La désinformation autour du budget de défense de l’Iran

Un missile de croisière fabriqué en Iran est lancé lors des jeux de guerre près du Détroit d’Ormuz en Iran, le 17 juin 2020 (Photo, Reuters).
Short Url
Publié le Mercredi 21 octobre 2020

La désinformation autour du budget de défense de l’Iran

  • En 2016, les dépenses de l’Iran sur les armes ont augmenté considérablement, passant de 13 millions de dollars en 2015 à 413 millions de dollars
  • Selon le World Data Atlas, les revenus des ventes d’armes de l’Iran entre 2010 et 2017 s’élevaient à environ 270 millions de dollars

Cet article porte sur les chiffres du budget de défense de l’Iran avant et après la signature de l’accord sur le nucléaire de 2015 avec le groupe P5+1, en vertu duquel 110 milliards de dollars d’actifs ont été libérés. Nous essayons également de comprendre la logique des annonces continues par l’Iran de ses activités militaires au cours des dernières années, telles que le dévoilement des différentes catégories d’armes, le lancement de grands projets militaires et le financement des mandataires régionaux. Bien que tout cela se soit produit, l’Iran prétend que son budget de défense ne dépasse pas 20 milliards de dollars.

Cet article tente aussi de suivre certaines transactions d’armes et activités militaires à l’étranger, ainsi que certaines activités militaires secrètes non inclues dans le budget officiel. Afin de comprendre la divergence entre les déclarations officielles de l’Iran et la réalité, nous examinons la possibilité qu’un financement par des sources non divulguées augmente le budget de la défense. Cette étude sera réalisée pour prouver à quel point les chiffres du gouvernement sont trompeurs.

Les données des budgets militaires de l’Iran entre 2010 et 2020 montrent que les dépenses ont diminué lorsque l’Iran est passé par des périodes de sanctions prolongées et lorsque la valeur du riyal s’est dépréciée par rapport aux devises étrangères, comme pendant la période de 2013 à 2014. Durant cette période, le budget est passé de 14,2 milliards en 2012 à 11,2 milliards de dollars en 2013. Ces chiffres sont retournés à la normale entre 2016 et 2017, avant de baisser de nouveau entre 2018 et 2020 après que les États-Unis se sont retirés de l’accord sur le nucléaire et ont réimposé les sanctions unilatérales à Téhéran.

En 2016, les dépenses de l’Iran sur les armes ont augmenté considérablement, passant de 13 millions de dollars en 2015 à 413 millions de dollars, et ce tout en bénéficiant des avantages de l’accord sur le nucléaire. Ceci indique que Téhéran a profité de la période qui a suivi la conclusion de l’accord sur le nucléaire et de l’assouplissement des sanctions qui en a résulté. En 2007, l’Iran a également signé un accord de 800 millions de dollars pour acquérir le système de défense aérienne russe S-300,  et il a éventuellement reçu une version améliorée en 2016 à la suite de longues négociations et de retards. Bien que le régime iranien ait payé une somme supplémentaire pour recevoir cette version améliorée, les coûts additionnels ne figurent pas dans la valeur du montant total des achats extérieurs. Ceci montre clairement que le paiement pour cette transaction ne relevait pas du budget de la défense et a été effectué par le biais de mécanismes secrets.

Il convient de noter que l’Iran vend aussi certains de ses propres produits militaires. Selon le World Data Atlas, les revenus des ventes d’armes de l’Iran entre 2010 et 2017 s’élevaient à environ 270 millions de dollars. De plus, l’Iran a annoncé qu’il résumerait ses ventes d’armes après l’expiration d’un embargo de l’ONU dimanche.

Les coûts d’autres activités militaires ne figurent pas non plus dans le budget militaire officiel, comme la guerre en Syrie, son programme nucléaire et son soutien à la Force Al-Qods, au Hezbollah libanais et à de nombreuses autres milices en Syrie et au Yémen, ainsi que son soutien de différents programmes de missiles dont les coûts totaux — d’après les rares informations disponibles — dépassent 19 milliards de dollars. L’une des raisons pour lesquelles le régime iranien fait ces annonces floues à propos du budget est son désir de dissimuler ses activités illégales qui pourraient l’exposer au risque d’un embargo international et d’une classification en tant qu’État qui soutient le terrorisme.

Les dépenses militaires totales de Téhéran sont deux fois plus élevées que le chiffre qui figure dans le budget de la défense. On estime donc que les chiffres officiels publiés pour le budget iranien sont totalement erronés et qu’il y a soit une tentative délibérée d’induire en erreur en annonçant des chiffres aussi modestes pour le budget de la défense, soit d’autres sources de financement non incluses dans les allocations de défense déclarées.

Nous sommes enclins à penser que la dernière proposition est plus proche de la réalité pour plusieurs raisons, la plus importante étant l’empire d’investissements massif du Corps des gardiens de la révolution islamique (CGRI) dont les activités ne font pas l’objet d’une révision dans le cadre du budget officiel. À travers ces projets d’investissement, le CGRI contrôle environ 50% des banques et des sociétés commerciales et industrielles en Iran.

Le CGRI gère entre 500 et 800 entreprises et institutions dans des domaines d’investissement vitaux qui sont fondamentaux pour les artères économiques de l’Iran. Le budget du gouvernement iranien ne comprend pas les revenus générés par ces entreprises, mais elles sont également exonérées des taxes, des droits de douane et d’autres frais.

Ces entreprises bénéficient également d'un soutien et d'une priorité lors du lancement de mégaprojets, ce qui les aide à exercer un monopole sur le marché iranien. Elles ont également des investissements multiples et diversifiés dans plusieurs autres pays du monde et opèrent sous le nom de personnes ayant des liens secrets avec le CGRI. Les revenus générés par ces projets aident l’Iran à s’adapter aux sanctions économiques des États-Unis et à maintenir ses dépenses sur les activités militaires et les accords importants.

En se basant sur ce qui précède et en guise de conclusion, nous pouvons faire quatre observations.

La première est que, même s’il n’y a aucune donnée officielle sur l’argent versé sur les projets de défense iraniens, les estimations indiquent que le régime dépense environ 40 milliards de dollars par an sur ces projets. Ces estimations sont basées sur les dépenses de l’Iran sur les projets annuels, qui est proche de 19 milliards de dollars, mais ce chiffre pourrait même être plus élevé.

Cela s'ajoute au budget annuel alloué, qui s'élève à 20 milliards de dollars. Par conséquent, après la levée des sanctions, on s'attend à ce que l'Iran augmente ses dépenses militaires en fonction de ses besoins, de ses perspectives expansionnistes et de ses efforts inlassables pour devenir militairement autosuffisant. Les revenus des investissements massifs du CGRI — et le soutien qu’il reçoit du Fonds national de développement pendant les crises — l’ont aidé à atteindre les objectifs mentionnés.

Deuxièmement, certains pays occidentaux souhaitent clairement minimiser le budget de la défense iranien en se basant uniquement sur les chiffres déclarés. Ceci est dû aux activités du lobby iranien en Occident, qui utilise les chiffres officiels trompeurs pour répandre la propagande et montrer le pays comme une victime. En outre, ce lobby utilise des chiffres trompeurs afin de critiquer les voisins de l’Iran, notamment l’Arabie saoudite, pour leurs budgets de défense croissants et afin de présenter l’Iran comme une victime innocente, conformément aux données officielles publiées sur les dépenses d’armes. Ce lobby affirme qu’un embargo sur les armes ne devrait pas être imposé à l’Iran en raison d’un déséquilibre des forces militaires ; mais cet argument ne reconnaît pas que le régime iranien fabrique et développe beaucoup de ses propres armes dans le pays, ce qui constitue une violation de plusieurs droits de propriété intellectuelle. Ajoutons à cela le troc du pétrole contre des armes.

Pour ces raisons, même une lecture superficielle du budget de défense de l’Iran indique qu’il est trompeur. Un budget annuel ne dépassant pas 20 milliards de dollars au cours des 10 dernières années, y compris les périodes d’embargo économique, n’aurait jamais pu mener à bien tous les projets militaires iraniens sans que le régime ne dépende d’autres sources pour couvrir leurs coûts.

Troisièmement, après la levée de l’embargo sur les armes imposé à l’Iran, le régime va, sans doute, dépenser plus d’argent pour l’acquisition d’armes. Déjà, certains alliés de l’Iran, tels que la Russie et la Chine, attendent que l’importation des armes soit autorisée en accord avec les dispositions de l’accord sur le nucléaire. Si les sanctions ne sont pas réimposées, l’Iran cherchera certainement à mettre en œuvre davantage de programmes d’armement, tels que le renforcement de ses capacités de missiles, l'accélération des travaux sur son programme nucléaire et la modernisation de ses forces aériennes, chose qui n'a pas été faite depuis le début de la révolution, et de ses forces navales, ce qui lui permettra d'opérer dans les eaux internationales.

Quatrièmement, les rapports de l’Agence internationale de l'énergie atomique et de la Commission du Plan d’action global commun prouvent que les capacités avancées de l’Iran dans le domaine nucléaire sont une indication de ses capacités et montrent qu’il est possible qu'il réalise un succès nucléaire technique au cas où les sanctions sont levées. Des rapports spécialisés ont indiqué que l'Iran bénéficiera de la capacité à produire une arme nucléaire dans quatre à cinq mois et qu'il a enrichi plus de 50% d'uranium ces derniers mois.

Un budget annuel ne dépassant pas 20 milliards de dollars au cours des 10 dernières années n’aurait jamais pu mener à bien tous les projets militaires de Téhéran.

Dr. Mohammed Al-Sulami

Pour conclure, l’Iran a réussi à mener à bien ses projets militaires malgré l’embargo qui lui a été imposé par la communauté internationale en raison de ses ambitions nucléaires. Bien que l’Iran ait réussi à conclure un accord avec les pays du P5 + 1, atténuant ainsi l’impact de l’embargo sur son économie et ses projets militaires, les États-Unis ont décidé de se retirer de l’accord sur le nucléaire et de réimposer des sanctions.

Ces sanctions ont ébranlé  l'Iran qui a, par conséquent, tenté de faire pression sur la communauté internationale en se présentant comme une puissance régionale influente malgré les conditions difficiles. Il a également tenté de créer des crises pour exercer de nouvelles pressions afin de trouver un moyen de réduire les sanctions.

Avec la levée de l’embargo et les querelles politiques en cours entre les principales puissances mondiales — en particulier les États-Unis, la Russie et la Chine — on s'attend à ce que les actes hostiles de l'Iran, les menaces à la navigation internationale et le soutien aux différentes milices s'intensifient. L'Iran continuera de même à mener une politique de désinformation sur son budget de défense et s'abstiendra d'annoncer les chiffres réels.

Dr. Mohammed Al-Sulami est directeur de l'Institut international d'études iraniennes (Rasanah).

Twitter : @mohalsulami

NDLR : L’opinion exprimée dans cette page est propre à l’auteur et ne reflète pas nécessairement celle d’Arab News en français.

Ce texte est la traduction d’une tribune parue sur Arabnews.com