L'onde de choc de la guerre en Ukraine se propage aux confins du pôle Nord

Kiev a beau être deux fois plus loin que le pôle Nord, la guerre en Ukraine crée des remous à Barentsburg (Photo, AFP).
Kiev a beau être deux fois plus loin que le pôle Nord, la guerre en Ukraine crée des remous à Barentsburg (Photo, AFP).
Short Url
Publié le Vendredi 20 mai 2022

L'onde de choc de la guerre en Ukraine se propage aux confins du pôle Nord

  • Protégé par de hautes grilles et des caméras de surveillance, le consulat richement décoré avec entrée en marbre, jardin d'hiver et tapisserie murale faite sur mesure, domine le village
  • Le seul aéroport pour quitter l'endroit est situé à Longyearbyen, le chef-lieu de l'archipel, à 35 kilomètres de là, où la carte Visa ou Mastercard est quasiment indispensable

BARENTSBURG : Kiev a beau être deux fois plus loin que le pôle Nord, la guerre en Ukraine crée des remous à Barentsburg, une insolite communauté de l'Arctique où mineurs russes et ukrainiens extraient du charbon côte à côte depuis des décennies.

Buste de Lénine, sculpture proclamant en lettres cyrilliques rouges "notre objectif - le communisme"... Tout rappelle que la présence russe dans ce village du sud-ouest de l'archipel norvégien du Svalbard ne date pas d'hier.  

Après avoir compté jusqu'à 1 500 âmes au crépuscule de la Guerre froide, Barentsburg a vu sa population péricliter après l'implosion de l'URSS. Mais 370 personnes cohabitent encore aujourd'hui dans cette ex-vitrine soviétique: aux deux tiers des Ukrainiens, la plupart originaires de la région russophone du Donbass, et des Russes pour le reste. 

"Il y a bien sûr des tensions et des discussions sur les réseaux sociaux tels que (les groupes internes de la communauté sur) Facebook et Telegram, mais il n'y a aucun signe de conflit visible à la surface", assure le consul russe local, Sergueï Gouchtchine.

Protégé par de hautes grilles et des caméras de surveillance, le consulat richement décoré avec entrée en marbre, jardin d'hiver et tapisserie murale faite sur mesure, domine le village.

Preuve, peut-être, que la colère couve tout de même, 45 personnes ont quitté Barentsburg "depuis le début de l'opération", admet M. Gouchtchine, reprenant la terminologie utilisée par Moscou au sujet de l'invasion de l'Ukraine déclenchée le 24 février.

Partir n'est pourtant pas chose facile: les sanctions occidentales imposées aux banques russes empêchent non seulement les mineurs d'envoyer de l'argent à leurs familles, mais complique aussi l'achat de billets d'avion.

Le seul aéroport pour quitter l'endroit est situé à Longyearbyen, le chef-lieu de l'archipel, à 35 kilomètres de là, où la carte Visa ou Mastercard est quasiment indispensable.

Opinions «polarisées»

A l'entrée de Barentsburg, la centrale à charbon crache un fumet noir, ajoutant à la grisaille ambiante. 

Le traité international qui a placé l'archipel du Svalbard sous souveraineté norvégienne en 1920 garantit aux ressortissants des Etats signataires un accès égal à ses ressources naturelles.

C'est à ce titre que la compagnie d'Etat russe Arktikugol Trust exploite le filon de charbon de Barentsburg, sur les rives du fjord Isfjorden, depuis 1932.

Entre les bâtisses aux coloris pastel, quelques habitants se pressent pour échapper au froid glacial qui règne encore en ce mois de mai.

La discrétion est de mise, a fortiori quand on travaille pour une compagnie d'Etat.

La Russie punit de lourdes amendes ou de peines de prison toute personne reconnue coupable d'avoir "discrédité" l'armée ou diffusé de "fausses informations" à son sujet.

"Oui, les opinions sont absolument polarisées", confie la guide et historienne russe Natalia Maksimichina. Mais, quand on parle politique, "on sait où s'arrêter".

Les langues se délient plus facilement à Longyearbyen que l'on ne peut rejoindre, faute de route, qu'en hélicoptère ou sur une motoneige l'hiver et en bateau l'été.

Selon Julia Lytvynova, une couturière ukrainienne de 32 ans qui a vécu à Barentsburg, Arktikugol Trust y musèle les points de vue divergents. 

Du coup, "les gens se taisent, travaillent et vivent leur vie comme si rien ne se passait", déplore-t-elle.  

Si elle n'a pas remis les pieds à Barentsburg depuis le début de la guerre, elle y a fait accrocher un poster par un ami sur les grilles du consulat russe. 

Un message sur fond bleu et jaune, les couleurs de l'Ukraine: "Navire militaire russe, va te faire foutre!", une référence à la réplique légendaire de garde-frontières ukrainiens à l'équipage d'un croiseur russe qui leur intimait de se rendre. 

La pancarte a été décrochée en moins de cinq minutes, assure-t-elle.

«Tensions»

Après 22 ans passés au Svalbard, le maire -norvégien- de Longyearbyen, Arild Olsen, dit n'avoir "jamais vu un tel niveau de discorde" dans sa bourgade où vivent quelque 2 500 personnes d'une cinquantaine de nationalités différentes, dont une centaine de Russes et d'Ukrainiens.

"Il y a des tensions dans l'air", confie-t-il.

En réponse à l'invasion, la plupart des voyagistes de Longyearbyen ont cessé d'emmener les touristes vers Barentsburg, privant la toute-puissante compagnie d'Etat russe d'une manne devenue importante à côté du charbon.

Julia Lytvynova se félicite de ce boycott.

"Parce que cet argent soutient l'agression de la Russie", explique-t-elle. En refermant ce robinet, "ils n'aident pas à tuer mon peuple ukrainien".


Le Conseil de sécurité de l'ONU se penche sur la situation à Gaza

Le Conseil de sécurité de l'ONU se réunit en urgence lundi après-midi pour discuter de la situation à Gaza (AFP).
Le Conseil de sécurité de l'ONU se réunit en urgence lundi après-midi pour discuter de la situation à Gaza (AFP).
Short Url
  • La Chine, qui préside le Conseil de sécurité au mois d'août, avait annoncé cette réunion d'urgence samedi, l'ambassadeur Zhang Jun se disant «très inquiet de la situation à Gaza»
  • Après la trêve annoncée dimanche, les consultations auront bien lieu lundi après-midi à New York

NATIONS UNIES : Le Conseil de sécurité de l'ONU se réunit en urgence lundi après-midi pour discuter de la situation à Gaza, au lendemain d'une trêve entre le Jihad islamique et Israël après trois jours de conflit meurtrier.

La Chine, qui préside le Conseil de sécurité au mois d'août, avait annoncé cette réunion d'urgence samedi, l'ambassadeur Zhang Jun se disant "très inquiet de la situation à Gaza".

Après la trêve annoncée dimanche, les consultations auront bien lieu lundi après-midi à New York.

La trêve est entrée en vigueur à 23h30 locales dimanche et négociée par l'Egypte, intermédiaire historique entre Israël et les groupes armés palestiniens, mais les deux belligérants ont toutefois indiqué se réserver le droit de répondre en cas de violation par l'autre partie.

L'armée israélienne a présenté son opération lancée vendredi comme une "attaque préventive" contre le Jihad islamique, au cours de laquelle ses principaux chefs militaires à Gaza, Tayssir Al-Jabari et Khaled Mansour, ont été tués de même que plusieurs combattants du groupe.

Entre le début de cette opération israélienne et dimanche soir, 44 Palestiniens dont 15 enfants sont morts et 360 ont été blessés, selon le ministère de la Santé à Gaza. Les autorités israéliennes ont affirmé que certains Palestiniens tués auraient péri à cause de tirs de roquettes ratés du Jihad islamique vers Israël, tombées dans l'enclave palestinienne.

Dans une déclaration à la presse lundi matin aux Nations Unies, l'ambassadeur israélien à l'ONU Gilad Erdan a rejeté "toute la responsabilité" sur le Jihad islamique, l'accusant d'utiliser les habitants de Gaza comme "bouclier humain".

"Si le Conseil de sécurité veut vraiment améliorer la situation à Gaza, il doit y avoir un seul résultat, condamner le double crime de guerre du Jihad islamique et placer l'entière responsabilité des meurtres de Palestiniens innocents sur les épaules du groupe terroriste", a-t-il déclaré.

Selon plusieurs sources diplomatiques, à ce stade, aucune déclaration du Conseil sécurité n'est prévue à l'issue de la réunion d'urgence.


Dossier nucléaire: l'Iran examine le «texte final» soumis par l'UE

Le soleil se couche derrière le Palais Coburg où se déroulent à huis clos les négociations sur le nucléaire iranien à Vienne, en Autriche, le 5 août 2022. (AP).
Le soleil se couche derrière le Palais Coburg où se déroulent à huis clos les négociations sur le nucléaire iranien à Vienne, en Autriche, le 5 août 2022. (AP).
Short Url
  • Après un blocage de plusieurs mois, les diplomates de l'ensemble des parties (Iran, Russie, Chine, France, Royaume-Uni et Allemagne) sont revenus à Vienne la semaine dernière afin de sauver l'accord de 2015
  • L'objectif des pourparlers, auxquels les Etats-Unis participent de manière indirecte, est de remettre le processus sur les rails

TEHERAN : L'Iran a affirmé lundi qu'il examinait le "texte final" soumis par l'Union européenne (UE) aux représentants des capitales concernées lors des négociations de Vienne destinées à sauver l'accord moribond de 2015 sur le programme nucléaire iranien.

"Dès que nous avons reçu ces idées, nous avons fait part de notre réponse initiale et nos réflexions (...)" au coordinateur de l'UE Enrique Mora, chargé de superviser le dialogue de Vienne, a indiqué un responsable des Affaires étrangères iraniennes cité par l'agence officielle Irna.

"Mais naturellement les clauses nécessitent un examen global et nous transmettrons nos vues et nos remarques au coordinateur et aux autres parties", a-t-il ajouté.

Le responsable n'a pas précisé en quoi consistait cette "réponse initiale" ni quelles étaient "les remarques" de son pays au sujet du "texte final", alors qu'un responsable européen à Vienne a affirmé que "ce texte ne sera pas renégocié".

"On a travaillé quatre jours et aujourd'hui le texte est sur la table des hauts représentants", a déclaré ce responsable sous couvert d'anonymat. "La négociation est finie, c'est le texte final", a-t-il dit.

Après un blocage de plusieurs mois, les diplomates de l'ensemble des parties (Iran, Russie, Chine, France, Royaume-Uni et Allemagne) sont revenus à Vienne la semaine dernière afin de sauver l'accord de 2015.

Le pacte, connu sous le nom JCPOA, vise à garantir le caractère civil du programme nucléaire de l'Iran accusé de chercher à se doter de l'arme atomique malgré ses démentis.

Mais à la suite du retrait unilatéral en 2018 des Etats-Unis sous l'impulsion de Donald Trump et du rétablissement des sanctions américaines, Téhéran s'est progressivement affranchi de ses obligations.

L'objectif des pourparlers, auxquels les Etats-Unis participent de manière indirecte, est de remettre le processus sur les rails.

"Maintenant la balle est dans le camp des capitales et on va voir ce qui va se passer", a ajouté le responsable européen qui a dit "espérer vivement" que le texte soit accepté et qu'un accord intervienne "dans quelques semaines".

Reste cependant un obstacle de taille: l'Iran réclame à l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) la clôture de la question des sites non déclarés, où des traces d'uranium enrichi avaient été retrouvées.

"Cela n'a rien à voir avec le JCPOA. En même temps, l'Iran dit que c'est fondamental. J'espère que l'Iran et l'AIEA auront un accord parce que cela facilitera beaucoup de choses", a déclaré le responsable.

"L'agence devrait complètement régler la question (...) par la voie technique, et s'éloigner des questions politiques non pertinentes et non constructives", avait affirmé dimanche le ministre iranien des Affaires étrangères Hossein Amir-Abdollahian.


L'Ukraine annonce la première arrivée à destination d'un navire chargé de céréales

Le cargo turc Polarnet, transportant des céréales exportées par l’Ukraine, le 8 août 2022. (Reuters).
Le cargo turc Polarnet, transportant des céréales exportées par l’Ukraine, le 8 août 2022. (Reuters).
Short Url
  • La Russie et l'Ukraine ont signé le 22 juillet deux accords séparés, validés par la Turquie et les Nations unies, qui permettent les exportations de céréales ukrainiennes bloquées par la guerre depuis le 24 février
  • Le Razoni, un cargo battant pavillon sierra-léonais qui avait quitté dès lundi 1er août le port ukrainien d'Odessa avec 26 000 tonnes de maïs et qui aurait dû accoster dimanche à Tripoli (Liban) n'est toujours pas arrivé à destination

KIEV : Un premier navire transportant des céréales exportées par l'Ukraine a accosté lundi à sa destination finale, la Turquie, a annoncé Kiev alors que l'arrivée d'un autre navire qui devait accoster dimanche au Liban a été retardée.

Le cargo turc Polarnet qui a quitté vendredi le port ukrainien de Tchornomorsk avec 12 000 tonnes de maïs, est arrivé comme prévu à destination après son inspection par le Centre de coordination conjointe (CCC) établi à Istanbul aux termes de l'accord international signé en juillet, a annoncé dans un communiqué le ministère ukrainien de l'Infrastructure.

"Cette première expérience réussie (...) nous permet d'être optimistes quant aux perspectives futures", a commenté le ministre ukrainien, Oleksandre Koubrakov, cité dans le communiqué et qui a remercié l'équipage du Polarnet pour avoir été un des premiers à tester ce mécanisme.

La Russie et l'Ukraine ont signé le 22 juillet deux accords séparés, validés par la Turquie et les Nations unies, qui permettent les exportations de céréales ukrainiennes bloquées par la guerre depuis le 24 février et celles de produits agricoles russes malgré les sanctions occidentales.

Le Razoni, un cargo battant pavillon sierra-léonais qui avait quitté dès lundi 1er août le port ukrainien d'Odessa avec 26 000 tonnes de maïs et qui aurait dû accoster dimanche à Tripoli (Liban) n'est toujours pas arrivé à destination.

Selon l'ambassade ukrainienne au Liban, "l'acheteur final au Liban a refusé d'accepter la cargaison en raison du retard des conditions de livraison (cinq mois)".

"L'expéditeur est donc à la recherche d'un autre destinataire. Cela peut être au Liban ou dans un autre pays", a ajouté sur Twitter l'ambassade ukrainienne.

Huit navires au total ont pris la mer depuis la signature de l'accord, ont indiqué lundi matin les autorités ukrainiennes, qui espèrent que trois à cinq navires pourront partir quotidiennement d'ici à deux semaines.