Climat : les actionnaires des grands groupes favorables à l’environnement

Marche d’activistes verts du groupe Extinction Rebellion vers les bureaux de la Shell au centre de Londres le 8 septembre (Niklas Hall’en / AFP)
Short Url
Publié le Vendredi 16 octobre 2020

Climat : les actionnaires des grands groupes favorables à l’environnement

  • Les actionnaires sont toujours plus nombreux en assemblée générale à soutenir des résolutions favorables à l'environnement
  • Entre conscience écologique tardive, volonté de redorer leur image et craintes pour l'avenir de leurs portefeuilles financiers, une proportion grandissante d'investisseurs s'engage davantage

PARIS : Les cordons de la Bourse verdiraient-ils ? Les actionnaires sont toujours plus nombreux en assemblée générale à soutenir des résolutions favorables à l'environnement, augmentant la pression sur les entreprises, même si ces votes sont loin d'être majoritaires.

"Ce n'est pas une tendance toujours continue mais on observe nettement une montée en puissance" de la participation des grands gérants d'actifs aux votes pro-climat, affirme à Matt Scott, de l'organisation Proxy Insight, à Londres.

Selon les chiffres de cette société qui surveille le vote des actionnaires sur les résolutions liées à l'environnement lors des AG, 118 ont été présentées dans le monde entre juillet 2019 et juin 2020, soutenues par 19,4% des investisseurs, contre 89 résolutions et un taux moyen de soutien de 16,6% une année plus tôt.

Parmi elles, figurent des résolutions visant à mettre en conformité les actions de lobbying avec les questions climatiques ou à réduire les émissions carbone.

"Les gérants d'actifs jouent un rôle de plus en plus important" dans cette bataille, souligne Mark van Baal, fondateur de Follow This, une organisation militante néerlandaise.

Sa stratégie pour faire changer les mentalités est d'acheter des actions d'entreprises pétrolières pour ensuite voter en assemblée générale et tenter de convaincre les autres actionnaires d'en faire autant.  

 

"Voter ou vendre"

"La seule manière pour peser est de voter ou de vendre. Le reste n'est que palabre", martèle-t-il.

A son tableau de chasse, les majors pétrolières Shell, BP, Equinor, et Total. Certaines résolutions ont été soutenues par une proportion croissante d'investisseurs privés brassant des dizaines de milliards de dollars.

Passée inaperçue en mai en raison du Covid, une résolution soutenue par la Banque Postale AM, Crédit Mutuel ou Meeschaert visant à renforcer la contribution du groupe à l'atteinte de l'objectif de l'Accord de Paris de réduire le réchauffement climatique a recueilli 16,8% de votes.

"C'est efficace. Pas parce que nous obtenons une majorité mais car une minorité croissante soutient ces initiatives", argumente-t-il.

D'autres résolutions marquantes liées à l'Accord de Paris ont été soumises cette année au sein de la banque britannique Barclays, et de la japonaise Mizuho.

Entre conscience écologique tardive, volonté de redorer leur image et craintes pour l'avenir de leurs portefeuilles financiers, une proportion grandissante d'investisseurs s'engage davantage.

"Si vous allez voir ces gens autour d'une tasse de café dans un endroit très chic en disant qu'il faut que cela bouge, il ne se passe rien", confie Jean-Philippe Desmartin, responsable de l'investissement responsable chez Edmond de Rothschild AM, en référence aux groupes pétroliers.

"On a un dialogue continu, mais on veut, pour que cela avance, que cela passe aussi par des dynamiques plus fortes" ajoute le gérant.

D'autant que les conséquences dramatiques du Covid-19 sur l'économie ont rappelé l'urgence de la situation.

"On est beaucoup plus vulnérables aux risques (de catastrophes, ndlr) qu'on ne le croyait", souligne Helena Vines Fiestas, Responsable Stewardship & Policy de BNP Paribas AM, estimant que l'impact observé du Covid-19 laisse présager pire "par rapport au climat".

 

Blackrock, mauvais élève

Tous les investisseurs ne jouent toutefois pas la même partition.

Souvent cité comme mauvais élève, le plus grand gérant d'actifs au monde avec 7.800 milliards de dollars, Blackrock, est accusé d'avoir régressé dans sa politique de vote, quelques mois seulement après un plaidoyer remarqué de son patron Larry Fink sur le climat.

Seulement 13% de résolutions pro-environnement ont été soutenues par le groupe cette année, contre 20% en 2019, selon Proxy Insight.

Le géant financier a récemment affirmé à l'AFP tenir compte dans ses choix de vote de l'importance de la bonne gouvernance de l'entreprise, et avoir déjà en place des programmes sur le climat.

"Beaucoup d'investisseurs, comme beaucoup de parents, confondent une bonne relation avec le fait de toujours céder", critique cependant Mark van Baal.

L'exemple Blackrock met en lumière une autre tendance, le fait que les gérants d'actifs européens s'engagent davantage que leurs concurrents américains. Un phénomène dont s'inquiète l'ONG britannique ShareAction, notant dans une étude fin 2019 que les vingt plus grands acteurs américains contrôlent environ 35% des actifs sous gestion dans le monde.

En Europe, "la pression réglementaire est beaucoup plus importante qu'aux Etats-Unis, où la pression vient avant tout de la population", décrypte Marie Sybille Connan, senior analyste ESG pour Allianz Global Investors. (AFP)

 


American Airlines ouvre les portes du Boeing 737 MAX pour dissiper les peurs

American Airlines cherche à prouver que l'avion 737 MAX de Boeing est sûr pour les passagers après avoir été immobilisé après deux accidents à cinq mois d'intervalle. (AFP)
Short Url
  • Cet avion, qui représentait plus de deux-tiers du carnet de commandes de Boeing avant les accidents, avait été cloué au sol dans le monde entier en mars 2019 après deux accidents rapprochés ayant fait au total 346 morts
  • L'opération de charme a commencé mardi avec un vol à bord duquel Doug Parker, le PDG d'American Airlines, et son épouse avaient pris place

DALLAS : American Airlines va opérer mercredi un vol du Boeing 737 MAX avec à bord des journalistes pour tenter de dissiper les peurs et convaincre de la sûreté de cet avion, dont l'interdiction de vol a été levée récemment aux Etats-Unis, au grand dam de familles de victimes.

Ce vol promotionnel, auquel a été convié l'AFP, doit décoller vers 10H, heure locale (16H GMT) et reliera Dallas (Texas) à Tulsa (dans l'Oklahoma), selon les informations fournies par la compagnie aérienne, qui a prévu de faire revoler le 737 MAX fin décembre aux Etats-Unis.

Cet avion, qui représentait plus de deux-tiers du carnet de commandes de Boeing avant les accidents, avait été cloué au sol dans le monde entier en mars 2019 après deux accidents rapprochés ayant fait au total 346 morts.

Les autorités américaines et brésiliennes ont donné en novembre leur feu vert respectif pour sa remise en service après plusieurs modifications de l'appareil et la mise en place d'une formation spécifique pour les pilotes.

L'Union européenne devrait leur emboîter le pas d'ici fin janvier 2021, tandis que la Chine entretient pour le moment le mystère sur ses intentions.

American Airlines prévoit son premier vol commercial dès le 29 décembre, aux Etats-Unis.

Mais pour attirer et rassurer la clientèle sur la fiabilité de l'appareil, qui a subi la plus longue immobilisation au sol de l'histoire de l'aviation civile, la compagnie s'est lancé dans une stratégie de communication active.

L'opération de charme a commencé mardi avec un vol à bord duquel Doug Parker, le PDG d'American Airlines, et son épouse avaient pris place.

Trois autres vols avec des employés de la compagnie aérienne sont en outre prévus avant la reprise des vols commerciaux, a indiqué à l'AFP une porte-parole. 

L'avion est déjà passé par plusieurs milliers d'heures de vols d'essai aux mains de spécialistes du secteur aérien. Le patron de l'agence américaine de l'aviation, Steve Dickson, a lui-même pris les commandes de l'appareil fin septembre.

La principale modification réclamée par les régulateurs concerne le logiciel de commandes de vol MCAS, que les pilotes des vols de Lion Air, le 29 octobre 2018, et d'Ethiopian Airlines, le 10 mars 2019, n'ont pas réussi à maîtriser.

Insuffisant, pour les familles

D'autres logiciels doivent aussi être changés, tout comme le repositionnement de certains câbles. 

Boeing a prévu de mettre en place un centre d'opérations qui surveillera tous les vols en temps réel. 

Mais pour les familles des victimes, c'est insuffisant. Elles estiment qu'il y a encore des problèmes techniques à corriger et déconseillent de monter à bord.

«Le 737 MAX est un avion qui a des défauts», fustige, dans un communiqué transmis par le cabinet d'avocats américain Clifford, Ike Riffel, qui a perdu deux de ses fils, Melvin et Bennett, dans la tragédie du 737 MAX d'Ethiopian Airlines. 

Pour Michael Stumo, qui a perdu sa fille Samya, 24 ans, dans le même crash, «ce vol promotionnel a été arrangé par l'équipe marketing d'American Airlines simplement parce que la compagnie a commis une erreur en achetant beaucoup plus de MAX que quasiment toute autre compagnie».

American Airlines était en effet le deuxième plus gros client du Boeing 737 MAX avant les accidents avec 24 exemplaires en service, derrière Southwest (34 unités).

Si Boeing a enregistré des annulations de commandes depuis les accidents, l'avionneur pourrait voir arriver de nouveaux contrats.

Le transporteur irlandais Ryanair pourrait ainsi annoncer jeudi une commande de 737 MAX, ont indiqué à l'AFP mercredi des sources industrielles sous couvert d'anonymat.

La compagnie et Boeing se sont refusés à tout commentaire.

 


Les commerces britanniques face à une crise historique

Un magasin de vêtements Topman à volets, exploité par Arcadia, dans le centre de Londres, le 30 novembre 2020 (AFP)
Short Url
  • Les grands magasins, avec la disparition de la vénérable chaîne Debenhams, et l'habillement, avec les déboires de Topshop, sont les derniers exemples en date cette semaine de ces bouleversements, qui affectent des dizaines de milliers d'emplois
  • Les enseignes de vêtements y sont très nombreuses et leur destin est souvent lié aux chaînes de grands magasins dont les imposants bâtiments sont des lieux incontournables des rues commerçantes

LONDRES : Dépassés par internet et accablés par la pandémie, les commerces physiques au Royaume-Uni traversent une crise historique, au prix de faillites en cascade et d'un changement de physionomie des centres-villes.

Les grands magasins, avec la disparition de la vénérable chaîne Debenhams, et l'habillement, avec les déboires de Topshop, sont les derniers exemples en date cette semaine de ces bouleversements, qui affectent des dizaines de milliers d'emplois.

Un paysage de moins en moins encombré

Le Royaume-Uni est historiquement un pays où les empires commerciaux sont légion, se livrant une vive concurrence.

Les enseignes de vêtements y sont très nombreuses et leur destin est souvent lié aux chaînes de grands magasins dont les imposants bâtiments sont des lieux incontournables des rues commerçantes.

Il faut remonter à la fin du XVIIIe siècle pour trouver les origines de Debenhams, qui a entamé sa liquidation cette semaine.

Ce modèle de magasins n'est plus dans l'air du temps, comme l'ont montré ces dernières années les retentissantes faillites de BHS et House of Fraser, ce dernier ayant été racheté par le milliardaire Mike Ashley avec un groupe renommé Frasers Group.

«Frasers Group et Marks & Spencer pourraient être les dernières chaînes de grands magasins importantes à tenir debout dans les centres-villes», remarque Susannah Streeter, analyste chez Hargreaves Lansdown.

Erreurs de gestion et ventes en ligne 

Les déboires de ces commerces débutent bien souvent par des gestions hasardeuses de la part de propriétaire attirés par la course au profit.

Le groupe Arcadia, qui brillait il y a encore quelques années grâce à la renommée de son enseigne de prêt-à-porter Topshop, a souffert d'un sous-investissement chronique.

Les marques se sont éloignées des clients et ont raté le virage numérique.

Le propriétaire d'Arcadia, le controversé homme d'affaires Philip Green, a longtemps préféré prélever des dividendes généreux pour financer son train de vie de milliardaire.

Certaines enseignes ont ouvert des magasins à tour de bras, comme Debenhams après une introduction en Bourse en 2006, ce qui s'est retourné contre elles quand la fréquentation a baissé et que les loyers sont devenus trop élevés.

Elles ont été prises de vitesse ensuite par les achats sur internet, avec l'essor d'enseignes spécialisées dans la vente de vêtements en ligne comme Boohoo.

Ironie de l'histoire, le site internet de Debenhams a connu des problèmes techniques mercredi face à l'afflux de clients en quête de bonnes affaires avec l'écoulement des stocks.

 Le coup de grâce de la pandémie 

Debenhams, Arcadia, la branche britannique de la marque de lingerie Victoria's Secret, la chaîne de vêtements et articles pour la maison Laura Ashley ou celles d'habillement Peacocks, Jaeger, Oasis et Warehouse, la liste des victimes est longue.

Mercredi matin, Bonmarché, spécialisée dans les vêtements pour les femmes, a à son tour déposé le bilan.

Ces enseignes, déjà fragilisées, n'ont pas pu se relever de la fermeture forcée des commerces non essentiels pendant le confinement du printemps face à la crise sanitaire.

Pour Gordon Fletcher, professeur à l'école de commerce de l'Université de Salford, il faut s'attendre à d'autres faillites après Noël, une période cruciale pour les commerces.

Selon des chiffres du Centre for Retail Research, le commerce britannique a perdu 158.000 emplois depuis le début de l'année, sans compter les faillites de cette semaine.

Centres-villes chamboulés 

Si les artères commerçantes de Londres, comme Oxford Street, devraient rester des lieux attractifs pour les touristes, il n'en est pas de même dans de nombreuses villes.

Là, les rues commerçantes sont peu à peu défigurées avec les rideaux définitivement baissés et les locaux vacants.

«Nous ferons tout ce que nous pouvons pour relancer les centres-villes de ce pays», notamment avec un fond dédié d'un milliard de livres, a promis mercredi à la chambre des Communes le Premier ministre Boris Johnson.

Certaines municipalités tentent d'y construire des logements ou des espaces de loisirs.

M. Fletcher envisage lui par exemple la possibilité d'ouvrir les grands magasins aux marques plus locales.

«Le plus grand espoir réside dans l'utilisation des centres-villes pour autre chose que le commerce. Il y a déjà des salles de sports qui ont remplacé des distributeurs, mais cela peut aller beaucoup plus loin», selon lui.


L'Autorité monétaire saoudienne rebaptisée selon des règles modernes

Plus qu'un changement de nomenclature, la nouvelle loi élargit le mandat de la Banque centrale et modifie sa composition et ses rapports hiérarchiques (Photo, Fayez NURELDINE/AFP).
Short Url
  • Le changement de marque du régulateur financier saoudien a été effectué conformément aux meilleures pratiques internationales
  • Cette transformation jouera un rôle clé dans la réalisation de l’objectif du gouvernement de faire du Royaume un centre économique qui ne dépende pas des revenus pétroliers

Le roi Salmane a récemment approuvé une loi visant à changer le nom de l'Autorité monétaire saoudienne (Sama) en Banque centrale saoudienne.

C'est plus qu'un changement de nomenclature, car la nouvelle loi élargit le mandat de la Banque centrale et modifie sa composition et ses rapports hiérarchiques.

Le changement de marque du régulateur financier saoudien a été effectué conformément aux meilleures pratiques internationales. La législation a élargi le rôle de la Banque centrale pour garantir la stabilité monétaire, instiller la confiance dans le secteur financier et jouer un rôle proactif dans la transformation économique du Royaume.

Les Banques centrales du monde entier sont essentiellement responsables de la formulation et de la mise en œuvre des politiques monétaires d’un État et de l’émission de devises.

Avant l'adoption de la loi, la Sama était chargée de prendre toutes ces mesures, mais en raison de l'évolution rapide du monde des affaires et de la finance et de l'avènement de la technologie financière (fintech), de nouvelles lois et mécanismes sont nécessaires pour suivre le rythme du reste du monde.

L'innovation est essentielle dans l'environnement commercial international moderne et les dernières technologies nécessitent de nouveaux mécanismes, une plus grande transparence et une exécution rapide des plans.

En d'autres termes, les changements ne visaient pas à redéfinir la fonction de base ou le statut obligatoire de l'Autorité monétaire. Le rôle de l'organe a été en réalité élargi et renforcé.

Les Banques centrales à l'échelle mondiale jouent un rôle majeur en influençant le comportement de consommation des membres de la société, en imposant des frais, en offrant des incitations et certaines garanties.

En vertu de la législation, la nouvelle Banque centrale saoudienne sera directement liée au monarque, jouira d'une totale indépendance financière et de gestion et sera chargée de définir et de gérer la politique monétaire.

Les relations entre la banque, le gouvernement et d’autres organisations et organes internationaux importants sont décrites dans la loi, qui définit également un cadre pour régir les opérations et les décisions de la banque.

Tous ces changements assureront un développement remarquable des politiques de gestion des changes de l’État et des mécanismes de gestion de l’or et des obligations gouvernementales.

Plus important encore, cette transformation jouera un rôle clé dans la réalisation de l’objectif du gouvernement de faire du Royaume un centre économique qui ne dépende pas des revenus pétroliers.

La nouvelle loi se concentre sur le maintien du plus haut degré de transparence afin de garantir un système monétaire infaillible qui sera en mesure de faire face à l’évolution rapide des réalités du monde des affaires moderne.

En conséquence de la nouvelle législation, les mécanismes de responsabilisation et la surveillance stricte de toutes les politiques et réglementations connexes seront réévalués pour éliminer toute lacune.

En plus de cette décision, l'Arabie saoudite a pris plusieurs autres mesures pour moderniser son secteur financier et commercial. Le changement de marque de l'Autorité monétaire nécessite également la formation de jeunes talents pour aider le Royaume à atteindre ses objectifs économiques.

 

NDLR: Les opinions exprimées dans cette rubrique par leurs auteurs sont personnelles, et ne reflètent pas nécessairement le point de vue de Arab News.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com