Selon le Forum économique mondial, 50% des travailleurs craignent de perdre leur emploi d'ici à 12 mois

Alan Jope, le PDG d'Unilever, qui intervenait au cours de la même session, a convenu avec  la ministre égyptienne de mettre en œuvre des mécanismes pour faciliter le « capitalisme des parties prenantes », qu'il a qualifié de «  capitalisme 2.0. » (Capture d'écran)
Alan Jope, le PDG d'Unilever, qui intervenait au cours de la même session, a convenu avec la ministre égyptienne de mettre en œuvre des mécanismes pour faciliter le « capitalisme des parties prenantes », qu'il a qualifié de « capitalisme 2.0. » (Capture d'écran)
Short Url
Publié le Mercredi 21 octobre 2020

Selon le Forum économique mondial, 50% des travailleurs craignent de perdre leur emploi d'ici à 12 mois

  • Les adultes saoudiens sont plus optimistes quant au développement de nouvelles compétences nécessaires pour les emplois futurs
  • Un ministre égyptien estime que 195 millions d’emplois ont été perdus en raison de la pandémie

DUBAI: Plus de 50% des travailleurs dans le monde craignent de perdre leur emploi au cours des 12 prochains mois, révèle une enquête du Forum économique mondial-Ipsos.

Publiée à la veille du Sommet pour la réinitialisation de l’emploi (The Jobs Reset Summit) du Forum économique mondial (WEF), l'enquête a étudié le cas de 12 000 adultes dans 27 pays, et a mis en évidence le fait que les deux tiers des travailleurs dans le monde disent qu'ils peuvent acquérir les compétences nécessaires pour les emplois du futur grâce à leur employeur actuel.

Moins de 20% des adultes du royaume saoudien se montrent « très préoccupés » par leur emploi, ce qui est nettement inférieur à des pays comme l'Espagne, où 39% des adultes sont « très préoccupés » par la perte de leur emploi au cours des 12 prochains mois, a démontré l’enquête.

L'enquête sur l'emploi du WEF dresse un tableau sombre mais réaliste de la situation mondiale de l'emploi en pleine pandémie, mais pointe également les signes de relance et l'optimisme qui règne sur certains marchés.

Prenons l'exemple de l'Arabie saoudite, où environ 18% des adultes du Royaume ne craignent « pas du tout » de perdre leur emploi – ce qui est plus que la moyenne mondiale qui se situe à 17%.

En ce qui concerne l’apprentissage, les adultes saoudiens sont encore plus enthousiastes: 39% sont déterminés à développer de nouvelles compétences nécessaires pour occuper les emplois de l’avenir, selon l’enquête, qui comportait également deux autres catégories : « plutôt préoccupés » et « pas très préoccupés. »

L'enquête a été menée à la suite de la crise du coronavirus, qui a provoqué des confinements à grande échelle, une récession économique, et un ralentissement du commerce international.

Au cours d'une intervention aujourd’hui, un ministre égyptien a comparé la crise de la Covid-19  à une combinaison de nombreuses crises, qui ont fait perdre leur emploi à 195 millions de personnes dans le monde.

Mettre en place un capitalisme 2.0

« La jeune population égyptienne représente toutefois une énorme opportunité pour le pays, alors que le gouvernement a déjà mis en place des plans d’action pour tirer profit de cette opportunité, avant même que la pandémie ne commence », a déclaré Rania A. Al-Mashat, la ministre égyptienne de la Coopération internationale, lors de la session du WEF.

w

« Le gouvernement égyptien a pris des mesures globales pour adapter le système éducatif en intégrant au secteur plus de technologie. Cela s'est avéré très utile pour l'école à la maison pendant le confinement », a poursuivi la ministre lors d'une session intitulée: « Construire une nouvelle économie et une nouvelle société. »

L'Égypte adopte les principes du « capitalisme des parties prenantes » et, en vue d’exploiter les ressources de sa jeunesse, « a activement créé un espace entrepreneurial, et construit une forte infrastructure numérique », a-t-elle déclaré, ajoutant que de nombreuses démarches politiques avaient été entamées, en particulier pour accélérer l'égalité des sexes.

Alan Jope, le PDG d'Unilever, qui intervenait au cours de la même session, a convenu avec  la ministre égyptienne de mettre en œuvre des mécanismes pour faciliter le « capitalisme des parties prenantes », qu'il a qualifié de «  capitalisme 2.0. »

« La Covid-19 n'est pas la plus grande crise dans le monde à l'heure actuelle, alors que d’autres crises sont imminentes : économiques, sanitaires, géopolitiques, avec la menace de guerres commerciales, de guerres des capitaux, militaires ou le changement climatique », a-t-il affirmé, ajoutant que le produit intérieur brut (PIB) n’est pas le seul indicateur à prendre en compte  pour évaluer l’économie.

« D’autres paramètres comptent en dehors du PIB pour réussir à inversion la situation, nous devrons nous pencher sur les paramètres sociaux et environnementaux », a précisé le directeur général d’Unilever.

Sur l'avenir du secteur de l’emploi, Alan Jope ne se montre pas inquiet. « Le secteur de l’emploi sera florissant dans l’avenir, il y aura du travail, mais peut-être pas dans des secteurs traditionnels, a-t-il dit. La plupart des emplois seront créés dans le secteur à faible émission de carbone, ainsi que dans les secteurs des technologies de l'information et des biotechnologies », a-t-il encore expliqué.

« C'est le bon moment pour passer au capitalisme 2.0 », a-t-il conclu.


Royaume-Uni: les compagnies aériennes craignent des vols presque à vide

Le gouvernement britannique a annoncé lundi lever l'obligation d'effectuer un dépistage de Covid-19 pour les voyageurs entièrement vaccinés arrivant en Angleterre. (Photo, AFP)
Le gouvernement britannique a annoncé lundi lever l'obligation d'effectuer un dépistage de Covid-19 pour les voyageurs entièrement vaccinés arrivant en Angleterre. (Photo, AFP)
Short Url
  • Le gouvernement britannique a annoncé que les compagnies aériennes devraient utiliser à partir de l'été 70% de leurs créneaux de décollage et d'atterrissage pour ne pas les perdre, contre 50% aujourd'hui
  • Les aéroports londoniens ont salué la décision. Gatwick, particulièrement affecté par les annulations de vols, a parlé d'«un coup de pouce très bienvenu»

LONDRES: Le gouvernement britannique a annoncé lundi que les compagnies aériennes devraient utiliser à partir de l'été 70% de leurs créneaux de décollage et d'atterrissage pour ne pas les perdre, contre 50% aujourd'hui, faisant craindre des vols presque vides.  

Les compagnies bénéficieront « d'une flexibilité accrue lorsqu'elles justifient de ne pas pouvoir les utiliser », a précisé le gouvernement, disant vouloir ainsi éviter les « vols fantômes », assurés par des compagnies uniquement pour conserver leurs droits.  

Mais cette décision pourrait « forcer les compagnie » à faire voler des vols ne transportant qu'un petit nombre de passagers, a prévenu lundi le directeur général d'IAG, maison-mère de British Airways et d'Iberia, Luis Gallego.  

« Il est inconcevable que la demande internationale atteigne en moyenne 70% (de la normale) cet été. Le gouvernement condamne donc les compagnies aériennes à opérer des milliers de vols à basse occupation, ce qui est écologiquement stupide », a renchéri le directeur général de l'Association du transport aérien international (Iata), Willie Walsh.  

En temps normal, les compagnies doivent utiliser au moins 80% des créneaux de décollage et d'atterrissage qui leur sont attribués dans les aéroports, sans quoi elles perdent leurs droits la saison suivante.  

Ces règles ont été rendues inapplicables par la crise sanitaire, qui a provoqué l'effondrement du trafic aérien depuis mars 2020, et ont été suspendues puis assouplies au Royaume-Uni, comme dans l'Union européenne.  

Les aéroports londoniens ont salué la décision. Gatwick, particulièrement affecté par les annulations de vols, a parlé d'« un coup de pouce très bienvenu », dans une déclaration transmise à l'AFP.  

La Commission européenne prévoit de son côté de relever ce niveau à 64% à compter du mois d'avril 2022.  

Le niveau de 50% de créneaux à utiliser était déjà jugé excessif par de nombreux acteurs d'un secteur encore convalescent.  

« Alors que la demande pour les voyages internationaux est de retour », l'exécutif britannique a expliqué dans son communiqué avoir choisi de ne pas revenir aux conditions normales de 80% pour continuer à soutenir l'un des secteurs les plus durement touchés par la pandémie.  

Le PDG de Lufthansa, Carsten Spohr, avait averti fin décembre que la compagnie allemande serait contrainte d'effectuer « 18 000 vols inutiles » durant l'hiver « uniquement pour conserver ses droits de décollage et d'atterrissage ».  

« Larmes de crocodile », avait taclé Ryanair, suggérant à Lufthansa de baisser le prix des sièges pour récompenser les contribuables européens qui l'ont soutenue, plutôt que de se dire tenue de faire voler des avions vides.  

Air France-KLM avait apporté son soutien à Lufthansa en demandant vendredi aux régulateurs européens d'être plus souples dans le contrôle des créneaux de décollage et d'atterrissage.  

Par ailleurs, bonne nouvelle pour le secteur aérien qui le demandait depuis des mois, le gouvernement britannique a annoncé lundi lever l'obligation d'effectuer un dépistage de Covid-19 pour les voyageurs entièrement vaccinés arrivant en Angleterre.  

Les valeurs du secteur chutaient malgré tout à Londres, emportées par la déprime sur les marchés lundi.  

Vers 15h50 GMT, IAG perdait 5,21% à 149.58 pence et Easyjet reculait de 3,85% à 604 pence.  

Les compagnies sont « prises dans une spirale descendante » sur les marchés en raison de craintes d'un conflit en Ukraine et parce que la levée des restrictions « avait déjà été amorcée la semaine dernière par le gouvernement britannique », selon Susannah Streeter, analyste chez Hargreaves Lansdown.  

Et en attendant d'une décision de la Réserve fédérale américaine (Fed) mardi sur les taux, les investisseurs « délaissent les entreprises plus risquées et endettées », comme les compagnies aériennes, ajoute Victoria Scholar, analyste chez Interactive Investor. 


Covid19: Redressement des dividendes des dix principales entreprises saoudiennes

Une vue du "Boulevard Entertainment City" à Riyad. (AFP).
Une vue du "Boulevard Entertainment City" à Riyad. (AFP).
Short Url
  • En 2021, les sociétés cotées en Arabie saoudite ont versé des dividendes plus importants aux investisseurs
  • Les entreprises qui figurent dans le top 10 de l’Arabie saoudite sont relativement stables et le total de leur capitalisation boursière est supérieur à 16 milliards de dollars

RIYAD: En 2021, les sociétés cotées en Arabie saoudite ont versé des dividendes plus importants aux investisseurs grâce à la reprise économique qui a suivi la flambée de la Covid-19 au mois de mars dernier.
Il reste encore à voir comment le variant Omicron influencera le rebond que les entreprises ont connu au début de l'année dernière, notamment après le déploiement des vaccins et l'assouplissement des restrictions.
Cependant, les dix premières entreprises saoudiennes cotées à la bourse – dont les actifs dépassent 2 000 milliards de dollars (1 dollar = 0,88 euro), soit 7 500 milliards de riyals saoudiens (1 riyal saoudien, ou SAR = 0,24 euro) – ont maintenu ou augmenté leurs dividendes en 2021. Elles ont ainsi pu attirer les investisseurs désireux d'obtenir un revenu fiable dans le contexte incertain que suscite la pandémie dans le monde.
Les entreprises qui figurent dans le top 10 de l’Arabie saoudite comprennent quatre géants du secteur de l'énergie et des matériaux, quatre banques, un fournisseur de services publics et une société de télécommunications. Ces entreprises sont relativement stables et le total de leur capitalisation boursière est supérieur à 16 milliards de dollars.


L’Arabie saoudite appelle le CCG à accélérer la mise en place de l’union douanière et du marché commun

Le ministre des Finances de l’Arabie saoudite, Mohammed al-Jadaan, a présidé la 115e session extraordinaire du Comité de coopération financière et économique à Riyad. (Ministère des Finances)
Le ministre des Finances de l’Arabie saoudite, Mohammed al-Jadaan, a présidé la 115e session extraordinaire du Comité de coopération financière et économique à Riyad. (Ministère des Finances)
Short Url
  • Le ministre a rappelé combien il était important de surmonter les obstacles en faisant un saut qualitatif au niveau de la coopération
  • La réunion du comité se tient sur une base régulière pour évoquer l’évolution des lois et des mesures économiques adoptées par les membres du CCG

RIYAD: Le ministre des Finances de l’Arabie saoudite, Mohammed al-Jadaan, a appelé les pays du Golfe à finaliser la mise en place d’une union douanière et à établir le marché commun du Golfe afin de parvenir à l’unité économique d’ici à 2025.
Il a pris la parole à l’occasion de la 115e session extraordinaire du Comité de coopération financière et économique à Riyad, en présence d’autres États membres du Conseil de coopération du Golfe (CCG).
La réunion était présidée par le ministre Al-Jadaan et le secrétaire général du CCG, Nayef al-Hajraf, y participait, ainsi qu’un certain nombre de responsables et d’experts.
M. Al-Jadaan a fait part de l’intention du Royaume de redoubler d’efforts afin de mettre en œuvre la Vision 2030 du roi Salmane, qui consiste à promouvoir une action conjointe du Golfe, selon un communiqué publié par l’Agence de presse saoudienne (SPA).
Il a rappelé combien il était important de surmonter les obstacles en faisant un saut qualitatif au niveau de la coopération et de garantir un consensus entre les États du CCG à tous les niveaux. Il a également salué le rôle du secrétariat général dans le développement des relations, conformément aux évolutions mondiales et aux stratégies à long terme des membres du CCG.
M. Al-Jadaan a ajouté que des mesures vigoureuses étaient prises afin de parvenir à la coordination, à l’intégration et à l’interdépendance entre les États membres du CCG dans tous les domaines.
Lors de cette réunion, les ministres présents ont passé en revue les progrès réalisés dans le renforcement de la coopération financière et économique entre les États du CCG.
Ils ont été informés des décisions économiques prises par le Conseil suprême lors de sa 42e session, d’une feuille de route destinée à finaliser l’union douanière avant la fin de l’année 2024 ainsi que des recommandations faites par l’Autorité de l’union douanière et le Comité du marché commun du Golfe.
La réunion du comité se tient sur une base régulière pour évoquer les progrès économiques ainsi que l’évolution des lois et des mesures économiques adoptées par les membres du CCG afin de réaliser les intérêts stratégiques communs à long terme.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com