Washington impose de nouvelles sanctions à plusieurs entités iraniennes

Pompeo affirme que l’ambassadeur iranien en Irak Iraj Masjedi «contribue à renforcer l’ingérence des Gardiens de la révolution iranienne dans les affaires de l’Irak» (Photo, AFP).
Short Url
Publié le Vendredi 23 octobre 2020

Washington impose de nouvelles sanctions à plusieurs entités iraniennes

  • Washington a également annoncé des sanctions à l’encontre de l’ambassadeur iranien en Irak Iraj Masjedi
  • L’ambassadeur iranien a «abusé de sa position pour opérer et faciliter des transferts de fonds aux milices pro-iraniennes qui déstabilisent l’Irak et qui sont responsables de plusieurs attaques contre les forces américaines », selon Pompeo

WASHINGTON: Les États-Unis ont sanctionné jeudi les Gardiens de la révolution, l'armée idéologique de Téhéran, ainsi que des médias iraniens, pour «tentative d'ingérence» dans les élections américaines du 3 novembre.

Washington a également annoncé des sanctions à l’encontre de l’ambassadeur iranien en Irak, Iraj Masjedi. Ce dernier «contribue à renforcer l’ingérence des Gardiens de la révolution iranienne dans les affaires» du pays, assure le secrétaire d’État américain Mike Pompeo.

Pompeo, qui a affirmé que «ces mesures auront pour effet de protéger le peuple irakien de l’influence des Gardiens de la révolution a aussi ajouté que l’ambassadeur iranien a «abusé de sa position pour opérer et faciliter des transferts de fonds aux milices pro-iraniennes, qui déstabilisent l’Irak et sont responsables de plusieurs attaques contre les forces américaines».

Pour sa part, et au niveau de l’«ingérence » iranienne dans les élections américaines, le Trésor américain a indiqué dans un communiqué que «le régime iranien a visé le processus électoral des États-Unis avec des tentatives éhontées pour semer la discorde parmi les électeurs en répandant la désinformation en ligne et en menant des opérations malintentionnées pour les induire en erreur».

«Des entités du gouvernement iranien, déguisées en médias, ont visé les États-Unis afin de miner le processus démocratique américain», a-t-il ajouté.

Le Trésor n'évoque pas clairement un lien entre ces sanctions et les accusations formulées mercredi soir par le directeur du renseignement américain, John Ratcliffe. Ce dernier a accusé l'Iran d'avoir mis la main sur des données d'électeurs américains et envoyé des e-mails «visant à intimider les électeurs, à inciter aux troubles sociaux et à nuire» au président Donald Trump, qui brigue un second mandat.

Les autorités iraniennes ont rejeté des «inventions».

«Le régime iranien utilise de faux récits et d'autres contenus trompeurs pour tenter d'influencer les élections américaines», a déclaré jeudi, sans plus de précisions, le secrétaire au Trésor Steven Mnuchin, promettant de continuer à «contrer les efforts de tout acteur étranger qui menacerait le processus électoral».

Les entités visées sont les Gardiens de la révolution et leur unité d'élite pour les opérations extérieures, la Force Qods, toutes deux déjà sanctionnées à plusieurs reprises par Washington. Le Bayan Rasaneh Gostar Institute, présenté comme l'outil de propagande des Gardiens de la révolution, s’ajoute aussi à la liste, tout comme l'Union iranienne des radios et télévisions islamiques et l'Union internationale des médias virtuels.

«Le personnel de Bayan Gostar a prévu d'influencer l'élection en exploitant les enjeux sociaux aux États-Unis, comme la Covid-19, et en dénigrant des personnalités politiques américaines», a affirmé le Trésor.


Erdogan nie l’existence d’un «problème kurde» en Turquie

Erdogan a dit aux membres de l’AKP que l’ancien vice-président du HDP, Selahattin Demirtas, son adversaire lors des élections présidentielles de 2015, est un «terroriste aux mains tâchées de sang». (Photo, AP)
Short Url
  • Demirtas est derrière les barreaux depuis le 4 novembre 2016, malgré les ordonnances judiciaires qui exigent sa libération
  • Les Forces démocratiques syriennes dirigées par les Kurdes sont un partenaire clé des États-Unis dans leur lutte contre Daech

ANKARA : Le président turc Recep Tayyip Erdogan a nié que le pays fait face à un «problème kurde», bien qu’il ait réaffirmé sa position antikurde et accusé un politicien d’être un «terroriste aux mains tâchées de sang».

Erdogan s’adressait aux membres de son parti au pouvoir, le Parti de la justice et du développement (AKP), le 25 novembre lorsqu’il a tenu ces propos.

Le Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) a lancé une insurrection contre l’État turc en 1984, il est considéré comme un groupe terroriste par la Turquie, l’Union européenne et les États-Unis. Erdogan accuse le Parti démocratique des peoples (HDP) pro-kurde d’entretenir des liens avec le PKK, ce que le HDP nie.

Erdogan a dit aux membres de l’AKP que l’ancien vice-président du HDP, Selahattin Demirtas, son adversaire lors des élections présidentielles de 2015, est un «terroriste aux mains tâchées de sang».

Demirtas est derrière les barreaux depuis le 4 novembre 2016, malgré les ordonnances judiciaires qui exigent sa libération. Il risque des centaines d'années de prison pour des accusations liées au PKK interdit.

Le président a défendu la destitution de 59 des 65 maires kurdes élus de leurs postes dans la région du sud-est à majorité kurde du pays depuis les élections locales en mars 2019. Il a aussi déclaré que l'AKP compte lancer des réformes dans le processus de démocratisation avec son partenaire nationaliste dans la coalition, connu pour ses positions antikurdes.

Ces propos pourraient perturber les efforts de paix que la Turquie entreprend avec sa communauté kurde depuis des années, bien qu'ils aient peu de progrès. Ils pourraient également faire allusion à un changement de politique plus dur contre les Kurdes en Syrie et en Irak.

Selon l’analyste du Moyen-Orient à l'Université d'Oxford, Samuel Ramani, les commentaires d'Erdogan devraient être interprétés comme une réaction à la démission du haut conseiller présidentiel Bulent Arinc mardi. Ce dernier a appelé à la libération de Demirtas et a insisté que les Kurdes sont réprimés en Turquie.

«Ceci a été largement couvert par les médias kurdes, dont le média du Kurdistan irakien Rudaw, qui a une audience internationale», a-t-il indiqué à Arab News. «Erdogan veut mettre un terme aux spéculations autour ce sujet».

Selon M. Ramani, le manque de sensibilité d'Erdogan pourrait attiser les tensions avec les Kurdes en Syrie et en Irak. «C’est aussi un avertissement indirect adressé au président américain élu, Joe Biden, de ne pas tenter de s’ingérer dans la politique turque en soulevant la question du traitement des Kurdes en Turquie». Cependant, les commentaires d’Erdogan importent peu à long terme, a-t-il ajouté.

«Cela dépend, est-ce que la Turquie mènera ou non une autre offensive de type «Opération Source de paix » dans le nord de la Syrie, ce qui devient de plus en plus envisageable. Si cela se produit pendant la période de transition de Trump à Biden, la nouvelle administration pourrait être plus critique à l'égard de la Turquie et convertir son discours sur la solidarité avec les Kurdes en action».

Les Forces démocratiques syriennes dirigées par les Kurdes sont un partenaire clé des États-Unis dans leur lutte contre Daech. Lors d'un discours de campagne en octobre 2019, Biden a critiqué la décision des États-Unis de se retirer de Syrie et l’a qualifiée d’«échec complet» qui laisserait les Kurdes syriens exposés aux agressions de la Turquie. «C’est plus sournois que la trahison de nos courageux partenaires kurdes et plus dangereux que de laisser Daech respirer», avait-il déclaré à l’époque.

L'analyste britannique Bill Park a affirmé qu’Erdogan est de plus en plus influencé par son partenaire de coalition, le Parti du mouvement nationaliste (MHP).

«Il pourrait aussi penser que le PKK et le HDP sont tellement affaiblis qu’il n’a pas à les prendre en considération», dit-il à Arab News. «L’Occident ne répondra pas de façon spectaculaire à cette annonce, mais il en a assez d’Erdogan. Il y a peu d'espoir que les relations entre la Turquie et les États-Unis ou l'UE s’améliorent. La milice kurde syrienne du PYD cherche un compromis avec Damas, tandis que le Parti démocratique du Kurdistan, le plus grand parti du Kurdistan irakien, est indifférent au sort des Kurdes de Turquie, il a ses propres défis».

Le HDP, quant à lui, est sceptique quant aux promesses de réforme d’Erdogan et les considère comme de la «politicaillerie».

«Ce récit de réforme n’est pas sincère», a souligné la députée du HDP Meral Danis Bestas, selon un article publié par l'agence de presse Reuters. «C’est un parti qui est au pouvoir depuis 18 ans et qui a jusqu'à présent totalement bafoué la loi. Il a un seul objectif : regagner le soutien qui a été perdu».

Les prochaines élections en Turquie sont prévues pour 2023, à moins qu’il n’y ait des élections anticipées l’année prochaine.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com

 


Le régime iranien cible des membres de l'opposition sur le territoire européen

Le régime iranien est désigné, tant par les services de renseignements européens que par l’enquête menée par la justice belge, comme le commanditaire de cette attaque, empêchée in extremis grâce à l’arrestation des porteurs de la bombe. (FRANCOIS LO PRESTI / AFP).
Short Url
  • Le régime iranien est désigné, tant par les services de renseignements européens que par l’enquête menée par la justice belge, comme le commanditaire de cette attaque
  • Le principal accusé, Assadolah Assadi, âgé de 49 ans, aurait utilisé son passeport diplomatique iranien (D9016657) pour dissimuler une activité d’espionnage au service de la Direction de la sécurité intérieure du ministère iranien du Renseignement et de l

Alors que le procès de quatre Iraniens poursuivis pour tentative de meurtre à caractère terroriste et participation aux activités d'un groupe terroriste commence le 27 novembre à Anvers, Belgique, c'est ce n'est pas la première fois que l'Iran est accusé d'avoir mené ou planifié des attaques contre des opposants sur le territoire européen.

En janvier 2019, l’Union européenne (UE) a pris des sanctions contre des responsables et des entités iraniennes. À l’unanimité des États membres, le Conseil a gelé les avoirs financiers du ministère du Renseignement et de la Sécurité nationale et de deux personnalités iraniennes dont son chef, Saeid Hashemi Moghadam. Ces sanctions européennes sont la réponse aux attentats planifiés par les autorités iraniennes dans une série de pays européens. La tentative d’attentat de Villepinte, dont les protagonistes seront jugés à Anvers ce 27 novembre, est l’un de ces complots.

Le 8 janvier 2019, les Pays-Bas ont révélé les résultats d’une enquête menée par leurs services de renseignements au sujet des assassinats de deux ressortissants hollandais d’origine iranienne, commis à Almere en 2015 et La Haye en 2017.

Dans un courrier adressé au Parlement, les autorités hollandaises ont affirmé détenir des informations présentant de «fortes indications que l’Iran était impliqué dans la liquidation de deux citoyens néerlandais d’origine iranienne». La première victime s’appelait Ali Motamed, opposant historique du régime de Téhéran. La seconde a été abattue d’une balle en pleine tête et de deux dans la poitrine, à Amsterdam. Il s’agissait d’Ahmad Molla Nissi, l’un des dirigeants du mouvement séparatiste arabe en Iran (Amsla). 

«Le Danemark ne peut en aucune façon, tolérer que des individus liés aux services de renseignements iraniens fomentent des attaques contre des personnes. C’est le gouvernement iranien, l’État iranien qui est derrière.» C’est par ces mots que le ministre des Affaires étrangères danois, Anders Samuelsen, a condamné une tentative d’attentat, le 30 octobre 2018. 

Le Danemark révélait qu’une «agence» iranienne avait tenté d’éliminer des opposants en exil sur le territoire national. Les cibles étaient trois membres d’Amsla. Le gouvernement danois avait condamné cet acte et rappelé son ambassadeur à Téhéran. 

C’est donc sous l’impulsion de la France, des Pays-Bas et du Danemark que l’UE a durci le ton contre l’activisme des services de renseignements iraniens sur le territoire européen. Le registre de ces sanctions est resté diplomatique (rappel des ambassadeurs, expulsion des diplomates, gels des avoirs financiers). Le procès d’Anvers déplacera la dénonciation de l’action de l’État iranien sur le territoire européen dans la sphère judiciaire.

Le procès de l'attentat déjoué de Villepinte, qui s'ouvre le 27 novembre, devrait isoler davantage le régime iranien. Le régime iranien est désigné, tant par les services de renseignements européens que par l’enquête menée par la justice belge, comme le commanditaire de cette attaque, empêchée in extremis grâce à l’arrestation des porteurs de la bombe.

Les éléments d’investigation repris dans le dossier judiciaire indiquent que le projet fut conçu «au nom de l’Iran et sous son impulsion», comme l’a déclaré Jaak Raes, l’Administrateur général de la Sûreté de l’État, les services de renseignements belges. 

Le principal accusé, Assadolah Assadi, âgé de 49 ans, aurait utilisé son passeport diplomatique iranien (D9016657) pour dissimuler une activité d’espionnage au service de la Direction de la sécurité intérieure du ministère iranien du Renseignement et de la Sécurité nationale. Sa mission: collecter des informations sur les opposants iraniens dans les pays européens. Assadolah Assadi, diplomate, troisième secrétaire de l’ambassade iranienne de Vienne, risque jusqu’à vingt ans de prison.

 


Arab News en français organise un débat sur les citoyens français d’origine arabe

Jack Lang président de l'Institut du monde arabe et l'ambassadeur de France en Arabie saoudite Ludovic Pouille. (Photo fournie)
Short Url
  • Arab News, en partenariat avec l’Institut du monde arabe, lance une étude visant à déterminer la perception qu’ont les citoyens français d’origine arabe de leur vie en France
  • Cet événement virtuel aura lieu le 30 novembre à 14 h, heure de Paris, via l’application Zoom

LONDRES: Le quotidien anglophone principal du Moyen-Orient, Arab News et son édition française numérique Arab News en français ont conclu un partenariat avec le prestigieux Institut du monde arabe (IMA) à Paris pour le lancement d’une étude approfondie sur la perception qu’ont les citoyens français d’origine arabe de leur vie en France.

Un débat sera organisé autour de cette question lors d’une conférence virtuelle qui aura lieu à la fin du mois et à laquelle participeront des intervenants importants.

«Lorsque les émotions sont fortes, les idées peuvent être dispersées et les opinions peuvent être facilement prises pour des faits. C’est pour cela que nous sommes très fiers, à Arab News, de notre partenariat avec l’institut de sondage YouGov. Cela nous permet de produire des articles solides, fondés sur la recherche; une méthode devenue caractéristique de la manière dont nous couvrons certains des sujets les plus sensibles que nous vivons aujourd'hui», déclare le rédacteur en chef d’Arab News, Faisal J. Abbas.

«Les résultats du sondage YouGov que notre site d'information français a commandé, qui seront abordés lors du débat et mentionnés dans l’article, sont fascinants», annonce-t-il.

«Nous invitons les lecteurs à remettre en question toutes les idées reçues qu’ils pourraient avoir et laisser les chiffres parler d’eux-mêmes, puisque ces derniers révèleront combien les citoyens français d'origine arabe se sentent intégrés ou marginalisés», ajoute-t-il.

La conférence rassemblera les intervenants les plus avisés et s’ouvrira par une allocution du président de l'IMA, Jack Lang, suivie par un discours de bienvenue prononcé par l'ambassadeur de France en Arabie saoudite, Ludovic Pouille.

La sénatrice française Nathalie Goulet, le président du Comité Laïcité République, Jean-Pierre Sakoun, la directrice de l'Initiative genre et justice à l'université de Georgetown, la Dr Melyssa Haffaf, le président de la Fondation de l’islam de France, le Dr Ghaleb Bencheikh, la journaliste et cinéaste française, Dr. Myriam François, et le directeur général français de YouGov, Alexandre Devineau, participeront également à cette conférence.

Cet événement virtuel aura lieu le 30 novembre à 14 h, heure de Paris, via l’application Zoom.

L’Unité de recherche et d'études (RSU) d’Arab News a collaboré avec YouGov pour ce sondage réalisé entre le 8 et le 14 septembre et qui se base sur un échantillon représentatif de 958 citoyens français d’origine arabe et vivant en France.

Parmi les sondages précédents de YouGov avec Arab News, citons «Les élections américaines de 2020: que veulent les Arabes?», «Mosquée et État: comment les Arabes voient l'avenir» et «Les femmes saoudiennes peuvent conduire». 

À la suite du lancement de l'étude sur les élections américaines de 2020, la RSU d’Arab News a organisé un débat virtuel afin de discuter de ses résultats. L'événement a réuni des experts des États-Unis et du Moyen-Orient, dont l'ancien ambassadeur américain Robert Ford.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com.

(photo fournie)