Elections locales jeudi au Royaume-Uni, un test pour Boris Johnson

Depuis décembre, Boris Johnson est fragilisé par le «partygate», ces fêtes organisées à Downing Street durant les confinements, et par une montée historique de l'inflation qui oblige les Britanniques à se serrer la ceinture.
Depuis décembre, Boris Johnson est fragilisé par le «partygate», ces fêtes organisées à Downing Street durant les confinements, et par une montée historique de l'inflation qui oblige les Britanniques à se serrer la ceinture.
Short Url
Publié le Lundi 02 mai 2022

Elections locales jeudi au Royaume-Uni, un test pour Boris Johnson

  • En janvier, les députés conservateurs soucieux de l'indignation du public face à ses démentis et au deux poids deux mesures, semblaient prêts à un vote de censure
  • Les résultats de ces milliers de scrutins locaux permettront de jauger le soutien des conservateurs dans le pays, et seront un indicateur de la force ou non de l'opposition travailliste

 

LONDRES: Les Britanniques se rendent aux urnes jeudi, pour des élections locales qui auront valeur de test pour le gouvernement conservateur et son Premier ministre Boris Johnson, affaibli par des mois de scandale.


Les résultats de ces milliers de scrutins locaux permettront de jauger le soutien des conservateurs dans le pays, et seront un indicateur de la force ou non de l'opposition travailliste. 


Boris Johnson, 57 ans, avait offert en décembre 2019 une victoire historique aux Tories lors des élections générales, en promettant d'en finir avec des années de blocage politique et de boucler le Brexit, la sortie du pays de l'Union européenne.


Mais depuis décembre, il est fragilisé par le "partygate", ces fêtes organisées à Downing Street durant les confinements, et par une montée historique de l'inflation qui oblige les Britanniques à se serrer la ceinture.


Une enquête de police sur le partygate a estimé qu'il avait enfreint la loi, du jamais vu pour un Premier ministre en exercice, et lui a imposé une amende.


En janvier, les députés conservateurs soucieux de l'indignation du public face à ses démentis et au deux poids deux mesures, semblaient prêts à un vote de censure. Mais l'invasion de l'Ukraine par la Russie, depuis laquelle M. Johnson a apporté un soutien ferme au président ukrainien Volodymyr Zelensky, a reporté toute éventuelle mutinerie.

Ce qu'il faut savoir sur les élections locales au Royaume-Uni

Des élections locales auront lieu jeudi en Angleterre, en Ecosse et au Pays de Galles, ainsi que pour renouveler l'Assemblée d'Irlande du Nord à Belfast. 


Voici des précisions sur l'organisation et les enjeux de ce scrutin.

Quand a lieu le vote ? 

Les bureaux de vote ouvrent à 06h00 GMT jeudi et ferment à 21h00 GMT.

Quand les résultats sont-ils attendus ?

Le décompte va commencer dès la fermeture des bureaux de vote pour un peu plus de la moitié des sièges disputés en Angleterre et débutera à partir de vendredi matin pour le reste.

Le décompte commence vendredi matin en Ecosse, au Pays de Galles et en Irlande du Nord, avec le résultat complet attendu dans la soirée. 

Qui peut voter ?

En Angleterre et en Irlande du Nord, les scrutins sont ouverts aux citoyens britanniques et aux ressortissants des pays de l'Union européenne ou du Commonwealth résidant au Royaume-Uni et âgés de 18 ans ou plus.


Tout citoyen étranger vivant légalement au Royaume-Uni et âgé de 16 ans ou plus peut voter en Écosse et au Pays de Galles.

Où se déroule le vote ?

En Angleterre, quelque 4 360 sièges sont en jeu dans quelque 146 conseils locaux, dans de grandes agglomérations telles que Birmingham, Leeds et Manchester, et les 32 arrondissements de Londres. 


Dans le Yorkshire du Sud, (nord de l'Angleterre), on vote également pour un maire régional. 


Des sièges sont également disputés dans 1 000 conseils de paroisse – la plus petite autorité locale. 


Au total, 1 227 sièges sont en lice dans les 32 conseils locaux d'Écosse et 1 234 sièges dans les 22 conseils du Pays de Galles. 


L'Irlande du Nord vote pour élire les 90 membres de son assemblée législative à Belfast.

Quels sont les enjeux ?

Les élections détermineront qui gère des services locaux tels que l'entretien des routes, les itinéraires d'autobus, les bibliothèques, ou encore la collecte des déchets. 


L'Assemblée d'Irlande du Nord légifère sur le logement, l'emploi, l'éducation, la santé, l'agriculture et l'environnement dans la province britannique. 


Si ces questions locales jouent un grand rôle dans le vote, des enjeux nationaux peuvent également entrer en compte. 


Lors du scrutin de jeudi, le problème de la hausse du coût de la vie, avec  les énormes hausses des prix des aliments et de l'énergie pourrait peser.


Ces élections ont également valeur de test pour le Premier ministre britannique Boris Johnson, dont la popularité a chuté avec le scandale du "partygate", des fêtes organisées à Downing Street malgré les restrictions liées à la pandémie.

Quelles sont les régions clés ?

Le principal parti d'opposition, le Labour, espère gagner des sièges à Londres, notamment dans des bastions traditionnellement conservateurs tels que Westminster, Wandsworth, Kensington et Chelsea. 


Dans l'arrondissement conservateur de Barnet, où vit une importante communauté juive, le résultat indiquera si le chef du Labour, Keir Starmer, a su regagner la confiance de cette communauté qui s'était détournée du parti sous son prédécesseur Jeremy Corbyn, critiquant son laxisme face à l'antisémitisme. 


Le Labour veut également reconquérir ses anciens fiefs devenus conservateurs lors des dernières élections en 2019, comme Dudley, dans le centre de l'Angleterre, ainsi que dans le nord de l'Angleterre. 


Les regards seront également tournés vers l'Irlande du Nord pour voir si le parti républicain Sinn Fein qui souhaite l'unité de l'Irlande devient le premier parti pour la première fois en 100 ans d'histoire de la province.


Mais cela pourrait poser problème pour la constitution d'un gouvernement car les partis unionistes pro-britanniques avec qui le Sinn Fein doit se partager le pouvoir ne se sont pas encore dit prêts à travailler avec eux. 

Coût de la vie 
De mauvais résultats jeudi pour les conservateurs pourraient cependant ranimer les appels à son départ, afin de mettre en place un nouveau leader avant les élections générales qui doivent intervenir au plus tard en janvier 2025.


Le partygate n'est pas pour autant le sujet qui préoccupe le plus les électeurs. 


"C'est le coût de la vie", explique Bob, un ouvrier retraité de Dudley, au centre de l'Angleterre. "La nourriture augmente, l'énergie augmente (...) ils devraient se concentrer sur le coût de la vie".


A 76 ans, il estime aussi que "ce qu'a fait Johnson avec le partygate était grave, ils se moquaient plus ou moins de nous".


Le Parti travailliste, principale formation d'opposition, avait gagné du terrain au niveau local en 2018, les Tories étant plombés par le vote pour le Brexit deux ans plus tôt. 


Keir Starmer, 59 ans, leader du parti depuis 2020, espère notamment regagner des sièges dans les régions du "Red Wall" (centre-nord et nord de l'Angleterre principalement) qui avaient abandonné son parti pour voter conservateur aux dernières élections générales.


Selon les sondages, les travaillistes devraient emporter une majorité des sièges en Angleterre. En Ecosse, ils espèrent en gagner sur le Parti national écossais (SNP) de centre-gauche, premier parti d'Ecosse, et consolider leur emprise au pays de Galles.

Irlande du Nord 
Au delà de Boris Johnson, l'avenir à long terme du Royaume-Uni pourrait être aussi être mis en danger en Irlande du Nord où des élections vont renouveler l'Assemblée de la province, la législature dévolue.


Le Sinn Fein nationaliste est largement pressenti pour devenir le plus grand parti, ce qui serait une grande première. Selon un sondage LucidTalk pour le Belfast Telegraph, il aurait 6 points d'avance sur le Parti unioniste démocrate (DUP).  


"Ce serait un changement radical si une nationaliste devenait Premier ministre" déclare Deirdre Heenan, professeur de politique sociale à l'université d'Ulster.


Le Brexit a aussi pesé lourd en Irlande du Nord, les partis unionistes étant inquiets de ce que les nouveaux arrangements commerciaux avec l'Union européenne menacent leur place dans l'union britannique, et servent les idées nationalistes.


Autre souci pour Boris Johnson, le SNP écossais promet d'avancer sur son plan d'un référendum d'indépendance.


L'Ecosse avait voté pour rester dans le Royaume-Uni en 2014, mais l'opposition écossaise au Brexit a redonné vie à la question.


La Corée du Nord tire encore deux missiles et blâme Séoul et Washington

De nombreux experts affirment que l'objectif de Kim est d'obtenir à terme la reconnaissance des États-Unis en tant qu'État nucléaire légitime (Photo, AP).
De nombreux experts affirment que l'objectif de Kim est d'obtenir à terme la reconnaissance des États-Unis en tant qu'État nucléaire légitime (Photo, AP).
Short Url
  • Selon l'armée sud-coréenne, deux missiles à courte portée ont été lancés jeudi matin depuis les environs de Pyongyang en direction de la mer du Japon
  • Pour la Chine, les essais de missiles par Pyongyang sont «étroitement liés» aux exercices militaires américano-sud-coréen

SÉOUL: La Corée du Nord a lancé jeudi deux nouveaux missiles balistiques et a qualifié ces essais d'armes de "justes mesures de rétorsion" contre Washington et Séoul et leurs exercices militaires dans la région.

Les nouveaux tirs sont intervenus au moment où, à New York, le Conseil de sécurité de l'ONU se réunissait pour évoquer le lancement d'un autre missile nord-coréen qui avait survolé le Japon deux jours plus tôt.

Selon l'armée sud-coréenne, deux missiles à courte portée ont été lancés jeudi matin depuis les environs de Pyongyang en direction de la mer du Japon. Les gardes-côtes japonais ont confirmé avoir détecté ces projectiles.

Ce sixième lancement en moins de deux semaines, est "absolument inacceptable", a aussitôt réagi le Premier ministre japonais Fumio Kishida.

Mardi, un missile de type Hwasong-12 avait survolé le Japon et parcouru environ 4 600 km, soit probablement la distance la plus longue jamais atteinte par Pyongyang dans le cadre de ses essais, selon Séoul et Washington.

C'était la première fois en cinq ans qu'un projectile nord-coréen passait au-dessus du territoire japonais.

La Corée du Nord, qui a adopté en septembre une nouvelle doctrine rendant "irréversible" son statut de puissance nucléaire, a intensifié cette année ses tirs et a lancé un missile balistique intercontinental (ICBM) pour la première fois depuis 2017.

Ces tirs constituent "les justes mesures de rétorsion de l'Armée populaire coréenne contre les manoeuvres militaires conjointes entre la Corée du Sud et les Etats-Unis qui provoquent une escalade des tensions militaires dans la Péninsule coréenne", a déclaré jeudi le ministère nord-coréen dans un communiqué.

À la suite du lancement de mardi, Washington avait appelé à une réunion d'urgence du Conseil de sécurité des Nations unies. Mais la Chine, alliée et partenaire économique de la Corée du Nord, y a blâmé elle aussi les Etats-Unis.

La Chine blâme Washington

Les essais de missiles par Pyongyang sont "étroitement liés" aux exercices militaires américano-sud-coréens, a déclaré devant le Conseil l'ambassadeur chinois adjoint auprès des Nations unies, Geng Shuang.

Il a accusé Washington d'"empoisonner l'environnement de sécurité régional".

Séoul, Tokyo et Washington ont multiplié les manoeuvres militaires conjointes ces dernières semaines, notamment des exercices de lutte anti-sous-marine et des manoeuvres navales à grande échelle.

Mercredi, la Corée du Sud et les Etats-Unis avaient tiré cinq missiles balistiques -dont un s'est écrasé après son lancement- vers des cibles fictives en mer du Japon. Et la veille, les aviations des deux pays avaient mené des exercices de tir en mer Jaune.

Séoul a également annoncé le retour dans la région du porte-avions à propulsion nucléaire américain USS Ronald Reagan qui a effectué en septembre des exercices avec la marine sud-coréenne.

La réunion du Conseil de sécurité a été soutenue par la France, le Royaume-Uni, l'Albanie, la Norvège et l'Irlande.

L'ambassadrice américaine auprès de l'ONU Linda Thomas-Greenfield y a dénoncé "un effort clair de la Chine et la Russie pour récompenser (la Corée du Nord) pour ses mauvaises actions", et a apppelé à un renforcement des sanctions contre Pyongyang.

En mai, Pékin et Moscou avaient opposé leur veto à une résolution du Conseil de sécurité imposant de nouvelles sanctions à la Corée du Nord, alors que l'instance avait adopté à l'unanimité de lourdes sanctions en 2017.

Selon les analystes, le régime du dirigeant nord-coréen Kim Jong Un saisit l'occasion de l'impasse à l'ONU pour pousser toujours plus loin ses essais d'armes.

Séoul et Washington s'attendent à ce que la Corée du Nord reprenne ses essais nucléaires, interrompus depuis 2017, probablement après le congrès du Parti communiste chinois qui débute le 16 octobre.

"A ce stade, pour Kim, faire marche arrière et arrêter les provocations paraîtrait contre-productif pour ses intérêts. Sans parler de la quantité de ressources gaspillées pour mener ces essais d'armes", a expliqué Soo Kim, analyste à la RAND Corporation.

"Nous sommes assurément dans un cycle de provocation armée", a-t-elle estimé.


L'Espagne «respecte» le paquet énergétique allemand, cible de nombreuses critiques européennes

Le chancelier allemand Olaf Scholz (à gauche) et le Premier ministre espagnol Pedro Sanchez tiennent une conférence de presse conjointe à la suite d'une rencontre entre les délégations allemande et espagnole lors du XXVe sommet Espagne-Allemagne, qui s'est tenu à La Corogne, le 5 octobre 2022 (Photo, AFP).
Le chancelier allemand Olaf Scholz (à gauche) et le Premier ministre espagnol Pedro Sanchez tiennent une conférence de presse conjointe à la suite d'une rencontre entre les délégations allemande et espagnole lors du XXVe sommet Espagne-Allemagne, qui s'est tenu à La Corogne, le 5 octobre 2022 (Photo, AFP).
Short Url
  • Les dirigeants de l'UE réclament des solutions collectives pour faire face à la crise énergétique
  • L'Allemagne est le pays le plus touché par ce manque de gaz bon marché, une pénurie qui affecte son industrie

LA COROGNE: L'Espagne "respecte" la décision de l'Allemagne de mettre en place un plan de soutien de 200 milliards d'euros pour protéger son économie face à la crise énergétique, a déclaré mercredi le Premier ministre espagnol, alors que la mesure fait l'objet de nombreuses critiques en Europe.

"Nous respectons la décision du gouvernement allemand", a ainsi affirmé le socialiste Pedro Sánchez lors d'une conférence de presse conjointe avec le chancelier allemand Olaf Scholz, à La Corogne, dans le nord-ouest de l'Espagne.

Il faut être "empathiques avec la situation que traverse l'Allemagne, qui voit son économie, son industrie et les foyers allemands davantage affectés par la guerre" en Ukraine, a jugé le Premier ministre espagnol.

L'Allemagne "étant la principale économie européenne, nous souhaitons tous qu'elle se porte bien économiquement", a commenté Pedro Sánchez.

La France ainsi que d'autres responsables de l'Union européenne se sont dits préoccupés par l'initiative de l'Allemagne, accusée de faire cavalier seul avec son plan de soutien de 200 milliards d'euros pour protéger ménages et entreprises, et ont suggéré de mieux coordonner les plans nationaux.

Les dirigeants de l'UE réclament des solutions collectives pour faire face à la crise énergétique: depuis le début de la guerre en Ukraine et des sanctions contre la Russie, Moscou a drastiquement réduit son approvisionnement en gaz naturel.

L'Allemagne est le pays le plus touché par ce manque de gaz bon marché, une pénurie qui affecte son industrie.

De son côté, Olaf Scholz a défendu son paquet énergétique. Le chancelier a expliqué que des plans avec les mêmes objectifs avaient été annoncés dans plusieurs pays européens, comme en Espagne ou en France.

Si on prend en compte "la taille de l'économie allemande", le plan de Berlin est conforme avec "les décisions prises dans d'autres pays", a-t-il estimé.

Il a par ailleurs réitéré son soutien "de manière explicite" au MidCat, un projet de gazoduc entre la Catalogne (dans le nord-est de l'Espagne) et le sud-est de la France, une idée défendue par Madrid à laquelle Paris s'oppose.

Les travaux du gazoduc avaient été interrompus en 2019 en raison de son impact environnemental et d'un intérêt économique alors jugé limité, mais depuis l'Espagne a réactivé l'idée d'un tel pipeline en pleine crise énergétique.

Défendu par Madrid mais aussi par Berlin, qui y voit un moyen de réduire la dépendance de l'UE vis-à-vis du gaz russe, le MidCat (abréviation de Midi-Catalogne) permettrait à l'Espagne, qui dispose de 30% des capacités européennes de regazéification de gaz naturel liquéfié (GNL), d'exporter du gaz, venu par bateau des Etats-Unis ou du Qatar, vers le reste de l'Europe.


Ethiopie: Gouvernement et rebelles du Tigré acceptent une invitation de l'UA à discuter

La lettre d'invitation de l'UA parle de «discussions entre les deux parties» et ne cite que le gouvernement éthiopien et les rebelles (Photo, AFP).
La lettre d'invitation de l'UA parle de «discussions entre les deux parties» et ne cite que le gouvernement éthiopien et les rebelles (Photo, AFP).
Short Url
  • Ces pourparlers sont prévus ce weekend en Afrique du Sud
  • Le chef des autorités rebelles du Tigré Debretsion Gebremichael s'est dit «prêt» à envoyer des négociateurs

ADDIS ABEBA: Gouvernement éthiopien et rebelles de la région septentrionale du Tigré se sont dit disposés mercredi à se rendre à des pourparlers en Afrique du Sud auxquels les a invités l'Union africaine (UA).

Redwan Hussein, conseiller à la Sécurité nationale du Premier ministre éthiopien Abiy Ahmed a annoncé que le gouvernement avait "accepté" l'invitation de l'UA et le chef des autorités rebelles du Tigré Debretsion Gebremichael s'est dit "prêt" à envoyer des négociateurs, tout en soulevant des questions sur les modalités des discussions.

Selon une lettre envoyée aux deux parties par le président de la Commission de l'UA, Moussa Faki Mahamat, et transmise à l'AFP par le ministère sud-africain des Affaires étrangères, ces pourparlers sont prévus ce weekend en Afrique du Sud, pour tenter de mettre fin à presque deux ans de conflit dans le deuxième pays le plus peuplé d'Afrique.

L'UA "a envoyé une invitation à des discussions de paix. Le gouvernement d'Ethiopie a accepté cette invitation, dans la lignée de notre position de principe concernant la résolution pacifique du conflit et la nécessité de discussions sans préconditions", a indiqué dans un tweet dans la matinée Redwan Hussein.

Dans la soirée, les autorités rebelles du Tigré ont publié un communiqué de M. Debretsion, dans lequel il indique à M. Faki être prêt à envoyer "une équipe de négociateurs en Afrique du Sud" tout en demandant des "clarifications sur certaines questions".

"Y aura-t-il des acteurs supplémentaires invités en tant que participants, observateurs ou garants, quel rôle envisagez-vous pour la communauté internationale", demande notamment M. Debretsion.

La lettre d'invitation de l'UA parle de "discussions entre les deux parties" et ne cite que le gouvernement éthiopien et les rebelles, semblant indiquer que l'Erythrée voisine, un des pays les plus fermés et autoritaires au monde, dont l'armée épaule les forces gouvernementales éthiopiennes, n'est pas invitée.

Les rebelles tigréens ont toujours déclaré qu'ils refuseraient la présence d'Asmara à d'éventuels pourparlers.

Interrogé par l'AFP sur ces pourparlers, la porte-parole du président de la Commission de l'UA, Ebba Kalondo, a répondu que les détails seraient communiqués "au moment opportun, en consultations avec les parties".

La missive de M. Faki indique aussi que les discussions se feront sous l'égide de l'ex-président nigérian Olusegun Obasanjo - envoyé spécial de l'UA pour la Corne de l'Afrique -, assisté de l'ancien président kényan Uhuru Kenyatta et de l'ex-vice-présidente sud-africaine Phumzile Mlambo-Ngcuka.

Après cinq mois de trêve, qui avaient laissé entrevoir des espoirs de négociations de paix, les combats ont repris le 24 août dans le nord de l'Ethiopie entre les rebelles tigréens et l'armée fédérale éthiopienne, épaulée par des forces des régions frontalières du Tigré et par celles de l'Erythrée.

Déjà venu en septembre, l'envoyé spécial américain pour la Corne de l'Afrique Mike Hammer est de retour dans la région depuis le 3 octobre pour "parvenir à une cessation immédiate des hostilités dans le nord de l'Ethiopie et soutenir le lancement de pourparlers de paix sous l'égide de l'Union africaine", selon le département d'Etat.

Il était jeudi à Nairobi, selon l'ambassade américaine au Kenya.

Hostilités à huis clos

Le conflit dans le nord éthiopien a commencé en novembre 2020 quand Abiy Ahmed a envoyé l'armée fédérale éthiopienne au Tigré pour en déloger les dirigeants du gouvernement régional, qui contestaient son autorité et qu'il accusait d'avoir attaqué des bases militaires sur place.

Les hostilités se déroulent largement à huis clos, le nord de l'Ethiopie étant interdit aux journalistes et le Tigré largement coupé du monde.

Selon des sources concordantes, les forces fédérales et régionales éthiopiennes et les troupes érythréennes prennent le Tigré en tenailles, menant des offensives depuis les quatre points cardinaux.

L'armée de l'Erythrée a en septembre franchi en plusieurs endroits les quelque 500 km de frontière séparant le pays du nord du Tigré mais a peu progressé, selon ces sources, et les positions sur le terrain ont peu évolué ces dernières semaines, malgré des combats meurtriers.

Rapidement défaits en novembre 2020, les rebelles tigréens ont ensuite repris mi-2021 le contrôle de l'essentiel du Tigré lors d'une contre-offensive qui les a vus s'approcher d'Addis Abeba. Ils s'étaient ensuite repliés vers le Tigré et accusent depuis le gouvernement "d'assiéger" la région, ce que ce dernier dément.

Le bilan de cette guerre meurtrière est inconnu. Mais elle a déplacé plus de deux millions de personnes et plongé des centaines de milliers d'Ethiopiens dans des conditions proches de la famine, selon l'ONU.

Région de six millions d'habitants, le Tigré est privé depuis plus d'un an d'électricité, de télécommunications, de services bancaires ou de carburant et l'ONU a totalement interrompu l'acheminement de son aide humanitaire depuis la reprise des combats.