Maroc: les bénéfices des groupes pétroliers rallument la polémique

Le Premier ministre marocain Aziz Akhannouch prend la parole lors de la session du segment de haut niveau du One Ocean Summit, dans la ville portuaire de Brest, dans le nord-ouest de la France, le 11 février 2022. (AFP)
Le Premier ministre marocain Aziz Akhannouch prend la parole lors de la session du segment de haut niveau du One Ocean Summit, dans la ville portuaire de Brest, dans le nord-ouest de la France, le 11 février 2022. (AFP)
Short Url
Publié le Dimanche 24 avril 2022

Maroc: les bénéfices des groupes pétroliers rallument la polémique

  • Pour la première fois depuis la guerre en Ukraine, M. Akhannouch a dû s'expliquer, la semaine passée devant le Parlement, sur la hausse brutale des prix des denrées alimentaires et des carburants
  • Sous pression, son gouvernement a débloqué une enveloppe de 200 millions d'euros en faveur des transporteurs routiers afin d'apaiser leur colère

RABAT : La flambée des prix des carburants au Maroc a ravivé une polémique sur les conflits d'intérêts entre milieux des affaires et monde politique, exposant le Premier ministre Aziz Akhannouch, magnat du pétrole, à de vives critiques.

Pour la première fois depuis la guerre en Ukraine, M. Akhannouch a dû s'expliquer, la semaine passée devant le Parlement, sur la hausse brutale des prix des denrées alimentaires et des carburants (14 dirhams le litre de gazole à la pompe, soit 1,32 EUR, un record face à un salaire minimum mensuel à peine supérieur à 260 euros). 

Au coeur du débat parlementaire: une demande de plafonnement des marges "exorbitantes" des distributeurs de carburants. 

Sur la défensive, M. Akhannouch, un businessman ayant bâti sa fortune sur la distribution des hydrocarbures, a qualifié de "mensonges" les profits "énormes" dénoncés par des députés, assurant qu'ils sont "quasiment les mêmes depuis 1997". 

Si son poste n'est pas menacé, le Premier ministre est sur la sellette en raison de sa double casquette de dirigeant politique et d'actionnaire principal d'Afriquia, leader sur le marché local des hydrocarbures avec Total et Shell. 

Sous pression, son gouvernement a débloqué une enveloppe de 200 millions d'euros en faveur des transporteurs routiers afin d'apaiser leur colère. 

Les prix à la consommation (+3,3% pour janvier et février 2022 sur un an) vont continuer de grimper à "des niveaux supérieurs à la moyenne de la dernière décennie", a averti le Haut Commissariat au plan (HCP). 

Résultat: le moral des ménages marocains enregistre depuis le début de l'année "son niveau le plus bas depuis 2008", selon le HCP.

«Paix sociale»

Ce n'est pas la première fois que le Maroc, dépendant des importations d'hydrocarbures, traverse pareille crise mais jusqu'en 2015 l'Etat subventionnait l'essence et le gazole à la pompe. 

Gage de "paix sociale" pendant des décennies, cette subvention a été enterrée en 2015 en raison de son coût élevé pour les caisses de l'Etat. 

A l'époque, le gouvernement envisageait de la compenser par une aide financière mensuelle directe aux plus démunis, un soutien qui n'a jamais vu le jour. 

En 2018, trois ans après la libéralisation du marché, un scandale éclate: dans un rapport parlementaire, les distributeurs de carburants sont accusés d'engranger des marges "excessives", sur fond de dénonciations de la vie chère sur les réseaux sociaux.

Patron d'Afriquia et ministre de l'Agriculture, Aziz Akhannouch se retrouve au banc des accusés, personnifiant la collusion entre le monde des affaires et la classe dirigeante. 

Saisi de l'affaire, le Conseil de la concurrence conclut en juillet 2020 à une entente entre géants pétroliers. Des amendes tombent sur le trio Afriquia, Total et Shell à hauteur de 9% de leurs chiffres d'affaires annuels.

Mais accusé d'irrégularités dans la procédure, le président du Conseil, Driss Guerraoui, est limogé par le roi Mohammed VI. Les sanctions ne seront pas appliquées.

«Conflit d'intérêt»

Depuis la libéralisation, les profits des distributeurs ont atteint "plus de 45 milliards de dirhams (4,25 mds EUR) jusqu'en 2021", s'indigne Hussein El Yamani, délégué de la Confédération démocratique du travail (CDT).

"Qu'importent l'origine de la flambée du cours du baril, une guerre, une pénurie, une pandémie, les distributeurs prélèvent leur bénéfice comme si de rien n'était", dénonçait récemment l'hebdomadaire TelQuel. 

Titrant sur "Le jeu ambigu d'Akhannouch", ce journal a illustré sa Une avec deux portraits, l'un sérieux et l'autre souriant, ainsi légendés: "Chef de gouvernement passif" et "Businessman heureux".

"Le conflit d'intérêt est patent au sein du gouvernement", estime l'économiste Mohamed Benmoussa cité par TelQuel.

L'exécutif est également critiqué pour son "incapacité" à redémarrer la seule raffinerie du royaume, implantée à Mohammedia, en liquidation depuis 2018.

Pour le syndicaliste El Yamani, il faut soit la nationaliser, soit faciliter son rachat.

Sa remise en marche "fera baisser les prix de plus d'un dirham le litre", plaide-t-il, étant donné que "le pétrole brut importé est moins cher (que le raffiné) et que ses capacités de stockage sont supérieures à celles des sociétés pétrolières".

Mais le gouvernement Akhannouch ne montre, jusqu'à présent, aucune volonté de répondre à cet appel.  


L'Arabie saoudite s'apprête à accueillir un million de pèlerins pour le hajj

Des fidèles musulmans arrivent à la Grande Mosquée dans la ville sainte de La Mecque, en Arabie saoudite, le 2 juillet 2022. (AFP).
Des fidèles musulmans arrivent à la Grande Mosquée dans la ville sainte de La Mecque, en Arabie saoudite, le 2 juillet 2022. (AFP).
Short Url
  • L'Arabie saoudite va accueillir un million de musulmans pour le grand pèlerinage annuel, dont 850 000 de l'étranger, pour la première fois depuis 2019
  • L'un des cinq piliers de l'islam, le hajj consiste en une série de rites sur cinq jours devant être accomplie à la Mecque et dans la région avoisinante par tous les musulmans qui en ont la possibilité

LA MECQUE : Les rues de La Mecque, la ville la plus sacrée de l'islam, en Arabie saoudite, grouillent de pèlerins venus du monde entier pour accomplir le hajj, qui commence mercredi, après deux ans de restrictions drastiques en raison de la pandémie du Covid-19.

L'Arabie saoudite va accueillir un million de musulmans pour le grand pèlerinage annuel, dont 850 000 de l'étranger, pour la première fois depuis 2019.

"C'est le bonheur absolu", dit à l'AFP Abdel Qader Kheder, un pèlerin soudanais. "Je n'arrive presque pas à croire que je suis là. Je profite de chaque instant".

En 2021, pour limiter la propagation du virus, seuls 60 000 résidents d'Arabie saoudite avaient été autorisés à faire le pèlerinage et à peine un millier l'année précédente - contre 2,5 millions de musulmans du monde entier en 2019.

L'un des cinq piliers de l'islam, le hajj consiste en une série de rites sur cinq jours devant être accomplie à la Mecque et dans la région avoisinante par tous les musulmans qui en ont la possibilité, au moins une fois dans leur vie.

La Grande Mosquée sera lavée 10 fois par jour

Alors que les cas de contamination au Covid-19 remontent en flèche dans le monde, notamment au Moyen-Orient, le rassemblement d'un million de personnes n'est pas sans risques.

Les autorités saoudiennes, qui avaient annoncé en juin l’abandon du port du masque dans la plupart des espaces fermés, ont précisé qu'il serait toujours exigé dans la Grande Mosquée de La Mecque entourant la Kaaba, une structure cubique noire vers laquelle les musulmans se dirigent pour prier.

Le hajj est réservé cette année aux personnes vaccinées âgées de moins de 65 ans.

Les pèlerins venant de l'étranger doivent également présenter un résultat négatif au test PCR Covid-19 effectué dans les 72 heures précédant le voyage.

La Grande Mosquée sera "lavée 10 fois par jour, par plus de 4000 travailleurs et travailleuses, et plus de 130.000 litres de désinfectant seront utilisés à chaque opération", ont indiqué les autorités.


L'ambassadeur saoudien en Chine visite le Centre de recherche et de connaissances en intercommunication

Le Centre de recherche et de connaissances en intercommunication est l'un des centres de recherche les plus importants du monde arabe pour les études chinoises (Photo, SPA).
Le Centre de recherche et de connaissances en intercommunication est l'un des centres de recherche les plus importants du monde arabe pour les études chinoises (Photo, SPA).
Short Url
  • Al-Harbi a rencontré le chef du Centre, le Dr Yahya Mahmoud ben Junaid, ainsi que plusieurs chercheurs
  • Lors de la rencontre, Al-Harbi et Ben Junaid ont discuté de l'importance des relations entre l'Arabie saoudite et la Chine

RIYAD: L'ambassadeur saoudien en Chine, Abdulrahman ben Ahmed al-Harbi, s'est rendu dimanche au Centre de recherche et de connaissances en intercommunication, à Riyad, a rapporté l'Agence de presse saoudienne (SPA).

Il s’agit de l'un des centres de recherche les plus importants du monde arabe pour les études chinoises.

Al-Harbi a rencontré le chef du Centre, le Dr Yahya Mahmoud ben Junaid, ainsi que plusieurs chercheurs.

Ben Junaid a expliqué à Al-Harbi le rôle que joue le Centre dans la préparation d'études sur la Chine et la traduction en mandarin d'ouvrages saoudiens publiés en Chine.

Il [lui] a également présenté l'unité d'études chinoises qui comprend un groupe d'élite de chercheurs saoudiens.

Lors de la rencontre, Al-Harbi et Ben Junaid ont discuté de l'importance des relations entre l'Arabie saoudite et la Chine, de l'évolution des groupes de réflexion et du rôle que joue l'ambassade d'Arabie saoudite en Chine dans l'approfondissement et le développement de ces relations au profit des deux pays.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Jacques Bouthier: Au Maroc, les présumées victimes subissent une campagne d'intimidation

Les plaignantes prennent la parole lors d'une conférence de presse organisée par l'Association marocaine pour les droits des victimes à Tanger (Photo, AFP).
Les plaignantes prennent la parole lors d'une conférence de presse organisée par l'Association marocaine pour les droits des victimes à Tanger (Photo, AFP).
Short Url
  • Les plaignantes affirment subir de fortes pressions de la part de l’entourage de jacques Bouthier
  • Les présumées victimes tangéroises sont décidées à aller jusqu’au bout de la procédure

CASABLANCA: Après avoir déposé plainte le 17 juin pour harcèlement sexuel contre l’ex-patron du groupe de courtage d’assurance Assu 2000 les plaignantes affirment subir de fortes pressions de la part de l’entourage de jacques Bouthier, poursuivi et écroué pour traite d’êtres humains et viols sur mineurs.

Après avoir porté l’affaire en justice en ayant saisi le procureur du Roi à Tanger, les présumées victimes ont également souhaité briser le silence médiatique en s’exprimant, pour certaines, face caméra. Elles se disent, aujourd’hui, harcelées et intimidées par l’entourage de l'une des grandes fortunes de l'Hexagone qui n'en est pas à sa première affaire de harcèlement.

Tanger

Jacques Bouthier est soupçonné d’avoir entretenu un système de prédation sexuelle dans son centre d’appel de Tanger. En effet, les présumées victimes ont immédiatement été présentées au patron du groupe après leur recrutement par les ressources humaines.

Selon Khamisse un ex-manager chez Assu 2000 à Tanger, Jacques Bouthier choisissait ses cibles présumées parmi les jeunes employées âgées de 18 à 24 ans qui ne s’expriment pas avec aisance en français. Dans une vidéo virale diffusée sur youtube, il explique que l’ex-PDG choisissait les filles sur place, il passait ensuite l’information à l’un de ses responsables pour que celui-ci gère l’affaire pour lui en prenant contact avec les intéressées.

Plainte

Les présumées victimes tangéroises sont décidées à aller jusqu’au bout de la procédure. Les quatre plaignantes, âgées de 26 à 28 ans, ont signé une procuration au nom de l’Association marocaine des droits des victimes qui a déposé plainte auprès du procureur général. En plus de la procédure judiciaire en France portant peu où prou, sur les mêmes chefs d’accusations, Jacques Bouthier est également poursuivi au Maroc pour «traite d'êtres humains», «harcèlement sexuel» et «violences verbales et morales». Selon les avocates de l’association en charge du dossier, les faits reprochés à l’ex-patron se seraient produit entre 2018 et 2022.

Lors d’une conférence de presse organisée avec la participation des présumées victimes, les jeunes femmes ont évoqué, non sans émotion, le harcèlement systématique, les menaces et les intimidations qu’elles auraient subies dans un contexte de précarité sociale pour certaines d’entre elles. 

L’une des plaignantes a affirmé avoir été licenciée après avoir refusé les avances de Jacques Bouthier. Une autre a expliqué qu’elle était considérée comme un bout de viande par le multimillionnaire qui procédait avec la complicité de plusieurs autres salariés du groupe. 

Depuis, même incarcéré, le système mis en place par l'entourage de Jacques Bouthier perdure et tente d'imposer l'omerta en essayant d'acheter le silence des plaignantes selon le témoigne de l'une d'entre elles. 

Âgé de 75 ans, le chef d’entreprise a été mis en examen en mai dernier avec cinq autres personnes, à l’issue d’une enquête préliminaire ouverte mi-mars en France.

L’ex-roi des assurances déchu est aussi poursuivi pour association de malfaiteurs en vue de commettre le crime d’enlèvement et séquestration en bande organisée, ainsi que détention d’images pédopornographiques.