Egypte: trois satiristes de TikTok libérés

Le militant égyptien des droits Mohamed Lotfy, qui est directeur exécutif de la Commission égyptienne des droits et de la liberté (ECRF) basée au Caire, parcourt des images de militants détenus sur son ordinateur portable dans la capitale Le Caire, le 10 janvier 2020. (Photo, AFP)
Le militant égyptien des droits Mohamed Lotfy, qui est directeur exécutif de la Commission égyptienne des droits et de la liberté (ECRF) basée au Caire, parcourt des images de militants détenus sur son ordinateur portable dans la capitale Le Caire, le 10 janvier 2020. (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Dimanche 08 mai 2022

Egypte: trois satiristes de TikTok libérés

Le militant égyptien des droits Mohamed Lotfy, qui est directeur exécutif de la Commission égyptienne des droits et de la liberté (ECRF) basée au Caire, parcourt des images de militants détenus sur son ordinateur portable dans la capitale Le Caire, le 10 janvier 2020. (Photo, AFP)
  • Les trois hommes, originaires du plus pauvre des 27 gouvernorats du pays, celui d'Assiout à 400 km au sud du Caire, avaient publié en mars sur la plateforme TikTok une vidéo satirique où ils dénonçaient la hausse des prix sur l'air d'une chanson populaire
  • En Egypte, le sujet est hautement sensible: l'inflation caracole à 12,1%, la livre égyptienne a chuté de 18% et la guerre en Ukraine fait flamber les prix des aliments dans le plus peuplé des pays arabes

LE CAIRE: Le parquet égyptien a ordonné la libération de trois comédiens détenus depuis fin mars pour « fausses informations » et « terrorisme » après une chanson dénonçant l'inflation largement relayée en ligne, annonce dimanche la plus importante ONG des droits humains du pays. 

Les trois hommes, originaires du plus pauvre des 27 gouvernorats du pays, celui d'Assiout à 400 km au sud du Caire, avaient publié en mars sur la plateforme TikTok une vidéo satirique où ils dénonçaient la hausse des prix sur l'air d'une chanson populaire.  

Convoqués par la Sûreté de l'Etat le 31 mars, ils avaient été placés en détention avant d'être libérés samedi, rapporte l'Initiative égyptienne pour les droits personnels (EIPR). 

En Egypte, le sujet est hautement sensible: l'inflation caracole à 12,1%, la livre égyptienne a chuté de 18% et la guerre en Ukraine fait flamber les prix des aliments dans le plus peuplé des pays arabes.  

Cette annonce intervient alors que le président Abdel Fattah al-Sissi a réactivé le comité des grâces présidentielles, en sommeil depuis des années, et que 41 détenus d'opinion, dont des figures de la « révolution » de 2011, ont été libérés le 24 avril de détention préventive. 

Samedi, trois journalistes sont également sortis de prison, selon leur syndicat, dans un pays à la 168e place sur 180 dans le classement de la liberté de la presse de l'ONG Reporters sans frontières (RSF). 

Le 27 avril, M. Sissi avait gracié 3 273 condamnés, dont le célèbre opposant Hossam Moniss. Le comité des grâces promet plus de libérations mais aucun détenu d'opinion n'a bénéficié du près d'un millier de pardons présidentiels de la fête de fin du ramadan le 2 mai. 

Depuis son arrivée au pouvoir en 2013, M. Sissi est accusé par les défenseurs des droits humains d'avoir progressivement muselé la population. 

L'Egypte compte plus de 60 000 détenus d'opinion, dont « des militants pacifiques, des défenseurs des droits humains, des avocats, des universitaires et des journalistes détenus uniquement pour avoir exercé leurs droits à la liberté d'expression, de réunion pacifique et d'association », selon Amnesty International. 

Dans sa « stratégie nationale pour les droits humains » présentée fin 2021, M. Sissi insiste sur le fait que l'éducation, la santé ou l'électricité sont des droits plus nécessaires que celui, par exemple, de rassemblement, quasiment interdit dans le pays. 


L’OCI salue le soutien continu de l’Arabie saoudite à l’autonomisation des femmes

Les représentants participent à la 2e session ordinaire du conseil ministériel de l’Organisation pour le développement de la femme. (Photo, OCI)
Les représentants participent à la 2e session ordinaire du conseil ministériel de l’Organisation pour le développement de la femme. (Photo, OCI)
Short Url
  • M. Bakheet a appelé à défendre les droits des femmes dans l’éducation, la formation et le travail, et à utiliser leurs compétences dans la vie sociale et pratique
  • Il a soutenu que l’OCI mettait tout en œuvre pour aider l’Organisation pour le développement de la femme à atteindre ses objectifs

LE CAIRE: L’Organisation de la coopération islamique (OCI) a exprimé sa reconnaissance et sa gratitude envers l’Arabie saoudite pour son soutien continu à l’autonomisation des femmes et son généreux parrainage qui permettent à l’OCI de mener à bien son travail dans tous les domaines, rapporte jeudi l’agence de presse saoudienne.

Ces commentaires ont été formulés par Tarig Ali Bakheet, secrétaire général adjoint aux affaires humanitaires, sociales et culturelles, au nom du chef de l’organisation, Hissein Brahim Taha, lors d’une session de haut niveau de l’Organisation pour le développement de la femme dans les États membres de l’OCI au Caire.

Il a salué l’offre faite par le Royaume de tenir une conférence internationale sur les droits des femmes dans l’islam en coordination avec l’OCI dans le but de clarifier les droits et les responsabilités qui leur sont garantis, notamment le droit à l’éducation et au travail, conformément aux enseignements de l’islam.

M. Bakheet a appelé à défendre les droits des femmes dans l’éducation, la formation et le travail, et à utiliser leurs compétences dans la vie sociale et pratique au sein des États membres, notamment en ce qui concerne l’économie, le commerce et la prise de décision politique et économique.

Il a rappelé que l’OCI mettait tout en œuvre pour aider l’Organisation pour le développement de la femme à atteindre ses objectifs, saluant les efforts consentis par l’équipe pour atteindre son but: rendre les femmes autonomes dans le monde arabe et islamique.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Le président palestinien Mahmoud Abbas en Chine la semaine prochaine

Une photo fournie par le bureau de presse de l'Autorité palestinienne montre le président palestinien Mahmoud Abbas (à droite) rencontrant le président du Fonds d'investissement palestinien Mohamed Mustafa à Ramallah en Cisjordanie occupée le 7 juin 2023. (Photo Thaer GHANAIM / PPO / AFP)
Une photo fournie par le bureau de presse de l'Autorité palestinienne montre le président palestinien Mahmoud Abbas (à droite) rencontrant le président du Fonds d'investissement palestinien Mohamed Mustafa à Ramallah en Cisjordanie occupée le 7 juin 2023. (Photo Thaer GHANAIM / PPO / AFP)
Short Url
  • "A l'invitation du président Xi Jinping, le président palestinien Mahmoud Abbas effectuera une visite d'Etat en Chine du 13 au 16 juin"
  • Pékin soutient traditionnellement une solution basée sur le principe de deux Etats, alors que le processus de paix israélo-palestinien est au point mort depuis 2014

PEKIN: Le président palestinien Mahmoud Abbas effectuera une visite en Chine la semaine prochaine, a indiqué vendredi Pékin, la diplomatie chinoise cherchant à jouer un rôle de médiatrice dans le conflit israélo-palestinien.

La Chine s'est dite favorable en avril à la reprise de pourparlers le plus tôt possible, affirmant par ailleurs être prête à faciliter un accord de paix.

"A l'invitation du président Xi Jinping, le président palestinien Mahmoud Abbas effectuera une visite d'Etat en Chine du 13 au 16 juin", a annoncé le ministère chinois des Affaires étrangères dans un communiqué.

"La Chine a toujours fermement soutenu la juste cause du peuple palestinien pour restaurer ses droits nationaux légitimes", a ensuite indiqué devant la presse Wang Wenbin, un porte- parole du ministère.

Pékin soutient traditionnellement une solution basée sur le principe de deux Etats, alors que le processus de paix israélo-palestinien est au point mort depuis 2014.

Un vieil ami, un bon ami

"Le président Abbas est un vieil ami, un bon ami du peuple chinois", a souligné Wang Wenbin.

"C'est le premier chef d'Etat arabe reçu par la Chine cette année, ce qui reflète pleinement le haut niveau des relations amicales sino-palestiniennes."

Définie par les Etats-Unis comme un rival, la Chine a renforcé ces dernières années ses relations commerciales et diplomatiques avec les pays du Moyen-Orient, dont une grande partie sont traditionnellement sous influence américaine.

La Chine a ainsi supervisé et facilité le récent spectaculaire rapprochement diplomatique entre deux grandes puissances régionales, l'Iran et l'Arabie saoudite.

Des responsables américains s'efforcent de minimiser le rôle joué par la Chine au Moyen- Orient et jugent que Pékin est encore loin de damer le pion aux Américains dans une région qui reste largement sous la protection du parapluie sécuritaire américain.


ONU: Les réformes en Israël constituent une véritable «menace à la Palestine»

D’autres propositions formulées par des membres de la coalition nationaliste et religieuse extrême du Premier ministre Benjamin Netanyahou priveraient la minorité arabe d’Israël de sa citoyenneté. (Photo, AFP)
D’autres propositions formulées par des membres de la coalition nationaliste et religieuse extrême du Premier ministre Benjamin Netanyahou priveraient la minorité arabe d’Israël de sa citoyenneté. (Photo, AFP)
Short Url
  • Israël réprime de plus en plus les défenseurs des droits au moyen du harcèlement, des menaces, des arrestations et de la torture, entre autres traitements inhumains et dégradants
  • Une commission d’enquête, mise en place par l’ONU, a fait savoir que les autorités palestiniennes en Cisjordanie occupée et à Gaza avaient pris pour cible des défenseurs des droits des Palestiniens

RAMALLAH: Les réformes judiciaires controversées proposées par le gouvernement de coalition d’extrême droite israélien constituent une menace pour les Palestiniens: c’est ce qu’a déclaré jeudi une commission d’enquête indépendante mise en place par l’ONU.

Les propositions, qui limiteraient certains pouvoirs de la Cour suprême et augmenteraient le contrôle du gouvernement sur les nominations judiciaires, ont déclenché des protestations sans précédent en Israël.

Dans un rapport de cinquante-six pages, la commission a indiqué que la législation proposée pourrait augmenter la taxation des ONG propalestiniennes et limiter leur capacité à documenter les activités des soldats israéliens en Cisjordanie occupée.

D’autres propositions formulées par des membres de la coalition nationaliste et religieuse extrême du Premier ministre Benjamin Netanyahou priveraient les membres de la minorité arabe d’Israël de leur citoyenneté et favoriseraient leur expulsion si jamais ils commettaient des violences propalestiniennes, selon le rapport.

«Les changements proposés démantèleraient les caractéristiques fondamentales de la séparation des pouvoirs et des freins et contrepoids essentiels dans les systèmes politiques démocratiques», est-il précisé dans le document.

«Les experts juridiques avertissent qu’ils risquent d’affaiblir la protection des droits humains, en particulier pour les communautés les plus vulnérables et les plus défavorisées, y compris les citoyens palestiniens.»

Les droits de l'Homme bafoués en Palestine

La commission, mise en place par le Conseil des droits de l’homme de l’ONU en 2021, a constaté qu’Israël avait de plus en plus réprimé les défenseurs des droits «au moyen du harcèlement, des menaces, des arrestations, des interrogatoires, de la détention arbitraire, de la torture et des traitements inhumains et dégradants».

La commission, qui a mené environ cent trente entretiens, a également fait savoir que les autorités palestiniennes en Cisjordanie occupée et à Gaza avaient pris pour cible des défenseurs des droits des Palestiniens.

«L’arrestation et la détention de militants palestiniens par les autorités israéliennes et palestiniennes sont une réalité particulièrement dure pour les défenseurs palestiniens des droits», note également le rapport.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com