Le secteur du luxe continue sa croissance malgré l'actualité

Des sacs à main Hermes Luxury estimés entre 20 000 et 26 000 dollars exposés lors d'un aperçu presse avant la vente aux enchères Christie's Luxury Week, à New York, le 3 décembre 2021. (Kena Betancur / AFP)
Des sacs à main Hermes Luxury estimés entre 20 000 et 26 000 dollars exposés lors d'un aperçu presse avant la vente aux enchères Christie's Luxury Week, à New York, le 3 décembre 2021. (Kena Betancur / AFP)
Short Url
Publié le Vendredi 22 avril 2022

Le secteur du luxe continue sa croissance malgré l'actualité

  • En mars, les grands groupes mondiaux de luxe ont annoncé fermer temporairement leurs magasins en Russie mais tous s'accordent pour dire que cela a peu d'incidence sur leur chiffre d'affaires
  • La guerre en Ukraine a débouché sur une baisse de l’euro qui «n’est pas défavorable au secteur, largement exportateur»

PARIS : Guerre en Ukraine, inflation, confinements en Chine: l'actualité ne semble pas avoir infléchi les résultats du secteur du luxe dont les ventes continuent de progresser au premier trimestre 2022 après une excellente année 2021.

LVMH, numéro un mondial du luxe, a réalisé au premier trimestre 18 milliards d'euros de ventes, soit 29% de plus qu'à la même période de l'année précédente. Hermès a réalisé 2,76 milliards d'euros de chiffre d'affaires (+33%), Kering 4,96 milliards d'euros (+27%) et L'Oréal, tiré par sa division Luxe, franchit les 9 milliards (+19%). Patrizio Bertelli, PDG de Prada, dont l'exercice est décalé, a également déclaré début mars que «les premiers mois de 2022 ont été très prometteurs».

«Sur le trimestre avant fin février, il n’y avait pas la guerre en Ukraine et les confinements plus massifs en Chine (liés à la pandémie de Covid-19) ne sont apparus que depuis début mars», souligne Arnaud Cadart, gérant de portefeuille chez Flornoy.

«Le premier trimestre est bon, début avril est dans la même veine... après, ce que cela va donner dépend de beaucoup de choses, au niveau de la conjoncture sanitaire en Chine et au niveau de la conjoncture géopolitique en Europe. On peut dire +so far, so good+ (jusqu'ici tout va bien, NDLR)», a déclaré le PDG de LVMH Bernard Arnault à la presse en marge de son assemblée générale.

En mars, les grands groupes mondiaux de luxe ont annoncé fermer temporairement leurs magasins en Russie mais tous s'accordent pour dire que cela a peu d'incidence sur leur chiffre d'affaires.

«L'impact n'est pas significatif pour le groupe», selon Éric du Halgouët, directeur général finances chez Hermès, «les ventes en Russie représentent moins de 1% des ventes du groupe» qui possède trois magasins à Moscou.

Chez Kering, même ligne: «On a une exposition extrêmement limitée, inférieure à 1%», indique le directeur financier Jean-Marc Duplaix.

- «Du vent dans le dos» -

Et si 1% du chiffre d'affaires de groupes gagnant plusieurs milliards d'euros n'est pas négligeable, le manque à gagner est compensé par les marchés européens et américains en forte progression.

«L'élan sur des marchés clés tels que l'Amérique du Nord, l'Europe et le Japon se poursuit, tandis que la Chine a été assez favorable jusqu'à fin février», confirme RBC dans une note début avril.

«Aujourd’hui le monde entier est acheteur de produits de luxe et cela continue avec une clientèle toujours plus jeune, ce qui est un atout incroyable pour ce secteur», qui «a du vent dans le dos», confirme Arnaud Cadart.

UBS a mené une enquête en Chine, aux Etats-Unis et en Europe de novembre à février qui montre que «malgré l'incertitude persistante suscitée par les tensions géopolitiques, les pressions inflationnistes et pics récurrents de Covid, la consommation mondiale de luxe est restée résiliente».

«Néanmoins, depuis que l'enquête a été menée, le contexte géopolitique de plus en plus complexe et les verrouillages sélectifs en Chine» augmentent les risques, nuance UBS.

«La Chine, ce n'est pas une question de demande, la demande est là. Mais c'est une question d'évolution des restrictions sanitaires actuelles», selon Bernard Arnault.

«Nous pouvons être touchés à court terme mais nous ne sommes pas inquiets sur le long terme», avait expliqué Jean-Jacques Guiony, directeur financier de LVMH, lors d'une visioconférence. De l'expérience de 2020, le groupe a retenu qu'une fois que les restrictions sanitaires sont levées, la clientèle est de retour exactement comme avant le confinement.

Quant à l'inflation, si les groupes estiment «trop tôt» pour en évaluer les conséquences, Arnaud Cadart rappelle que le secteur «peut passer 3 à 5% de hausse de prix, ça ne fait pas peur à la clientèle».

En outre, la guerre en Ukraine a débouché sur une baisse de l’euro qui «n’est pas défavorable au secteur, largement exportateur». «Trois quarts de la planète a gagné du pouvoir d’achat en euros depuis deux mois. 80% de ce que vendent les groupes de luxe est en dehors de la zone euro, alors que le coût de production est en euros», souligne-t-il.


Après l'euphorie de 2021, la gueule de bois des marchés début 2022

Face à des taux d'inflation record, qui dépassent 8% aux Etats-Unis et dans la zone euro, les institutions garantes de la stabilité des prix sont contraintes d'agir. (AFP).
Face à des taux d'inflation record, qui dépassent 8% aux Etats-Unis et dans la zone euro, les institutions garantes de la stabilité des prix sont contraintes d'agir. (AFP).
Short Url
  • Loin des gains de 2021, l'indice élargi de la Bourse de New York S&P 500 a perdu depuis le début de l'année 18%, un semestre catastrophique
  • La dégringolade concerne également les Bourses européennes, avec des baisses d'environ 15%, sauf à Londres, sauvée par ses entreprises pétrolières

PARIS: En 2021, les Bourses étaient à la fête et ont enregistré record sur record, mais le début de l'année 2022 a été l'un des pires de l'histoire des marchés, forcés de redescendre de leur petit nuage d'argent gratuit.

"C'est incroyable de voir comment le monde a changé vite ce semestre 2022", s'étonne Charlotte de Montpellier, économiste de la banque ING.

Loin des gains de 2021, l'indice élargi de la Bourse de New York S&P 500 a perdu depuis le début de l'année 18%, un semestre catastrophique comparable aux replis enregistrés en 1974, après le premier choc pétrolier, ou en 1962, année d'un krach boursier.

Il n'y a que le deuxième semestre de 2008, en pleine crise financière, et la période de la Grande Dépression du début des années 1930 qui ont vu l'indice chuter significativement plus fortement.

La dégringolade concerne également les Bourses européennes, avec des baisses d'environ 15%, sauf à Londres, sauvée par ses entreprises pétrolières qui ont bondi avec les prix du pétrole.

Pire que le Covid-19

Marko Kolanovic, co-directeur de la recherche de JP Morgan, note qu'un portefeuille classique "a plus fléchi que pendant la pandémie de 2020 ou n'importe quelle autre crise après 2008".

En plus des actions, le prix des obligations s'est en effet effondré: un investisseur qui n'aurait misé que sur les obligations aurait perdu 9,9% au niveau mondial et même 13,5% s'il s'était concentré uniquement sur les obligations américaines, rapporte à l'AFP Paul Jackson, responsable mondial de la recherche en allocation d'actifs d'Invesco.

Sur le marché des cryptomonnaies, c'est carrément le "chaos", "l'hémorragie" ou la "chute libre" selon les analystes: le bitcoin a perdu plus de 50% depuis le début de l'année et même 70% par rapport à son sommet historique de novembre 2021.

L'humeur générale des marchés est au "sauve-qui-peut mais il n'y a pas beaucoup d'endroits où se cacher", résume Vincent Juvyns, responsable de la stratégie de marché au sein de J.P. Morgan Asset Management.

Une inflation qui accélère mois après mois, une perturbation des chaînes d'approvisionnement mondiales, des confinements en Chine, une guerre en Ukraine qui fait flamber les prix de l'énergie... autant de facteurs qui accablent en effet l'économie mondiale depuis le début de l'année.

Plus rapide hausse des taux

Face à des taux d'inflation record, qui dépassent 8% aux Etats-Unis et dans la zone euro, les institutions garantes de la stabilité des prix sont contraintes d'agir, et de façon très marquée: la quasi-totalité des principales Banques centrales ont effectué, ou prévoient d'effectuer, des hausses importantes de leurs taux directeurs.

En réaction, les taux d'intérêt sur le marché obligataire ont dû s'ajuster, et très rapidement. Le taux de la dette de l'Etat allemand à dix ans, qui fait référence pour la zone euro, a grimpé de 1,80 point de pourcentage depuis le début de l'année, passant de -0,1% à +1,7%. C'est la hausse semestrielle la plus rapide de l'histoire.

Pour le taux américain à dix ans, la remontée est également historique (+1,70 point de pourcentage), à peine moins qu'en 1984 ou en 1980, années marquées par une inflation très élevée aux Etats-Unis et des hausses de taux de la Réserve fédérale.

Avant 2022, "on était habitué depuis plusieurs années à des Banques centrales" qui soutenaient l'économie et les marchés, amenant ces derniers "dans une situation de croissance artificielle", explique à l'AFP Charlotte de Montpellier.

Pour elle, le changement de ton des Banques centrales a provoqué "un changement complet de paradigme".

L'ajustement des portefeuilles d'actifs a dû se faire de façon aussi rapide et abrupte, selon Shamik Dhar, chef économiste de BNY Mellon IM, qui estime que les marchés boursiers pourraient bien baisser encore un peu, au moins jusqu'à ce que les entreprises revoient à la baisse leurs prévisions de bénéfices. Vu le contexte actuel, "une baisse des bénéfices est inévitable", dit-il.


Walmart poursuivi pour avoir fermé les yeux sur des transferts d'argent frauduleux

L'agence regrette aussi que la chaîne de supermarchés ne propose pas de prospectus alertant les consommateurs (Photo, AFP).
L'agence regrette aussi que la chaîne de supermarchés ne propose pas de prospectus alertant les consommateurs (Photo, AFP).
Short Url
  • Le groupe propose, dans ses supermarchés des services de type Western Union ou MoneyGram
  • La FTC accuse Walmart de laisser ses salariés procéder aux virements même quand ils semblent suspicieux

NEW YORK: L'agence américaine chargée de protéger les consommateurs, la FTC, a déposé mardi une plainte contre la chaîne de supermarchés Walmart l'accusant d'avoir pendant des années fermé les yeux sur des transferts d'argent commandités par des escrocs et effectués depuis ses magasins.

Le groupe propose, en effet, dans ses supermarchés des services de type Western Union ou MoneyGram, y compris sous son propre nom, permettant à un client de faire des virements en espèces à une autre personne.

Or des charlatans parviennent régulièrement à convaincre des particuliers de leur envoyer de l'argent en utilisant du démarchage par téléphone, en se faisant passer pour le fisc ou des proches dans le besoin, etc.

La FTC accuse Walmart de laisser ses salariés procéder aux virements même quand ils semblent suspicieux, de ne pas avoir mis en place de politique contre les fraudes et d'autoriser les retraits importants en cash, selon une plainte déposée devant un tribunal de l'Illinois.

L'agence regrette aussi que la chaîne de supermarchés ne propose pas de prospectus alertant les consommateurs sur les risques de fraudes ou de formation spécifique sur le sujet.

"Alors que les escrocs utilisaient ses services de transfert d'argent pour gagner de l'argent, Walmart a détourné le regard et a empoché au passage des millions en commissions", a commenté Samuel Levine, responsable du bureau de protection des consommateurs à la FTC, dans un communiqué.

La FTC estime que Walmart a coûté des "centaines de millions de dollars" à ses clients et en demande le remboursement, en plus d'une amende.

L'entreprise dénonce pour sa part une plainte "factuellement erronée et sans fondement juridique".

Walmart prévoit "de défendre ses robustes mesures de lutte contre la fraude", selon un message posté sur son site.


Un centre de recherche Saudi Aramco pour atteindre l’objectif zéro émission d’ici à 2050

Le vice-président directeur d’Aramco, Nasir K. al-Naimi, a assisté à l’inauguration du centre de recherche Aramco, qui avait lieu à l’Université des sciences et technologies du roi Abdallah. (Photo fournie)
Le vice-président directeur d’Aramco, Nasir K. al-Naimi, a assisté à l’inauguration du centre de recherche Aramco, qui avait lieu à l’Université des sciences et technologies du roi Abdallah. (Photo fournie)
Short Url
  • Le plus grand exportateur de pétrole au monde a publié son premier rapport sur la durabilité au début du mois
  • Avec la création du centre de recherche, Aramco cherche à tirer parti des capacités de l’université dans des domaines comme les supercalculateurs et l’analyse de données

RIYAD: Saudi Aramco a lancé un nouveau centre de recherche destiné à accélérer le développement de solutions énergétiques à faible émission de carbone en utilisant des analyses avancées, au moment où le géant pétrolier cherche à mener à bien son objectif de zéro émission nette.
Inauguré aujourd’hui à l’Université des sciences et technologies du roi Abdallah, le centre de recherche Aramco recourra à l’intelligence artificielle et à l’apprentissage automatique pour perfectionner les solutions à faible émission de carbone et favoriser une économie circulaire, selon un communiqué de presse.
«Le centre de recherche Aramco offre une possibilité unique pour renforcer notre collaboration avec l’université et accélérer le développement de technologies de pointe qui contribueront à un avenir à faible émission de carbone», déclare Ahmed al-Khowaiter, directeur technique de la société.
Il ajoute que la recherche dans cette nouvelle installation aidera l’entreprise à tenir ses engagements envers les clients et les consommateurs d’énergie du monde entier, tout en soutenant son ambition d’atteindre des émissions zéro carbone d’ici à 2050.
Cette nouvelle intervient après que le plus grand exportateur de pétrole au monde a publié son premier rapport sur la durabilité au début du mois, s’engageant à réduire l’intensité de carbone d’au moins 15% à 8,7 kilogrammes de dioxyde de carbone d’ici à 2035.
Avec la création du centre de recherche, Aramco cherche à tirer parti des capacités de l’université dans des domaines comme les supercalculateurs et l’analyse de données.
Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com