«Le dessin m’a sauvé d’une enfance malheureuse», confie Slim

Slim au Maghreb-Orient du Livre 2022 (photo fournie)
Slim au Maghreb-Orient du Livre 2022 (photo fournie)
Short Url
Publié le Mardi 31 mai 2022

«Le dessin m’a sauvé d’une enfance malheureuse», confie Slim

  • Très populaire dans son pays, Slim a exercé ses talents sur de nombreux supports: affiches, albums, dessins de presse, publicités, logos, dessins animés
  • Au cours de sa carrière, le dessinateur de la BD la plus populaire d’Algérie a réalisé des films d’animation pour la télévision algérienne ainsi que des films publicitaires

PARIS: De son vrai nom Menouar Merabtène, Slim, dessinateur de presse, est le créateur des premiers héros de la bande dessinée algérienne. Très populaire dans son pays, Slim a exercé ses talents sur de nombreux supports: affiches, albums, dessins de presse, publicités, logos, dessins animés… 

Après avoir étudié à l’Institut du cinéma et de la télévision de Ben Aknoun, Slim fréquente en 1964 le Studio Filmow Rysunkowych – un studio d’animation polonais – dans le cadre du stage pratique qu’il doit effectuer. «J’ai étudié la caméra et l’image tout en poursuivant ma pratique du dessin», nous raconte-t-il. Au cours de sa carrière, le dessinateur de la BD la plus populaire d’Algérie a réalisé des films d’animation pour la télévision algérienne ainsi que des films publicitaires. On lui doit de nombreuses créations d’affiches pour le cinéma maghrébin (Algérie, Tunisie et Maroc). 

«Le dessin m’a sauvé d’une enfance malheureuse. Petit, le dessin me permettait d’avoir ce que je voulais: un train électrique, une voiture de luxe…», raconte Slim à Arab News en français. Tout jeune, Slim était ce qu’on appellerait aujourd’hui un «influenceur». 

«Lorsque je racontais mes histoires, les gens les écoutaient.» Il précise que, à son époque, le dessin était pour la jeunesse une échappatoire. «Les jeunes étaient nombreux à me demander des conseils pour se lancer dans cette voie», se souvient-il. 

Aujourd’hui, grâce aux progrès technologiques de l’audiovisuel, il est beaucoup plus facile de dessiner et de créer. «À mon époque, nous dessinions avec le porte-plume et l’encrier ainsi qu’avec des crayons de papier. Aujourd’hui, je dessine sur écran grâce à Photoshop. C’est mille fois mieux, car cela permet de faire la mise en scène. Je crée mon personnage, Bouzid, je le duplique, selon mes inspirations, dans diverses versions en cliquant simplement sur le crayon de l’écran, j’y ajoute de la couleur… C’est merveilleux», nous déclare-t-il. 

Les «petites gens» 

Les dessins de Slim racontent son quotidien et celui des «petites gens» qu’il côtoie. «Je passais du temps dans les cafés à observer la réaction des lecteurs qui lisaient mes albums. J’ai compris alors que j’avais des choses à dire, à raconter.» Il nous explique qu’il était alors confronté à la censure. «Je ne savais pas qu’il y avait des choses qu’on ne pouvait pas dire.» 

''
Zina et Bouzid, les personnage de la BD de Slim (photo fournie)

La bande dessinée de Slim se caractérise par la création de deux personnages emblématiques: Bouzid et Zina. «Pour Zina, je me suis inspiré des femmes algériennes, ces femmes voilées qui portent le haïk. Le haïk m’rama est une étoffe de soie maintenue à la taille qui couvre le corps; c’est un voile traditionnel que portent les femmes citadines d’Alger depuis la fin du XIXe siècle avec leurs sarouals traditionnels et des talons aiguilles. Je trouvais cela très beau et très féminin. J’ai créé Zina telle que je la voyais, très sexy, belle et plus intelligente que Bouzid, qui, lui, est rustre. Zina ralentit les élans de Bouzid qui sont parfois brutaux», nous explique-t-il. 

Un artiste prolifique 

Albums de BD, affiches de films, dessins de presse, films d’animation ou publicitaires: Slim est prolifique. Il a collaboré avec de nombreux titres de la presse algérienne et française, comme Algérie-Actualité, Charlie Hebdo, Le Monde, L’Humanité ou Alger-Info. «J’ai commencé à faire des dessins de presse dans les années 1980 pour l’hebdomadaire Algérie-Actualité. Pour échapper à la censure, il lui suffisait de faire de petits clins d’œil dans ces créations. «J’avais des limites; il fallait être malin pour les contourner», révèle-t-il.  

Slim s’est toujours intéressé à ce qui se passait à l’étranger. Lors de ses voyages, il s’inspire des travaux de ses confrères de Charlie Hebdo et, plus généralement, des dessinateurs de la BD belge et française. «Le Festival de la bande dessinée d’Angoulême m’a beaucoup apporté. Il m’a permis de connaître les grands noms, notamment mes confrères français et belges. J’ai beaucoup appris des grands dessinateurs, comme Siné, que je fréquentais en 1972, quand je réalisais des dessins politiques ou de divertissement. Une telle manifestation permet aux auteurs de confronter leurs idées, de continuer à dessiner, à créer, à reproduire, à mettre les paroles dans la bouche des personnages, à leur faire franchir des étapes, bonnes ou mauvaises en fonction des scénarios.» 

Slim, un habitué du Maghreb-Orient des Livres 

Interrogé sur l’importance de l’intégration de la BD dans le programme du Maghreb-Orient des Livres, Slim nous confie qu’il est un habitué de cet événement: il y participe depuis 1995. «J’y rencontre les amis de la bande dessinée de France, d’Algérie, du Maroc et de Tunisie. Cette rencontre nous permet de voir leur évolution, de suivre leurs travaux. Des personnes qui racontent des histoires se rencontrent, c’est merveilleux. Et c’est aussi l’occasion pour les auteurs d’aller à la rencontre de leurs lecteurs.» 


Arabie saoudite: Un événement folklorique au port d’Uqair attire plus de 60 000 visiteurs

Cet événement est organisé par la Commission du patrimoine du Royaume en coopération avec l’Association de la culture et des arts d’Al-Hassa. (SPA)
Cet événement est organisé par la Commission du patrimoine du Royaume en coopération avec l’Association de la culture et des arts d’Al-Hassa. (SPA)
Cet événement est organisé par la Commission du patrimoine du Royaume en coopération avec l’Association de la culture et des arts d’Al-Hassa. (SPA)
Cet événement est organisé par la Commission du patrimoine du Royaume en coopération avec l’Association de la culture et des arts d’Al-Hassa. (SPA)
Cet événement est organisé par la Commission du patrimoine du Royaume en coopération avec l’Association de la culture et des arts d’Al-Hassa. (SPA)
Cet événement est organisé par la Commission du patrimoine du Royaume en coopération avec l’Association de la culture et des arts d’Al-Hassa. (SPA)
Cet événement est organisé par la Commission du patrimoine du Royaume en coopération avec l’Association de la culture et des arts d’Al-Hassa. (SPA)
Cet événement est organisé par la Commission du patrimoine du Royaume en coopération avec l’Association de la culture et des arts d’Al-Hassa. (SPA)
Cet événement est organisé par la Commission du patrimoine du Royaume en coopération avec l’Association de la culture et des arts d’Al-Hassa. (SPA)
Cet événement est organisé par la Commission du patrimoine du Royaume en coopération avec l’Association de la culture et des arts d’Al-Hassa. (SPA)
Cet événement est organisé par la Commission du patrimoine du Royaume en coopération avec l’Association de la culture et des arts d’Al-Hassa. (SPA)
Cet événement est organisé par la Commission du patrimoine du Royaume en coopération avec l’Association de la culture et des arts d’Al-Hassa. (SPA)
Short Url
  • L’événement proposait des spectacles patrimoniaux et folkloriques ainsi que des produits artisanaux traditionnels typiques d’Al-Hassa
  • L’événement comprenait également une exposition qui présentait des photographies du roi fondateur à Uqair en 1915

RIYAD: Plus de 60 000 visiteurs ont participé à l’événement intitulé «Inscriptions d’Uqair», qui se tenait le long des rives de l’ancienne ville portuaire d’Al-Hassa, dans la province orientale, et a pris fin mercredi dernier, rapporte jeudi l’agence de presse saoudienne.

Organisé par la Commission du patrimoine du Royaume en coopération avec l’Association de la culture et des arts d’Al-Hassa, il proposait des spectacles patrimoniaux et folkloriques ainsi que des produits artisanaux traditionnels typiques d’Al-Hassa à travers une série de tableaux théâtraux qui faisaient revivre le passé du port historique.

Ces saynètes reflétaient également le rôle important qu’a joué ce site en tant que passage commercial sur la côte du golfe Arabique – de l’arrivée des voiliers au port au chargement des convois de chameaux avec des marchandises en direction d’Al-Hassa et de Najd.

L’événement comprenait également une exposition qui présentait des photographies du roi fondateur à Uqair en 1915. Cette ville est le premier port maritime de l’est du Royaume sur la côte du golfe Arabique, une passerelle économique depuis le début de la création de l’État et le principal port pour atteindre l’est et le centre du Royaume.

Entre-temps, l’État a œuvré au développement du port en établissant des douanes, des passeports, un bâtiment pour la principauté ainsi qu’une forteresse. Par ailleurs, c’est à travers ce port que des marchandises et des denrées alimentaires ont été acheminées vers le cœur de la péninsule Arabique et de la capitale de l’Arabie saoudite, Riyad.
Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com

 


Le cinéma marocain est en deuil: Khadija Assad n'est plus

Khadija Assad s’est éteinte à l’âge de 70 ans entourée de ses proches, après une longue lutte contre le cancer. (Photo, MAP)
Khadija Assad s’est éteinte à l’âge de 70 ans entourée de ses proches, après une longue lutte contre le cancer. (Photo, MAP)
Short Url
  • La comédienne avait enchanté le Maroc dans les années 2000 avec son compagnon de vie et de carrière, Aziz Saadallah, avec le célèbre sitcom Lalla Fatima
  • L’icône marocaine s’est éteinte à l’âge de 70 ans entourée de ses proches, après une longue lutte contre le cancer

CASABLANCA: Une étoile s'est éteinte. Trois ans après la disparition de son mari, l'actrice Khadija Assad a tiré sa révérence ce mercredi, dans son domicile à Casablanca, après une longue lutte contre le cancer.

Selon les médias locaux, Khadija Assad a été transférée hier à son domicile, depuis l’un des hôpitaux privés de Casablanca, à la demande de sa famille, à la suite de la détérioration de son état de santé. L’icône marocaine est décédée à l’âge de 70 ans entourée de ses proches.

Elle avait enchanté tout un pays dans les années 2000 avec son compagnon de vie et de carrière, Aziz Saadallah, avec la célèbre sitcom Lalla Fatima. Le couple avait auparavant séduit la génération des années 1970, grâce à la série à succès Hia ou Houa («Elle et lui»).

À l’annonce de son décès, les internautes marocains n’ont pas manqué de faire part de leur tristesse et ont présenté leurs condoléances. Des célébrités locales leur ont emboîté le pas.

«Triste pour le départ de Khadija Assad. Lalla Khadija a un parcours artistique plein d’élégance et de hautes valeurs artistiques et humaines. Je la connaissais souriante, généreuse et d’une grande gentillesse», a écrit le comédien et humoriste Hassan el-Fad sur Instagram.

«Je viens d’apprendre la triste nouvelle du décès de l’artiste bien aimée Khadija Assad, chez elle à Casablanca, après une rude bataille contre le cancer. Kissariat Oufella est la dernière œuvre sur laquelle nous avons travaillé ensemble. Malgré la maladie, elle a répondu à l’appel et a joué un magnifique rôle honorifique. Elle a donné l’exemple à toute une génération de femmes marocaines qui savent concilier art, maternité et responsabilité...», a pour sa part écrit l’acteur et réalisateur Rachid el-Ouali sur Instagram.

Le roi Mohammed VI a fait part de ses condoléances dans un message adressé à la famille de la défunte. Dans une dépêche de la MAP, agence de presse officielle du Maroc, qui reprend le message royal, le Souverain dit avoir «appris avec une grande émotion et profonde affliction la triste nouvelle du décès de la grande artiste Khadija Assad que Dieu l’ait en Sa sainte miséricorde.» 

«En cette douloureuse circonstance, Nous vous exprimons, et à travers vous, à l’ensemble de votre famille et vos proches, à la famille artistique nationale de la défunte et à tous ses amis et admirateurs, Nos vives condoléances et Nos sincères sentiments de compassion suite à la disparition de l’une des icônes de l’écran marocain, reconnue pour son immense talent et sa performance dans plusieurs grandes œuvres théâtrales, télévisées et cinématographiques, particulièrement celles interprétées en compagnie de son mari et compagnon de route, feu Abdelaziz Saadallah, et qui ont marqué la scène artistique locale et sont restées gravées dans la mémoire et le cœur du public marocain.» a écrit le roi Mohammed VI.


Jusqu'à 5 000 euros d'amende requis contre la star Aya Nakamura et son ex-compagnon pour violences réciproques

La chanteuse française Aya Nakamura arrive devant le tribunal pour des abus mutuels sur son partenaire avec son ancien partenaire Vladimir Boudnikoff, à Bobigny, dans le nord-est de Paris, le 26 janvier 2023. (Photo, AFP)
La chanteuse française Aya Nakamura arrive devant le tribunal pour des abus mutuels sur son partenaire avec son ancien partenaire Vladimir Boudnikoff, à Bobigny, dans le nord-est de Paris, le 26 janvier 2023. (Photo, AFP)
Short Url
  • La décision sera rendue le 23 février
  • Arrivés ensemble et se tenant côte à côte à la barre du tribunal correctionnel, les deux prévenus ont reconnu le dérapage survenu dans la nuit du 6 au 7 août à Rosny-sous-Bois, près de Paris, où résidait le couple avec leur fille de six mois

BOBIGNY: Cinq mille euros d'amende pour elle, 2.000 euros pour lui: les réquisitions au procès de la chanteuse star franco-malienne Aya Nakamura et son ex-conjoint le producteur Vladimir Boudnikoff ont été inversement proportionnelles à l'effervescence médiatique autour de leur procès pour violences réciproques sur conjoint, jeudi à Bobigny.

"Il s'agit d'une affaire tristement banale, une dispute qui a dégénéré", a estimé la procureure dans son réquisitoire à l'intérieur d'une salle comble.

La décision sera rendue le 23 février.

Arrivés ensemble et se tenant côte à côte à la barre du tribunal correctionnel, les deux prévenus ont reconnu le dérapage survenu dans la nuit du 6 au 7 août à Rosny-sous-Bois, près de Paris, où résidait le couple avec leur fille de six mois.

La crise a éclaté sur fond de jalousie et d'un mariage, auquel la chanteuse n'était pas invitée contrairement à son conjoint. S'en est suivie une dispute en plusieurs actes, en partie sur la voie publique et dans le pavillon où se sont déroulées les violences, a retracé la présidente du tribunal.

Chacun a écopé de trois jours d'incapacité temporaire de travail pour des contusions et douleurs.

"Très très énervée" lors de cet épisode houleux, la chanteuse a notamment raconté avoir voulu récupérer des effets personnels et partir avec leur fille, pour entériner la rupture.

Alors que l'altercation se poursuivait dans le studio de musique, au sous-sol, le producteur a reçu une gifle puis est tombé au sol.

"Il a commencé à devenir de plus en plus énervé, à me serrer, il essayait de me calmer à sa manière", a déclaré Aya Danioko (le vrai nom de la chanteuse).

M. Boudnikoff a accrédité cette version, reconnaissant qu'il avait également manqué de calme pendant cette soirée.

Désormais séparés, "on essaie de bien s'entendre" dans l'intérêt de l'enfant, a précisé la chanteuse.

Née à Bamako, Aya Nakamura a grandi à Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis). Sa carrière a décollé avec son deuxième album "Nakamura" (2018), suivi d'"Aya" en 2020, lui offrant le statut de chanteuse francophone la plus écoutée dans le monde.

Son nouvel opus, "DNK", sort vendredi.

Agé de 34 ans et producteur, Vladimir Boudnikoff a aussi réalisé le clip d'un de ses tubes, "Pookie", qui culmine à quelque 336 millions de vues sur YouTube depuis sa sortie en 2019.