En Ukraine l'armée russe défend «la patrie », affirme Poutine en célébrant 1945

Poutine dit que les volontaires du Donbass se battent pour la patrie (Photo, AFP).
Poutine dit que les volontaires du Donbass se battent pour la patrie (Photo, AFP).
Short Url
Publié le Mardi 10 mai 2022

En Ukraine l'armée russe défend «la patrie », affirme Poutine en célébrant 1945

Poutine dit que les volontaires du Donbass se battent pour la patrie. (Photo, AFP)
  • A Moscou, Vladimir Poutine a réitéré ses arguments et accusations pour justifier son invasion de l'Ukraine
  • Le secrétaire général de l'ONU Antonio Guterres s'est dit «horrifié»

KIEV: Le président russe Vladimir Poutine a proclamé lundi que son armée combattait en Ukraine pour défendre "la patrie" face à la "menace inacceptable" que représente son voisin soutenu par l'Occident, devant des milliers de soldats russes défilant sur la place Rouge à Moscou pour marquer l'anniversaire de la victoire de 1945 sur l'Allemagne nazie.

Peu auparavant, le président ukrainien Volodymyr Zelensky promettait que son pays ne laisserait pas Moscou "s'approprier la victoire sur le nazisme" et se disait confiant dans une victoire prochaine de l'Ukraine contre les forces russes.

 

"Vous n'êtes pas seuls. L'UE est à vos côtés" face à l'"agression" russe, a déclaré à l'adresse des Ukrainiens le président du Conseil européen Charles Michel, en visite surprise à Odessa (sud de l'Ukraine) avec le Premier ministre ukrainien Denys Chmygal. "Nous serons avec vous aussi longtemps qu'il le faudra", a-t-il poursuivi.

A Moscou, lors du défilé militaire sur la place Rouge, Vladimir Poutine a de son côté réitéré ses arguments et accusations pour justifier son invasion de l'Ukraine lancée le 24 février. "Je m'adresse à nos forces armées: vous vous battez pour la patrie, pour son avenir", a-t-il lancé.  

Il a répété que les autorités ukrainiennes préparaient une attaque contre des séparatistes prorusses dans l'est du pays, voulaient se doter de la bombe atomique et étaient soutenus par l'Otan.

"Une menace absolument inacceptable se constituait, directement à nos frontières", a-t-il affirmé. 

poutine
Le président russe Vladimir Poutine arrive pour assister au défilé militaire du jour de la victoire sur la place Rouge, dans le centre de Moscou, le 9 mai 2022. (Kirill Kudryavtsev/AFP).

Les forces de l'ordre, déployées sur le parcours du défilé à travers le centre-ville, portaient à l'épaule droite la lettre "Z", devenue un symbole des partisans de l'offensive en Ukraine, car elle orne les véhicules et blindés d'unités russes déployées dans le conflit.

« 20 000 cercueils »  

Après son discours, 11.000 soldats, des dizaines de véhicules, dont des lance-missiles stratégiques et des chars, sont passés sur la place Rouge. Parmi eux, des unités présentées comme revenant du front ukrainien. La partie aérienne a dû être annulée à cause d'une météo défavorable, selon le Kremlin.

A Washington, le porte-parole de la diplomatie américaine Ned Price a qualifié "d'absurdité flagrante" et "d'insulte" aux victimes de la Seconde Guerre mondiale les affirmations du président Poutine selon lesquelles l'invasion russe était "préventive".

Depuis l'arrivée au pouvoir de Vladimir Poutine en 2000, la traditionnelle parade du 9 mai célèbre autant la victoire soviétique sur l’Allemagne nazie que la puissance russe retrouvée après la chute de l'URSS. Le président russe s'efforce aussi de placer le conflit en Ukraine dans la droite ligne de 1945, qualifiant l'adversaire de "néonazi".

Dans un message vidéo posté une heure avant le discours du président russe, Volodymyr Zelensky a déclaré: "Nous ne laisserons personne annexer cette victoire, se l'approprier".

"Le jour de la victoire sur les nazis, nous nous battons pour une autre victoire, la voie vers cette victoire est longue mais nous n'avons pas de doutes", a-t-il insisté, marchant dans Khrechtchatyk, l'avenue centrale de Kiev. "Nous avons vaincu à l'époque, nous vaincrons maintenant".

Deux mois et demi après l'entrée des forces russes sur le territoire de leur voisin, les combats se concentrent dans l'Est, la Russie ayant dû revoir à la baisse son ambition de prendre le pays et Kiev, sa capitale, face à la résistance des Ukrainiens, armés par les Occidentaux.

"Poutine aurait mieux fait de faire participer des dizaines de soldats russes blessés à ce défilé en Russie", a ironisé Ievguen Ienine, Premier vice-ministre de l'Intérieur ukrainien. "Ou bien de faire porter 20.000 cercueils à travers la place Rouge afin que les mères russes voient comment leurs fils sont morts ou ont été estropiés en 

russie
Des Russes portent des portraits de leurs proches - des soldats de la Seconde Guerre mondiale - alors qu'ils participent à la marche du Régiment immortel dans la ville extrême-orientale de Vladivostok le 9 mai 2022.(AFP). 

Conseil des droits de l'Homme 

Le président russe "est dans le déni. Il est dans la justification complètement révisionniste des motifs de guerre. Il a un discours de déni et d'inversion des responsabilités", a regretté le chef de la diplomatie française Jean-Yves Le Drian sur la chaîne de télévision BFMTV.

A Kiev, la place de l'Indépendance, le célèbre "Maïdan", était quasiment vide, sous la surveillance de quelques patrouilles de police, tandis que le calme était rompu de temps en temps par le hurlement des sirènes d'alarme anti-bombardement. 

"Quoi qu'il dise, nous devons faire ce qu'il faut pour gagner et libérer notre terre. C'est tout", dit Mykola, 75 ans, diplomate à la retraite. 

Soixante civils ont péri dans le bombardement russe d'une école où ils se réfugiaient dans l'est de l'Ukraine, a déclaré dimanche soir le président ukrainien lors d'un sommet du G7. 

Le secrétaire général de l'ONU Antonio Guterres s'est dit "horrifié".

Le Conseil des droits de l'homme de l'ONU va organiser jeudi à la demande de Kiev, soutenue par des dizaines de pays, une session extraordinaire sur "la détérioration de la situation des droits humains en Ukraine".

Dans un discours prononcé lundi, le ministre britannique de la Défense Ben Wallace estime que les généraux russes devraient être traduits devant une cour martiale pour leurs actes en Ukraine, "totalement complices du détournement par Poutine de la fière histoire de leurs ancêtres".

Le président français Emmanuel Macron a déclaré lundi que pour mettre fin à la guerre menée en Ukraine par l'armée russe, la paix devra se construire sans "humilier" la Russie. 

1
Derniers développements de la guerre lancée par la Russie en Ukraine, avec photos. (Graphique, AFP)

« Batailles intenses » 
 

Sur le terrain lundi, "des batailles très intenses se déroulaient autour de Roubijné et de Bilogorivka" dans la région de Lougansk (est), a indiqué le gouverneur Serguiï Gaïdaï. 

La Russie n'a jusqu'à présent pu revendiquer le contrôle complet que d'une ville d'importance, Kherson (sud), et l'offensive militaire que nombre d'experts prédisaient comme fulgurante a été marquée par des déconvenues, notamment logistiques.

Après avoir échoué aux portes de Kiev, l'état-major russe a dû revoir ses objectifs à la baisse en resserrant l'offensive sur l'est et le sud du pays.

Selon le Pentagone, l'effet des sanctions internationales commence à se faire sentir sur l'industrie russe de l'armement, qui peine à remplacer les missiles guidés utilisés en Ukraine en raison de l'embargo sur les composants électroniques qui frappe la Russie. 

A l'inverse, le président américain Joe Biden a signé lundi une loi de "prêt-bail", réactivant un dispositif emblématique datant de la Seconde guerre mondiale, afin d'accélérer l'envoi à l'Ukraine d'équipement militaire.

John Kirby, porte-parole du Pentagone, a également assuré que des Ukrainiens avaient été "envoyés contre leur gré" en Russie, sans pouvoir donner de chiffre. Kiev avance celui de 1,2 million de personnes déportées en Russie et placées dans des camps.

A Marioupol, port du sud-est de l'Ukraine presque entièrement sous contrôle russe, où les militaires ukrainiens qui résistent toujours dans l'immense aciérie Azovstal ont exclu de se rendre, les séparatistes prorusses ont défilé pour le 9 mai.

Un gigantesque ruban de Saint-Georges, symbole patriotique russe, a été porté par les séparatistes à travers la ville quasiment détruite après plusieurs semaines de siège.

A Varsovie, l'ambassadeur de Russie en Pologne a eu la tête et la chemise aspergées d'une substance rouge évoquant du sang et pris à partie par des manifestants pro-ukrainiens, alors qu'il s'apprêtait à déposer une gerbe au cimetière de Varsovie où reposent les soldats soviétiques morts durant la Seconde Guerre mondiale.

A Athènes, la Grèce a annoncé lundi la réouverture de son ambassade à Kiev, "dans un geste hautement symbolique" pour soutenir "les Ukrainiens et la communauté grecque" vivant dans ce pays. 


Londres annonce des mesures de soutien pour la reconstruction de l'Ukraine

Un policier se tient devant l'entrée du Palazzo dei Congressi à la veille d'une conférence internationale de deux jours sur la reconstruction de l'Ukraine à Lugano le 3 juillet 2022 (Photo, AFP).
Un policier se tient devant l'entrée du Palazzo dei Congressi à la veille d'une conférence internationale de deux jours sur la reconstruction de l'Ukraine à Lugano le 3 juillet 2022 (Photo, AFP).
Short Url
  • Londres soutiendra notamment la reconstruction de la ville et de la région de Kiev
  • Ces nouveaux fonds vont porter l'aide militaire britannique à Kiev à 2,3 milliards de livres

LONDRES: La ministre des Affaires étrangères britannique Liz Truss présentera lundi un vaste plan de soutien pour aider l'Ukraine à long terme et participer à la reconstruction du pays une fois la guerre avec la Russie terminée.

Lors de la conférence sur la reconstruction de l'Ukraine à Lugano, en Suisse, Mme Truss exposera les projets du Royaume-Uni pour soutenir le pays à court terme, à travers l'aide humanitaire, mais aussi à plus long terme pour relancer l'économie ukrainienne en apportant l'expertise financière et économique britannique, a indiqué son ministère dans un communiqué dimanche.

Londres soutiendra notamment la reconstruction de la ville et de la région de Kiev, à la demande du président Zelensky, indique le Foreign office.

Le Royaume-Uni compte également travailler avec Kiev et ses alliés pour accueillir la conférence sur la relance de l'Ukraine en 2023 et établira un bureau à Londres pour aider à coordonner ces efforts.

"Le redressement de l'Ukraine après la guerre d'agression de la Russie sera le symbole du pouvoir de la démocratie sur l'autocratie. Cela montrera à Poutine que ses tentatives de détruire l'Ukraine n'ont abouti qu'à une nation plus forte, plus prospère et plus unie", a déclaré la cheffe de la diplomatie britannique, en amont de la conférence.

"Nous avons été en tête en termes de soutien à l'Ukraine pendant la guerre et continuerons à être en tête du soutien au plan de reconstruction et de développement du gouvernement ukrainien", a-t-elle affirmé.

Mercredi, le gouvernement britannique avait annoncé débloquer un milliard de livres (1,16 milliard d'euros) d'aide militaire supplémentaire à l'Ukraine pour répondre à l'invasion russe, comprenant des systèmes de défense anti-aérienne et des drones.

Ces nouveaux fonds vont porter l'aide militaire britannique à Kiev à 2,3 milliards de livres.


Passe d'armes entre Jeff Bezos et la Maison Blanche sur les prix de l'essence

Le fondateur et PDG d'Amazon, Jeff Bezos (Photo, AFP).
Le fondateur et PDG d'Amazon, Jeff Bezos (Photo, AFP).
Short Url
  • La flambée des prix à la pompe, plombe la popularité du président démocrate
  • La porte-parole de la Maison Blanche, Karine Jean-Pierre, est venu à la défense de Joe Biden

NEW YORK: Le multimilliardaire et fondateur d'Amazon Jeff Bezos a estimé que le président américain se fourvoyait en appelant les distributeurs d'essence à faire baisser les prix rapidement, poussant dimanche plusieurs responsables de la Maison Blanche à défendre Joe Biden.

"Mon message aux entreprises qui exploitent des stations-service et qui fixent les prix à la pompe est simple: nous sommes en temps de guerre et de péril mondial", a écrit le président américain sur Twitter samedi. "Réduisez le prix que vous facturez à la pompe pour refléter le coût que vous payez pour le produit. Et faites-le maintenant".

Pour M. Bezos, ce raisonnement relève "soit d'une tentative de diversion, soit d'une profonde incompréhension de la dynamique de base du marché".

"L'inflation est un problème bien trop important pour que la Maison Blanche continue à faire des déclarations comme celle-ci", a-t-il réagi samedi sur le réseau social.

La flambée des prix à la pompe, devenue un symbole de la montée générale des prix, plombe la popularité du président démocrate, qui reproche régulièrement aux géants pétroliers de s'enrichir sans faire d'efforts pour résoudre le problème.

Ces derniers rétorquent qu'ils font croître leur production et qu'ils font fonctionner les raffineries américaines à des cadences très élevées mais que les prix sont fixés sur le marché mondial et sont soumis à des dynamiques en dehors de leur contrôle.

La porte-parole de la Maison Blanche, Karine Jean-Pierre, est venu à la défense de Joe Biden dimanche en remarquant sur Twitter que les prix du brut ont baissé "d'environ 15 dollars au cours du mois passé" mais que les prix à la pompe "sont à peine redescendus". "Il ne s'agit pas de la +dynamique de base du marché+. C'est un marché qui laisse tomber le consommateur américain".

Le gallon d'essence aux États-Unis s'est hissé début juin au-dessus du seuil symbolique des 5 dollars le gallon pour la première fois. Il est un peu redescendu depuis mais reste loin des 3,10 dollars d'il y a un an.

John Kirby, qui coordonne la communication de la Maison Blanche sur les questions stratégiques, a défendu, dimanche lors d'une interview sur Fox, la position de Joe Biden.

"Le président travaille très très dur, sur plusieurs fronts (...) pour tenter de réduire les prix" à la pompe, a-t-il assuré avant d'évoquer entre autres sa proposition de suspendre la taxe fédérale sur l'essence pendant l'été -qui doit être acceptée par le Congrès, ou la décision de puiser massivement dans les réserves stratégiques de pétrole.

"Il sait que cela ne résoudra pas tous les problèmes, mais cela aidera si tout le monde coopère, et nous pourrions faire baisser le prix d'au moins environ 1 dollar le gallon", a-t-il ajouté.


Enquête après le piratage des comptes Twitter et Youtube de l'armée britannique

Un informaticien effectue une démonstration de piratage au Forum international de la cybersécurité (FIC) à Lille (Photo, AFP).
Un informaticien effectue une démonstration de piratage au Forum international de la cybersécurité (FIC) à Lille (Photo, AFP).
Short Url
  • «Nous allons mener une enquête complète et tirer les leçons de cet incident»
  • L'armée britannique a présenté ses excuses sur Twitter pour l'«interruption temporaire» de ses contenus

LONDRES: Une enquête est en cours après le piratage des comptes Twitter et Youtube de l'armée britannique, a annoncé dimanche le ministère de la Défense.

"Nous avons connaissance d'une violation des comptes Twitter et YouTube de l'armée et une enquête est en cours. L'armée prend la sécurité de l'information très au sérieux et nous sommes en train de résoudre le problème", a indiqué le ministère de la Défense sur Twitter.

"Tant que leur enquête n'est pas terminée, il serait inapproprié de commenter davantage", a ajouté le ministère.

Des vidéos sur la crypto-monnaie et des images de l'homme d'affaires Elon Musk sont apparues sur la chaîne Youtube de l'armée tandis que son compte Twitter officiel a retweeté un certain nombre de messages semblant liés aux NFT.

Le NFT, pour "non-fungible token" ou jeton non fongible, est un format numérique qui permet d'associer à tout objet virtuel, qu'il s'agisse d'une image, photo, animation, vidéo, ou morceau de musique, un certificat d'authenticité enregistré sur une chaîne de blocs (ou "blockchain"), la technologie qui sert de base notamment aux cryptomonnaies comme le bitcoin.

L'armée britannique a présenté ses excuses sur Twitter pour l'"interruption temporaire" de ses contenus, et annoncé la reprise du service normal de son compte.

"Nous allons mener une enquête complète et tirer les leçons de cet incident", a indiqué l'armée.