Eaux contestées entre Israël et le Liban: Beyrouth demande la médiation américaine

Le navire de forage d'Energean sur le champ de gaz naturel de Karish, en Méditerranée orientale, le 9 mai 2022 (Photo, Reuters).
Le navire de forage d'Energean sur le champ de gaz naturel de Karish, en Méditerranée orientale, le 9 mai 2022 (Photo, Reuters).
Short Url
Publié le Lundi 06 juin 2022

Eaux contestées entre Israël et le Liban: Beyrouth demande la médiation américaine

  • Le navire en question, de l'entreprise britannique Energean Plc basée à Londres, est arrivé dimanche au champ gazier de Karish --situé selon Beyrouth dans une partie des eaux contestées avec Israël-- afin de commencer à l'exploiter
  • Cette annonce a suscité une vague d'indignation de la part de plusieurs hauts responsables libanais, dont le Président Michel Aoun et le Premier ministre sortant Najib Mikati

BEYROUTH: Le Liban a réclamé lundi une médiation américaine après l'arrivée dans les eaux contestées avec Israël d'un navire destiné à commencer à produire du gaz pour l'Etat hébreu, une opération qui pourrait constituer un acte d'agression selon Beyrouth. 

Le Liban et Israël, deux pays voisins officiellement toujours en guerre, avaient entamé en octobre 2020 des négociations inédites sous l'égide de Washington pour délimiter leur frontière maritime, afin de lever les obstacles à la prospection d'hydrocarbures. 

Les pourparlers ont été suspendus en mai 2021 à la suite de différends concernant la surface de la zone contestée entre les deux pays. 

Le navire en question, de l'entreprise britannique Energean Plc basée à Londres, est arrivé dimanche au champ gazier de Karish --situé selon Beyrouth dans une partie des eaux contestées avec Israël-- afin de commencer à l'exploiter, d'après un communiqué de la compagnie. 

Cette annonce a suscité une vague d'indignation de la part de plusieurs hauts responsables libanais, dont le Président Michel Aoun et le Premier ministre sortant Najib Mikati. 

Ils « ont invité le médiateur américain Amos Hochstein à Beyrouth à reprendre les négociations concernant la délimitation des frontières maritimes entre les deux pays », selon un communiqué conjoint. 

Tous travaux « d'exploration, de forage ou d'extraction effectués par Israël dans les zones contestées constituent une provocation et un acte d'agression », poursuit le texte. 

Pour l'experte en ressources pétrolières Laury Haytayan, cet appel au médiateur américain serait « une perte de temps ». Les autorités libanaises devraient plutôt signer un décret pour l'amendement des frontières maritimes, a-t-elle estimé lundi. 

Dans un premier temps, les négociations concernant les frontières maritimes portaient sur une zone de 860 km2 délimitée par la ligne 23, conformément aux revendications libanaises enregistrées auprès de l'Onu en 2011. 

Le Liban avait annoncé plus tard vouloir réclamer un droit supplémentaire sur 1430 km2 limités par la ligne 29, qui comprend une partie du champ de Karish. 

Mais pour Israël, le champ gazier de Karish se trouve dans « la Zone économique exclusive (ZEE) reconnue par l'Onu », a indiqué un haut responsable israélien sous couvert d'anonymat.  

« Les mensonges du Liban qui prétend soudainement qu'il s'agit d'une région contestée peuvent être réfutés (...) par la propre position du Liban dans le passé, » a poursuivi le responsable rappelant que Beyrouth avait reconnu cette région comme étant dans les eaux israéliennes. 

Une porte-parole du ministère israélien de l’Energie a déclaré lundi que le forage était terminé depuis des mois et que « le flux de gaz en provenance de Karish devrait commencer en septembre. » 

Le navire qui est arrivé dimanche sera connecté à Karish via des gazoducs, a-t-elle précisé. 

Le Hezbollah, puissant mouvement chiite libanais pro-iranien, a toutefois averti Israël qu'il s'opposerait aux tentatives d'extraction de pétrole et de gaz du champ de Karish et d'autres régions contestées. 

« Nous sommes capables de les empêcher de le faire », a déclaré le chef du Hezbollah Hassan Nasrallah dans un discours le mois dernier. 


L'ambassadeur d'Iran convoqué à Berlin après l'exécution d'un homme impliqué dans les manifestations

Plus tôt dans la journée, la ministre allemande des Affaires étrangères, Annalena Baerbock, avait affirmé sur Twitter que «le mépris du régime iranien pour l'humanité est sans limite» (Photo, AFP).
Plus tôt dans la journée, la ministre allemande des Affaires étrangères, Annalena Baerbock, avait affirmé sur Twitter que «le mépris du régime iranien pour l'humanité est sans limite» (Photo, AFP).
Short Url
  • L'Iran a exécuté jeudi, pour la première fois depuis le début des manifestations qui secouent le pays, un homme accusé d'avoir blessé un paramilitaire
  • Aucun autre détail n'a filtré de cette convocation

BERLIN: L'ambassadeur d'Iran a été convoqué à Berlin, a indiqué jeudi une source proche du ministère allemand des Affaires étrangères, après l'exécution d'un homme impliqué dans les manifestations qui secouent la République islamique.

Aucun autre détail n'a filtré de cette convocation. Plus tôt dans la journée, la ministre allemande des Affaires étrangères, Annalena Baerbock, avait affirmé sur Twitter que "le mépris du régime iranien pour l'humanité est sans limite".

Cet homme, Mohsen Shekari, "a été jugé et exécuté dans le cadre d'un procès perfide et expéditif parce qu'il n'était pas d'accord avec le régime", s'était indignée Mme Baerbock.

"Mais la menace d'exécution n'étouffera pas la volonté de liberté des gens", avait-elle ajouté.

L'Iran a exécuté jeudi, pour la première fois depuis le début des manifestations qui secouent le pays, un homme accusé d'avoir blessé un paramilitaire après avoir bloqué la circulation sur une avenue de Téhéran.

La République islamique est le théâtre d'un mouvement de contestation déclenché par la mort le 16 septembre de Mahsa Amini, une Kurde iranienne de 22 ans décédée après son arrestation par la police des mœurs.


Washington sanctionne un homme d'affaires turc qui faisait commerce de pétrole iranien

Selon le Trésor, Sitki Ayan s'est servi du réseau de son groupe d'entreprises ASB, enregistré à Gibraltar, pour dissimuler les origines du pétrole et la destination des paiements (Photo, AFP).
Selon le Trésor, Sitki Ayan s'est servi du réseau de son groupe d'entreprises ASB, enregistré à Gibraltar, pour dissimuler les origines du pétrole et la destination des paiements (Photo, AFP).
Short Url
  • Sitki Ayan, un proche du président turc Recep Tayyip Erdogan, ainsi que son fils et un de ses bras droits ont été placés sur la liste noire du Trésor américain
  • Le Trésor accuse Ayan d'être venu en aide à la Force Qods, une unité d'élite des Gardiens de la Révolution islamique

WASHINGTON: Les Etats-Unis ont imposé jeudi des sanctions contre un homme d'affaires turc soupçonné d'avoir engrangé des centaines de millions de dollars en faisant commerce de pétrole provenant des Gardiens de la Révolution iraniens.

Sitki Ayan, un proche du président turc Recep Tayyip Erdogan, ainsi que son fils et un de ses bras droits ont été placés sur la liste noire du Trésor américain, gelant tous leurs actifs aux Etats-Unis et leur interdisant l'accès aux principaux marchés financiers.

Le Trésor accuse M. Ayan d'être venu en aide à la Force Qods, une unité d'élite des Gardiens de la Révolution islamique, en arrangeant la vente et l'acheminement de pétrole qu'elle contrôle vers la Chine, d'autres acheteurs d'Asie de l'Est et l'Europe. Il a aussi contribué au transfert des recettes de ces ventes aux Gardiens de la Révolution.

Selon le Trésor, Sitki Ayan s'est servi du réseau de son groupe d'entreprises ASB, enregistré à Gibraltar, pour dissimuler les origines du pétrole et la destination des paiements.

L'homme d'affaires a aussi eu recours à l'une de ses entreprises pour acheter un navire citerne sous pavillon panaméen pour les Gardiens de la Révolution, selon la même source. Kasim Oztas, un haut responsable du groupe ASB qui "s'occupait personnellement de la plupart des affaires de M. Ayan", et Bahaddin Ayan, le fils de l'homme d'affaires, font également l'objet de sanctions.

Le Trésor a placé environ 20 entreprises du groupe ASB et du réseau de l'homme d'affaires sur sa liste noire.


L'envoyé américain pour le climat salue la tenue de la COP28 aux EAU

L'envoyé américain pour le climat, John Kerry. (Getty)
L'envoyé américain pour le climat, John Kerry. (Getty)
Short Url
  • Les économies de combustibles fossiles devraient être encouragées à mener la transition vers les énergies propres, déclare John Kerry
  • Il a salué l'annonce de trente plans climatiques nationaux améliorés ainsi que l'accord phare du sommet sur les «pertes et dommages»

WASHINGTON: Les États-Unis ont salué la décision de tenir la 28e conférence des Nations unies sur le changement climatique l'année prochaine aux Émirats arabes unis (EAU).

L'envoyé spécial du président pour le climat, John Kerry, a déclaré que les économies de combustibles fossiles devraient être encouragées à mener la transition vers les énergies propres, a rapporté jeudi l’agence de presse officielle émiratie.                

«Le fait que les Émirats arabes unis, membres de l'Opep, accueillent la COP28, est très stimulant. Il est vraiment important qu'un pays producteur de pétrole et de gaz se mobilise et dise que nous comprenons le défi de la crise climatique», a-t-il déclaré à Reuters.

«Les dirigeants des EAU ont pris des mesures très judicieuses parce qu'ils savent que ce qui sort du sol n'est pas éternel, que ce soit physiquement ou politiquement, et ils regardent à quoi ressemblera le nouveau monde.»

«S'il doit y avoir de nouvelles formes d'énergie, ils veulent être parmi leurs fournisseurs, tout comme ils le sont aujourd'hui.»

Kerry a indiqué que la conférence COP27 de cette année, qui s'est tenue le mois dernier en Égypte, a rapproché le monde de l'objectif de l'accord de Paris de 2015 de limiter la hausse des températures mondiales à 1,5oC au-dessus de l'époque préindustrielle.

Il a salué l'annonce de trente plans climatiques nationaux améliorés ainsi que l'accord phare du sommet sur les «pertes et dommages» pour aider les pays vulnérables sous le choc des conditions météorologiques extrêmes et de la montée des mers.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com