Pour capter le CO2 dans l'air, les financements de milliardaires se multiplient

Le PDG de Tesla, Elon Musk, assiste à la cérémonie d'inauguration de la Gigafactory de Tesla Shanghai à Shanghai, en Chine, le 7 janvier 2019. (REUTERS)
Le PDG de Tesla, Elon Musk, assiste à la cérémonie d'inauguration de la Gigafactory de Tesla Shanghai à Shanghai, en Chine, le 7 janvier 2019. (REUTERS)
Short Url
Publié le Mardi 24 mai 2022

Pour capter le CO2 dans l'air, les financements de milliardaires se multiplient

  • Les experts climat s'en rendent compte: le monde va devoir retirer beaucoup de CO2 de l'air pour atteindre la neutralité carbone en 2050, car la réduction des émissions de gaz à effet de serre ne suffira pas
  • Avec 100 millions de dollars en tout, le «plus grand prix incitatif de l'histoire» - vante son site - veut primer d'ici 2024 des solutions pour stocker à terme des milliards de tonnes de CO2 par an, à bas coût

PARIS : "Ca va nous financer un an de R&D": le patron de la start-up NetZero n'en revient toujours pas d'avoir remporté un million de dollars au concours organisé par Elon Musk, l'un des prix lancés par des milliardaires et des géants de l'internet pour accélérer la technologie balbutiante de captage du carbone de l'air.

Les experts climat s'en rendent compte: le monde va devoir retirer beaucoup de CO2 de l'air pour atteindre la neutralité carbone en 2050, car la réduction des émissions de gaz à effet de serre ne suffira pas. Des machines existent aujourd'hui, mais trop chères.

Alors le privé s'en mêle, sur le modèle de la recherche contre les vaccins ou du développement des premiers avions.

"Quand on est une start-up, un prix d'un million ça fait beaucoup", raconte à l'AFP Axel Reinaud, PDG de NetZero, l'entreprise française propulsée mi-avril sur la scène internationale après avoir remporté l'un des 15 prix d'étape du "XPrize Carbon Removal" du milliardaire patron de Tesla. 

"Cela vous donne de l'air financier", ajoute-t-il. Le million financera un an de recherche et développement "ou deux tiers d'une usine".

Avec 100 millions de dollars en tout, le "plus grand prix incitatif de l'histoire" - vante son site - veut primer d'ici 2024 des solutions pour stocker à terme des milliards de tonnes de CO2 par an, à bas coût.

Le lauréat est récompensé pour son modèle économique astucieux: il brûle des déchets agricoles, qui stockent naturellement du CO2, et les transforme en "biochar", une "poussière de charbon" qui nourrit les sols. La chaleur de la combustion génère de l'électricité renouvelable, qui est vendue. Au total, l'entreprise dit pouvoir éliminer une tonne de CO2 pour quelques dizaines d'euros, un prix imbattable.

Aux Etats-Unis, Stripe, Alphabet, Shopify, Meta et McKinsey ont garanti l'achat de 925 millions de dollars de "services d’élimination permanente du carbone entre 2022 et 2030", comme une assurance pour ceux qui hésitent à se lancer. Sur le même modèle, une cinquantaine d'entreprises de secteurs "difficiles à décarboner", la "First movers coalition", s'engagent à financer une telle technologie.

De l'air (financier)

Il y a peu de recherche sur l'élimination du carbone dans l'atmosphère, un processus "extrêmement difficile à maîtriser",explique à l'AFP l'historienne des sciences Amy Dahan. "L'idée de Musk, c'est de faire monter un champ de recherche à une certaine visibilité".

Une méthode éprouvée: l'Orteig prize et ses 25.000 dollars promis au premier aviateur à faire New York-Paris sans escale avait dopé la recherche aéronautique jusqu'à ce que Charles Lindbergh le remporte en 1927. Plus récemment, les promesses de financement de Bill Gates au Forum économique mondial en 2010 ont largement contribué à accélérer la course aux vaccins.  

Mais 100 millions de dollars, "c'est inédit", affirme Mme Dahan. 

Même son de cloche à la Climate Foundation, un lauréat américain qui élimine le carbone grâce à des macro-algues, puis le stocke en profondeur dans l'océan. "Nous n'aurions pas pu arriver là sans ces fonds", dit à l'AFP son fondateur Brian Von Herzen, qui avec d'autres financements veut créer son "premier hectare de permaculture marine".

"De tels prix constituent une première étape importante, mais insuffisante pour construire un écosystème robuste de séquestration du carbone", nuance-t-il.

«Goutte d'eau»

Le but ultime, selon le consensus scientifique, est d'éliminer d'ici à 2050 plusieurs milliards de tonnes de CO2 par an.

Puisque la capacité de séquestration actuelle est "microscopique", cela signifie bâtir "en 30 ans" quelque chose "d'aussi grand que l'industrie pétrolière", alerte M. Reinaud, insistant sur le fait qu'il faudrait "plusieurs dizaines de points de PIB" investis dès maintenant, au lieu de la "goutte d'eau" présente.

Un constat partagé par Amy Dahan, pour qui ces milliardaires feraient mieux d'arrêter leur "greenwashing" et de "changer le modèle commercial de leurs entreprises" très émettrices.

"Certes, on ne pourra pas se passer de leur participation à cet effort", tempère la chercheuse, mais une "politique d'État et des accords" contraignants sont nécessaires. 

Malgré les 3,5 milliards de dollars de financement annoncés par Washington pour le secteur, elle estime que "les États ne prennent pas le problème sérieusement en mains".


Les colos et centres de loisirs souffrent de la pénurie d'animateurs

Après deux ans de Covid, au cours desquels peu de jeunes ont pu être formés, mais aussi pour des raisons structurelles, le secteur de l'animation manque de bras (Photo, AFP).
Après deux ans de Covid, au cours desquels peu de jeunes ont pu être formés, mais aussi pour des raisons structurelles, le secteur de l'animation manque de bras (Photo, AFP).
Short Url
  • Pour l'organisation de séjours cet été, «il y a une tension au niveau des animateurs, des directeurs mais aussi des équipes de cuisine»
  • A la Ligue de l'enseignement, «le résultat des annulations liés spécifiquement au manque d'encadrants concerne un peu plus de 200 enfants»

PARIS: "Colos" annulées, accueils de loisirs fermés: après deux ans de Covid, au cours desquels peu de jeunes ont pu être formés, mais aussi pour des raisons structurelles, le secteur de l'animation manque de bras. Un comité de filière sera installé en septembre pour tenter de trouver des solutions.

Pour l'organisation de séjours cet été, "il y a une tension au niveau des animateurs, des directeurs mais aussi des équipes de cuisine. Certains organisateurs sont dans la dernière ligne droite et se demandent s'ils pourront maintenir les séjours ou pas", témoigne Anne Carayon, directrice de Jeunesse au Plein Air.

A la Ligue de l'enseignement (Vacances pour tous), "le résultat des annulations liés spécifiquement au manque d'encadrants concerne un peu plus de 200 enfants", sur quelque 17 000 accueillis. Un chiffre qui pourrait encore augmenter car "on n'a pas forcément de quoi absorber d'éventuels désistements" d'encadrants, souligne Benoît Fontaine, directeur du service vacances de la Ligue.

Pour faire face, les organisateurs de colos ont recours à des expédients: "On travaille sur des demandes de dérogation auprès des services de l’Etat par rapport à des animateurs chevronnés mais non diplômés", explique Vincent Clivio, de la Fédération nationale Familles rurales.

Du côté des centres des loisirs, "il y a urgence absolue", s'alarme Laurent Bruni, directeur général de l'Ufcv (Union française des centres de vacances). "On a des fermetures préventives, des limites dans la capacité d'accueil", lui fait écho M. Clivio.

Comme pour les sapeurs-pompiers 

La pandémie de Covid, et les confinements qui l'ont accompagné, explique une bonne part de ces difficultés. "Sur les deux dernières années, 17 000 jeunes n'ont pas pu suivre de formations Bafa (le brevet requis pour être animateur en colonie de vacances, NDLR) en raison de la pandémie", explique Laurent Bruni.

Mais les causes sont plus profondes. Les colonies de vacances fonctionnent avec des jeunes recrutés en Contrat d'engagement éducatif, pour une indemnité journalière faible (23,87 euros brut minimum par jour) au regard de la disponibilité attendue, 24 heures sur 24.

Il faut, de l'avis des responsables interrogés par l'AFP, revaloriser cette indemnité, rendre plus lisibles les aides pour passer le Bafa, mais aussi remettre en avant le sens et la valeur de cet engagement. "On demande un volontariat de l'animation, comme on a un volontariat pour les sapeurs-pompiers, de manière à être clair vis-à-vis du jeune", affirme Anne Carayon.

Les centres de loisirs et les accueils périscolaires tout au long de l'année fonctionnent, eux, avec des professionnels. La Direction de la jeunesse, de l'éducation populaire et de la vie associative (Djepva) estime la pénurie dans ce secteur à 10% des effectifs nécessaires.

En cause, une grande précarité, des rémunérations faibles avec des contrats quasiment toujours à temps partiels, un manque de reconnaissance et un déficit de formations...

Mixité sociale

Conscient de ces difficultés, le gouvernement avait organisé de novembre 2021 à janvier 2022 des "Assises de l'animation". En est ressorti un plan avec 25 mesures, et la création d'un "comité de filière" devant appliquer cette feuille de route.

L'ancien député Yves Blein a pris la présidence de ce comité, et un secrétaire général vient d'être nommé, Benoît Coquille, ancien conseiller au Secrétariat d'Etat à la jeunesse et à l'engagement.

"L'objectif, c'est de voir comment on peut avoir plus de porosité entre tous les métiers de l'enfance (...), pour faire en sorte que les qualifications soient homogénéisées, qu’il y ait des passerelles qui permettent à ces personnes de bénéficier d’un vrai temps de travail", explique Yves Blein. Les Aesh et Atsem, qui assistent les enseignants sur le temps scolaire, dépendent de l'Education nationale, et les animateurs des communes.

M. Blein se félicite que le dispositif des "colos apprenantes" ait remis la filière sous le feu des projecteurs, avec des "aides significatives".

"Après, il ne faut pas que ce soit un +one shot+ (...). Il faut reconnaître que ce n'est malheureusement pas le sujet au-dessus de la pile, alors qu'on se pose beaucoup de questions sur la mixité sociale, le +vivre ensemble+. On sait combien les colos peuvent contribuer à cela", dit-il.


Djihadisme : trois personnes soupçonnées de «financement du terrorisme» mises en examen

Selon une source proche du dossier, ces personnes sont soupçonnées d'avoir apporté un soutien logistique et/ou financier à un djihadiste français (Photo, AFP).
Selon une source proche du dossier, ces personnes sont soupçonnées d'avoir apporté un soutien logistique et/ou financier à un djihadiste français (Photo, AFP).
Short Url
  • Le quotidien L'Union avait indiqué que les interpellations avaient été réalisées dans le quartier «Croix-Rouge»
  • Trois de ces personnes avaient été relâchées sans poursuite à ce stade

PARIS: Trois personnes ont été mises en examen vendredi pour "financement du terrorisme" et placées sous contrôle judiciaire par un juge d'instruction antiterroriste parisien, a indiqué à l'AFP une source judiciaire samedi.

Selon une source proche du dossier, ces personnes sont soupçonnées d'avoir apporté un soutien logistique et/ou financier à un djihadiste français présent dans la zone syro-irakienne.

Dans le cadre d'une enquête préliminaire ouverte en mars, ces trois personnes avaient été interpellées mardi matin à Reims avec trois autres par des policiers de la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI) et du Raid.

Le quotidien L'Union avait indiqué que les interpellations avaient été réalisées dans le quartier "Croix-Rouge".

Trois de ces personnes avaient été relâchées sans poursuite à ce stade.


L'industrie française de la défense prête à accélérer la production

Le ministre de la Défense Sébastien Lecornu. (Photo, AFP)
Le ministre de la Défense Sébastien Lecornu. (Photo, AFP)
Short Url
  • « La base industrielle et technologique de défense française souhaite avancer vite» pour accélérer sa production, a souligné M. Lecornu
  • Le budget du ministère des Armées est reparti à la hausse ces dernières années, et va croître de trois milliards d'euros par an d'ici 2025, pour atteindre 50 milliards en 2025

ROUVIGNIES : Les entreprises françaises du secteur de la défense sont "prêtes" à accélérer la production, comme voulu par le gouvernement, a indiqué samedi le ministre de la Défense Sébastien Lecornu, soulignant que l'un des obstacles était la difficulté à embaucher.

Il s'exprimait à l'occasion d'une visite chez l'équipementier Aresia, qui a débuté en 2020 près de Valenciennes (Nord) la production de bombes de forte puissance pour l'aviation, pesant jusqu'à 1 tonne, auparavant importées des Etats-Unis.

"La base industrielle et technologique de défense française souhaite avancer vite" pour accélérer sa production, a souligné M. Lecornu, interrogé au sujet de la capacité de la France à répondre aux besoins croissants de munitions de l'armée ukrainienne.

"Pour pouvoir fournir une armée amie, il faut pouvoir produire", a-t-il néanmoins indiqué, soulignant qu'"il y a des enjeux d'emploi" dans certains territoires où "des industries ont du mal à embaucher et on se retrouve avec des retards dans la production".

"Pour gagner plusieurs mois voire plusieurs années (...), ce sont une multiplicité de petites décisions qu'il faut prendre à divers niveaux", au sein des entreprises de la filière mais aussi de l'Etat, a-t-il souligné.

Le ministre a indiqué qu'il allait écrire cette semaine aux acteurs de la filière défense française pour solliciter leurs propositions afin d'élaborer un "plan" dans ce sens, "qui viendra s'accoler à la loi de programmmation militaire".

Le président Emmanuel Macron avait estimé jeudi que l'industrie de défense française devait apprendre à "produire davantage" et "plus vite", disant vouloir "tirer les enseignements de la guerre en Ukraine" dans la prochaine loi de programmation militaire.

"On a une capacité d'accélération assez large" de la cadence de production, a déclaré de son côté à l'AFP Bruno Berthet, président d'Aresia, tout en indiquant travailler à "plus de réactivité" pour faire face à une augmentation brusque de la demande en cas de crise.

Le budget du ministère des Armées est reparti à la hausse ces dernières années, et va croître de trois milliards d'euros par an d'ici 2025, pour atteindre 50 milliards en 2025.