"La fête est finie": début du couvre-feu pour presque 20 millions de Français

Patrouille de la gendarmerie devant les terrasses de restaurants fermés à Montpellier le 17 octobre (Pascal Guyot/AFP)
Patrouille de la gendarmerie devant les terrasses de restaurants fermés à Montpellier le 17 octobre (Pascal Guyot/AFP)
Short Url
Publié le Dimanche 18 octobre 2020

"La fête est finie": début du couvre-feu pour presque 20 millions de Français

  • Le gouvernement français défend les couvre-feux comme la seule mesure qui permette d'éviter un reconfinement, au moment où les indicateurs évaluant l'épidémie de coronavirus se dégradent un peu partout en Europe
  • Le couvre-feu fragilise une nouvelle fois les restaurateurs, déjà soumis à rude épreuve avec le confinement, et pour qui la deuxième partie de la soirée représente une importante partie de leur chiffre d'affaires

PARIS : "Il est 21H00. Merci de rentrer chez vous". Près de 20 millions d'habitants en région parisienne et dans huit métropoles se sont pliés samedi à l'obligation de couvre-feu, mesure prise par le gouvernement pour enrayer la deuxième vague de l'épidémie de coronavirus.

"Il est 21h00 et il n'y n'a plus personne. La situation est quasi propre", constate le commissaire Patrick Caron, de la DOPC (La Direction de l'ordre public et de la circulation), en patrouille aux abords du Quartier Latin, à Paris.

"Avec l'expérience du confinement, je suis relativement optimiste. On l'a vu, le Parisien est respectueux", affirme-t-il, alors qu'autour de lui, restaurants comme habitants semblent s'être pliés de bonne grâce à l'ordre de tirer le rideau ou de rentrer chez soi.

Même sentiment à Lille. "Le couvre-feu est plutôt bien respecté" et les personnes qui doivent être dehors après 21H00 ont le réflexe de l'attestation", s'est félicité samedi soir le préfet du Nord Michel Lalande, s'exprimant près de la gare Lille-Flandres, quasi-déserte.

Le Directeur départemental de la sécurité publique, Jean-François Papineau, évoque lui aussi des règles "très bien observées" et des "manquements très marginaux".

Ce confinement nocturne -- jusqu'à 06H00 -- concerne les habitants d'Île-de-France et des métropoles de Lyon, Lille, Toulouse, Montpellier, Saint-Etienne, Aix-Marseille, Rouen et Grenoble.

Sont exemptées les personnes qui rentrent du travail ou d'un lieu d'études ou s'y rendent, font valoir un impératif de santé, doivent rendre visite à un proche en situation de dépendance, garder des enfants, répondre à une convocation judiciaire ou promener leur animal de compagnie. Sur le chemin ou à la sortie des gares et aéroports, les billets d'avion et de train feront foi.

Colère des restaurateurs

Une mesure qui fragilise une nouvelle fois les restaurateurs, déjà soumis à rude épreuve avec le confinement, et pour qui la deuxième partie de la soirée représente une importante partie de leur chiffre d'affaires.

"Un restaurant commence à travailler entre 19H00 et 21H00. On ne comprend pas pourquoi on n’a pas mis le couvre-feu à 23H00, au moins que l’on puisse faire vraiment un premier service", s'insurge Hubert de Faletans, patron du restaurant L'Esprit du Sud-ouest à Blagnac.

Le monde de la culture est lui aussi en émoi après le veto du Premier ministre, Jean Castex, de procéder à un assouplissement du couvre-feu pour ce secteur frappé de plein fouet par la crise sanitaire. Et tente de s'adapter en proposant des horaires, tôt le matin ou en fin de journée.

Comme pendant le confinement au printemps, les personnes sortant pendant le couvre-feu doivent se munir d'attestations de déplacements (à imprimer ou télécharger sur téléphone). Tout contrevenant s'expose à une amende de 135 euros puis, en cas de double récidive (trois fraudes au total), à six mois de prison et 3.750 euros d'amende.

Quelque 12.000 policiers et gendarmes, auxquels s'ajoutent les équipes de police municipale, doivent être déployés pour faire respecter ces règles.

Les policiers ont toutefois été invités à faire preuve de "pédagogie" et de "discernement", en évaluant "la bonne ou la mauvaise foi" des personnes contrôlées, a expliqué à l'AFP une source policière.

32.000 cas positifs

Alors que débutent les vacances de la Toussaint, le gouvernement n'a en revanche pas interdit les déplacements dans le pays, mais certains territoires ont voulu anticiper un afflux de touristes, comme la station balnéaire du Touquet, qui va instaurer à son tour un couvre-feu.

Le gouvernement défend les couvre-feux comme la seule mesure qui permette d'éviter un reconfinement, au moment où les indicateurs évaluant l'épidémie de coronavirus se dégradent un peu partout en Europe.

Prévu pour au moins quatre semaines, le couvre-feu pourrait être étendu si l'épidémie ne donne pas de signe d'accalmie. Le président Macron a déjà évoqué la date du 1er décembre.

La France a enregistré samedi un nouveau record, avec plus de 32.000 cas positifs, et voit le nombre de malades en réanimation (près de 1.900) grimper jour après jour, faisant craindre une saturation prochaine des hôpitaux.

En région Rhône-Alpes, les interventions non urgentes ont été déprogrammées pour 15 jours, l'intensification de la circulation du virus affectant "fortement l'offre de soins", selon l'Agence régionale de santé, pour qui "le risque de saturation de ces services est désormais réel à court terme".

Depuis le début de l'épidémie, 33.392 personnes sont décédées du Covid-19, qui tue en moyenne un peu moins de cent personnes par jour aujourd'hui en France.

 


Après la Covid, Philippe inquiet du «risque politique»

L'ancien Premier ministre Edouard Philippe (Photo, AFP).
L'ancien Premier ministre Edouard Philippe (Photo, AFP).
Short Url
  • Edouard Philippe n’est pas certain que «les prochains» à exercer le pouvoir «soient aussi éclairés» qu'actuellement, affirme-t-il dans un documentaire
  • Dans ce film de près de trois heures réalisé par son ami Laurent Cibien et intitulé «Aux manettes», Philippe revient sur ses trois années à Matignon

PARIS: « De tous les risques » liés à la crise de la Covid, « le risque politique » paraît le plus dangereux à l'ancien Premier ministre Edouard Philippe, pas certain que « les prochains » à exercer le pouvoir « soient aussi éclairés » qu'actuellement, affirme-t-il dans un documentaire.

« Le risque sanitaire, je pense que ça finira par aller », prédisait Philippe en avril 2020, dans le troisième volet du documentaire « Edouard mon pote de droite », diffusé dimanche en avant-première au Fipadoc de Biarritz et prochainement sur France 5.

« Le risque économique, le risque financier », aussi. « Mais alors le risque politique ! Vu l'appauvrissement, la peur, les déstabilisations... je ne garantis pas que les prochains soient aussi éclairés », s'inquiétait-il, au cœur du premier confinement.

Dans ce film de près de trois heures réalisé par son ami Laurent Cibien et intitulé « Aux manettes », Philippe revient sur ses trois années à Matignon, à travers des conversations régulières dans son bureau qui permettent de capter l'atmosphère du moment, les doutes et enjeux entourant certaines grandes décisions.

« Ici tu gères le monde imparfait », explique-t-il ainsi en 2018 à Cibien, qui suit son parcours depuis près de vingt ans. 

Mais « ce qui me plaît fondamentalement dans l'acte de gouverner est d'être dans la situation où c'est toi qui t'y colle », ajoute-t-il.

Début novembre 2018, on voit également Philippe affirmer que la première manifestation des »gilets jaunes » ne l' « inquiète pas particulièrement », avant de rétropédaler sur la taxe carbone « parce qu'il fallait bien un geste d'apaisement », puis de lâcher plusieurs milliards pour calmer la colère.

« Je ne suis jamais fan de mesures qui accroissent la dette. Il y a un moment où ça va nous coûter cher. Mais je ne suis pas un hystérique », glisse-t-il ainsi fin 2018, tout en confiant sa préoccupation de voir un jour la France dans la même situation financière que la Grèce. « Les gens qui disent le contraire, ce sont des mabouls », assène-t-il.

Parfois « crevé », « cuit » par les crises, Philippe est aussi mis en scène mois après mois dans la gestion de la Covid, jusqu'à son départ de Matignon le 3 juillet 2020.

« J'ai l'impression de conduire un car, j'ai du monde derrière, j'ai un frein sur deux qui fonctionne pas, il y a du brouillard, du verglas, on est sur une route de montagne, et t'as cinq types dans le car qui te disent qu'il fallait aller à gauche, à droite, et d'autres qui te disent de pas se planter », résume-t-il en avril 2020.

Début juin 2020, juste avant le deuxième tour des municipales au Havre, il confie qu'il remettra sa démission quoi qu'il arrive, victoire ou défaite, à Emmanuel Macron « parce que quand tu demandes aux électeurs de te faire confiance, il est urbain de laisser le choix au président de te faire confiance à nouveau ou pas ».

Mais Macron pourrait-il le conserver ?  « Il a confiance en moi, je suis pratique. Je ne veux pas prendre sa place, je ne veux pas le poignarder, je ne dis pas ce qu'il me dit, je suis plutôt loyal, je fais atterrir des choses compliquées. Mais ça ne veut pas dire qu'il me gardera », souligne-t-il.

Quant à savoir s'il pourrait un jour devenir président de la République lui-même un jour, Philippe, qui avait balayé l'hypothèse en rigolant il y a vingt ans devant la caméra de Cibien, se montre un brin embarrassé : « Ce n'est pas une question légère, c'est une question assez compliquée ».


Le Rwanda approuve la nomination d'un ambassadeur de France à Kigali

Les couleurs du drapeau rwandais ornent des bureaux d'une école de Kigali.(Image d'illustration / AFP)
Les couleurs du drapeau rwandais ornent des bureaux d'une école de Kigali.(Image d'illustration / AFP)
Short Url
  • Le président français Emmanuel Macron avait annoncé le 27 mai le retour d'un ambassadeur français au Rwanda, lors d'une visite dans la capitale Kigali marquant une normalisation des relations entre les deux pays
  • Il avait alors reconnu les responsabilités de la France dans le génocide des Tutsi de 1994, qui a fait au moins 800 00 morts

KIGALI : Le gouvernement rwandais a approuvé samedi soir la nomination d'Antoine Anfré au poste d'ambassadeur de France au Rwanda, poste inoccupé depuis 2015 en raison des tensions entre les deux pays sur le rôle joué par Paris dans le génocide de 1994.

Le président français Emmanuel Macron avait annoncé le 27 mai le retour d'un ambassadeur français au Rwanda, lors d'une visite dans la capitale Kigali marquant une normalisation des relations entre les deux pays. Il avait alors reconnu les responsabilités de la France dans le génocide des Tutsi de 1994, qui a fait au moins 800 00 morts.

Le choix d'Antoine Anfré à ce poste a été approuvé samedi soir lors d'une réunion du cabinet gouvernemental rwandais, dirigée par le président Paul Kagame, selon un compte-rendu officiel consulté dimanche par l'AFP.

Ancien ambassadeur au Niger (2014-2015), M. Anfré est cité à plusieurs reprises dans le rapport d'une commission d'historiens français dirigée par Vincent Duclert remis en mars au président Macron et qui a conclu aux "responsabilités lourdes et accablantes" de la France dans le génocide des Tutsi au Rwanda.

Alors "rédacteur Rwanda" à la direction des Affaires africaines et malgaches (DAM) du ministères des Affaires étrangères, il avait mis en garde dès 1991 contre les risques de dérives violentes au Rwanda et pointé "un nécessaire changement" de la politique de la France dans la région, selon le rapport Duclert qui affirme que ses notes lui ont valu d'être mis à l'écart de la DAM.

Diplômé de Sciences-Po et de l'ENA, il a notamment occupé les postes de sous-préfet de Limoux (Aude) entre 2000 et 2003, puis de premier conseiller d'ambassade à Nairobi et Ankara de 2006 à 2009. Il a également été conseiller d'ambassade à Londres de 2011 à 2014.


Darmanin mobilise les préfets sur l'expulsion des étrangers auteurs d'infractions

Gérald Darmanin, ministre français de l'Intérieur. (AFP)
Gérald Darmanin, ministre français de l'Intérieur. (AFP)
Short Url
  • Le ministre de l'Intérieur a réuni vendredi les préfets et leur a demandé de «faire remonter les noms des étrangers coupables de graves troubles à l'ordre public à expulser en priorité au cours des prochaines semaines»
  • Autre demande faite aux préfets: envoyer un courrier et convoquer les personnes concernées par une «dégradation» de titre de séjour, qui peut par exemple passer de dix à un ans

PARIS : Gérald Darmanin a demandé aux préfets un meilleur suivi des étrangers en situation irrégulière auteurs de "graves troubles à l'ordre public", afin de prioriser leur expulsion, a-t-on appris dimanche auprès de son entourage, confirmant une information du JDD.

Le ministre de l'Intérieur a réuni vendredi les préfets et leur a demandé de "faire remonter les noms des étrangers coupables de graves troubles à l'ordre public à expulser en priorité au cours des prochaines semaines", a précisé son entourage.

Autre demande faite aux préfets: envoyer un courrier et convoquer les personnes concernées par une "dégradation" de titre de séjour, qui peut par exemple passer de dix à un ans. Comme le prévoit la loi, "tout étranger dont la présence en France constitue une menace pour l'ordre public" peut se voir retirer son titre de séjour.

"Il ressort des éléments de votre dossier que vous vous êtes affranchi du respect des lois et que, ce faisant, vous avez dérogé aux obligations qui vous lient à la République. (...) En conséquence, votre titre de séjour vous a été retiré et (a été) remplacé par une carte de séjour temporaire, valable un an", est-il écrit dans ce courrier consulté par l'AFP. 

"Tout autre acte de délinquance conduira à un nouvel examen de votre situation qui pourrait aller jusqu'à vous contraindre au départ du sol national", est-il encore écrit dans le courrier.

Ces demandes de Gérald Darmanin aux préfets interviennent après une réunion mercredi d'Emmanuel Macron qui a réclamé à plusieurs ministres une meilleure efficacité des expulsions d'étrangers en situation irrégulière.

Le chef de l'Etat a demandé aux ministres "d'activer de manière volontariste les dispositifs en vigueur" et d'intensifier les négociations avec les pays d'origine pour qu'ils acceptent le retour d'un plus grand nombre de leurs ressortissants.

Sur environ 120 000 demandeurs d'asile par an, 20 000 obtiennent le statut de réfugiés, 20 000 repartent et 80 000 se maintiennent illégalement sur le territoire.

Début mai, le ministre de l'Intérieur avait déjà indiqué avoir demandé aux autorités compétentes de retirer le statut de réfugié aux étrangers connus pour des faits de radicalisation ou de troubles à l'ordre public. 147 retraits de protection avaient été décidées en trois mois avait indiqué le ministre en mai.