Cannes: Tom Cruise, «Maverick», magnat, machine de guerre

L'acteur et producteur américain Tom Cruise arrive pour la cérémonie du tapis rouge du film "Top Gun : Maverick !" au Cinepolis Parque Toreo, à Naucalpan de Juarez, dans l'État de Mexico, au Mexique, le 6 mai 2022. (AFP).
L'acteur et producteur américain Tom Cruise arrive pour la cérémonie du tapis rouge du film "Top Gun : Maverick !" au Cinepolis Parque Toreo, à Naucalpan de Juarez, dans l'État de Mexico, au Mexique, le 6 mai 2022. (AFP).
Short Url
Publié le Mercredi 18 mai 2022

Cannes: Tom Cruise, «Maverick», magnat, machine de guerre

  • «Tom Cruise est l'un des acteurs dans l'histoire du cinéma qui dans ses choix, dans ses projets, dans son travail a le plus grand taux de réussite», salue Thierry Frémaux, délégué général du Festival de Cannes
  • L'acteur-producteur n'a jamais endossé de cape de super-héros en 40 ans de carrière mais est pourtant sommé de se muer en sauveur du cinéma alors que les salles tardent à retrouver leur niveau de remplissage d'avant la crise sanitaire mondiale

CANNES : Qui peut défier avec une telle régularité James Bond et les franchises de super-héros au box-office? Tom Cruise, bientôt 60 ans, le visage de "Mission impossible" et autres blockbusters, comme "Top Gun: Maverick" parachuté mercredi au Festival de Cannes. 

"Tom Cruise est l'un des acteurs dans l'histoire du cinéma qui dans ses choix, dans ses projets, dans son travail a le plus grand taux de réussite", salue Thierry Frémaux, délégué général du Festival, qui se transforme le temps d'une journée en tour de contrôle pour recevoir hors compétition "Top Gun: Maverick" (suite du premier volet de 1986) et sa méga-star. 

L'acteur-producteur n'a jamais endossé de cape de super-héros en 40 ans de carrière mais est pourtant sommé de se muer en sauveur du cinéma alors que les salles tardent à retrouver leur niveau de remplissage d'avant la crise sanitaire mondiale. 

"Quand il s'engage dans un projet, c'est un beau résultat, un beau film, et c'est aussi cet artiste-là que nous accueillons, pas seulement le blockbuster 'Top Gun' dont nous espérons qu'il fera revenir les spectateurs dans les salles de cinéma", développe ainsi Thierry Frémaux.

L'Américain plaît aussi au président du jury du Festival, Vincent Lindon, acteur français pourtant réputé pour une filmographie qui rime avec engagement social. "J'adore Tom Cruise depuis toujours. C'est l'acteur qui court le mieux au cinéma, toujours bien droit dans sa ligne !", a-t-il déclaré récemment dans le Journal du Dimanche.

«Fêlure perceptible»

Il a raison. Tom Cruise court toujours. Au figuré et au sens propre, puisqu'on le voit dans le nouveau "Top Gun" en course-test d'effort dans une des premières scènes, ce qui lui permet d'afficher un physique toujours soigneusement entretenu. Les retrouvailles avec Val Kilmer, malade sur pellicule et dans la vie, font peine à voir pour ce dernier, tant Tom Cruise affiche une santé éclatante.  

C'est avec le premier chapitre "Top Gun" que le comédien qui venait tout juste de percer avec "Risky Business" (1983) est devenu une super-star dans la tenue de pilote d'avion de chasse de "Maverick", surnom du personnage.

Un sobriquet qui veut dire "franc-tireur", ce que l'acteur a essayé d'être en s'échappant du circuit commercial pour des incursions dans le cinéma d'auteur. "Né un 4 juillet" d'Oliver Stone (1989) se lit ainsi comme un anti-"Top Gun", avec un héros, vétéran du Vietnam, cloué sur une chaise roulante, en pleine descente aux enfers. 

Un bel effort pour casser son image et tenter - en vain - de décrocher un Oscar pour une performance comme les USA aiment tant. "Il veut être le meilleur (...) il est issu de la classe ouvrière, il y a chez lui une fêlure perceptible, il vient d'un foyer divisé, il était dyslexique", avait décrypté dans le journal Le Monde Olivier Stone.

Militantisme pro-scientologie

Tom Cruise s'est même offert des parenthèses chez des réalisateurs cérébraux, Stanley Kubrick ("Eyes wide shut", avec sa femme de l'époque Nicole Kidman) et Paul Thomas Anderson ("Magnolia"). 

Mais les années 1990 voient aussi Tom Cruise rebasculer de façon décisive dans le cinéma d'action grand public en tant qu'acteur et producteur avec "Mission impossible". Avec un premier chapitre (le 7 et le 8 sont en vue) réalisé au passage par Brian De Palma, encore un grand cinéaste pour cet acteur déjà passé devant la caméra de Francis Ford Coppola ("Outsiders" pour un petit rôle au début de sa carrière) et qui jouera plus tard pour Steven Spielberg ("La guerre des mondes").

Tom Cruise tient la vedette dans "Mission impossible" depuis presque 30 ans (1996), une longévité exceptionnelle qu'aucun acteur incarnant James Bond n'a connue. L'homme au sourire impeccable a bien rebondi alors que son militantisme pro-scientologie a terni son image, notamment au milieu des années 2000. 

Il est redevenu un des symboles de la puissance d'Hollywood. "C'est quelqu'un qui se dévoue au cinéma, insiste Thierry Frémaux. Pour voir Tom Cruise, il faut voir un long-métrage de cinéma dans une salle de cinéma".


Guadeloupe: 7 hommes déférés au parquet après les violences urbaines

Une personne marche près d'une barricade en feu sur une route du Lamentin (Photo, AFP).
Une personne marche près d'une barricade en feu sur une route du Lamentin (Photo, AFP).
Short Url
  • Sept hommes, «tous ayant des casiers», ont été déférés vendredi au parquet
  • Plusieurs personnes ont été mises en examen ou condamnées dans le cadre des enquêtes sur ces faits

POINTE-À-PITRE, France: Sept hommes ont été déférés au parquet de Pointe-à-Pitre vendredi, après des pillages au Lamentin en novembre sur fond de crise sociale et sanitaire en Guadeloupe, et deux d'entre eux ont été condamnés, a-t-on appris dimanche auprès du parquet.

Huit suspects au total avaient été placés en garde à vue en milieu de semaine - cinq interpellés par les forces de l'ordre et trois "extraits de leurs cellules" car incarcérés entretemps pour d’autres affaires, a précisé à l’AFP Patrick Desjardins, procureur de la République de Pointe-à-Pitre.

Sept hommes, "tous ayant des casiers", ont finalement été déférés vendredi au parquet.

Deux d'entre eux, "plutôt impliqués comme suiveurs et qui ont reconnu les faits", ont été condamnés à un an et à six mois de prison ferme en comparution sur reconnaissance préalable de culpabilité, puis incarcérés immédiatement, selon la même source.

Cinq autres suspects devaient comparaître devant le tribunal correctionnel vendredi, mais l’affaire a été renvoyée au 25 juillet.

Trois d’entre eux étaient déjà incarcérés, un a été placé en détention provisoire jusqu’au procès et le cinquième a été placé sous contrôle judiciaire.

Un petit centre commercial de la commune de Lamentin avait été attaqué avec une tractopelle dans la nuit du 20 au 21 novembre 2021, au tout début des manifestations et émeutes urbaines qui étaient survenues en Guadeloupe, en pleine contestation du passe sanitaire et de l’obligation vaccinale contre le Covid-19.

Lors de cette crise sociale, les violences avaient concerné une grande partie de l’archipel entre fin 2021 et début 2022, avec des pillages voire des incendies de commerces.

Un local des douanes à Pointe-à-Pitre avait été attaqué, ainsi que des casernes de gendarmerie, et des forces de l’ordre avaient été prises pour cible et visées par des tirs. Des barrages avaient par ailleurs été érigés sur les routes.

Plusieurs personnes ont été mises en examen ou condamnées dans le cadre des enquêtes sur ces faits.


Coquerel dénonce des «rumeurs infondées» sur son comportement envers les femmes

Eric Coquerel, député de Seine-Saint-Denis du mouvement de gauche français La France Insoumise (LFI), prend la pose lors d'une séance photo à Aubervilliers (Photo, AFP).
Eric Coquerel, député de Seine-Saint-Denis du mouvement de gauche français La France Insoumise (LFI), prend la pose lors d'une séance photo à Aubervilliers (Photo, AFP).
Short Url
  • Cette rumeur a été relancée par une enquête sur le sexisme à LFI dans le journal Causette
  • Le député explique par ailleurs s'être senti contraint à s'exprimer

PARIS: Le député LFI Eric Coquerel, élu jeudi 30 juin président de la commission des Finances de l'Assemblée nationale, dénonce dans une tribune au JDD dimanche des "rumeurs infondées" concernant son comportement envers les femmes.

"Je fais cette tribune pour affirmer que je n’ai jamais exercé une violence ou une contrainte physique ou psychique pour obtenir un rapport, ce qui caractérise la porte d’entrée d’un comportement délictuel dans le domaine des violences sexistes et sexuelles", écrit M. Coquerel dans le Journal du Dimanche, en se disant "obligé de prendre la parole pour la première fois".

Le comité contre les violences sexuelles de La France insoumise avait défendu jeudi le député Eric Coquerel, élu président de la commission des Finances de l'Assemblée nationale, contre des "rumeurs sur son comportement avec les femmes", assurant n'avoir jamais reçu de signalement à son sujet.

"Plusieurs rédactions ont mené des enquêtes journalistiques", souligne le député, un très proche du dirigeant de LFI Jean-Luc Mélenchon : "Rien n’est jamais sorti faute d’avoir trouvé un témoignage pouvant s’apparenter à un comportement délictuel, a fortiori criminel. Cette rumeur a été pourtant relancée par une enquête sur le sexisme à LFI dans le journal Causette en septembre 2018. La journaliste évoque deux brefs témoignages anonymes à propos d’un député lui aussi anonyme coupable de 'dérapages, à la limite du harcèlement'. Je ne me suis pas inquiété outre-mesure sur le moment de cet article dont on disait qu’il me concernait, car il était visiblement bâclé".

Dès lors, écrit Eric Coquerel, "comment réagir à une rumeur qui n’est basée sur aucune plainte, aucun signalement à la cellule interne de LFI, malgré de fréquents appels et communiqués de LFI à pouvoir le faire, aucun témoignage public, aucun résultat d’enquête journalistique sérieuse en plus de cinq ans mais dont on explique que seul le silence de LFI et son refus de mener une enquête l’expliquerait ?"

Le député explique par ailleurs s'être senti contraint à s'exprimer, pour la première fois publiquement, par une intervention sur RTL cette semaine de l'auteure et militante Rokhaya Diallo. Cette dernière avait évoqué, sans plus de précisions, des "sources au sein de LFI" mettant en cause le comportement de M. Coquerel.


Militaire tué à Bitche: Ouverture d'une information judiciaire pour assassinat

Un mirador de la maison d'arrêt de Metz-Queuleu (Photo, AFP).
Un mirador de la maison d'arrêt de Metz-Queuleu (Photo, AFP).
Short Url
  • Les faits se sont produits jeudi aux alentours de 07H00 du matin au camp de Bitche et une enquête de flagrance avait été ouverte
  • Selon les premiers éléments de l'enquête, ce militaire nourrissait un fort ressentiment à l'égard de la victime

METZ: Le parquet de Metz a ouvert samedi une information judiciaire pour "assassinat" après le décès d'un militaire de 25 ans jeudi à Bitche (Moselle), et le suspect, lui aussi militaire, a été mis en examen et placé en détention provisoire.

"Il n'a pas fait de déclaration devant le juge d'instruction", a précisé le procureur de la République, Yves Badorc. Ce caporal-chef de 24 ans du 16e bataillon de chasseurs à pied avait néanmoins reconnu les faits lors de sa garde à vue, a ajouté le magistrat.

Selon les premiers éléments de l'enquête, ce militaire "nourrissait un fort ressentiment à l'égard de la victime", première classe de 25 ans, a indiqué M. Badorc.

Les faits se sont produits jeudi aux alentours de 07H00 du matin au camp de Bitche et une enquête de flagrance avait été ouverte dans un premier temps pour "homicide volontaire" avant d'être requalifiée en assassinat.

Selon le parquet, "les premières constatations médico-légale confirment l'usage d'une arme à feu et d'un couteau". Une vingtaine de témoins ont déjà été entendus et une autopsie doit avoir lieu la semaine prochaine, a précisé le procureur.

L'enquête avait été confiée à la section de recherches de Metz et à la brigade de recherche de gendarmerie de Sarreguemines.