La RATP retire des bus électriques Bolloré de la circulation après deux incendies à Paris

Un autobus électrique de la ligne 71 a pris feu vers 08H05 vendredi à proximité de l'arrêt Bibliothèque François-Mitterrand, dans le XIIIe arrondissement de la capitale (Photo, AFP).
Un autobus électrique de la ligne 71 a pris feu vers 08H05 vendredi à proximité de l'arrêt Bibliothèque François-Mitterrand, dans le XIIIe arrondissement de la capitale (Photo, AFP).
Short Url
Publié le Vendredi 29 avril 2022

La RATP retire des bus électriques Bolloré de la circulation après deux incendies à Paris

  • Le 4 avril, un incendie s'était déclaré pour une raison indéterminée à bord d'un autobus électrique similaire alors qu'il circulait boulevard Saint-Germain, dans le Ve arrondissement
  • Personne n'avait été blessé mais le véhicule avait été détruit

PARIS : La RATP a retiré de la circulation vendredi, "par mesure de précaution", 149 autobus électriques fournis par Bolloré, soit près d'un tiers de sa flotte électrique, après deux incendies en pleine rue à Paris.

Un autobus électrique circulant sur la ligne 71 a pris feu vers 08H05 vendredi avenue de France à proximité de l'arrêt Bibliothèque François-Mitterrand, dans le XIIIe arrondissement de la capitale.

Une impressionnante vidéo, tirée d'une caméra de surveillance, montre le bus à l'arrêt, en retrait de son terminus, avec la mention "Sans voyageur". Une petite explosion agite le toit, suivie d'un dégagement de fumée puis d'un véritable feu d'artifice, avec une colonne de flammes qui s'élève vers le ciel. Tout se passe très vite.

"Le machiniste a été pris en charge par son encadrement", a indiqué la RATP dans un communiqué, précisant que l'incendie n'a pas fait de blessé.

"Cependant, s'agissant du deuxième incendie sur un bus électrique récent d'une même série Bluebus 5SE de la marque Bolloré en moins d'un mois, la RATP a pris la décision par mesure de précaution, en liaison avec Ile-de-France Mobilités, de retirer temporairement de l'exploitation les 149 bus électriques de cette série", a-t-elle annoncé.

Le 4 avril, un incendie s'était déclaré pour une raison indéterminée à bord d'un autobus électrique similaire alors qu'il circulait sur la ligne 86 boulevard Saint-Germain, dans le Ve arrondissement. Personne n'avait été blessé mais le véhicule avait été détruit.

Ce retrait, le temps de l'enquête, "est le choix le plus raisonnable, pour s'assurer qu'il n'y a pas de défaillance similaire sur d'autres véhicules", a réagi le ministère des Transports.

"Nous sommes en contact avec la RATP, et nous suivrons les résultats de l'enquête avec attention", a ajouté un porte-parole.

L'autorité régionale des transports Ile-de-France Mobilités, présidée par Valérie Pécresse, a immédiatement demandé à la RATP de faire "toute la lumière" sur ces incendies "et de prendre toutes les mesures de précaution nécessaires", selon une porte-parole.

Qualifiant l'incident de "préoccupant", l'Association des usagers des transports/FNAUT Ile-de-France a elle aussi réclamé dans un tweet des "actions correctrices rapides de la part du constructeur".

Demande d'expertise complète

"Ce n'est pas un sujet bus électrique, c'est un sujet bus Bolloré sur cette série", a assuré un porte-parole de la RATP.

Le groupe public dispose de 149 bus de ce modèle fourni par Blue Solutions, une société du groupe Bolloré. Son parc électrique comprend 500 véhicules fournis par Alstom, Bolloré et Heuliez (Iveco), sur 4.700 autobus au total, exploités depuis 2016 "sans incident majeur" jusqu'à présent. La Régie a par ailleurs commandé 451 bus électriques supplémentaires à Iveco, Bolloré et Irizar. 

"La RATP a demandé une expertise complète au constructeur Bolloré afin de donner les explications sur les causes de ces incidents et proposer un plan d'action pour permettre une remise en exploitation de ces bus en toute sécurité", a-t-elle expliqué dans un communiqué.

"Toutes les équipes de Bluebus sont mobilisées pour coopérer activement avec la RATP et les organismes compétents afin notamment de déterminer l'origine du sinistre", a réagi la filiale de Bolloré dans un bref message à l'AFP.

Vendredi matin, l'incendie a dégagé une épaisse fumée noire et une forte odeur de plastique brûlé dans le quartier, a constaté un journaliste de l'AFP. Une trentaine de pompiers et une quinzaine d'engins ont été dépêchés pour éteindre l'incendie, selon les pompiers de Paris.

"Les sapeurs-pompiers sont très rapidement intervenus", a confirmé la RATP, et par mesure de sécurité, la station Bibliothèque François Mitterrand, située à proximité, a été fermée pendant deux heures.

Des incendies de bus électriques sont régulièrement signalés dans la presse spécialisée, même s'ils restent rares. Ils surviennent généralement pendant le rechargement des batteries, la nuit, au dépôt. 

Un bus électrique sans passagers a pris feu vendredi matin à Carcassonne (Aude) au niveau d'un pont SNCF que le conducteur "a accroché" en voulant éviter un véhicule. "C'est sa batterie en lithium qui a pris feu", a indiqué la préfecture.

"Il n'y a pas eu de blessé, hormis le conducteur qui a dans un premier temps essayé d'éteindre les flammes et a été incommodé par les fumées", ont souligné les pompiers, cependant que le trafic ferroviaire a été interrompu pendant plusieurs heures sur l'axe Toulouse-Narbonne.


Retraites: Mélenchon appelle Macron à devenir «raisonnable»

Le leader du parti de gauche français La France Insoumise (LFI), Jean-Luc Mélenchon, s'adresse aux médias lorsqu'il participe à une assemblée générale des travailleurs ferroviaires avant le début du troisième jour des manifestations contre une réforme des retraites largement impopulaire à la gare de Lyon à Paris, le 7 février 2023. (Photo, AFP)
Le leader du parti de gauche français La France Insoumise (LFI), Jean-Luc Mélenchon, s'adresse aux médias lorsqu'il participe à une assemblée générale des travailleurs ferroviaires avant le début du troisième jour des manifestations contre une réforme des retraites largement impopulaire à la gare de Lyon à Paris, le 7 février 2023. (Photo, AFP)
Short Url
  • Emmanuel Macron «essaie de commencer son nouveau quinquennat par un coup de force en montrant que c'est lui le patron», a assuré Mélenchon
  • Le débat sur le projet de réforme des retraites a débuté lundi à l'Assemblée nationale, où le gouvernement ne dispose pas d'une majorité absolue

PARIS: Les macronistes "sont de plus en plus seuls et nous sommes des millions", ont clamé les dirigeants de la Nupes mardi au départ de la manifestation parisienne contre la réforme des retraites, tandis que le leader de La France insoumise Jean-Luc Mélenchon a appelé Emmanuel Macron à devenir "raisonnable".

"Sauf s'il est devenu totalement autoritaire, dans une démocratie, à un moment donné, il faut bien que quelqu'un soit raisonnable et c'est forcément lui qui doit le devenir puisque c'est lui qui a la responsabilité d'avoir créé de toutes pièces ce conflit", a déclaré M. Mélenchon à la presse sur un piquet de grève à la gare de Lyon, à Paris.

Emmanuel Macron "essaie de commencer son nouveau quinquennat par un coup de force en montrant que c'est lui le patron", a-t-il assuré, accusant le président d'entreprendre la réforme des retraites pour des "raisons totalement artificielles".

Pour M. Mélenchon, cette semaine sera "la grande semaine", "puisque se combinent la mobilisation de rue (...) avec la bataille parlementaire".

Le débat sur le projet de réforme des retraites a débuté lundi à l'Assemblée nationale, où le gouvernement ne dispose pas d'une majorité absolue.

Les dirigeants de la coalition de gauche Nupes se sont retrouvés en début d'après-midi au départ de la manifestation parisienne, place de l'Opéra. Les macronistes "sont de plus en plus seuls et nous, nous sommes des millions, ça se voit aujourd’hui", a jugé la cheffe d'EELV Marine Tondelier.

"Ce qu’ils veulent faire, c’est nous faire payer à tous les économies et les cadeaux aux grandes entreprises", a abondé la présidente des députés écologistes Cyrielle Chatelain.

"On va continuer de se battre jusqu’à la victoire parce que l’on a le sentiment que la victoire est à portée de main", a déclaré le secrétaire national du PCF Fabien Roussel.

Pour le président du groupe PS à l'Assemblée nationale Boris Vallaud, "les Français en ont ras-le-bol de passer à la caisse, que ce soit toujours dans les poches vides que l’on cherche l’argent qui manque et jamais dans les poches pleines".

Le député LFI de la Somme François Ruffin a prévenu: "Nous utiliserons tous les moyens possibles pour que cette réforme ne passe pas."


En images: Le 3e round dans la rue contre la réforme des retraites

Lors de manifestation le troisième jour de rassemblements nationaux organisés depuis le début de l'année, contre une refonte profondément impopulaire des retraites à Marseille, dans le sud de la France, le 7 février 2023. (Photo de CHRISTOPHE SIMON / AFP)
Lors de manifestation le troisième jour de rassemblements nationaux organisés depuis le début de l'année, contre une refonte profondément impopulaire des retraites à Marseille, dans le sud de la France, le 7 février 2023. (Photo de CHRISTOPHE SIMON / AFP)
Short Url
  • Grèves, manifestations, acte 3: les opposants à la réforme des retraites se remobilisent mardi pour maintenir la pression sur l'exécutif mais aussi sur les députés qui viennent d'ouvrir les hostilités dans l'Hémicycle
  • De nombreuses manifestations se sont tenues dans la matinée, en attendant le départ en début d'après-midi de celle de Paris, entre la place de l'Opéra et celle de la Bastille

PARIS: Grèves, manifestations, acte 3: les opposants à la réforme des retraites se remobilisent mardi pour maintenir la pression sur l'exécutif mais aussi sur les députés qui viennent d'ouvrir les hostilités dans l'Hémicycle, tandis que les syndicats se montrent déterminés à poursuivre l'épreuve de force.

De nombreuses manifestations se sont tenues dans la matinée, en attendant le départ en début d'après-midi de celle de Paris, entre la place de l'Opéra et celle de la Bastille.

retraites
Avant le départ, le leader de la CGT, Philippe Martinez, a appelé à durcir le mouvement par des grèves "plus dures, plus massives, plus nombreuses", car "si le gouvernement persiste à ne pas écouter, forcément il faudra monter d'un cran". (Photo Sameer Al-Doumy / AFP)

 

greve
Un graffiti réclamant l'âge de la retraite à 60 ans est pulvérisé sur une statue à l'extérieur de la place du Palais Bourbon, devant l'Assemblée nationale lors de manifestations de militants de l'association ATTAC. (Photo Ludovic MARIN / AFP)
greve
Les manifestants se rassemblent place de l'Opéra avant le début de la manifestation, à Paris. (Photo Sameer Al-Doumy / AFP)
greve
Le cortège à Montpellier, dans le sud de la France. (Photo Pascal GUYOT / AFP)
greve
Un manifestant lance un projectile de gaz lacrymogène lors de la manifestation à Nantes, dans l'ouest de la France, le 7 février 2023. (Photo LOIC VENANCE / AFP)
greve
Dans le cortège à Bordeaux. (Photo by THIBAUD MORITZ / AFP)
greve
Le cortège au Vieux Port de Marseille, dans le sud de la France. (Photo CHRISTOPHE SIMON / AFP)

 

nantes
Le cortège à Nantes. (Photo LOIC VENANCE / AFP)

 

 


Passage à tabac mortel diffusé sur TikTok: deux interpellations à Lyon

Des policiers municipaux patrouillent dans le quartier de La Duchère, le 15 juin 2022, à Lyon, dans le centre-est de la France. (Photo d'illustration/AFP).
Des policiers municipaux patrouillent dans le quartier de La Duchère, le 15 juin 2022, à Lyon, dans le centre-est de la France. (Photo d'illustration/AFP).
Short Url
  • Les enquêteurs ont trouvé «le corps sans vie d'un homme de 54 ans tandis que deux individus étaient interpellés alors qu'ils étaient en train de dormir dans la chambre attenante»
  • Selon les premières constatations, le corps présentait de nombreuses traces de violences. Une autopsie est prévue mardi

LYON : La police lyonnaise a arrêté deux hommes suspectés d'avoir passé à tabac un homme de 54 ans retrouvé mort dans un appartement, des violences filmées et diffusées sur le réseau social TikTok, a-t-on appris mardi auprès du parquet de Lyon.

Vendredi dernier, la plateforme Pharos, sur laquelle le grand public peut signaler les comportements et contenus illicites, a alerté sur la diffusion d'une vidéo "représentant une scène de violence impliquant un homme gisant au sol, partiellement dénudé et victime de coups", a expliqué le parquet .

La vidéo, prise dans l'après-midi de vendredi, laisse apparaître deux agresseurs.

Une enquête de flagrance a été immédiatement ouverte et confiée à la police judiciaire pour "actes de torture et de barbarie en bande organisée et séquestration en bande organisée".

Dans la nuit de samedi à dimanche, l'enquête a permis de localiser un appartement situé dans le centre de Lyon, "susceptible d'être le lieu de commission des faits", comme l'écrit le parquet.

Dans le salon du logement, les enquêteurs ont trouvé "le corps sans vie d'un homme de 54 ans tandis que deux individus étaient interpellés alors qu'ils étaient en train de dormir dans la chambre attenante".

Selon les premières constatations, le corps présentait de nombreuses traces de violences. Une autopsie est prévue mardi.

L'enquête se poursuit "du chef de meurtre en bande organisée" afin de déterminer les circonstances et le mobile des faits.