Un homme tué par balle à Paris: un sympathisant d'extrême droite mis en examen

Dans la nuit de vendredi à samedi, aux alentours de 3h00 sur le boulevard de Clichy dans le 17e arrondissement, «à la suite d'un différend opposant plusieurs individus sur la voie publique, un homme a été victime d'un tir par arme à feu» (Photo, AFP).
Dans la nuit de vendredi à samedi, aux alentours de 3h00 sur le boulevard de Clichy dans le 17e arrondissement, «à la suite d'un différend opposant plusieurs individus sur la voie publique, un homme a été victime d'un tir par arme à feu» (Photo, AFP).
Short Url
Publié le Mardi 17 mai 2022

Un homme tué par balle à Paris: un sympathisant d'extrême droite mis en examen

  • Un quinquagénaire, connu pour sa proximité avec des thèses d'extrême droite et d'opposition à la politique sanitaire, a été mis en examen
  • Selon une seconde source policière, le mis en cause est adepte des thèses complotistes et antisémites

PARIS: Un quinquagénaire, connu pour sa proximité avec des thèses d'extrême droite et d'opposition à la politique sanitaire, a été mis en examen lundi pour "meurtre", soupçonné d'avoir tué par balle un jeune homme après une rixe à Paris samedi, a-t-on appris de source judiciaire.

Il a été placé en détention provisoire, selon la même source.

Dans la nuit de vendredi à samedi, aux alentours de 3h00 sur le boulevard de Clichy dans le 17e arrondissement, "à la suite d'un différend opposant plusieurs individus sur la voie publique, un homme a été victime d'un tir par arme à feu", avait rapporté une première source policière. 

La victime est décédée sur place et le suspect, Martial L. a pris la fuite en voiture avant d'être rapidement localisé puis interpellé.

Selon les premiers éléments de l'enquête, une bagarre opposait sur le terre-plein plusieurs personnes quand un automobiliste, âgé de 50 ans, a stoppé sa voiture pour aller à leur rencontre, a expliqué une seconde source policière.

L'un des participants à la rixe lui aurait intimé de "dégager". Le conducteur a alors sorti une arme et lui a tiré dans la tête avant de reprendre le volant, selon cette même source.

Contacté, son avocat n'a pas souhaité s'exprimer.

"L'un des enjeux de l'instruction va être la question du mobile raciste, vu le profil du suspect, qui aurait fait un appel à la violence raciale quelques heures avant les faits", a réagi Me Avi Bitton, avocat de la famille de la victime, âgée de 27 ans et  vivant à Poissy (Yvelines), de nationalité française et d'origine marocaine et espagnole.

Selon une seconde source policière, le mis en cause est adepte des thèses complotistes et antisémites.

Il s'était distingué en septembre 2020 en perturbant l'émission "Balance ton post!" animée par Cyril Hanouna sur C8 en tenant des propos véhéments et confus sur la politique sanitaire en France.

Dans des vidéos plus anciennes mises en ligne intitulées "Sauvez-la-France" ou "Immigration non voulue par les Français", il se dit notamment pour "le parti de (Alain) Soral et Dieudo(nné)", l'essayiste et le polémiste tous deux condamnés pour propos antisémites.

Cet homme, qui a passé une partie de sa vie au Japon, est connu de la justice. Selon une source proche du dossier, il était inscrit au fichier des personnes recherchées.

Dans un tweet samedi, le maire de Poissy Karl Olive a demandé "au ministre de l’intérieur de faire toute la lumière" et présenté ses "condoléances à la famille du quartier Clos-Miroir".


Guadeloupe: 7 hommes déférés au parquet après les violences urbaines

Une personne marche près d'une barricade en feu sur une route du Lamentin (Photo, AFP).
Une personne marche près d'une barricade en feu sur une route du Lamentin (Photo, AFP).
Short Url
  • Sept hommes, «tous ayant des casiers», ont été déférés vendredi au parquet
  • Plusieurs personnes ont été mises en examen ou condamnées dans le cadre des enquêtes sur ces faits

POINTE-À-PITRE, France: Sept hommes ont été déférés au parquet de Pointe-à-Pitre vendredi, après des pillages au Lamentin en novembre sur fond de crise sociale et sanitaire en Guadeloupe, et deux d'entre eux ont été condamnés, a-t-on appris dimanche auprès du parquet.

Huit suspects au total avaient été placés en garde à vue en milieu de semaine - cinq interpellés par les forces de l'ordre et trois "extraits de leurs cellules" car incarcérés entretemps pour d’autres affaires, a précisé à l’AFP Patrick Desjardins, procureur de la République de Pointe-à-Pitre.

Sept hommes, "tous ayant des casiers", ont finalement été déférés vendredi au parquet.

Deux d'entre eux, "plutôt impliqués comme suiveurs et qui ont reconnu les faits", ont été condamnés à un an et à six mois de prison ferme en comparution sur reconnaissance préalable de culpabilité, puis incarcérés immédiatement, selon la même source.

Cinq autres suspects devaient comparaître devant le tribunal correctionnel vendredi, mais l’affaire a été renvoyée au 25 juillet.

Trois d’entre eux étaient déjà incarcérés, un a été placé en détention provisoire jusqu’au procès et le cinquième a été placé sous contrôle judiciaire.

Un petit centre commercial de la commune de Lamentin avait été attaqué avec une tractopelle dans la nuit du 20 au 21 novembre 2021, au tout début des manifestations et émeutes urbaines qui étaient survenues en Guadeloupe, en pleine contestation du passe sanitaire et de l’obligation vaccinale contre le Covid-19.

Lors de cette crise sociale, les violences avaient concerné une grande partie de l’archipel entre fin 2021 et début 2022, avec des pillages voire des incendies de commerces.

Un local des douanes à Pointe-à-Pitre avait été attaqué, ainsi que des casernes de gendarmerie, et des forces de l’ordre avaient été prises pour cible et visées par des tirs. Des barrages avaient par ailleurs été érigés sur les routes.

Plusieurs personnes ont été mises en examen ou condamnées dans le cadre des enquêtes sur ces faits.


Coquerel dénonce des «rumeurs infondées» sur son comportement envers les femmes

Eric Coquerel, député de Seine-Saint-Denis du mouvement de gauche français La France Insoumise (LFI), prend la pose lors d'une séance photo à Aubervilliers (Photo, AFP).
Eric Coquerel, député de Seine-Saint-Denis du mouvement de gauche français La France Insoumise (LFI), prend la pose lors d'une séance photo à Aubervilliers (Photo, AFP).
Short Url
  • Cette rumeur a été relancée par une enquête sur le sexisme à LFI dans le journal Causette
  • Le député explique par ailleurs s'être senti contraint à s'exprimer

PARIS: Le député LFI Eric Coquerel, élu jeudi 30 juin président de la commission des Finances de l'Assemblée nationale, dénonce dans une tribune au JDD dimanche des "rumeurs infondées" concernant son comportement envers les femmes.

"Je fais cette tribune pour affirmer que je n’ai jamais exercé une violence ou une contrainte physique ou psychique pour obtenir un rapport, ce qui caractérise la porte d’entrée d’un comportement délictuel dans le domaine des violences sexistes et sexuelles", écrit M. Coquerel dans le Journal du Dimanche, en se disant "obligé de prendre la parole pour la première fois".

Le comité contre les violences sexuelles de La France insoumise avait défendu jeudi le député Eric Coquerel, élu président de la commission des Finances de l'Assemblée nationale, contre des "rumeurs sur son comportement avec les femmes", assurant n'avoir jamais reçu de signalement à son sujet.

"Plusieurs rédactions ont mené des enquêtes journalistiques", souligne le député, un très proche du dirigeant de LFI Jean-Luc Mélenchon : "Rien n’est jamais sorti faute d’avoir trouvé un témoignage pouvant s’apparenter à un comportement délictuel, a fortiori criminel. Cette rumeur a été pourtant relancée par une enquête sur le sexisme à LFI dans le journal Causette en septembre 2018. La journaliste évoque deux brefs témoignages anonymes à propos d’un député lui aussi anonyme coupable de 'dérapages, à la limite du harcèlement'. Je ne me suis pas inquiété outre-mesure sur le moment de cet article dont on disait qu’il me concernait, car il était visiblement bâclé".

Dès lors, écrit Eric Coquerel, "comment réagir à une rumeur qui n’est basée sur aucune plainte, aucun signalement à la cellule interne de LFI, malgré de fréquents appels et communiqués de LFI à pouvoir le faire, aucun témoignage public, aucun résultat d’enquête journalistique sérieuse en plus de cinq ans mais dont on explique que seul le silence de LFI et son refus de mener une enquête l’expliquerait ?"

Le député explique par ailleurs s'être senti contraint à s'exprimer, pour la première fois publiquement, par une intervention sur RTL cette semaine de l'auteure et militante Rokhaya Diallo. Cette dernière avait évoqué, sans plus de précisions, des "sources au sein de LFI" mettant en cause le comportement de M. Coquerel.


Militaire tué à Bitche: Ouverture d'une information judiciaire pour assassinat

Un mirador de la maison d'arrêt de Metz-Queuleu (Photo, AFP).
Un mirador de la maison d'arrêt de Metz-Queuleu (Photo, AFP).
Short Url
  • Les faits se sont produits jeudi aux alentours de 07H00 du matin au camp de Bitche et une enquête de flagrance avait été ouverte
  • Selon les premiers éléments de l'enquête, ce militaire nourrissait un fort ressentiment à l'égard de la victime

METZ: Le parquet de Metz a ouvert samedi une information judiciaire pour "assassinat" après le décès d'un militaire de 25 ans jeudi à Bitche (Moselle), et le suspect, lui aussi militaire, a été mis en examen et placé en détention provisoire.

"Il n'a pas fait de déclaration devant le juge d'instruction", a précisé le procureur de la République, Yves Badorc. Ce caporal-chef de 24 ans du 16e bataillon de chasseurs à pied avait néanmoins reconnu les faits lors de sa garde à vue, a ajouté le magistrat.

Selon les premiers éléments de l'enquête, ce militaire "nourrissait un fort ressentiment à l'égard de la victime", première classe de 25 ans, a indiqué M. Badorc.

Les faits se sont produits jeudi aux alentours de 07H00 du matin au camp de Bitche et une enquête de flagrance avait été ouverte dans un premier temps pour "homicide volontaire" avant d'être requalifiée en assassinat.

Selon le parquet, "les premières constatations médico-légale confirment l'usage d'une arme à feu et d'un couteau". Une vingtaine de témoins ont déjà été entendus et une autopsie doit avoir lieu la semaine prochaine, a précisé le procureur.

L'enquête avait été confiée à la section de recherches de Metz et à la brigade de recherche de gendarmerie de Sarreguemines.