Washington et Riyad s’engagent à contrer les «menaces malveillantes de l'Iran»

Le secrétaire d'État américain Mike Pompeo rencontre son homologue saoudien, le ministre des Affaires étrangères, le prince Faiçal ben Farhan, au ministère des Affaires étrangères des États-Unis à Washington (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Jeudi 22 octobre 2020

Washington et Riyad s’engagent à contrer les «menaces malveillantes de l'Iran»

  • Les deux États célèbrent le 75e anniversaire d'un partenariat établi lors de la réunion historique de 1945
  • Washington a aussi félicité le Royaume pour son leadership au G20 et pour son investissement dans la santé mondiale avec sa réaction financière à la pandémie

NEW YORK: Un dialogue stratégique américano-saoudien à Washington a mis l’accent sur l'engagement des deux pays à «contrer et prévenir la menace que les activités malveillantes de l'Iran représentent pour la sécurité et la prospérité régionales».

Les discussions, coprésidées par le secrétaire d'État américain Mike Pompeo et le ministre saoudien des Affaires étrangères, le prince Faiçal Ben Farhan, ont également souligné «les liens sécuritaires, économiques et culturels très profonds» entre les deux nations.

Une déclaration commune a été émise hier par l'Arabie saoudite et les États-Unis. Les deux États célèbrent le 75e anniversaire d'un partenariat établi lors de la réunion historique de 1945, entre le président Franklin D. Roosevelt et le roi Abdel Aziz, à bord de l'USS Quincy.

Outre la menace iranienne commune, les dialogues tenus le 14 octobre à Washington se sont concentrés sur une série d’enjeux et de conflits dans la région.

Au Yémen, les États-Unis ont reconnu le leadership de Riyad au sein de la Coalition dirigée par l'Arabie saoudite et «l'engagement du Royaume à mettre fin au conflit yéménite par des négociations politiques».

Les efforts mutuels visant à renforcer la sécurité en Irak ont également été abordés, et les deux parties ont insisté sur l’importance de leurs liens étroits dans la lutte contre le terrorisme. Les États-Unis considèrent le rôle du Royaume comme essentiel pour la stabilité régionale et internationale.

Les États-Unis ont également salué les progrès de l’Arabie saoudite dans la mise en œuvre de la Vision 2030, et dans l’adoption de vastes réformes économiques et sociales. Washington a aussi félicité le Royaume pour son leadership au G20 et pour son investissement dans la santé mondiale avec sa réaction financière à la pandémie.

La déclaration conjointe a également fourni des détails sur les discussions entre Pompeo et le prince Farhan au sujet de la coopération en matière de défense afin d’écarter les menaces régionales, ainsi que sur la coopération en matière de sécurité et de renseignement dans la lutte contre les groupes terroristes. Tous ces gestes «ont contribué à sauver d'innombrables vies américaines et saoudiennes».

Parmi les autres sujets figuraient aussi la protection des infrastructures et la sécurité publique, la création de marchés énergétiques durables et la remise sur pied des voyages et des transports internationaux dans le cadre de la reprise économique après la pandémie.

De plus, les discussions ont porté sur la coordination entre Washington et Riyad à propos des questions de cybersécurité et «l'amélioration de la coopération diplomatique, culturelle et consulaire, ainsi que les projets de construction majeurs pour agrandir l'ambassade et les consulats américains dans le Royaume».

La croissance de la plate-forme américaine pour l'engagement diplomatique avec l'Arabie saoudite «signifie notre engagement continu vers nos objectifs de sécurité et de prospérité mutuels», indique le communiqué.

Les deux pays ont annoncé la formation de groupes de travail bilatéraux pour ouvrir la voie à de futurs dialogues. Il s'agit notamment de partenariats en matière de sécurité et de renseignement, de planification de la coopération en matière de défense, des intérêts économiques et énergétiques communs, de la coopération bilatérale en matière d'éducation et de culture ainsi que de coopération en matière de cybersécurité.

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com


Le régime iranien cible des membres de l'opposition sur le territoire européen

Le régime iranien est désigné, tant par les services de renseignements européens que par l’enquête menée par la justice belge, comme le commanditaire de cette attaque, empêchée in extremis grâce à l’arrestation des porteurs de la bombe. (FRANCOIS LO PRESTI / AFP).
Short Url
  • Le régime iranien est désigné, tant par les services de renseignements européens que par l’enquête menée par la justice belge, comme le commanditaire de cette attaque
  • Le principal accusé, Assadolah Assadi, âgé de 49 ans, aurait utilisé son passeport diplomatique iranien (D9016657) pour dissimuler une activité d’espionnage au service de la Direction de la sécurité intérieure du ministère iranien du Renseignement et de l

Alors que le procès de quatre Iraniens poursuivis pour tentative de meurtre à caractère terroriste et participation aux activités d'un groupe terroriste commence le 27 novembre à Anvers, Belgique, c'est ce n'est pas la première fois que l'Iran est accusé d'avoir mené ou planifié des attaques contre des opposants sur le territoire européen.

En janvier 2019, l’Union européenne (UE) a pris des sanctions contre des responsables et des entités iraniennes. À l’unanimité des États membres, le Conseil a gelé les avoirs financiers du ministère du Renseignement et de la Sécurité nationale et de deux personnalités iraniennes dont son chef, Saeid Hashemi Moghadam. Ces sanctions européennes sont la réponse aux attentats planifiés par les autorités iraniennes dans une série de pays européens. La tentative d’attentat de Villepinte, dont les protagonistes seront jugés à Anvers ce 27 novembre, est l’un de ces complots.

Le 8 janvier 2019, les Pays-Bas ont révélé les résultats d’une enquête menée par leurs services de renseignements au sujet des assassinats de deux ressortissants hollandais d’origine iranienne, commis à Almere en 2015 et La Haye en 2017.

Dans un courrier adressé au Parlement, les autorités hollandaises ont affirmé détenir des informations présentant de «fortes indications que l’Iran était impliqué dans la liquidation de deux citoyens néerlandais d’origine iranienne». La première victime s’appelait Ali Motamed, opposant historique du régime de Téhéran. La seconde a été abattue d’une balle en pleine tête et de deux dans la poitrine, à Amsterdam. Il s’agissait d’Ahmad Molla Nissi, l’un des dirigeants du mouvement séparatiste arabe en Iran (Amsla). 

«Le Danemark ne peut en aucune façon, tolérer que des individus liés aux services de renseignements iraniens fomentent des attaques contre des personnes. C’est le gouvernement iranien, l’État iranien qui est derrière.» C’est par ces mots que le ministre des Affaires étrangères danois, Anders Samuelsen, a condamné une tentative d’attentat, le 30 octobre 2018. 

Le Danemark révélait qu’une «agence» iranienne avait tenté d’éliminer des opposants en exil sur le territoire national. Les cibles étaient trois membres d’Amsla. Le gouvernement danois avait condamné cet acte et rappelé son ambassadeur à Téhéran. 

C’est donc sous l’impulsion de la France, des Pays-Bas et du Danemark que l’UE a durci le ton contre l’activisme des services de renseignements iraniens sur le territoire européen. Le registre de ces sanctions est resté diplomatique (rappel des ambassadeurs, expulsion des diplomates, gels des avoirs financiers). Le procès d’Anvers déplacera la dénonciation de l’action de l’État iranien sur le territoire européen dans la sphère judiciaire.

Le procès de l'attentat déjoué de Villepinte, qui s'ouvre le 27 novembre, devrait isoler davantage le régime iranien. Le régime iranien est désigné, tant par les services de renseignements européens que par l’enquête menée par la justice belge, comme le commanditaire de cette attaque, empêchée in extremis grâce à l’arrestation des porteurs de la bombe.

Les éléments d’investigation repris dans le dossier judiciaire indiquent que le projet fut conçu «au nom de l’Iran et sous son impulsion», comme l’a déclaré Jaak Raes, l’Administrateur général de la Sûreté de l’État, les services de renseignements belges. 

Le principal accusé, Assadolah Assadi, âgé de 49 ans, aurait utilisé son passeport diplomatique iranien (D9016657) pour dissimuler une activité d’espionnage au service de la Direction de la sécurité intérieure du ministère iranien du Renseignement et de la Sécurité nationale. Sa mission: collecter des informations sur les opposants iraniens dans les pays européens. Assadolah Assadi, diplomate, troisième secrétaire de l’ambassade iranienne de Vienne, risque jusqu’à vingt ans de prison.

 


Arab News en français organise un débat sur les citoyens français d’origine arabe

Jack Lang président de l'Institut du monde arabe et l'ambassadeur de France en Arabie saoudite Ludovic Pouille. (Photo fournie)
Short Url
  • Arab News, en partenariat avec l’Institut du monde arabe, lance une étude visant à déterminer la perception qu’ont les citoyens français d’origine arabe de leur vie en France
  • Cet événement virtuel aura lieu le 30 novembre à 14 h, heure de Paris, via l’application Zoom

LONDRES: Le quotidien anglophone principal du Moyen-Orient, Arab News et son édition française numérique Arab News en français ont conclu un partenariat avec le prestigieux Institut du monde arabe (IMA) à Paris pour le lancement d’une étude approfondie sur la perception qu’ont les citoyens français d’origine arabe de leur vie en France.

Un débat sera organisé autour de cette question lors d’une conférence virtuelle qui aura lieu à la fin du mois et à laquelle participeront des intervenants importants.

«Lorsque les émotions sont fortes, les idées peuvent être dispersées et les opinions peuvent être facilement prises pour des faits. C’est pour cela que nous sommes très fiers, à Arab News, de notre partenariat avec l’institut de sondage YouGov. Cela nous permet de produire des articles solides, fondés sur la recherche; une méthode devenue caractéristique de la manière dont nous couvrons certains des sujets les plus sensibles que nous vivons aujourd'hui», déclare le rédacteur en chef d’Arab News, Faisal J. Abbas.

«Les résultats du sondage YouGov que notre site d'information français a commandé, qui seront abordés lors du débat et mentionnés dans l’article, sont fascinants», annonce-t-il.

«Nous invitons les lecteurs à remettre en question toutes les idées reçues qu’ils pourraient avoir et laisser les chiffres parler d’eux-mêmes, puisque ces derniers révèleront combien les citoyens français d'origine arabe se sentent intégrés ou marginalisés», ajoute-t-il.

La conférence rassemblera les intervenants les plus avisés et s’ouvrira par une allocution du président de l'IMA, Jack Lang, suivie par un discours de bienvenue prononcé par l'ambassadeur de France en Arabie saoudite, Ludovic Pouille.

La sénatrice française Nathalie Goulet, le président du Comité Laïcité République, Jean-Pierre Sakoun, la directrice de l'Initiative genre et justice à l'université de Georgetown, la Dr Melyssa Haffaf, le président de la Fondation de l’islam de France, le Dr Ghaleb Bencheikh, la journaliste et cinéaste française, Dr. Myriam François, et le directeur général français de YouGov, Alexandre Devineau, participeront également à cette conférence.

Cet événement virtuel aura lieu le 30 novembre à 14 h, heure de Paris, via l’application Zoom.

L’Unité de recherche et d'études (RSU) d’Arab News a collaboré avec YouGov pour ce sondage réalisé entre le 8 et le 14 septembre et qui se base sur un échantillon représentatif de 958 citoyens français d’origine arabe et vivant en France.

Parmi les sondages précédents de YouGov avec Arab News, citons «Les élections américaines de 2020: que veulent les Arabes?», «Mosquée et État: comment les Arabes voient l'avenir» et «Les femmes saoudiennes peuvent conduire». 

À la suite du lancement de l'étude sur les élections américaines de 2020, la RSU d’Arab News a organisé un débat virtuel afin de discuter de ses résultats. L'événement a réuni des experts des États-Unis et du Moyen-Orient, dont l'ancien ambassadeur américain Robert Ford.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com.

(photo fournie)

 


Syrie: 19 combattants pro-Iran tués dans des raids aériens sur l'Est

Une photo prise le 25 novembre 2020 montre des soldats israéliens et un char près de la frontière israélo-syrienne, sur les hauteurs du Golan annexées par Israël. (AFP)
Short Url
  • Les frappes à l'aube contre des positions dans la province de Deir Ezzor, près de la frontière avec l'Irak, auraient été menées par des avions «probablement» israéliens, selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH)
  • Les combattants tués sont «de nationalité pakistanaise», a précisé le directeur de l'Observatoire, Rami Abdel Rahmane

Au moins 19 combattants étrangers d'une milice pro-Iran ont été tués dans des raids aériens visant leurs positions dans l'extrême est de la Syrie en guerre, a rapporté jeudi une ONG.

Les frappes à l'aube contre des positions dans la province de Deir Ezzor, près de la frontière avec l'Irak, auraient été menées par des avions «probablement» israéliens, selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH).

Les combattants tués sont «de nationalité pakistanaise», a précisé le directeur de l'Observatoire, Rami Abdel Rahmane, qui dispose d'un vaste réseau de sources à travers la Syrie en guerre.

Il s'agit de la troisième incursion de ce type imputée en moins d'une semaine par l'Observatoire à l'Etat hébreu, qui confirme rarement ses frappes menées en Syrie.

Les raids ont visé les environs de Boukamal, ville tout près de la frontière avec l'Irak, selon l'Observatoire.

Depuis le début du conflit en 2011 en Syrie, Israël a mené des centaines de raids contre les forces du régime syrien mais aussi contre celles de ses alliés, l'Iran et le Hezbollah libanais.

L'ambassadeur israélien auprès de l'ONU a demandé cette semaine dans une lettre adressée au Conseil de sécurité une «action immédiate pour retirer les forces iraniennes du territoire syrien».

Dans la nuit de mardi à mercredi, huit combattants pro-Iran ont été tués dans des raids aériens près de Damas, selon l'OSDH.

Samedi déjà, près de Boukamal, des bombardements aériens imputés à Israël ont tué «huit Irakiens et six Afghans» engagés avec des milices pro-Iran, selon les informations rapportées par l'OSDH.

Le conflit syrien, déclenché en 2011 par la répression de manifestations prodémocratie, s'est complexifié au fil des ans avec l'implication d'une multitude d'acteurs et de puissances étrangères.

Cette guerre a fait plus de 380.000 morts et des millions de déplacés.