A Davos, l’ONU catégorique sur le droit des filles afghanes à l’éducation

Achim Steiner, l’administrateur du Programme des nations unies pour le développement, prend la parole lors du Forum économique mondial. (Photo/Forum économique mondial)
Achim Steiner, l’administrateur du Programme des nations unies pour le développement, prend la parole lors du Forum économique mondial. (Photo/Forum économique mondial)
Short Url
Publié le Mardi 24 mai 2022

A Davos, l’ONU catégorique sur le droit des filles afghanes à l’éducation

  • Les talibans ont interdit aux filles d’aller au collège après la sixième, faisant abstraction des promesses que leurs responsables avaient faites
  • Le groupe a imposé d’autres restrictions strictes aux femmes, notamment le port du voile intégral en public

LONDRES: L’Organisation des nations unies est claire sur les droits de l’homme que les autorités afghanes devraient respecter, dont le droit des filles à l’éducation, a déclaré lundi dernier un responsable de l’organisation.
S’exprimant à l’occasion du Forum économique mondial de Davos, Achim Steiner, l’administrateur du Programme des nations unies pour le développement, affirme que les filles du pays devraient être libres de terminer leurs études et d’entreprendre une carrière.
L’ONU «est catégorique sur les droits humains fondamentaux qu’un pays comme l’Afghanistan devrait défendre et respecter. Cela inclut le droit des filles à fréquenter des établissements scolaires», souligne-t-il. «Je ne parle pas uniquement du primaire, mais aussi du secondaire et de leur capacité à faire carrière et à poursuivre leurs études à l’université.»
«C’est très grave que les talibans n’aient pas tenu jusqu’à présent l’engagement qu’ils ont pris à plusieurs reprises envers leur propre public et envers la communauté internationale, c’est-à-dire rouvrir les lycées» aux filles, ajoute M. Steiner.
Les talibans ont interdit aux filles d’aller au collège après la sixième, faisant abstraction des promesses que leurs responsables avaient faites après avoir pris le contrôle du pays, l’année dernière. À l’époque, ils avaient promis que les filles de tous âges seraient autorisées à poursuivre leurs études.
Le groupe a imposé d’autres restrictions strictes aux femmes, notamment le port du voile intégral en public, les forçant ainsi à se couvrir de la tête aux pieds en ne montrant que leurs yeux. Ils ont également publié un décret selon lequel les femmes ne devraient quitter leur domicile qu’en cas d’urgence. Les hommes de la famille seront passibles de sanctions pour toute violation du code vestimentaire par les femmes – allant d’une convocation à une peine de prison, en passant par un procès.
Selon M. Steiner, la première chose qui doit être rétablie dans le pays est «un État de droit au sens des droits fondamentaux». Il ajoute: «C’est sans doute le test le plus important que la communauté internationale fait passer aux talibans – à juste titre, je crois.»
Cependant, M. Steiner avertit que le plus urgent en Afghanistan est d’agir pour sauver l’économie du pays d’un effondrement total.
«Nous ne pouvons abandonner quarante millions d’Afghans simplement pour cause d’indignation morale», affirme-t-il. «C’est pourquoi l’ONU est revenue en Afghanistan, devenant le fer de lance de la présence de la communauté internationale.»
«Nous sommes là parce que nous voyons tout le désespoir du peuple afghan. Pendant que la communauté internationale trouve un moyen pour mettre en place un processus de rapprochement politique avec les talibans, nous essayons avant tout d’intervenir dans une économie qui doit maintenir les gens en vie.»
La prise de contrôle de l’Afghanistan par les talibans il y a neuf mois après le retrait des troupes américaines a déclenché une crise économique. Cela s’appuie sur la décision de l’administration Biden de geler environ 9,5 milliards de dollars (1 dollar = 0,93 euro) déposés par la Banque centrale afghane auprès d’institutions financières américaines.
Le président Joe Biden a signé un décret pour débloquer 7 milliards de dollars de ces avoirs gelés, mais la moitié seulement sera utilisée pour l’aide humanitaire en Afghanistan. Le reste de cette somme ira aux familles des victimes du 11-Septembre.
Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


La Croatie intègre l'espace Schengen, Bulgarie et Roumanie recalées

La question de l'élargissement de l'espace Schengen est revenue sur la table à un moment où les arrivées irrégulières aux frontières extérieures de l'UE sont en forte hausse (Photo, AFP).
La question de l'élargissement de l'espace Schengen est revenue sur la table à un moment où les arrivées irrégulières aux frontières extérieures de l'UE sont en forte hausse (Photo, AFP).
Short Url
  • A partir du 1er janvier 2023, les contrôles aux frontières terrestres et maritimes de la Croatie avec les autres membres de l'espace Schengen seront levés
  • La Roumanie et la Bulgarie devront encore patienter: leurs candidatures se sont heurtées à un veto de l'Autriche, tandis que les Pays-Bas s'opposaient à celle de la seule Bulgarie

BRUXELLES: La Croatie fera son entrée dans l'espace Schengen de libre circulation en janvier : les Etats membres de l'Union européenne ont approuvé jeudi son adhésion, mais rejeté celles de la Roumanie et de la Bulgarie.

A partir du 1er janvier 2023, les contrôles aux frontières terrestres et maritimes de la Croatie avec les autres membres de l'espace Schengen seront levés, a indiqué la présidence tchèque du Conseil de l'UE. Les contrôles aux aéroports le seront à partir du 26 mars.

Avec ce feu vert unanime des ministres de l'Intérieur réunis à Bruxelles, la Croatie devient le 27ème membre de cette vaste zone au sein de laquelle plus de 400 millions de personnes peuvent voyager librement, sans contrôles aux frontières intérieures.

Ce pays de 3,9 millions d'habitants, membre de l'UE depuis 2013, rejoindra aussi la zone euro en janvier.

"L'intégration de la Croatie dans Schengen va bénéficier à tout le monde, les citoyens, l'économie, la Croatie et l'UE", a tweeté le ministre croate de l'Intérieur Davor Božinović.

En revanche la Roumanie et la Bulgarie devront encore patienter : leurs candidatures se sont heurtées à un veto de l'Autriche, tandis que les Pays-Bas s'opposaient à celle de la seule Bulgarie.

Vienne, qui fait face à une forte hausse des demandes d'asile, redoutait que la levée des contrôles aux frontières avec ces deux pays n'accroisse encore le flux des arrivées de migrants.

La question de l'élargissement de l'espace Schengen est revenue sur la table à un moment où les arrivées irrégulières aux frontières extérieures de l'UE sont en forte hausse, particulièrement via la route des Balkans occidentaux.

«Très déçue»

Le président roumain Klaus Iohannis a fustigé "l'attitude regrettable et injustifiée de l'Autriche (qui) risque de compromettre l'unité et la cohésion européennes".

Le ministre bulgare de l'Intérieur Ivan Demerdjiev a épinglé la position des Pays-Bas: "Il n'y a rien de constructif (...), pas d'arguments concrets", a-t-il déploré.

Le ministre néerlandais chargé des Migrations, Eric van der Burg, a expliqué que son pays avait des inquiétudes concernant "la corruption et les droits humains" dans cet Etat des Balkans et demandait à la Commission un rapport sur ces points.

Les dossiers d'adhésion de ces deux anciens pays communistes, entrés en 2007 dans l'UE et qui frappent à la porte de Schengen depuis plus de dix ans, ont été liés du point de vue procédural et le rejet de l'un entraînait de toute façon celui de l'autre.

La présidente du Parlement européen Roberta Metsola s'est dite "très déçue" du refus essuyé par Sofia et Bucarest. Même sentiment chez la commissaire européenne aux Affaires intérieures Ylva Johansson, qui s'est toutefois dite confiante sur une adhésion de ces pays "avant la fin du mandat" de la Commission en 2024.

La Commission et le Parlement européen réclamaient de longue date d'inclure les trois pays dans cette zone qui comprend la plupart des Etats de l'Union européenne plus l'Islande, le Liechtenstein, la Norvège et la Suisse.

L'adhésion de la Croatie aura notamment pour effet de supprimer les files d'attente de véhicules à ses frontières avec la Hongrie et la Slovénie et d'encourager le tourisme.

En contrepartie, les pays de Schengen doivent assumer un contrôle rigoureux des frontières extérieures de cet espace et s'engager à une coopération policière pour lutter contre la criminalité organisée ou le terrorisme.

Accusations de refoulements

Mais huit organisations de défense des droits humains, dont Human Rights Watch et Amnesty International, ont dénoncé le feu vert accordé à la Croatie, accusant ce pays de "refuser régulièrement aux réfugiés, demandeurs d'asile et migrants l'accès à son territoire et au droit d'asile" et de "mener des expulsions collectives, y compris des refoulements violents".

Elles indiquent que "de début août à fin novembre, un total de 1.395 personnes ont signalé avoir été illégalement refoulées de la Croatie vers la Bosnie-Herzégovine, selon des données du Conseil danois pour les réfugiés".

Dans un rapport publié jeudi, le réseau "Border Violence Monitoring Network" a quant à lui compilé plus de 1 600 témoignages concernant au total près de 25 000 personnes, battues, humiliées, détenues arbitrairement et refoulées illégalement, dans quinze pays de l'UE et des Balkans occidentaux, dont la Croatie, la Hongrie, l'Italie, la Grèce.


Paris, Madrid et Lisbonne peaufinent leur projet de pipeline d'hydrogène «vert»

Pensé initialement pour transporter temporairement du gaz de la péninsule ibérique vers le reste de l'UE afin de réduire la dépendance au gaz russe, le H2Med ne devrait finalement servir qu'à acheminer de l'hydrogène, selon des sources gouvernementales espagnoles (Photo, AFP).
Pensé initialement pour transporter temporairement du gaz de la péninsule ibérique vers le reste de l'UE afin de réduire la dépendance au gaz russe, le H2Med ne devrait finalement servir qu'à acheminer de l'hydrogène, selon des sources gouvernementales espagnoles (Photo, AFP).
Short Url
  • Il a été baptisé «H2Med» ou «BarMar» (contraction de Barcelone et Marseille, les deux villes reliées par ce tuyau)
  • Ce projet remplace le «MidCat», lancé en 2003 pour relier les réseaux gaziers français et espagnol via les Pyrénées

ALICANTE: La France, l'Espagne et le Portugal discuteront vendredi, pour la première fois en détail, de leur projet de pipeline destiné au transport d'hydrogène "vert" de la péninsule ibérique vers la France et le reste de l'Europe.

Le président français Emmanuel Macron et les chefs de gouvernement espagnol et portugais, Pedro Sanchez et Antonio Costa, doivent se retrouver en fin de matinée, en amont d'un sommet des pays du Sud de l'Union européenne à Alicante (est de l'Espagne), pour formaliser la feuille de route de ce projet annoncé le 20 octobre lors d'un sommet européen.

Ce pipeline sous-marin doit permettre d'acheminer de l'hydrogène dit "vert" – car fabriqué à partir d'électricité renouvelable – depuis la péninsule ibérique, qui ambitionne de devenir un champion de cette énergie du futur, vers la France et le nord de l'UE.

Il a été baptisé "H2Med" ou "BarMar" (contraction de Barcelone et Marseille, les deux villes reliées par ce tuyau).

Ce projet remplace le "MidCat", lancé en 2003 pour relier les réseaux gaziers français et espagnol via les Pyrénées, mais finalement abandonné en raison de son manque d'intérêt économique, de l'opposition des écologistes et de celle de Paris.

Maintenant que des "pré-études" ont été réalisées depuis fin octobre, "les ministres de l'Energie des trois pays ou leurs représentants seront là pour présenter leurs premières conclusions sur la faisabilité de l'infrastructure, son financement et un pré-planning", indique-t-on au sein de la présidence française.

Convaincre Bruxelles

Pensé initialement pour transporter temporairement du gaz de la péninsule ibérique vers le reste de l'UE afin de réduire la dépendance au gaz russe, le H2Med ne devrait finalement servir qu'à acheminer de l'hydrogène, selon des sources gouvernementales espagnoles.

Et ce, afin de convaincre la Commission européenne – dont la présidente Ursula von der Leyen sera présente vendredi à Alicante – de le déclarer "projet d'intérêt commun" et de le financer en partie sur des fonds communautaires.

Paris, Madrid et Lisbonne doivent soumettre leur dossier d'ici le 15 décembre et espèrent une réponse début 2023.

La ministre française de l'Energie Agnès Pannier-Runacher avait évoqué fin octobre une mise en service en 2030.

Le sommet de l'EU Med, qui s'ouvrira après cette réunion sur H2Med, sera notamment consacré aux questions de souveraineté économique, en particulier en matière d'énergie.

La Croatie, Chypre, la Grèce, l'Italie, Malte et la Slovénie sont membres de ce forum des pays du Sud de l'UE aux côtés de la France, de l'Espagne et du Portugal.

Selon l'Elysée, aucune rencontre bilatérale n'est prévue a priori entre Emmanuel Macron et la Première ministre post-fasciste italienne Giorgia Meloni.

Depuis son arrivée au pouvoir, les relations entre Rome et Paris ont été marquées par des tensions causées par le blocage de centaines de migrants début novembre au large de l'Italie sur des navires humanitaires.

Le gouvernement français avait alors dénoncé le "comportement inacceptable" des autorités italiennes, le jugeant "contraire au droit de la mer et à l'esprit de solidarité européenne".

Ce sommet de l'EU Med devait initialement se tenir en septembre. Il avait dû être reporté car Pedro Sanchez avait la Covid-19.


Mondial: Brésiliens et Argentins face aux Croates et Néerlandais pour une place en demie

Pour ce qui est sans doute son dernier tournoi, Luka Modric, 37 ans, se verrait bien prolonger le plaisir (Photo, AFP).
Pour ce qui est sans doute son dernier tournoi, Luka Modric, 37 ans, se verrait bien prolonger le plaisir (Photo, AFP).
Short Url
  • Le match entre Croates et Brésiliens, qui lancera le bal des quarts (16h00), semble a priori plus déséquilibré
  • Samedi, Angleterre-France et Maroc-Portugal décideront de l'autre demi-finale

DOHA: Du haut de ces duels, seize finales vous contemplent: les quarts de finale du Mondial-2022 commencent très fort vendredi, avec Croatie-Brésil et Pays-Bas - Argentine, des pays qui ont tous atteint l'ultime marche de la compétition reine du football, avec des fortunes diverses.

Samedi, Angleterre-France et Maroc-Portugal décideront de l'autre demi-finale.

En Amérique du Sud et bien au-delà, beaucoup ont coché sur leur agenda la date du 13 décembre, avec la perspective d'une demi-finale Brésil-Argentine. On y est presque, mais il reste une dernière marche à franchir pour les deux équipes.

Elle est haute pour des Argentins, cueillis à froid par l'Arabie saoudite (défaite 2-1) en hors d’œuvre avant de rassurer quelque peu. Car les Pays-Bas sont progressivement montés en puissance durant ce tournoi et apparaissent comme une des équipes les plus cohérentes de ces quarts de finale.

Capables de fulgurances, comme en atteste leur premier but contre les Etats-Unis, redoutables sur les côtés, avec un Memphis Depay de plus en plus performant match après match comme leader de l'attaque, ils ont aussi une défense particulièrement impressionnante dirigée par Virgil van Dijk et sont dirigés par le sélectionneur le plus expérimenté du tournoi, avec Louis van Gaal, 71 ans, invaincu depuis son retour à la tête de l'équipe nationale à l'automne 2021.

Ce duel entre l'Albiceleste et les Oranje (20h00) est un classique. C'est contre l'Argentine que les Pays-Bas, orphelins de Johan Cruyff, ont joué la deuxième de leurs trois finales perdues, en 1978. C'est encore un Argentine - Pays-Bas qui a accouché au Mondial-98 d'un des plus beaux buts de l'histoire du football, inscrit de l'extérieur du droit par Dennis Bergkamp après un contrôle orienté lunaire à la réception d'une passe de 60 mètres.

La principale arme de l'Argentine sera encore Lionel Messi, superbe en 1/8 de finale contre l'Australie, et qui tient sa cinquième et dernière occasion d'accrocher la Coupe du monde à son palmarès. Histoire de rejoindre dans la légende Diego Maradona, l'autre géant du football argentin.

Mais à la différence du "Pibe del oro", Messi dispose de plusieurs lieutenants de classe internationale, comme Angel Di Maria ou le jeune Julian Alvarez qui pourrait être titularisé devant aux dépens de Lautaro, décevant depuis le début du tournoi.

Dernière danse pour Luka?

Le match entre Croates et Brésiliens, qui lancera le bal des quarts (16h00), semble a priori plus déséquilibré. Mais "ne sous-estimez jamais un Croate", a prévenu le sélectionneur des Vatreni (les Flamboyants) Zlatko Dalic après la qualification de son équipe aux tirs au but contre le Japon, témoignage d'une force mentale impressionnante.

Il y a quatre ans, en Russie, personne n'aurait pu imaginer la bande de Luka Modric aller jusqu'à la finale, perdue contre la France (4-2).

Pour ce qui est sans doute son dernier tournoi, le vétéran croate, 37 ans, se verrait bien prolonger le plaisir. Certes, le Brésil est "favori", dit le milieu de terrain du Real Madrid. "Mais nous ne devons pas nous satisfaire d'atteindre les quarts de finale."

En face, le Brésil poursuit sa quête d'une sixième étoile. Avec des garanties en défense, et une animation offensive plus que convaincante en première mi-temps contre la Corée du Sud en 1/8 (4-1).

Avec les Brésiliens, "le danger vient de partout, il ne faudra pas laisser d'espaces", dit Dalic. "Mais quand ils perdent le ballon ils sont en difficulté, il nous faudra en profiter."

Son équipe sera-t-elle capable de résister aux accélérations de tempo des Brésiliens, également animés par leur volonté d'exprimer leur solidarité avec l'icône Pelé, le seul footballeur à avoir remporté trois fois la Coupe du monde, actuellement hospitalisé? "Il est une inspiration pour nous tous", dit Tite, le sélectionneur.