Rencontre entre le Pakistan et le FMI pour une nouvelle aide économique

Une vue extérieure du bâtiment du Fonds monétaire international (FMI), avec le logo IMG, est vue le 27 mars 2020 à Washington, DC. (AFP).
Une vue extérieure du bâtiment du Fonds monétaire international (FMI), avec le logo IMG, est vue le 27 mars 2020 à Washington, DC. (AFP).
Short Url
Publié le Mercredi 18 mai 2022

Rencontre entre le Pakistan et le FMI pour une nouvelle aide économique

  • Le Pakistan a eu à plusieurs reprises recours aux programmes du FMI pour soutenir son économie plombée par la dette, une inflation galopante et une dévaluation de sa monnaie, la roupie
  • Les discussions entre représentants du fonds et responsables pakistanais doivent s'ouvrir à Doha au Qatar, et se prolongeront la semaine prochaine, a précisé le ministère pakistanais des Finances

ISLAMABAD : Le Fonds monétaire international (FMI) doit entamer mercredi des discussions avec le Pakistan autour d'une nouvelle aide économique, sur fond d'inquiétudes sur le rythme des réformes dans ce pays d'Asie du sud.

Le Pakistan a eu à plusieurs reprises recours aux programmes du FMI pour soutenir son économie plombée par la dette, une inflation galopante et une dévaluation de sa monnaie, la roupie.

Les discussions entre représentants du fonds et responsables pakistanais doivent s'ouvrir  à Doha au Qatar, et se prolongeront la semaine prochaine, a précisé le ministère pakistanais des Finances.

Le principal point de friction porte sur le montant des subventions pakistanaises au secteur de l'énergie, essence et électricité, sur lequel le ministre des Finances Miftah Ismail dit vouloir que les deux parties trouvent un compromis.

"Le gouvernement va tenter de convaincre le FMI que pour des raisons de stabilité politique, il est important de garder au moins certaines de ces subventions", a jugé l'économiste Shahrukh Wani. 

"Le FMI dira probablement, et avec raison, qu'elles ne sont pas soutenables et qu'elles devraient être supprimées pour alléger le déficit budgétaire et commercial", a-t-il ajouté.

Une aide du FMI de six milliards de dollars, signée par l'ancien Premier ministre Imran Khan en 2019 n'a jamais été totalement mise en œuvre, le gouvernement d'Islamabad ayant renoncé à sa promesse de réduire certaines de ces subventions et d'augmenter les recettes fiscales.

Islamabad a reçu jusqu'à présent la moitié de ce programme d'aide, le reste étant normalement dû plus tard cette année.

Les responsables pakistanais souhaitent une prolongation de ce programme jusqu'en juin 2023, ainsi que le versement d'une prochaine tranche d'un montant d'un milliard de dollars.


Saudi Aramco signe des accords d’une valeur de 7,2 milliards de dollars lors du Forum Iktva

Le forum se déroule jusqu’au 2 février et a pour thème «Accélérer le succès futur». (Photo fournie)
Le forum se déroule jusqu’au 2 février et a pour thème «Accélérer le succès futur». (Photo fournie)
Short Url
  • Aramco a signé plus de 100 accords et mémorandums d’entente lors de la première journée du Forum Iktva, qui se déroule jusqu’au 2 février à Dhahran
  • Lors de l’événement, l’Aramco Digital Company a été lancée afin d’accélérer les efforts de transformation numérique

RIYAD: La Saudi Arabian Oil Company (Saudi Aramco) a conclu des accords évalués à environ 7,2 milliards de dollars (1 dollar = 0,92 euro) lors de la septième édition du Forum In-Kingdom Total Value Add (Iktva) à Dhahran, lundi.

Durant le forum, la compagnie a également lancé l’Aramco Digital Company afin d’accélerer ses efforts de transformation numérique.

«Je suis fier d’annoncer une nouvelle initiative majeure de transformation numérique avec le lancement de l’Aramco Digital Company aujourd’hui. Nous prévoyons d’investir 1,9 milliard de dollars au cours des trois prochaines années, ce qui en fait le plus gros investissement d’Aramco dans le numérique à ce jour. Par ailleurs, cet investissement ajoute de la valeur à l’écosystème numérique du Royaume», a déclaré Amin Nasser, président et PDG de Saudi Aramco.

L’Arabie saoudite sera une terre d’opportunités pour les investisseurs mais «un véritable royaume d’opportunités pour tous», a-t-il souligné.  

Ahmad A. Al-Sa’adi, vice-président exécutif des services techniques d’Aramco, a commenté le lancement de la société. «Il s’agit d’un excellent exemple d’innovation en action, offrant une expertise de pointe en matière d’intelligence artificielle (IA) et de technologies émergentes dans un secteur vital de l’économie.»

Le géant de l’énergie a signé plus de 100 accords et mémorandums d’entente lors de la première journée de l’événement, qui se déroule jusqu’au 2 février et a pour thème «Accélérer le succès futur».

Au cours de l’événement, Aramco a conclu un accord de partenariat stratégique avec Zoom ainsi qu’un accord avec Taulia Inc. afin de mettre en œuvre des solutions pour le financement des fournisseurs.

En outre, la compagnie a conclu un accord définitif avec DHL pour former une coentreprise et fournir des services d’approvisionnement et de chaîne d’approvisionnement. Elle a de même établi un partenariat avec le ministère saoudien de l’Investissement pour développer et promouvoir les opportunités d’investissement.

Parmi les autres accords signés par Aramco au cours de l’événement figure celui conclu avec Accenture pour accélérer l’intégration des systèmes et des services de solutions numériques. La compagnie a également conclu un accord avec Achilles visant à développer et à localiser des services de notation environnementale, sociale et de gouvernance.

Le PDG d’Aramco a indiqué à l’auditoire que le programme Iktva avait atteint 63% de contenu local en 2022, contre 35% en 2015 lors de son lancement initial. Le ministre saoudien de l’Énergie, le prince Abdelaziz ben Salmane, a dit espérer que le contenu local atteigne 85% d’ici à 2030.

«Rien ne serait possible sans l’engagement exceptionnel de nos fournisseurs en faveur de la localisation au cours des sept premières éditions d’Iktva. Cela a rendu les entreprises d’Aramco plus rentables, plus résilientes et encore plus fiables, tout en partageant les récompenses promises», a déclaré M. Nasser au public.

«Ma génération peut être fière de transmettre une entreprise énergétique intégrée de premier plan, de mener un travail de pionnier en matière de décarbonisation et de placer Aramco au cœur de projets à faible émission de carbone, comme l’hydrogène bleu, les énergies renouvelables et les matériaux plus durables», a-t-il affirmé.  

1
De gauche à droite, le ministère saoudien de l’Énergie, le prince Abdelaziz ben Salmane ben Abdelaziz, le gouverneur de la province Ach-Charqiya, le prince Saoud ben Nayef ben Abdelaziz, et le président et PDG d’Aramco, Amin Nasser. (Aramco)

Le forum met en lumière les efforts collectifs de localisation dans des domaines clés tels que l’espace numérique, le développement durable, et les secteurs industriel et manufacturier. «L’écosystème des fournisseurs locaux est une priorité absolue pour Aramco, et contribue de manière majeure à l’économie du Royaume. Grâce à cet ambitieux programme, nous contribuons à créer une culture de l’innovation et à fournir des emplois de qualité à notre population croissante», a ajouté M. Al-Sa’adi.

Le programme Iktva encourage les entreprises internationales à établir leurs sièges régionaux dans le Royaume. Depuis sa création, plus de 150 investissements ont été réalisés dans le Royaume, y compris des produits fabriqués pour la toute première fois en Arabie saoudite. La compagnie a également créé 16 centres de formation nationaux dans 10 villes saoudiennes, couvrant plus de 60 métiers. À ce jour, plus de 48 000 ressortissants saoudiens ont obtenu un diplôme dans ces centres, a précisé M. Al-Sa’adi.

Une présentation donnée le premier jour de l’événement a également souligné le rôle des femmes saoudiennes et leurs réalisations dans leurs domaines respectifs.

Après la présentation, le prince Abdelaziz a plaisanté en disant que les quelque dix femmes exceptionnelles présentes dans la vidéo quitteraient bientôt Aramco, pour être embauchées au ministère «Je suis sûr que d’ici à l’année prochaine, les jeunes femmes que vous avez vues travailleront à Riyad au sein du ministère», a lancé le ministre de l’Énergie au public, qui a éclaté de rire.

«Le rôle vital du ministère de l’Énergie est d’agir comme un facilitateur et comme le moteur du programme de localisation. Nous sommes en contact permanent avec tous les autres éléments de l’écosystème et nous nous tenons prêts à soutenir, encourager et inciter les autres entités gouvernementales à redoubler d’efforts», a assuré le prince Abdelaziz.

La première journée de l’événement a attiré plus de 10 000 visiteurs, et plus de 290 entreprises ont bénéficié de l’espace d’exposition.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Le patron de TikTok entendu par le Congrès américain fin mars

Les élus conservateurs accusent en effet TikTok, propriété du géant chinois ByteDance, d'être un outil d'espionnage ou de propagande au service de Pékin. (Photo, AFP)
Les élus conservateurs accusent en effet TikTok, propriété du géant chinois ByteDance, d'être un outil d'espionnage ou de propagande au service de Pékin. (Photo, AFP)
Short Url
  • C'est la première fois que Shou Zi Chew est entendu par le Congrès américain
  • Très critiquée aux Etats-Unis par les démocrates et les républicains, TikTok entame une année sous haute tension après le passage d'une loi interdisant la populaire plateforme de partage de vidéos sur les appareils des fonctionnaires

WASHINGTON: Le PDG de TikTok sera auditionné par le Congrès américain le 23 mars afin de témoigner de l'impact de l'application sur les enfants et de la relation de la plateforme avec le Parti communiste chinois.

"Les Américains ont le droit de savoir quel impact ces actions ont sur leur vie privée", a estimé lundi Cathy McMorris Rodgers, la cheffe d'une puissante commission de la Chambre des représentants, à l'origine de cette audition.

C'est la première fois que Shou Zi Chew est entendu par le Congrès américain. Le PDG du réseau social chinois avait déjà été reçu à Bruxelles début janvier pour échanger avec plusieurs hauts responsables européens.

Très critiquée aux Etats-Unis par les démocrates et les républicains, TikTok entame une année sous haute tension après le passage d'une loi interdisant la populaire plateforme de partage de vidéos sur les appareils des fonctionnaires.

Le poids renforcé au Congrès des républicains, qui détiennent désormais la majorité à la Chambre, risque de compliquer encore plus la donne pour la plateforme.

Les élus conservateurs accusent en effet TikTok, propriété du géant chinois ByteDance, d'être un outil d'espionnage ou de propagande au service de Pékin.

L'application a "délibérément permis au Parti communiste chinois d'accéder aux données d'utilisateurs américains", a dénoncé l'élue Cathy McMorris Rodgers.

TikTok n'a pas répondu aux sollicitations de l'AFP.

Pour avoir une chance de continuer à être autorisé sur l'ensemble des smartphones américains, TikTok USA va possiblement devoir se séparer de sa maison mère ByteDance.


Toyota n°1 mondial de l'automobile en 2022, Hyundai-Kia 3e devant Renault-Nissan

Malgré son retard dans l'électrique, Toyota devrait rester au sommet de la hiérarchie automobile mondiale en volume dans les prochaines années, selon Mio Kato, analyste de LightStream Research à Tokyo publiant sur la plateforme Smartkarma. (Photo, AFP)
Malgré son retard dans l'électrique, Toyota devrait rester au sommet de la hiérarchie automobile mondiale en volume dans les prochaines années, selon Mio Kato, analyste de LightStream Research à Tokyo publiant sur la plateforme Smartkarma. (Photo, AFP)
Short Url
  • Le groupe allemand Volkswagen est resté numéro deux mondial en 2022 avec 8,3 millions de véhicules vendus (-7%), selon des chiffres publiés mi-janvier
  • L'Alliance Renault-Nissan-Mitsubishi redescend au pied du podium avec 6,15 millions de véhicules

TOKYO: Le groupe japonais Toyota est resté en 2022 le numéro un mondial de l'automobile en ventes en volume pour la troisième année consécutive, avec près de 10,5 millions de véhicules écoulés (-0,1%), selon des données publiées lundi.

"Malgré l'impact des contraintes de production causées par la propagation de la Covid-19, l'augmentation de la demande de semi-conducteurs et d'autres facteurs, les ventes mondiales sont restées au même niveau que l'année précédente en raison d'une demande solide centrée sur l'Asie" hors Japon, a commenté Toyota dans un communiqué.

Ces nuages devraient par ailleurs commencer à se dissiper cette année: Toyota a récemment dit viser une production comprise entre 9,5 et 10,6 millions d'unités de ses marques Toyota et Lexus en 2023, contre 9 millions l'an passé (+5,2% sur un an). L'empire Toyota comprend aussi deux autres marques, Daihatsu (mini-voitures) et Hino (bus et camions).

Le groupe allemand Volkswagen est resté numéro deux mondial en 2022 avec 8,3 millions de véhicules vendus (-7%), selon des chiffres publiés mi-janvier.

Le groupe coréen Hyundai-Kia, qui affronte avec succès la pénurie de composants électroniques, accède à la troisième place mondiale avec 6,85 millions de véhicules vendus (+1,4% pour Hyundai, +4,6% pour Kia).

L'Alliance Renault-Nissan-Mitsubishi redescend au pied du podium avec 6,15 millions de véhicules. Renault (-23,9%) et Nissan, qui a publié ses chiffres de vente lundi (-20,7%), ont notamment été ralentis par les difficultés logistiques du marché mondial, mais aussi par la fin de leurs activités en Russie, avec la guerre en Ukraine.

Les groupes Stellantis (PSA-Fiat-Chrysler) et General Motors, suivants sur la liste, n'ont pas encore publié leurs chiffres de ventes mondiaux pour l'année 2022.

Les ventes de Toyota dans le tout-électrique, un segment dans lequel il a tardé à se lancer sérieusement, préférant d'autres technologies comme les motorisations hybrides, font encore pâle figure. Ses ventes dans ce segment n'ont totalisé que 24 466 unités en 2022, très loin de celles de l'américain Tesla (1,3 million), du chinois BYD (911 000) ou du groupe Volkswagen (572 100).

Malgré son retard dans l'électrique, Toyota devrait rester au sommet de la hiérarchie automobile mondiale en volume dans les prochaines années, selon Mio Kato, analyste de LightStream Research à Tokyo publiant sur la plateforme Smartkarma.

"Je pense qu'ils (Toyota, NDLR) resteront probablement numéro un, parce que les entreprises qui rattrapent rapidement leur retard sont davantage des entreprises chinoises que les constructeurs occidentaux historiques, et les acteurs 100% électriques sont encore trop petits pour avoir une chance réaliste de les rattraper sur une perspective de 3 à 5 ans", a déclaré M. Kato à l'AFP.