France: retour du festival de littérature America de Vincennes en septembre

Crédit photo : Site officiel du Festival America
Crédit photo : Site officiel du Festival America
Short Url
Publié le Mercredi 11 mai 2022

France: retour du festival de littérature America de Vincennes en septembre

  • Du 22 au 25 septembre, cette 10e édition du festival America «se déclinera en une centaine de débats et de rencontres thématiques», ont indiqué les organisateurs dans un communiqué
  • Sont attendus entre autres les écrivains Jonathan Franzen, Louise Erdrich, Richard Ford, Armistead Maupin, Joyce Maynard ou Ta-Nehisi Coates

PARIS : America, le festival français de littérature américaine, organisé à Vincennes près de Paris, revient en septembre après une annulation en 2020 en raison de la pandémie de Covid-19.

Ce festival bisannuel n'avait alors pas pu se tenir, les restrictions strictes aux déplacements lui faisant perdre son intérêt.

Du 22 au 25 septembre, cette 10e édition "se déclinera en une centaine de débats et de rencontres thématiques", ont indiqué les organisateurs dans un communiqué.

Sont attendus entre autres les écrivains Jonathan Franzen, Louise Erdrich, Richard Ford, Armistead Maupin, Joyce Maynard ou Ta-Nehisi Coates. Mais également des Québecois, dont Kevin Lambert, Gabrielle Filteau-Chiba ou Catherine Leroux.

Vincennes "accueillera une importante délégation d'écrivains appartenant à des communautés autochtones du Canada et des États-Unis", a ajouté l'organisation.


A l'opéra de Bordeaux, un ex-Daft Punk entre dans la danse de Preljocaj

La distribution complète ainsi que la version numérique du programme est disponible ici https://www.opera-bordeaux.com/ballet-mythologies-17940 (photo, Opéra national de Bordeaux, Facebook)
La distribution complète ainsi que la version numérique du programme est disponible ici https://www.opera-bordeaux.com/ballet-mythologies-17940 (photo, Opéra national de Bordeaux, Facebook)
Short Url
  • «C’est étonnant, Daft Punk se sépare et ce qui va sortir, c’est une œuvre pour orchestre sans électronique», s'émerveille Angelin Preljocaj à quelques heures de la première
  • «Quand on écrit pour l'électronique, on n'a pas ces données à prendre en compte, comme la gestion du souffle des instrumentistes à vent ou la façon d'attaquer une note pour les cordes», relève le chef d'orchestre

BORDEAUX : Dans «Mythologies», sa dernière création mondiale dévoilée vendredi à Bordeaux, le chorégraphe Angelin Preljocaj s'offre la musique d'un compositeur inattendu, l'ex-Daft Punk Thomas Bangalter, qui signe sa première pièce pour orchestre symphonique.

La moitié de l'ex-duo star de la French touch est de retour sur la scène musicale, cette fois sur une partition où l'on ne l'attendait pas.

«C’est étonnant, Daft Punk se sépare et ce qui va sortir, c’est une œuvre pour orchestre sans électronique», s'émerveille Angelin Preljocaj à quelques heures de la première. Programmée au Grand-Théâtre de Bordeaux jusqu'au 10 juillet, la création coproduite avec l'opéra national de Bordeaux partira en tournée pour 37 dates à partir de septembre.

«Depuis plusieurs années, on voulait faire quelque chose ensemble», raconte le chorégraphe français de 65 ans. «Je lui ai demandé s’il était intéressé d’écrire pour un orchestre, il en avait très envie, bien avant la séparation de Daft Punk», annoncée en février 2021 après 28 ans de service du duo prolifique formé avec Guy-Manuel de Homem-Christo.

«Thomas avait besoin d’un livret pour travailler, inventer, alors j'ai écrit un livret avec plusieurs mythologies, et il a écrit la musique, et puis j'ai reçu la musique, et ce qu'elle m'inspirait, m'a encore amené ailleurs, c'était comme un palimpseste», poursuit le chorégraphe.

Abandonner les machines pour composer la partition d'un ballet est un processus qui a forcément «pris beaucoup de temps», estime Romain Dumas, le chef d'orchestre, au cœur de la fabrication de l'œuvre façonnée à trois, comme dans un «ping-pong» créatif.

- «Passionné par Vivaldi» -

«Quand on écrit pour l'électronique, on n'a pas ces données à prendre en compte, comme la gestion du souffle des instrumentistes à vent ou la façon d'attaquer une note pour les cordes», relève le chef d'orchestre.

Ce projet s'est d'ailleurs révélé être aussi un challenge pour les musiciens qui se sont livrés à un «entraînement assidu», presque de «sportifs» pour traduire dans l'endurance la musique de Thomas Bangalter, tantôt nerveuse avec ses ruptures, mais aussi parfois lyrique ou aux accents cinématographiques.

Dans cette partition, le compositeur convoque des influences de la musique baroque. «Thomas est passionné par Vivaldi et Bach», mais aussi par le «courant du minimalisme américain», de John Cage à Steve Reich, «qui a innervé tout le style de musiques de films actuels américains», dit Romain Dumas. Et dans cet ensemble, «il y a des choses plus électroniques, des motifs extrêmement courts et répétés (...) quelque chose de très compliqué pour le geste instrumental humain».

Dans l'unique interview donnée au compte Facebook de l’Opéra de Bordeaux, à visage découvert, Thomas Bangalter confie pour sa part: «La raison pour laquelle j'ai accepté ce projet (car je n'aime pas faire des choses que j'ai déjà faites), c'est que ça allait être intéressant du point de vue de la composition».

Dans ses «Mythologies», Preljocaj explore les mythes qui traversent le temps depuis l'Antiquité et leur résonance avec le monde actuel dans une succession de tableaux, alternant tonalités froides ou chatoyantes.

On y croise «des mythologies antiques, les Amazones, le Minotaure, mais aussi les Mythologies évoquées par Roland Barthes comme le catch, et puis celles qu'on est en train de créer sans s'en rendre compte, et qui deviendront peut-être des mythologies du XXIe

siècle comme la guerre ou le Covid-19», détaille le chorégraphe, dont le style combine langage classique et danse contemporaine.

Dans une mise en scène épurée, avec des costumes d'inspiration antique, dix danseurs du Ballet Preljocaj et autant du Ballet de l’Opéra National de Bordeaux couronnent quatre ans de collaboration entre les deux maisons.

Avec cette création, Preljocaj, connu notamment pour ses ballets «Le Parc» et «Blanche-neige», confirme son amour pour l'électro après des collaborations avec Air, le DJ Laurent Garnier et Daft Punk dont il avait déjà emprunté la bande originale du film «Tron» pour sa pièce “Gravité”.


Au Brésil, le boom des retraites mystiques dans une réserve naturelle

La réserve naturelle de Chapada dos Veadeiros, Zone protégée reconnue par l'Unesco (photo, Unesco)
La réserve naturelle de Chapada dos Veadeiros, Zone protégée reconnue par l'Unesco (photo, Unesco)
Short Url
  • Le vert émeraude du Cerrado, la savane brésilienne aux arbustes touffus, est barré par une faille rocheuse qui dévoile des piscines naturelles d'eau cristalline et des cascades spectaculaires
  • Michelle Ximenes, qui se présente comme une «guide spirituelle», est la propriétaire du Temple de l'étincelle divine, installé en pleine nature près de la petite ville d’Alto Paraiso

ALTO PARAISO DE GOIAS, Brésil : Les yeux fermés, le corps enduit d'une couche de boue d'argile grisâtre, une dizaine de touristes en maillots de bain tapent des pieds au rythme du tambour, au milieu de la végétation luxuriante de la Chapada dos Veadeiros, à 230 km de Brasilia.

«C'est l'énergie de la terre mère!», s'écrie Michelle Ximenes, qui mène ce «rituel chamanique de guérison par l'argile». Souriante dans son ample poncho noir et blanc, elle chante des incantations en frappant sur son tambour décoré de motifs ésotériques.

Michelle Ximenes, qui se présente comme une «guide spirituelle», est la propriétaire du Temple de l'étincelle divine, installé en pleine nature près d'une petite ville dont le nom est aussi tout un programme: Alto Paraiso (Haut Paradis).

Ses retraites spirituelles de désemplissent pas depuis la fin de la pandémie de Covid-19, qui a fait plus de 670.000 morts au Brésil.

Avant, elle en organisait une tous les deux mois. À présent, les stages ont lieu deux fois par mois dans son centre, où les visiteurs ont également droit à des séances de yoga, de méditation, et à des danses rituelles la nuit autour d'un feu de camp.

«Les gens sont à la recherche d'une connexion avec le divin après avoir traversé des moments difficiles. C'est une quête du bonheur intérieur», explique-t-elle.

Pour cela, rien de tel que la Chapada dos Veadeiros, réserve naturelle de 240.000 hectares nichée sur un haut plateau à 1.200 mètres d'altitude, dans l'Etat brésilien de Goias (centre).

Le vert émeraude du Cerrado, la savane brésilienne aux arbustes touffus, est barré par une faille rocheuse qui dévoile des piscines naturelles d'eau cristalline et des cascades spectaculaires.

«L'énergie de ce lieu est différente. L'atmosphère est vraiment spéciale, on peut travailler notre connexion avec le monde spirituel», dit Juliana Abdala, 34 ans, une des participantes à la retraite.

- Aura mystique -

Zone protégée reconnue par l'Unesco, avec des milliers d'espèces de faune et de flore menacées d'extinction, la Chapada dos Veadeiros a aussi une aura mystique qui fascine les passionnés d’ésotérisme.

Le tournant a eu lieu dans les années 1980, quand une photo prise de l'espace par la Nasa a fait croire à certains que le sous-sol de la région était composé d'une immense plaque de cristal de quartz qui dégagerait des énergies positives.

Une croyance battue en brèche depuis par les scientifiques, mais encore vivace dans l'imaginaire collectif.

La Chapada est par ailleurs située sur le quatorzième parallèle, le même que les ruines du Machu Picchu, au Pérou, site archéologique également doté d'une immense aura spirituelle.

Certains habitants d'Alto Paraiso disent même avoir vu des extra-terrestres, et des commerces de la ville jouent de cette réputation en décorant leurs vitrines de dessins de petits hommes verts.

Dans un autre centre spirituel, le Paradis des Pandava, nom inspiré de personnages d'une épopée de la mythologie hindoue, Carol Cianni enseigne aux visiteurs la technique de méditation de pleine conscience.

Un des exercices: sucer un carré de chocolat noir pendant sept minutes, et maintenir une concentration totale pour lutter contre la sensation d'anxiété.

«L'objectif n'est pas juste de savourer le chocolat. Il faut savourer la vie», explique-t-elle.

Pendant la pandémie, «beaucoup gens sont restés confinés chez eux et se sont rendus compte qu'ils étaient anxieux. En fait, ils l'étaient déjà, mais n'en avaient pas conscience».

Karla Moreno, fonctionnaire de 40 ans, qui habite Goiania, à 400 km d'Alto Paraiso, a décidé de faire une retraite spirituelle avec son mari après avoir perdu son père durant la pandémie.

«C'est un moment d'introspection, pour me regarder de l'intérieur et apprendre à mieux me connaître», raconte-t-elle.


Un cinéaste saoudien s’inspire des pèlerinages du Hajj dans son enfance

Le cinéaste saoudien Mujtaba Saeed développe actuellement un scénario qui s'inspire largement de sa relation avec la ville sainte de La Mecque. (SPA)
Le cinéaste saoudien Mujtaba Saeed développe actuellement un scénario qui s'inspire largement de sa relation avec la ville sainte de La Mecque. (SPA)
Le cinéaste saoudien Mujtaba Saeed développe actuellement un scénario qui s'inspire largement de sa relation avec la ville sainte de La Mecque. (SPA)
Le cinéaste saoudien Mujtaba Saeed développe actuellement un scénario qui s'inspire largement de sa relation avec la ville sainte de La Mecque. (SPA)
Short Url
  • Mujtaba Saeed décrit ses voyages d’enfance à travers les dunes multicolores d’Arabie saoudite, alors que des bus passent, transportant des étrangers de tous horizons qui chantent des prières à l’unisson
  • Le scénario reflète la propre vie de M. Saeed qui tourne autour de deux villes; La Mecque et Berlin, et l’on assiste à un mouvement de va-et-vient continu: des pèlerins à La Mecque, des touristes et des étudiants à Berlin

RIYAD: La relation du cinéaste saoudien Mujtaba Saeed avec La Mecque commence dès son plus jeune âge. Il se souvient avec émotion des voyages en famille dans cette ville animée pour effectuer les rituels de l’Omra ou du Hajj. Il était entouré de personnes de toutes les ethnies et nationalités qui se réunissaient dans un but commun en ce Lieu saint.

Il décrit ses voyages d’enfance à travers les dunes multicolores d’Arabie saoudite, alors que des bus passent, transportant des étrangers de tous horizons qui chantent des prières à l’unisson.

Mujtaba Saeed se remémore les voyages depuis la maison de son enfance dans la ville de Saihat, dans l’est du pays, vers la région du Hijaz, dans l’ouest du pays. Il se souvient très bien de l’enthousiasme et de l’émerveillement qui accompagnaient ces voyages.

photo

Le film de 2021 de Mujtaba Saeed "Zawal" a remporté la Palme d'or du meilleur court métrage au Festival du film saoudien et un prix Golden Sail au Gulf Radio and Television Festival, qui a eu lieu à Bahreïn. (Fourni)

«Ces voyages étaient pleins d’aventures», déclare-t-il à Arab News. «Pour un enfant, c’est un voyage interminable. En me rendant à La Mecque, j’avais l’impression de faire un périple.»

Le scénariste et réalisateur travaille actuellement sur un scénario qui s’inspire fortement de sa relation avec la Ville sainte, qui faisait partie intégrante de sa vie jusqu’au jour où, jeune adulte, il emménage en Allemagne pour poursuivre ses études.

«Après cela, je n’ai plus visité La Mecque pendant un certain temps, mais les souvenirs sont restés», précise-t-il. «Je considère que les souvenirs soulèvent des questions qui ont trait au temps, aux liens et au fait de voyager... je crois que c’est ainsi que tout Saoudien perçoit sa relation avec La Mecque.»

Il ajoute que la ville est le centre d’intérêt de nombreuses personnes et familles qui la visitent en tant que pèlerins tout au long de leur vie.

«J’ai grandi avec ces images qui débordent d’émotions; La Mecque est, pour moi, un lieu chargé d’émotions», explique-t-il.

photo
Les autres projets de Saeed incluent "Drowning" ou "Gharaq", qui a récemment remporté le prix du meilleur scénario de long métrage au Festival du film saoudien. (Fourni)

M. Saeed, qui partage désormais son temps entre ses domiciles à Berlin et en Arabie saoudite, affirme que ses émotions et ses expériences avec la Ville sainte constituent une source d’inspiration pour son dernier scénario. Le projet est toujours en cours d’élaboration, mais le cinéaste est déterminé à partager son histoire non seulement avec ses compatriotes saoudiens, mais avec le public du monde entier.

«Chacun devrait s’engager et s’intégrer au sein de différentes cultures», soutient-il. «Je pense que ce qui est en notre for intérieur en tant qu’humains et ce qui nous motive en tant que personnes ne forment qu’une seule et même entité.»

Le scénario reflète la propre vie de Mujtaba Saeed qui tourne autour de deux villes: La Mecque et Berlin. Bien qu’il ait de nombreuses différences entre les deux, il existe également des similitudes, notamment une nature transitoire, où l’on assiste à un mouvement de va-et-vient continu: des pèlerins à La Mecque, des touristes et des étudiants à Berlin.

photo
Le cinéaste saoudien Mujtaba Saeed. (Fourni)

«Ces deux endroits servent de repères pour de nombreuses personnes dans le monde. J’essaie donc de rechercher les contrastes entre les deux et de voir comment ces contrastes affectent les personnages», souligne-t-il.

«Pour moi, il est également très important d’observer comment la ville de Berlin soulève des questions pour tous ceux qui la visitent... des questions qui concernent notre relation au corps, ainsi que notre connexion avec nous-mêmes et les autres.»

M. Saeed déclare que la recherche de réponses à ces questions par les personnages de l’histoire donne naissance à des conflits indispensables.

Il ajoute que l’objectif de son scénario est d’explorer le contraste entre les notions relatives aux valeurs traditionnelles de la «vieille société» et le monde moderne et globalisé. Plus encore, poursuit-il, il examine si divers groupes d’individus – chacun ayant ses propres antécédents dynamiques et variés – peuvent coexister en toute sécurité au même endroit.

«À La Mecque, cette équation existe», indique-t-il. «À partir du moment où je suis parti étudier en Allemagne, puis y travailler, une attention mondiale était portée à la ville. Mais une question subsiste: comment est-il possible de faire entendre d’autres voix là-bas?»

Il souligne qu’il se sent responsable en tant qu’artiste d’amplifier des voix souvent ignorées. Au moment où le développement des arts et du divertissement dans le Royaume se poursuit, grâce auquel le pays aspire à devenir un pôle régional pour le cinéma et les formes plus larges d’échange culturel, il estime que la croissance du cinéma saoudien est l’occasion idéale pour atteindre cet objectif.

«À ce stade de renaissance nationale, où l’on donne la parole au cinéma saoudien, il faudrait, en plus du travail que fait la Commission du film d’Arabie saoudite pour développer des créations régulées, déployer davantage d’efforts collaboratifs, que ce soit avec l’Europe, l’Inde ou d’autres pays», explique Mujtaba Saeed.

«Je pense que le cinéma deviendra notre langue – et c’est une langue universelle – dans les années à venir. L’importance du Festival du film européen à Riyad est incontestable et je crois qu’il est important de se concentrer sur la présentation d’un contenu cinématographique diversifié.»

Le Festival du film européen, qui vise à promouvoir le cinéma européen et à encourager l’établissement de contacts entre les cinéastes d’Europe et d’Arabie saoudite, s’est déroulé du 15 au 22 juin. M. Saeed considère ce festival comme essentiel pour aider à combler les écarts culturels et encourager la communication continue.

«Je ne crois pas que le festival ait présenté des films inédits pour ce public, car les Saoudiens aiment énormément le cinéma, mais il est important que les cinéastes européens rencontrent ce public», renchérit-il.

Les autres projets en cours de Mujtaba Saeed incluent un scénario intitulé Gharaq («Noyade»). Il a remporté en juin le prix du meilleur scénario de long-métrage lors de l’édition 2022 du Festival du film saoudien. Il précise qu’il explore la dualité du pardon et de la vengeance, ajoutant: «Une personne ne peut être libre que si elle est capable de pardonner.»

La production du film est en cours et le tournage devrait avoir lieu dans l’est du Royaume. Il espère que ce sera une coproduction saoudo-allemande.

Le film Zawal de Mujtaba Saeed, sorti en 2021, a remporté le prix du meilleur court-métrage au Festival du film saoudien et le prix Golden Sail au festival Gulf Radio and Television, qui s’est déroulé à Bahreïn du 21 au 23 juin. Il raconte l’histoire d’un garçon de huit ans qui vit avec sa mère dans un camp de réfugiés mis en quarantaine à la suite de la propagation d’une mystérieuse pandémie.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com