vestimentaire obligatoire en Iran lors d'une compétition en Corée du Sud, mais a affirmé que le hijab était tombé par inadvertance (Photo, Capture d'écran).
Short Url
  • La maison d'Elnaz Rekabi n'avait pas de permis, selon l'agence de presse nationale
  • L'athlète a été « obligée de s'excuser » après une compétition à l'étranger

LONDRES : La maison de la grimpeuse iranienne qui a participé à une compétition à l'étranger sans porter de foulard a été démolie, selon des rapports.

Elnaz Rekabi a fait fi du code vestimentaire obligatoire en Iran lors d'une compétition en Corée du Sud, mais a affirmé que le hijab était tombé par inadvertance.

Elle a été contrainte de s'excuser, selon la BBC.

Les manifestants iraniens ont salué Rekabi, qui a été ramenée de Corée du Sud et accueillie par des dizaines de supporters à l'aéroport.

Des manifestations de grande ampleur secouent l'Iran depuis des mois suite à la mort de Mahsa Amini, Kurde de 22 ans, décédée le 16 septembre après son arrestation à Téhéran pour une prétendue infraction au code vestimentaire.

Une vidéo montrant les ruines de la maison de la famille Rekabi avec des médailles de sport sur le sol a commencé à circuler cette semaine avec Davood, le frère de Rekabi, en larmes dans le clip.

L'agence de presse Tasnim a confirmé que la maison avait été détruite, mais a précisé que cela était dû au fait que la famille de Rekabi ne disposait pas d'un permis valide pour sa construction, et que celle-ci avait eu lieu avant qu'elle ne participe à des compétitions à l'étranger.

On ne sait pas exactement quand la séquence vidéo a été tournée.

En octobre, les États-Unis ont critiqué le traitement réservé à Rekabi par le régime iranien et ont prévenu que « le monde entier observait. »

Le porte-parole du département d'État, Vedant Patel, a déclaré aux journalistes que « le régime iranien et ses dirigeants ont à leur actif une longue histoire d'abus des droits des femmes et de violation de leur liberté d'expression, notamment par le biais de menaces, d'intimidation et de violence ».

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com


Maroc: Importante manifestation contre «la vie chère et la répression» politique

Des manifestants participent à une marche appelée par la coalition du Front social marocain (FSM) pour protester contre "la flambée des prix, la répression politique et l'oppression sociale", dans la capitale Rabat, le 4 décembre 2022 (Photo, AFP).
Des manifestants participent à une marche appelée par la coalition du Front social marocain (FSM) pour protester contre "la flambée des prix, la répression politique et l'oppression sociale", dans la capitale Rabat, le 4 décembre 2022 (Photo, AFP).
Short Url
  • Cette marche nationale, l'une des plus importantes des derniers mois, a rassemblé environ 3 000 personnes dans le centre de la capitale Rabat, selon des journalistes présents, en l'absence d'estimation officielle
  • Le Maroc est revenu « au niveau de pauvreté et de vulnérabilité de 2014», à cause de la pandémie de Covid-19 et de l'inflation, selon une note récente du Haut-commissariat au Plan (HCP)

RABAT: Entre 1.200 et 3.000 Marocains ont manifesté dimanche à Rabat contre "la vie chère et la répression" politique, à l'appel d'organisations de gauche, sur fond d'accélération de l'inflation et de montée de la grogne sociale.

Cette marche nationale, l'une des plus importantes des derniers mois, a rassemblé entre 1.200 et 1.500 personnes dans le centre de la capitale, selon une estimation de la Direction générale de la Sûreté nationale (DGSN).

Des journalistes présents ont quant à eux évalué la foule à environ 3.000 protestataires.

La manifestation était organisée par le Front social marocain (FSM), qui fédère des partis politiques et des organisations syndicales de gauche.

"Le peuple veut la baisse des prix... Le peuple veut faire tomber le despotisme et la corruption", scandaient les manifestants.

"Nous sommes venus protester contre un gouvernement qui incarne le mariage de l'argent et du pouvoir et qui soutient un capitalisme monopolistique", a déclaré le coordinateur national du FSM, Younès Ferachine.

Le Maroc est revenu "au niveau de pauvreté et de vulnérabilité de 2014", à cause de la pandémie de Covid-19 et de  l'inflation, selon une note récente du Haut-commissariat au Plan (HCP).

La flambée des prix (+7,1% en octobre sur un an), les hausses du coût des carburants, des denrées alimentaires et des services, combinées à une sécheresse exceptionnelle, plombe la croissance (+0,8% seulement prévue pour 2022).

Le pouvoir d'achat des plus pauvres mais également de la classe moyenne s'en trouve particulièrement touché dans un pays qui souffre déjà de disparités sociales et territoriales.

Venus de tout le royaume, les manifestants ont également dénoncé "toutes les formes de répression" politique, anti-syndicale et contre la liberté d'expression tandis que plusieurs blogueurs et journalistes, critiques du pouvoir, sont emprisonnés.

"C'est une régression inacceptable", a estimé M. Ferachine.

Pour leur part, des militants pro-palestiniens ont fustigé la normalisation avec Israël depuis décembre 2020, qui passe mal auprès d'une bonne partie de la population. De nombreux drapeaux palestiniens étaient visibles dans le défilé.

Face aux protestations des dernières semaines, le gouvernement libéral de l'homme d'affaires Aziz Akhannouch met en avant sa "politique sociale", avec notamment une généralisation de la couverture médicale pour tous.

Plus de 10 millions de Marocains aux faibles revenus ont été admis dans ce programme depuis le début du mois.

Le gouvernement a aussi lancé en octobre un fonds souverain, doté de 4,1 milliards d'euros, afin de dynamiser l'investissement public et relancer l'économie du pays.