Droits humains: l'ONU défend sa visite controversée en Chine

Cette image de dossier publiée par le Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l'homme montre un écran de la chef des droits de l'homme de l'ONU Michelle Bachelet assistant à une réunion virtuelle avec le président chinois Xi Jinping à Guangzhou. (AFP)
Cette image de dossier publiée par le Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l'homme montre un écran de la chef des droits de l'homme de l'ONU Michelle Bachelet assistant à une réunion virtuelle avec le président chinois Xi Jinping à Guangzhou. (AFP)
Short Url
Publié le Dimanche 29 mai 2022

Droits humains: l'ONU défend sa visite controversée en Chine

  • La cheffe des droits de l'Homme de l'ONU a exhorté Pékin à arrêter les mesures «arbitraires» visant la minorité musulmane des Ouïghours
  • Michelle Bachelet dit avoir également notamment rencontré des membres de la société civile et le chef du PCC dans la région, qui figure parmi les territoires les plus surveillés du monde

PEKIN : La Haute-Commissaire aux droits de l'homme de l'ONU a condamné samedi en Chine les mesures "arbitraires" visant les musulmans du Xinjiang, des propos toutefois jugés trop cléments par militants et organisations de défense des Ouïghours.

Lors d'une conférence de presse en ligne organisée à la fin de son séjour dans le pays, Michelle Bachelet a rappelé que sa visite, dont la presse étrangère était exclue, ne constituait "pas une enquête".

Selon l'ex-présidente chilienne âgée de 70 ans, ce séjour de six jours lui a cependant permis de parler avec "franchise" aux dirigeants communistes de la répression menée au Xinjiang (nord-ouest) au nom de l'antiterrorisme.

Cette région chinoise a longtemps été le théâtre d'attentats sanglants visant des civils et commis, selon les autorités, par des séparatistes et islamistes ouïghours - le principal groupe ethnique de la région.

Le Xinjiang fait ainsi l'objet depuis quelques années d'une surveillance draconienne.

Des études occidentales accusent Pékin d'avoir interné plus d'un million de Ouïghours et de membres d'autres groupes ethniques musulmans dans des "camps de rééducation", voire d'imposer du "travail forcé" ou des "stérilisations forcées". 

Les Etats-Unis évoquent un "génocide" et ont exprimé samedi leur "préoccupation" quant aux "efforts" de Pékin "pour restreindre et manipuler ce déplacement", a déclaré le Secrétaire d'Etat américain Antony Blinken.

Il s'est dit "troublé par des informations selon lesquelles les habitants du Xinjiang ont été avertis de ne pas se plaindre ou de parler ouvertement des conditions dans la région".

La Chine dénonce des rapports biaisés et parle de "centres de formation professionnelle" destinés à développer l'emploi et à éradiquer l'extrémisme. Elle dément toute "stérilisation forcée", disant uniquement appliquer la politique nationale de limitation des naissances.

Des associations de défense des droits humains et des membres de la diaspora ouïghoure accusent Pékin d'avoir pris dans les mailles de sa campagne antiterroriste des personnes n'ayant commis aucun crime.

«Propagande»

Selon eux, des Ouïghours auraient été internés sur la seule base d'un extrémisme supposé, en raison d'une barbe trop longue, d'un voyage suspect à l'étranger ou de croyances religieuses jugées trop poussées. 

Michelle Bachelet a ainsi appelé samedi la Chine à éviter les mesures "arbitraires et sans discernement" au Xinjiang, tout en dénonçant les "actes violents d'extrémisme".

Des paroles jugés trop conciliantes par le Congrès mondial ouïghour, une organisation d'exilés basée en Allemagne et considérée comme séparatiste par Pékin.

"Si une Haute-Commissaire aux droits de l'homme garde le silence, c'est qu'elle manque à ses devoirs", a-t-il fustigé dans un communiqué. "Démissionner est la seule chose significative qu'elle puisse faire".

L'organisation de défense des droits humains Amnesty International a déploré le fait que Mme Bachelet soit tombée dans une "très prévisible manoeuvre de propagande du gouvernement chinois".

Les médias officiels chinois ont rapporté cette semaine qu'elle avait loué les progrès de la Chine en matière de droits humains - des propos que les services onusiens n'ont ni démentis, ni confirmés.

Globalement, ils ont couvert ses déplacements a minima, ne rapportant que des comptes-rendus très policés de ses rencontres avec le président Xi Jinping et le ministre des Affaires étrangères Wang Yi.

"Certains pays occidentaux, animés d'arrière-pensées, s'étaient donné beaucoup de mal pour perturber et saper la visite de la Haute-Commissaire. Leur manigance a échoué", s'est félicité samedi soir Ma Zhaoxu, un vice-ministre chinois des Affaires étrangères.

Prison

Amnesty International a appelé Michelle Bachelet à publier au plus vite son rapport sur le Xinjiang, dont la publication a été maintes fois reportée, faute de quoi cela "reviendrait à trahir les victimes et leurs familles".

Beaucoup de Ouïghours disent ainsi n'avoir pas de nouvelles de leurs proches emprisonnés.

"Cette question et d'autres ont été soulevées avec les autorités", a assuré Michelle Bachelet, ajoutant qu'elle avait "soulevé beaucoup de cas".

La Haute-Commissaire a fermement défendu son séjour, assurant avoir pu avoir avec les personnes qu'elle désirait rencontrer au Xinjiang un accès "non supervisé" par les autorités.

Michelle Bachelet dit avoir rencontré, entre autres, des membres de la société civile et le chef du Parti communiste chinois dans la région.

Cette visite en Chine était la première d'un Haut-Commissaire aux droits de l'homme en 17 ans. Elle fait suite à d'âpres négociations entre l'ONU et Pékin.

Michelle Bachelet s'est rendue au Xinjiang dans la capitale régionale, Urumqi, et dit avoir visité dans la ville de Kashgar une prison, où elle a notamment vu des prisonniers, décrivant son accès comme "assez ouvert, assez transparent".

Le gouvernement du Xinjiang lui a, selon elle, assuré que le réseau de "centres de formation professionnelle" avait été "démantelé". Michelle Bachelet a déclaré avoir visité l'un de ces anciens centres.

Les détails de sa visite n'ont pas été rendus publics. L'ex-présidente chilienne, au nom de la situation épidémique en Chine, était dans une bulle sanitaire qui l'a tenue à l'écart de la presse étrangère.


Le Mexique inaugure une raffinerie, vise l'autosuffisance en carburants

Pendant sa campagne électorale en 2018, López Obrador a promis de réduire les prix du carburant et a maintenu une subvention provenant des revenus pétroliers excédentaires. (AFP)
Pendant sa campagne électorale en 2018, López Obrador a promis de réduire les prix du carburant et a maintenu une subvention provenant des revenus pétroliers excédentaires. (AFP)
Short Url
  • Le Mexique produit quelque 1,7 million de barils de pétrole par jour, mais la majeure partie est destinée à l'exportation. En raison du manque d'infrastructures, il est contraint d'importer du carburant
  • L'objectif de l'entreprise, baptisée Olmeca, «est de faire cesser l'exportation du pétrole brut et de transformer la matière première dans le pays pour devenir autosuffisants en essence et en diesel»

MEXICO: Le Mexique a démarré vendredi des tests sur les installations d'une nouvelle raffinerie dans l'Etat de Tabasco (sud-est), qui commencera la production en 2023, et grâce à laquelle le pays cherche à atteindre l'autosuffisance en carburants.

L'objectif de l'entreprise, baptisée Olmeca, "est de faire cesser l'exportation du pétrole brut et de transformer la matière première dans le pays pour devenir autosuffisants en essence et en diesel", a déclaré le président de gauche, Andrés Manuel López Obrador lors de l'inauguration.

Le Mexique produit quelque 1,7 million de barils de pétrole par jour, mais la majeure partie est destinée à l'exportation. En raison du manque d'infrastructures, il est contraint d'importer du carburant.

A ce stade, la raffinerie, située dans le port pétrolier de Dos Bocas, effectue des tests et commencera à fonctionner l'année prochaine, selon les prévisions du gouvernement.

"C'est déjà un rêve devenu réalité (...) tel que nous l'avons planifié, nous pourrons traiter 340 000 barils" de pétrole par jour, a déclaré le président.

Avec un investissement final qui avoisinera les 12 milliards de dollars, contre les 4 milliards de dollars initialement prévus, l'objectif du gouvernement est de produire 170 000 barils d'essence et 120 000 barils de diesel par jour.

"Nous tiendrons parole pour parvenir à l'indépendance énergétique", a assuré le président.

Pendant sa campagne électorale en 2018, López Obrador a promis de réduire les prix du carburant et a maintenu une subvention provenant des revenus pétroliers excédentaires.

Cependant, les prix dépassent le dollar par litre et sont considérés comme l'un des facteurs de l'inflation, à 7,88% au cours de la première moitié de juin, le taux le plus élevé depuis 2001.

La production de carburant d'Olmeca viendra s'ajouter à celle de la raffinerie de Deer Park, au Texas, rachetée par la société d'Etat Petróleos Mexicanos (Pemex) en janvier dernier, et qui devrait raffiner 340 000 barils de brut par jour selon les prévisions du gouvernement.


Inflation, nouvelles formes de consommation: la mode cherche la parade

Les Galeries Lafayette Paris Haussmann exposent un best-of des collections du Graduate Show de l'IFM - L'institut français de la mode du 5 juillet au 31 août (Photo : haussmann.galerieslafayette.com )
Les Galeries Lafayette Paris Haussmann exposent un best-of des collections du Graduate Show de l'IFM - L'institut français de la mode du 5 juillet au 31 août (Photo : haussmann.galerieslafayette.com )
Short Url
  • Le secteur de la mode et de l'habillement, sous tension, tente de trouver la parade pour faire face aux nouveaux enjeux qui le structurent
  • La hausse des coûts a fait grimper le prix des vêtements de 4,3% en mai 2022 par rapport à mai 2021, selon l'Insee

PARIS : Deux années marquées par le Covid-19, une inflation galopante, de nouveaux modes de consommation: le secteur de la mode et de l'habillement, sous tension, tente de trouver la parade pour faire face aux nouveaux enjeux qui le structurent.

Ce premier semestre 2022 porte la marque d'une «année sous tension», observe Céline Choain, spécialiste du secteur mode et distribution au sein du cabinet Kea & Partners, tant du côté des ventes physiques que numériques.

La hausse des coûts a fait grimper le prix des vêtements de 4,3% en mai 2022 par rapport à mai 2021, selon l'Insee. Une répercussion «inévitable» dans le contexte des tensions sur les chaînes de production et d'approvisionnement, pour Mme Choain.

Les consommateurs, pour lesquels ce qu'il «reste à dépenser» en achats de vêtements «diminue en raison de l'inflation», selon la spécialiste, bouleversent alors leurs modes de consommation: recours plus fréquent à la seconde main, «petit report» d'achat - notamment des 15-25 ans - sur les sites internet à très bas prix basés en Asie, ou encore une logique du «consommer moins, mais mieux», en réduisant la fréquence d'achats, mais en s'offrant des pièces plus qualitatives.

L'inflation galopante affecte également les professionnels du secteur, contraints de repenser leurs modes de production en raison des coûts plus élevés et de délais logistiques allongés, héritage de la pandémie de Covid-19.

Car depuis deux ans, sécuriser «les capacités de transport et de production» est devenu critique, note Céline Choain. Ainsi, un produit standard d'habillement, habituellement fabriqué en six semaines, l'est désormais en «10 à 20 semaines».

Les coûts des transports ont de leur côté «flambé», rappelle l'experte: le trajet d'un conteneur entre la Chine et les États-Unis s'élève aujourd'hui en moyenne à «13.000 dollars, contre 3.000 avant la pandémie».

- Contexte inédit -

Le secteur n'a jamais connu «un contexte d'aussi fortes tensions», abonde Samah Habib, experte mode et luxe chez Accenture: depuis six mois, les matières premières accusent une forte augmentation, soit +80% pour le coton biologique, 28% pour le coton et 43% pour la laine.

Certaines grandes chaînes de distribution ont «anticipé» le mouvement en provisionnant ou en organisant des stocks de ces matières à l'avance, relève Samah Habib, ce qui participe mécaniquement à la hausse des prix.

Le Covid-19 et ses conséquences (confinements, jauges...) ont creusé une dynamique déjà «baissière depuis 10 à 15 ans», souligne Céline Choain.

Néanmoins, les ventes en termes de volumes aujourd'hui sont remontées, se rapprochant «progressivement» de celles réalisées en 2019.

«Les projections les plus optimistes tablent sur une croissance de +3% en 2022» par rapport à 2019, note Samah Habib, où les gagnants pourraient être les «enseignes à très bas prix» et le secteur du luxe «qui se porte très bien».

Ainsi, le chinois Shein, positionné sur les prix bas et devenu incontournable dans l'«ultra-fast-fashion» depuis son lancement en 2008, a «poursuivi sa dynamique» ces deux dernières années, avec des «volumes de ventes qui ont continué à progresser malgré la pandémie», indiquaient l'Institut français de la mode (IFM) et le panéliste Kantar dans une note de mai.

Les parts d'achats de vêtements en ligne ont grimpé pour représenter 21% en 2021, selon Kantar.

«Ces entreprises (à bas prix) ont une excellence opérationnelle», elles sont capables de proposer «des centaines de nouveaux articles par semaine», note Mme Choain et de «créer une désirabilité chez les consommateurs» soutenue par un approvisionnement réactif. Mais elles posent des questions en termes de transparence et de RSE.

Les acteurs plus traditionnels de l'habillement qui ne souhaitent pas rogner sur la qualité de leurs produits tentent plutôt de séduire une clientèle adepte du «moins mais mieux», en se tournant notamment vers une production plus locale, dans les ports méditerranéens.

Mais il est difficile de relocaliser la production de tous les produits «du jour au lendemain», en raison d'obstacles «de prix, de main-d'oeuvre, de savoir-faire», explique Mme Habib.


TikTok donne des gages au Congrès américain sur la sécurité de ses données

Le logo du service de réseau social chinois TikTok sur un écran de tablette (Photo, AFP).
Le logo du service de réseau social chinois TikTok sur un écran de tablette (Photo, AFP).
Short Url
  • La lettre répond à des questions soumises préalablement par les sénateurs concernant le stockage et l'accès aux données de TikTok
  • Donald Trump s'était inquiété de la sécurité des données de la plateforme et avait tenté de forcer ByteDance à céder sa filiale

NEW YORK: TikTok a assuré à des sénateurs américains prendre les mesures nécessaires pour satisfaire aux exigences du gouvernement américain en matière de protection des données et d'accès hors des Etats-Unis, y compris par des employés de sa maison mère, le groupe chinois ByteDance.

La lettre, initialement publiée par le New York Times et dont le contenu a été confirmé à l'AFP par TikTok, a été envoyée par le réseau social à neuf sénateurs républicains.

Elle répond à des questions soumises préalablement par les élus concernant le stockage et l'accès aux données de TikTok.

Pour répondre aux demandes des autorités américaines, TikTok avait indiqué, mi-juin, que toutes les données relatives à des utilisateurs américains de la plateforme étaient désormais stockées sur des serveurs du groupe Oracle aux Etats-Unis.

Le réseau social a confirmé, comme l'avait pointé un article du site BuzzFeed, mi-juin, que des employés basés en Chine avaient accès à ces données, mais dans le respect d'un protocole d'autorisation et de contrôles de sécurité "solides", a-t-il assuré.

"Le Parti communiste chinois ne nous a pas demandé de partager ces données", a de nouveau affirmé TikTok. "Nous n'avons pas transmis au PCC des informations relatives aux utilisateurs américains et nous ne le ferions pas si on nous le demandait".

Par ailleurs, les responsables du groupe ont expliqué que si des ingénieurs de ByteDance pouvaient travailler sur les algorithmes de la plateforme, le nouveau protocole garantit, selon TikTok, qu'ils ne pourront le faire que dans l'environnement informatique d'Oracle, sans en extraire de données.

Le réseau social fait actuellement l'objet d'un examen du Comité sur les investissements étrangers aux Etats-Unis (CFIUS), une agence gouvernementale qui évalue les risques de tout investissement étranger pour la sécurité nationale américaine.

Durant son mandat à la Maison Blanche, Donald Trump s'était inquiété de la sécurité des données de la plateforme et avait tenté de forcer ByteDance à céder sa filiale à Oracle.

Il avait également pris des décrets pour interdire le service, lesquels ont été révoqués par Joe Biden après son arrivée à la présidence des Etats-Unis.

L'actuel chef de l'Etat avait néanmoins demandé à son administration de mesurer les risques effectivement posés par l'actionnariat étranger de sites et applications en ligne.