A Davos, Zelensky réclame plus d'armes et des sanctions «maximum» contre la Russie

Le président ukrainien, Volodymyr Zelensky, prononce un discours au Forum économique mondial. (AFP)
Le président ukrainien, Volodymyr Zelensky, prononce un discours au Forum économique mondial. (AFP)
Short Url
Publié le Lundi 23 mai 2022

A Davos, Zelensky réclame plus d'armes et des sanctions «maximum» contre la Russie

  • Le gouvernement ukrainien réclame un durcissement des sanctions contre la Russie
  • L'Ukraine a besoin d'armes «comme celles de l'Otan»

DAVOS, Suisse: Davantage d'armes et des sanctions "maximum": trois mois après l'invasion de son pays par la Russie, le président ukrainien Volodymyr Zelensky a réclamé lundi à Davos une aide internationale plus rapide.

"Les sanctions (...) devraient être maximum, pour que la Russie et tout autre agresseur potentiel qui veut conduire une guerre brutale contre son voisin connaisse clairement les conséquences immédiates de ses actions", a-t-il affirmé lors de la journée d'ouverture de la réunion annuelle du Forum économique mondial (WEF) en Suisse.

A l'heure où Kiev dit faire face à une situation "de plus en plus difficile" dans le Donbass (est), sous intenses bombardements russes, M. Zelensky a aussi réclamé davantage d'armes pour son pays, regrettant que le soutien de la communauté internationale ne soit pas assez rapide.

"Si nous avions reçu 100% de nos besoins en février, le résultat aurait été des dizaines de milliers de vies sauvées. C'est pourquoi l'Ukraine a besoin de toutes les armes que nous demandons, pas seulement celles qui ont été fournies", a dit le président ukrainien, qui s'exprimait en visioconférence via un interprète et a reçu des applaudissements nourris.

"Nous avons besoin d'armes plus que de n'importe quoi d'autre", avait déjà indiqué dimanche soir devant la presse Anastasia Radina, une parlementaire ukrainienne venue à Davos.

L'Ukraine a besoin d'armes "comme celles de l'Otan", incluant des chars, des systèmes de défense aérienne, des avions chasseurs, a-t-elle détaillé auprès de l'AFP, estimant que les aides militaires reçues jusqu'à présent, "ce n'est pas encore assez".

"Après trois mois de guerre, et des dizaines de milliers de vies perdues, on en est encore à discuter de si nous avons besoin d'avions chasseurs. Franchement c'est scandaleux", a-t-elle déploré. 

«Aucun commerce avec la Russie»

Le gouvernement ukrainien réclame aussi un durcissement des sanctions contre la Russie, qu'il voudrait isoler complètement du commerce international.

"Il ne devrait y avoir aucun commerce avec la Russie", a affirmé M. Zelensky, réclamant entre autres "un embargo sur le pétrole russe" et des mesures contre "toutes les banques russes, sans exceptions".

Les pays occidentaux ont mis en place toute une série de sanctions économiques contre la Russie. Mais si les Etats-Unis et le Royaume-Uni ont renoncé à importer du pétrole russe, l'Union européenne a du mal à se mettre d'accord sur le sujet, car certains de ses pays membres sont très dépendants du gaz et du pétrole russes.

"Nous comprenons que l'Europe essaye d'estimer le coût que cela va avoir pour son économie. Mais de l'autre côté, il y a l'Ukraine, il y a une vraie guerre", a insisté la ministre ukrainienne de l'Economie Ioulia Svyrydenko, venue en personne à Davos. "La Russie veut détruire l'Ukraine (...) et menace le monde de famine. On n'a définitivement pas le temps de faire de l'analyse. Nous avons besoin de couper la Russie du monde civilisé, complètement". 

L'Ukraine tient la vedette cette semaine à Davos, où la réunion des élites politiques et économiques mondiales organisée par le WEF fait son retour après deux ans de parenthèse pour cause de pandémie de Covid-19.

Le fondateur du WEF Klaus Schwab a loué lundi le "leadership courageux" du président ukrainien et s'est félicité d'une "délégation particulièrement forte d'Ukrainiens", mais a banni cette année les Russes, qui représentent habituellement un gros contingent de participants. 

Là où se tenait les autres années une "maison russe", les Ukrainiens exposent depuis lundi les "crimes de guerre" de ces derniers. Ils espèrent ainsi mieux convaincre la communauté internationale d'intensifier son soutien. 

"Tout le monde est affecté par ce qui se passe dans votre pays", a aussi dit Klaus Schwab au président ukrainien.

L'Ukraine est notamment un important fournisseur mondial de céréales et d'oléagineux, qu'elle ne peut aujourd'hui plus exporter via ses ports, bloqués par l'armée russe. La situation alimente la flambée de l'inflation des produits alimentaires au niveau mondial et crée des craintes pour l'approvisionnement de nombreux pays, notamment en Afrique.

Volodymyr Zelensky a dit avoir parlé à l'Union européenne, au Royaume-Uni, à la Turquie et à des responsables de l'ONU pour tenter d'établir un "corridor qui nous permettrait des exportations de notre blé, notre tournesol, et d'autres grains".

L'émir du Qatar, cheikh Tamim ben Hamad al-Thani, a de son côté proposé ses services comme potentiel médiateur. "Nous sommes en contact avec toutes les parties concernées par la crise ukrainienne, et je suis prêt à contribuer à tous les efforts internationaux et régionaux pour trouver une solution immédiate et pacifique au confit", a-t-il dit lors d'un discours à Davos.


Qatargate: la justice belge renonce à faire extrader deux suspectes depuis l'Italie

Laurent Kennes, avocat de l'ancien membre du Parlement européen Pier Antonio Panzeri, parle à la presse avant une audience au Palais de Justice de Bruxelles, Belgique, le 17 janvier 2023 (Photo, AFP).
Laurent Kennes, avocat de l'ancien membre du Parlement européen Pier Antonio Panzeri, parle à la presse avant une audience au Palais de Justice de Bruxelles, Belgique, le 17 janvier 2023 (Photo, AFP).
Short Url
  • Parallèlement à la série d'interpellations à Bruxelles, toutes deux ont été arrêtées en décembre en Italie dans le cadre des  investigations
  • Ce scandale a éclaté le 9 décembre avec une demi-douzaine d'interpellations à Bruxelles

BRUXELLES: La Belgique a signifié à l'Italie qu'elle renonçait à la procédure du mandat d'arrêt européen pour se voir remettre deux suspectes italiennes dans l'enquête sur le scandale du Qatargate, a annoncé vendredi à l'AFP une source proche du dossier.

Il s'agit de Maria Dolores Colleoni et Silvia Panzeri, respectivement épouse et fille de l'ancien eurodéputé italien Pier Antonio Panzeri, 67 ans, qui s'est engagé à collaborer avec la justice dans cette enquête au terme d'un accord conclu le 17 janvier avec le parquet fédéral belge.

Parallèlement à la série d'interpellations à Bruxelles, toutes deux ont été arrêtées en décembre en Italie dans le cadre des  investigations sur un système présumé de corruption au sein du Parlement européen impliquant le Qatar et le Maroc.

Elles ont d'abord contesté devant les tribunaux italiens leur extradition, mais sont désormais prêtes à être entendues en Belgique, selon cette même source.

"Il a été signifié aux autorités italiennes que le mandat d'arrêt européen n'était plus nécessaire, dans la mesure où elles se sont engagées à se rendre en Belgique si la justice belge souhaite les entendre", a déclaré cette source.

Cette semaine, le juge d'instruction belge chargé de l'enquête, Michel Claise, s'est rendu en Italie accompagné d'un magistrat du parquet fédéral.

La mission visait à "régler un certain nombre de détails sur ce qu'attend la justice belge et ce que peut offrir la justice italienne", avait indiqué mercredi à l'AFP un porte-parole du parquet fédéral.

Selon la source proche du dossier, la levée du mandat d'arrêt signifiant la fin de leur assignation à résidence en Italie doit être validée par une décision de la justice italienne.

Mais l'avocat italien des deux femmes, Angelo De Riso, les a présentées comme déjà libres.

"Elles sont évidemment contentes parce qu'elles sont désormais libres", a dit l'avocat cité par l'agence de presse italienne AGI.

Ce scandale a éclaté le 9 décembre avec une demi-douzaine d'interpellations à Bruxelles, et la saisie d'un total d'1,5 million d'euros en espèces dans des sacs ou des valises.

Actuellement quatre personnes sont encore incarcérées en Belgique dont l'eurodéputée grecque Eva Kaili --déchue de son mandat de vice-présidente du Parlement-- et Pier Antonio Panzeri.

Ce dernier, qui fut eurodéputé socialiste de 2004 à 2019 avant se reconvertir en dirigeant d'ONG, s'est engagé en échange d'une peine de prison réduite à informer les enquêteurs sur tout le système de corruption auquel il admet avoir participé, y compris en livrant les identités de ses complices.

Parmi les motivations dans sa décision de devenir un "repenti" --un statut permis par la loi belge--, M. Panzeri souhaitait obtenir la "bienveillance" de la justice belge à l'égard des membres de sa famille, selon son avocat belge.

"Il s'inquiétait énormément pour sa femme et sa fille et espère désormais une certaine bienveillance. C'est humain et légitime", avait fait valoir lundi Me Laurent Kennes dans un entretien avec l'AFP.


L'Italienne Giorgia Meloni en Libye pour les dossiers énergie et migration

Le Premier ministre libyen basé à Tripoli, Abdulhamid Dbeibah, reçoit son homologue italien Giorgia Meloni, dans la capitale Tripoli, le 28 janvier 2023. (AFP)
Le Premier ministre libyen basé à Tripoli, Abdulhamid Dbeibah, reçoit son homologue italien Giorgia Meloni, dans la capitale Tripoli, le 28 janvier 2023. (AFP)
Short Url
  • C'est la première visite d'un chef de gouvernement ou d'Etat européen depuis la venue de son prédécesseur Mario Draghi en avril 2021 en Libye
  • L'Italie, ancienne puissance coloniale, est pour la Libye un partenaire commercial de premier plan, notamment dans le domaine des hydrocarbures

TRIPOLI: La cheffe du gouvernement italien Giorgia Meloni est arrivée samedi à Tripoli, son deuxième déplacement cette semaine sur la rive sud de la Méditerranée, pour évoquer les questions énergétiques mais également la question épineuse des flux migratoires.

C'est la première visite d'un chef de gouvernement ou d'Etat européen depuis la venue de son prédécesseur Mario Draghi en avril 2021 en Libye.

A son arrivée, Mme Meloni a été reçue par Abdelhamid Dbeibah, chef du gouvernement d'unité nationale, l'exécutif basé à Tripoli (ouest) et reconnu par l'ONU, selon des images télévisées fournies par le gouvernement libyen.

Les deux dirigeants ont écouté les hymnes nationaux interprétés par une fanfare avant de s'enfermer dans un salon d'un luxueux hôtel de Tripoli pour des entretiens à huis clos.

L'Italie, ancienne puissance coloniale, est pour la Libye un partenaire commercial de premier plan, notamment dans le domaine des hydrocarbures, avec une importante présence du géant italien Eni dans le pays doté des plus abondantes réserves de pétrole d'Afrique.

D'ailleurs, le patron de l'Eni, Claudio Descalzi, accompagne Mme Meloni qui assistera à la signature d'un accord entre le géant italien et la Compagnie nationale libyenne de pétrole (NOC) pour le développement de deux champs gaziers offshore au large de la Libye.

L'Eni va investir 8 milliards de dollars sur ces sites, qui sont "susceptibles de produire 850 millions de mètres cubes de gaz" par jour, a déclaré cette semaine le patron de la NOC, Farhat Bengdara, à la chaîne de télévision al-Masar.

Outre le volet économique, la migration est au centre des entretiens entre les deux chefs de gouvernement, l'Italie étant directement concernée par l'arrivée massive de migrants clandestins partant des côtes libyennes.

Le chaos qui a suivi la chute du régime de Mouammar Kadhafi en 2011 a fait de la Libye une voie privilégiée pour des dizaines de milliers de migrants, originaires d'Afrique sub-saharienne, de pays arabes et d'Asie du Sud, cherchant à rejoindre l'Europe.

Le gouvernement d'extrême droite de Giorgia Meloni est arrivé au pouvoir en octobre en promettant de stopper l'immigration clandestine en Italie, alors que plus de 105.000 migrants y sont arrivés par la voie maritime en 2022, selon le ministère italien de l'Intérieur.

La Méditerranée centrale est la route migratoire la plus dangereuse du monde, selon l'Organisation internationale pour les migrations (OIM). L'agence onusienne estime qu'en 2022, 1.377 migrants y sont morts ou portés disparus.


Combats acharnés pour le contrôle de Vougledar, dans l'est de l'Ukraine

Un homme passe devant des arbres brisés à la suite des frappes de missiles russes sur la capitale ukrainienne de Kyiv le 26 janvier 2023. (AFP)
Un homme passe devant des arbres brisés à la suite des frappes de missiles russes sur la capitale ukrainienne de Kyiv le 26 janvier 2023. (AFP)
Short Url
  • Le porte-parole de l'armée ukrainienne pour la zone Est a confirmé «des combats féroces», tout en assurant que les Russes avaient été repoussés
  • L'Ukraine a fait savoir cette semaine que les soldats russes, en supériorité numérique, avaient intensifié leurs attaques dans l'est, en particulier sur Vougledar et Bakhmout, cette dernière étant leur cible depuis des mois

PRES DE BAKHMOUT: Les troupes ukrainiennes sont engagées dans une confrontation "féroce" avec les forces russes qui tentent de s'emparer de Vougledar, au sud-ouest de Donetsk, en Ukraine orientale où les combats se sont intensifiés ces derniers jours.

"Bientôt, Vougledar pourrait devenir un nouveau succès très important pour nous", a déclaré vendredi Denis Pushilin, chef de la région de Donetsk nommé par Moscou.

Les deux parties ont revendiqué la victoire, mais la ville reste contestée selon Kiev.

Le porte-parole de l'armée ukrainienne pour la zone Est, Serguiï Tcherevaty, a confirmé "des combats féroces", tout en assurant que les Russes avaient été repoussés.

A 150 km de Bakhmout, cette cité minière qui comptait 15.000 d'habitants avant l'invasion russe, des affrontements "sérieux, brutaux" ont lieu et les troupes russes se sont "implantées dans le sud-est et l'est de la ville", a affirmé un responsable des autorités prorusses de la région orientale de Donetsk, Ian Gagine.

Intensification des attaques russes 

"L'ennemi cherche en effet à remporter un succès dans ce secteur mais il n'y parvient pas grâce aux efforts des forces de défense de l'Ukraine", a-t-il dit à la télévision. "L'ennemi exagère, et c'est un euphémisme, sa réussite", a-t-il poursuivi, concluant : "face à ses pertes, l'ennemi recule".

"L'encerclement et la libération à venir" de cette localité permettront de "changer le rapport de force sur le front" en ouvrant la voie à une offensive vers Pokrovsk et Kourakhové, des localités situées plus au nord, a jugé le chef de séparatistes de Donetsk, Denis Pouchiline.

L'Ukraine a fait savoir cette semaine que les soldats russes, en supériorité numérique, avaient intensifié leurs attaques dans l'est, en particulier sur Vougledar et Bakhmout, cette dernière étant leur cible depuis des mois.

Et une nouvelle offensive russe est en préparation pour le 24 février, un an jour pour jour après l'invasion par la Russie de l'Ukraine, a assuré Oleksii Danilov, secrétaire du Conseil de défense et de sécurité nationale d'Ukraine.

"Ils se préparent maintenant à une activation maximale (...) et ils pensent avoir d'ici la date anniversaire à des réussites", a-t-il déclaré sur Radio Svoboda.

Cette nouvelle vague offensive en préparation pour le 24 février "n'est pas un secret", a-t-il ajouté.

Selon l'Institute for the Study of War, la Russie cherche à "disperser" les forces ukrainiennes afin de "créer les conditions d'une opération offensive décisive".

Les militaires russes et les hommes du groupe paramilitaire Wagner ont récemment pris Soledar, au nord de Bakhmout, un premier succès depuis de longs mois et une série de revers pour le Kremlin.

"Les Russes avancent, il y a des tirs constants, nuit et jour, ils essaient de trouver des points faibles dans notre défense", a témoigné auprès de l'AFP Iouri, un soldat ukrainien de 44 ans, dans une tranchée de Bakhmout.

Toujours dans l'est, à Tchassiv Iar, deux personnes ont été tuées vendredi et au moins cinq blessées dans des tirs de l'artillerie russe, ont signalé les autorités locales.

Plus au nord, dans la région de Kharkiv, le pilonnage du village de Dvoritchna a fait deux autres morts, a annoncé la présidence ukrainienne.

La ville méridionale de Kherson a également été la cible des obus russes, selon la même source.

La Russie a mobilisé des centaines de milliers de réservistes et de repris de justice pour essayer de percer les lignes ukrainiennes et de conquérir le reste du Donbass, une vaste zone industrielle de l'est de l'Ukraine.

60 chars polonais de plus 

Dans ce contexte, le président Zelensky a salué la décision annoncée par la Pologne de livrer à son pays 60 chars supplémentaires, dont la moitié seront une version modernisée du T-72 soviétique, après les 14 Leopard 2 de fabrication allemande déjà promis.

Parallèlement, le gouvernement belge s'est engagé à octroyer à l'Ukraine de nouveaux financements pour en particulier la fourniture de missiles, de mitrailleuses, de munitions et de véhicules blindés.

Quant à l'armée de l'air ukrainienne, elle a jugé vendredi que le F16 de fabrication américaine "pourrait être le meilleur candidat" pour "devenir le seul type" d'appareil polyvalent dans sa flotte, selon son porte-parole Iouri Ignat.

Le président ukrainien réclame des avions de chasse et des missiles de longue portée, autant d'armes que les Occidentaux refusent jusqu'ici de fournir.

De son côté, l'Union européenne a décidé de prolonger de six mois ses sanctions imposées à la Russie lorsqu'elle a annexé la péninsule ukrainienne de Crimée en 2014 et prépare de nouvelles mesures contre Moscou.

Le président français Emmanuel Macron a toutefois souligné vendredi qu'il continuerait à "parler à la Russie".

Volodymyr Zelensky a en outre dénoncé l'"hypocrisie" du Comité international olympique, qui malgré des appels répétés de Kiev à bannir les sportifs russes et bélarusses des JO 2024 prévus à Paris, le CIO a déclaré mercredi "étudier" la possibilité de les autoriser à participer sous bannière neutre.

Il a invité son chef, Thomas Bach, à visiter Bakhmout, l'un des points les plus chauds de la guerre avec la Russie "pour qu'il voie de ses propres yeux que la neutralité n'existe pas".