Cheikh Khalifa ben Zayed al-Nahyane: une vie en photos

Le roi Abdallah d'Arabie saoudite accueillant le président des Émirats arabes unis, cheikh Khalifa ben Zayed, avant l'ouverture du sommet consultatif du Conseil de coopération du Golfe à Riyad, le 6 mai 2006. (AFP)
Le roi Abdallah d'Arabie saoudite accueillant le président des Émirats arabes unis, cheikh Khalifa ben Zayed, avant l'ouverture du sommet consultatif du Conseil de coopération du Golfe à Riyad, le 6 mai 2006. (AFP)
Cheikh Khalifa ben Zayed assiste au sommet du Conseil de coopération du Golfe (CCG) des six nations à Manama. (AFP)
Cheikh Khalifa ben Zayed assiste au sommet du Conseil de coopération du Golfe (CCG) des six nations à Manama. (AFP)
Le roi Mohammed VI du Maroc (à gauche) est reçu par le cheikh Khalifa ben Zayed à Abu Dhabi le 27 décembre 1999. (AFP)
Le roi Mohammed VI du Maroc (à gauche) est reçu par le cheikh Khalifa ben Zayed à Abu Dhabi le 27 décembre 1999. (AFP)
Le cheikh Khalifa ben Zayed al-Nahyane (à droite) reçoit le chef d'État-major des armées des États-Unis, le général Henry Shelton, le 2 septembre 1998. (AFP)
Le cheikh Khalifa ben Zayed al-Nahyane (à droite) reçoit le chef d'État-major des armées des États-Unis, le général Henry Shelton, le 2 septembre 1998. (AFP)
Le vice-président américain Al Gore (à droite) serre la main du cheikh Khalifa ben Zayed al-Nahyane des Émirats arabes unis (à gauche) lors d'une conférence de presse le 12 mai 1998. (AFP)
Le vice-président américain Al Gore (à droite) serre la main du cheikh Khalifa ben Zayed al-Nahyane des Émirats arabes unis (à gauche) lors d'une conférence de presse le 12 mai 1998. (AFP)
Cheikh Khalifa discutant avec le président français Jacques Chirac le 26 mai 1998. (AFP)
Cheikh Khalifa discutant avec le président français Jacques Chirac le 26 mai 1998. (AFP)
Cheikh Khalifa discutant avec le président français Jacques Chirac le 26 mai 1998. (AFP)
Cheikh Khalifa discutant avec le président français Jacques Chirac le 26 mai 1998. (AFP)
Cheikh Khalifa ben Zayed al-Nahyane (à droite), escorté par le Premier ministre égyptien Kamal Ganzuri, à son arrivée à l'aéroport du Caire pour une visite officielle en Égypte en 1997. (AFP)
Cheikh Khalifa ben Zayed al-Nahyane (à droite), escorté par le Premier ministre égyptien Kamal Ganzuri, à son arrivée à l'aéroport du Caire pour une visite officielle en Égypte en 1997. (AFP)
Le cheikh Khalifa ben Zayed salue, depuis son véhicule, alors qu'il quitte le 10 Downing Street, dans le centre de Londres. (AFP)
Le cheikh Khalifa ben Zayed salue, depuis son véhicule, alors qu'il quitte le 10 Downing Street, dans le centre de Londres. (AFP)
Cheikh Nasser ben Hamed al-Khalifa (C), fils du roi Hamad de Bahreïn, debout lors de sa cérémonie de mariage à côté de son nouveau beau-père cheikh Mohammed ben Rached al-Maktoum (G) et du président des Émirats arabes unis, le cheikh Khalifa ben Zayed à Dubaï. (AFP)
Cheikh Nasser ben Hamed al-Khalifa (C), fils du roi Hamad de Bahreïn, debout lors de sa cérémonie de mariage à côté de son nouveau beau-père cheikh Mohammed ben Rached al-Maktoum (G) et du président des Émirats arabes unis, le cheikh Khalifa ben Zayed à Dubaï. (AFP)
Cheikh Khalifa ben Zayed inspecte la garde d'honneur militaire pakistanaise lors d'une cérémonie à son arrivée à Islamabad, le 27 décembre 2005. (AFP)
Cheikh Khalifa ben Zayed inspecte la garde d'honneur militaire pakistanaise lors d'une cérémonie à son arrivée à Islamabad, le 27 décembre 2005. (AFP)
Le président vénézuélien Hugo Chavez (à gauche) rencontre le prince héritier des Émirats arabes unis, Cheikh Khalifa ben Zayed, à Abu Dhabi, le 9 août 2000. (AFP)
Le président vénézuélien Hugo Chavez (à gauche) rencontre le prince héritier des Émirats arabes unis, Cheikh Khalifa ben Zayed, à Abu Dhabi, le 9 août 2000. (AFP)
Le président de l'Autorité palestinienne Yasser Arafat offre une gravure sur pierre du Dôme du Rocher de Jérusalem au prince héritier d'Abu Dhabi, Cheikh Khalifa ben Zayed, à Abu Dhabi, le 7 août 2000. (AFP)
Le président de l'Autorité palestinienne Yasser Arafat offre une gravure sur pierre du Dôme du Rocher de Jérusalem au prince héritier d'Abu Dhabi, Cheikh Khalifa ben Zayed, à Abu Dhabi, le 7 août 2000. (AFP)
Cheikh Khalifa ben Zayed avec le cheikh Mohammed ben Rached, priant sur le cercueil de feu le président syrien Hafez al-Assad, à Damas le 13 juin 2000. (AFP)
Cheikh Khalifa ben Zayed avec le cheikh Mohammed ben Rached, priant sur le cercueil de feu le président syrien Hafez al-Assad, à Damas le 13 juin 2000. (AFP)
Cheikh Khalifa présente ses condoléances à l'héritier présumé syrien Bachar al-Assad en marge des funérailles du président Hafez al-Assad, à Damas le 13 juin 2000. (AFP)
Cheikh Khalifa présente ses condoléances à l'héritier présumé syrien Bachar al-Assad en marge des funérailles du président Hafez al-Assad, à Damas le 13 juin 2000. (AFP)
Cheikh Khalifa (à droite) et le roi Abdallah de Jordanie à la suite de leur rencontre à Abu Dhabi le 16 mai 2000. (AFP)
Cheikh Khalifa (à droite) et le roi Abdallah de Jordanie à la suite de leur rencontre à Abu Dhabi le 16 mai 2000. (AFP)
Cheikh Khalifa avec le président libanais Émile Lahoud (à gauche) à son arrivée à l'aéroport d'Abu Dhabi, le 17 avril 2000. (AFP)
Cheikh Khalifa avec le président libanais Émile Lahoud (à gauche) à son arrivée à l'aéroport d'Abu Dhabi, le 17 avril 2000. (AFP)
Cheikh Khalifa ben Zayed rencontre le dirigeant omanais Sultan Qaboos (à droite) à Mascate le 26 février 2000. (AFP)
Cheikh Khalifa ben Zayed rencontre le dirigeant omanais Sultan Qaboos (à droite) à Mascate le 26 février 2000. (AFP)
Cheikh Khalifa ben Zayed (à droite), rencontre le secrétaire britannique à la Défense Geoffrey Hoon, en février 2000 à Abu Dhabi. (AFP)
Cheikh Khalifa ben Zayed (à droite), rencontre le secrétaire britannique à la Défense Geoffrey Hoon, en février 2000 à Abu Dhabi. (AFP)
Short Url
Publié le Vendredi 13 mai 2022

Cheikh Khalifa ben Zayed al-Nahyane: une vie en photos

  • Cheikh Khalifa ben Zayed al-Nahyane est décédé ce vendredi

ABU DHABI: Voici une galerie de photos du dirigeant d'Abu Dhabi et président des Émirats arabes unis, cheikh Khalifa ben Zayed al-Nahyane, décédé vendredi.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Mohammed ben Salmane reçoit le président ouzbek à Djeddah

Le prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane a reçu le président ouzbek Shavkat Mirziyoyev (Photo, SPA).
Le prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane a reçu le président ouzbek Shavkat Mirziyoyev (Photo, SPA).
Short Url

RIYAD: Le prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane a reçu le président ouzbek Shavkat Mirziyoyev mercredi à Djeddah.

 

Plus d’infos à suivre


OMS : le Maroc dans le Top 3 pour la hausse de l'espérance de vie en Afrique

Seuls l’Afrique du Sud, l’Algérie, le Botswana, le Cap vert, l’Eswatini, le Gabon et les Seychelles financent plus de 50% de leurs dépenses totales liées à la santé. (Photo, AFP)
Seuls l’Afrique du Sud, l’Algérie, le Botswana, le Cap vert, l’Eswatini, le Gabon et les Seychelles financent plus de 50% de leurs dépenses totales liées à la santé. (Photo, AFP)
Short Url
  • Le Maroc n’est pas seul sur le podium puisqu’il est accompagné par la Tunisie et l'Algérie. En effet, les trois pays du Maghreb affichent tous une espérance de vie moyenne de 76 ans
  • Le Maroc est rejoint sur le podium par la Tunisie et l'Algérie. En effet, les trois pays du Maghreb affichent tous une espérance de vie moyenne de 76 ans.

CASABLANCA : Selon un rapport de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), sur 12 pays du continent, le Maroc fait partie des trois premiers où l’espérance de vie est la plus forte. 

Le Maroc est rejoint sur le podium par la Tunisie et l'Algérie. En effet, les trois pays du Maghreb affichent tous une espérance de vie moyenne de 76 ans.

Le rapport de l’OMS qui couvre une période de 19 ans (de 2000 à 2019) révèle qu’en Afrique, l'espérance de vie «en bonne santé» est passée de 47 à 56 ans en Afrique, contre 64 ans de moyenne mondiale, la couverture des services de santé essentiels s’est également améliorée, passant de 24% en 2000 à 46% en 2019.

Selon Matshidiso Moeti, Directrice régionale de l’OMS pour l'Afrique, la volonté de la région africaine d’améliorer la santé et le bien-être de la population explique cette augmentation, «Mais les progrès doivent continuer. Si les pays ne renforcent pas les mesures contre la menace du cancer et d'autres maladies non transmissibles, les avancées en matière de santé pourraient être compromises» a-t-elle ajouté.

Par ailleurs, si des efforts ont été déployés pour rétablir les services essentiels affectés par la crise sanitaire, la plupart des gouvernements africains financent moins de 50% de leurs budgets de santé, ce qui se traduit par d’importants déficits de financement. 

Seuls l’Afrique du Sud, l’Algérie, le Botswana, le Cap vert, l’Eswatini, le Gabon et les Seychelles financent plus de 50% de leurs dépenses totales liées à la santé.

 


Brûlée par son mari en raison d’une grossesse non désirée, une Libanaise meurt à l'hôpital

Hana Mohammed Khodor, âgée de 21 ans, est décédée à l'hôpital Al-Salam, dans le nord du Liban, où elle se trouvait depuis onze jours. (Photo fournie)
Hana Mohammed Khodor, âgée de 21 ans, est décédée à l'hôpital Al-Salam, dans le nord du Liban, où elle se trouvait depuis onze jours. (Photo fournie)
Short Url
  • Hana Mohammed Khodor, âgée de 21 ans, a passé onze jours en soins intensifs pour des brûlures sur tout le corps
  • Son mari a été arrêté alors qu'il prévoyait de fuir à l’étranger

DUBAÏ: Une femme libanaise enceinte qui avait été violemment battue et brûlée par son mari parce qu'elle ne voulait pas avorter est décédée à l'hôpital mercredi.

Hana Mohammed Khodor, âgée de 21 ans, a perdu sa lutte pour la vie à l'hôpital Al-Salam, dans le nord du Liban, où elle se trouvait depuis onze jours.

Un médecin de l'hôpital a déclaré mardi que Hana avait été admise à l’hôpital le 6 août, et qu’elle recevait un traitement pour des brûlures sur tout le corps.

Il a ajouté que l’enfant qu’elle portait était mort et qu’il a dû être retiré par intervention chirurgicale. Il a décrit les chances de survie de Hana comme «très faibles».

Un ami de la famille, Abdel Rahman Haddad, a affirmé à Arab News que Hana était décédée mercredi. Un responsable de l'hôpital a confirmé la nouvelle et a déclaré que son corps avait déjà été réclamé par sa famille.

Selon les médias locaux, le mari de Hana, identifié uniquement par les initiales A. A., a battu sa femme parce qu'elle refusait d'avorter.

Il aurait déclaré que le couple – d'un milieu pauvre de la ville de Tripoli, dans le nord du pays – n'avait pas les moyens d’élever cet enfant.

S'adressant à Al-Jadeed TV mardi, la tante de Hana a confié: «Quand elle a refusé d'avorter, il l'a ramenée à la maison et l'a brûlée au moyen d’une bonbonne de gaz.»

Abdel Rahman Haddad a indiqué que A. A. avait été arrêté par les Forces de sécurité intérieure libanaises alors qu'il prévoyait de fuir le pays.

Avant son décès, la famille de Hana avait lancé plusieurs appels à un soutien financier pour l'aider à payer le traitement hospitalier, qui comprenait de multiples opérations et des transfusions sanguines.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com