La semaine de 4 jours testée à grande échelle au Royaume-Uni

Des notes de brassage sont représentées sur un tableau blanc à la brasserie Pressure Drop, dans le nord de Londres, le 21 mai 2022. Les membres du personnel de la brasserie Pressure Drop participent à un essai de six mois d'une semaine de travail de quatre jours, avec 3 000 autres personnes de 60 entreprises britanniques. (AFP).
Des notes de brassage sont représentées sur un tableau blanc à la brasserie Pressure Drop, dans le nord de Londres, le 21 mai 2022. Les membres du personnel de la brasserie Pressure Drop participent à un essai de six mois d'une semaine de travail de quatre jours, avec 3 000 autres personnes de 60 entreprises britanniques. (AFP).
Short Url
Publié le Dimanche 29 mai 2022

La semaine de 4 jours testée à grande échelle au Royaume-Uni

  • Une brasserie du nord de Londres, Pressure Drop, va participer à partir de juin à un test géant, impliquant 3 000 employés dans soixante entreprises, du travail en semaine de quatre jours
  • Des essais similaires ont eu lieu en Espagne, Islande, Etats-Unis et Canada, et doivent démarrer en août en Australie ou Nouvelle-Zélande

LONDRES : "Ma première idée était de faire du bénévolat, puis j'ai pensé que je pourrais faire autre chose, apprendre une nouvelle compétence" comme la physique des particules, explique Louis Bloomsfield, qui envisage aussi de passer plus de temps avec sa famille. 

"Il y a tellement de choses que l’on peut faire avec un jour supplémentaire", s'enthousiasme le brasseur de 36 ans, en inspectant des barriques de bière.

La brasserie du nord de Londres où il travaille, Pressure Drop, va participer à partir de juin à un test géant, impliquant 3 000 employés dans soixante entreprises, du travail en semaine de quatre jours.

Cet essai, vanté comme le plus vaste au monde jamais mené, entend aider les entreprises à raccourcir leurs horaires de travail sans baisser les salaires ni ralentir leur activité.

Des essais similaires ont eu lieu en Espagne, Islande, Etats-Unis et Canada, et doivent démarrer en août en Australie ou Nouvelle-Zélande.

Alex Soojung-Kim Pang, directeur de programme chez 4 Day Week Global, association qui organise ces essais, affirme que le test britannique sur six mois aura l'avantage de donner plus de temps aux entreprises pour expérimenter et rassembler des données.

L'adaptation devrait être plus facile pour les PME, qui peuvent mettre en place de gros changements plus vite, confie-t-il.

Pressure Drop vise une amélioration du bien-être chez les employés, tout en aidant à la réduction de l'empreinte carbone de l'entreprise.

La Société Royale de Biologie, qui participe aussi à l'essai, affirme qu'elle veut donner aux employés "plus d'autonomie".

Comme Pressure Drop, elle espère qu'une semaine de travail plus courte pourrait attirer de nouveaux employés et surtout aider à garder les meilleurs, dans un marché du travail particulièrement tendu au Royaume-Uni.

A 3,7%, le taux de chômage est au plus bas en près de 50 ans et les offres d'emploi, qui ont atteint un record à 1,3 million.

Pas si rose

Le fondateur de la brasserie, Sam Smith, admet que rester fermé pendant trois jours par semaine poserait des difficultés, car "nous avons besoin d'être ouverts tout le temps, mais c'est ce qu'on va étudier pendant l'essai".

Il envisage de donner différentes journées de congé aux employés et de faire deux équipes pour permettre un fonctionnement en continu.

Une semaine de travail plus courte est plus aisée à mettre en place dans le secteur des services qui représente 80% de l'économie du Royaume-Uni.

Mais pour la distribution, l'alimentation et les boissons, c'est plus compliqué, explique Jonathan Boys, économiste à l'Institut du développement personnel, une association de professionnels des ressources humaines.

D'après lui, la clé de la réussite de l'essai sera donc de mesurer la productivité, particulièrement dans une économie des services où beaucoup du travail est moins quantifiable que la production d'une usine.

"Si vous passez de cinq jours à quatre, vous perdez une journée de travail, et par conséquent de la production. Donc la vraie question c’est: (...) est-ce qu'une hausse de productivité va compenser ce jour qui a été perdu? (...) Si ce n'est pas le cas, alors nous aurons beaucoup de mal à maintenir la semaine de quatre jours sans sacrifier de la croissance".

Mais pour Aidan Harper, coauteur d'un livre qui promeut un temps de travail sur quatre jours ("The Case for a Four Day Week"), les pays qui travaillent moins ont tendance à avoir une productivité plus élevée.

"Le Danemark, la Suède, les Pays-Bas travaillent moins que le Royaume-Uni et ont des niveaux élevés de productivité", explique-t-il.

A l'inverse, il ajoute que la Grèce est l'un des pays d'Europe avec les plus longues heures de travail pour une faible productivité.

Pour Phil McParlane, fondateur du cabinet de recrutement 4dayweek.io, une semaine de travail plus courte est une option gagnante pour les entreprises comme les employés. Il parle même d'un "superpouvoir à embauches".

Son cabinet de recrutement spécialisé dans le travail flexible et les emplois sur quatre jours hebdomadaires, dit que le nombre d'entreprises qui veulent embaucher à travers sa plateforme a quadruplé ces deux dernières années, témoignant de la montée en force du travail hybride et de la quête d'une meilleure qualité de vie après deux ans de pandémie.


Les prix mondiaux des produits alimentaires continuent de décliner, selon la FAO

Un agent de sécurité fait une sieste à côté des sacs de blé sur un marché de gros de céréales à New Delhi le 18 mai 2022. (Prakash SINGH / AFP)
Un agent de sécurité fait une sieste à côté des sacs de blé sur un marché de gros de céréales à New Delhi le 18 mai 2022. (Prakash SINGH / AFP)
Short Url
  • L'indice FAO des prix des denrées alimentaires, qui suit la variation des cours internationaux d'un panier de produits de base, a reculé une nouvelle fois depuis le record atteint en mars après l'invasion de l'Ukraine par la Russie
  • L'indice FAO des prix des céréales, quant à lui, remonte légèrement d'1,5% par rapport à août

PARIS: Les prix mondiaux des produits alimentaires ont poursuivi leur baisse en septembre pour le sixième mois consécutif, tirés par un net repli des huiles végétales qui compense une légère remontée des céréales, a annoncé vendredi l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO).

L'indice FAO des prix des denrées alimentaires, qui suit la variation des cours internationaux d'un panier de produits de base, a reculé une nouvelle fois depuis le record atteint en mars après l'invasion de l'Ukraine par la Russie. Il a baissé modérément en septembre, d'1,1% par rapport à août.

L'indice FAO des prix des huiles végétales recule de 6,6% sur un mois, "pour atteindre son plus bas niveau depuis février 2021". "Les cours internationaux des huiles de palme, de soja, de tournesol et de colza ont tous fléchi", souligne l'organisation, grâce à l'existence de stocks abondants d'huile de palme et d'une hausse saisonnière de production en Asie du Sud-Est.

L'indice FAO des prix des céréales, quant à lui, remonte légèrement d'1,5% par rapport à août. Les prix internationaux du blé ont rebondi de 2,2%, à cause d'inquiétudes liées à la sécheresse aux Etats-Unis et en Argentine, et d'incertitudes sur la prolongation du corridor maritime permettant de faire sortir les céréales d'Ukraine au-delà du mois de novembre.


France: nouveau record du déficit commercial à 15,5 milliards d'euros en août

Le président français Emmanuel Macron montre un schéma sur la façon dont les prix du gaz influencent les prix de l'électricité alors qu'il s'adresse à la presse le deuxième jour d'un sommet de l'Union européenne (UE) au siège de l'UE, à Bruxelles, le 25 mars 2022. ( Ludovic MARIN / AFP )
Le président français Emmanuel Macron montre un schéma sur la façon dont les prix du gaz influencent les prix de l'électricité alors qu'il s'adresse à la presse le deuxième jour d'un sommet de l'Union européenne (UE) au siège de l'UE, à Bruxelles, le 25 mars 2022. ( Ludovic MARIN / AFP )
Short Url
  • La balance commerciale française s'est dégradée d'un milliard d'euros par rapport à celle de juillet
  • La facture énergétique a coûté 800 millions d'euros supplémentaires en août, ont précisé les douanes, et creusé le solde français sur l'énergie à 11 milliards d'euros de déficit en août

PARIS: Le déficit commercial français a établi un nouveau record en août, à 15,5 milliards d'euros, ont indiqué les douanes vendredi, en raison d'une nouvelle hausse de la facture énergétique parmi les importations.

La balance commerciale française s'est dégradée d'un milliard d'euros par rapport à celle de juillet.

En cumul sur douze mois, le déficit affiche aussi un record, à 139 milliards d'euros.

Dans l'ensemble, les importations françaises ont vu leur coût croître de 1,1 milliard d'euros, à 65,6 milliards. En face, les exportations n'ont que légèrement progressé, de 100 millions d'euros, atteignant 50,1 milliards d'euros.

La facture énergétique a coûté 800 millions d'euros supplémentaires en août, ont précisé les douanes, et creusé le solde français sur l'énergie à 11 milliards d'euros de déficit en août.

Les importations d'électricité et de gaz continuent de se renchérir pour la France, pendant que les exportations énergétiques sont stables, précisent les douanes.

Les prix de l'énergie sont très fortement affectés par les conséquences de la guerre en Ukraine depuis la fin février, une situation qui s'est traduite par une explosion des prix du gaz ainsi qu'une envolée de ceux du pétrole.


Le label de l'investissement durable français veut se fortifier

Cette photo prise le 8 avril 2020 montre le pont de Bercy et le ministère français de l'Economie et des Finances à Paris. AFP / BERTRAND-GUAY
Cette photo prise le 8 avril 2020 montre le pont de Bercy et le ministère français de l'Economie et des Finances à Paris. AFP / BERTRAND-GUAY
Short Url
  • Lancé officiellement en 2016, le label «Investissement socialement responsable» (ISR), promu par Bercy, est la référence dans la finance durable française
  • Il a homologué 1.072 fonds au 30 septembre 2022, dans des types d'investissements divers: actions, dettes, immobilier, monétaire...

PARIS: Qu'est-ce qu'un "investissement responsable"? Le principal label français, l'ISR, bien ancré parmi les gérants d'actifs, mais méconnu du grand public, veut renforcer ses critères pour corriger des incohérences et gagner en visibilité.

Lancé officiellement en 2016, le label "Investissement socialement responsable" (ISR), promu par Bercy, est la référence dans la finance durable française. Son but est de mieux recenser les fonds qui prennent en compte l'environnement ou les aspects sociétaux dans leurs placements, au-delà des critères purement financiers.

Il a homologué 1.072 fonds au 30 septembre 2022, dans des types d'investissements divers: actions, dettes, immobilier, monétaire...

Mais selon un sondage Ifop pour le Forum de l'investissement responsable (FIR) , basé sur un échantillon représentatif de 1.001 personnes, seul un Français sur sept (16%) connaît l'ISR, à peine plus qu'en 2018 (14%).

Il est temps de "rendre ce label plus visible pour les épargnants", insiste la présidente du FIR Nathalie Lhayani.

Le label a déjà trouvé sa place parmi les gérants financiers. D'après le panorama des labels européens de la finance durable du spécialiste du secteur Novethic, publié en mai, l'ISR était, de loin, la marque durable la plus apposée sur les fonds en Europe.

Mais ce succès pose aussi la question de la sélectivité du label, à ce jour "loin de la réglementation européenne", selon Novethic.

En juillet, le comité du label ISR reconnaissait "certaines faiblesses du référentiel", utilisées "pour flirter avec l'écoblanchiment" ou "greenwashing".

Sa gouvernance avait changé en octobre 2021 alors qu'il était critiqué pour "ne être pas assez sélectif, connu du grand public et exigeant", expliquait au cours d'une conférence fin septembre Pascale Baussant, conseillère en gestion du patrimoine et un des treize membres du comité.
Pas un label vert

Dans la famille nombreuse des labels durables, l'ISR est l'un des moins exigeants sur la composante environnement, l'un des trois piliers avec la dimension sociale et les aspects de gouvernance qui forment ensemble l'acronyme ESG.

Il est l'un des seuls en Europe à n'utiliser aucun filtre d'exclusion de secteurs parmi les plus polluants, comme le charbon ou les hydrocarbures non conventionnels.

Pour qu'un fonds soit approuvé ISR, il faut qu'il sélectionne ses investissements parmi les 80% considérés comme les plus responsables de son "univers d'investissement initial" et qu'il s'inscrive dans une "perspective de long terme".

Il n'est donc pas rare que les fonds ISR fassent la part belle à des entreprises dont les activités ont d'importantes conséquences sur le changement climatique, comme TotalEnergies ou les banques qui financent des entreprises continuant l'exploration de matières fossiles.

La philosophie du label est surtout d'aller "vers la sortie des énergies fossiles en obligeant les fonds à avoir une trajectoire" en ce sens, mais sans imposer de politiques d'exclusion trop strictes, défend Michèle Pappalardo, la présidente du comité du label, interrogée par l'AFP.

«Colorations»

Le label a pourtant amorcé un premier virage en envisageant un certain nombre d'exclusions comme celle du charbon. Il souhaiterait aussi mettre en place des "niveaux planchers" à atteindre sur les trois piliers de l'ESG pour qu'un fonds soit certifié.

L'Alliance contre le tabac s'est indignée que cette industrie ne soit pas citée parmi les secteurs à rejeter, mais, dans la nouvelle structure ISR, la logique d'exclusion ne sera pas limitée au climat, a assuré Michèle Pappalardo.

Plusieurs acteurs de la finance poussent aussi pour établir différents degrés d'exigence. "Une approche monolithique nuit à la crédibilité du label", a estimé la Banque Postale AM, dont 100% des fonds sont approuvés par l'ISR, dans sa réponse aux propositions d'orientation.

Elle souhaite un "label à colorations" avec "un socle complémentaire et optionnel", pour reconnaître des fonds ayant "un niveau d'exigence plus élevé".

Le label doit présenter son projet au ministère des Finances pour approbation dans les prochains jours et espère publier son référentiel d'ici début 2023. "Le sujet est récent et évolue vite", souligne Mme Pappalardo, qui estime que des "ajustements" pourraient être encore pratiqués dans la version révisée, deux ans après sa mise en place.