Exécutions massives en Iran en 1988: Un crime contre l'humanité, selon HRW

L'exécution massive de milliers de prisonniers politiques en 1988 par le régime iranien, constitue un crime contre l'humanité, selon HRW (Photo, AFP).
L'exécution massive de milliers de prisonniers politiques en 1988 par le régime iranien, constitue un crime contre l'humanité, selon HRW (Photo, AFP).
Short Url
Publié le Jeudi 09 juin 2022

Exécutions massives en Iran en 1988: Un crime contre l'humanité, selon HRW

  • Des milliers de prisonniers politiques assassinés «en violation du droit fondamental à une procédure judiciaire équitable»
  • «Il est essentiel que les procureurs des autres pays fassent en sorte que justice soit rendue pour ces crimes odieux»

LONDRES: L'exécution massive de milliers de prisonniers politiques en 1988 par le régime iranien constitue un crime contre l'humanité, a déclaré Human Rights Watch (HRW) mercredi.
Des «preuves accablantes» indiquent que le chef suprême de l'époque, Ruhollah Khomeini, a ordonné les exécutions de masse, a révélé HRW, ajoutant qu'elles ont eu lieu dans au moins 32 villes et que jusqu'à 5 000 prisonniers ont été assassinés.
Dans un document de questions-réponses approfondi, HRW a indiqué que les preuves désignent également la responsabilité de hauts responsables politiques iraniens actuels, dont le président, Ebrahim Raïssi.  
Des tribunaux étrangers sont intervenus pour aider à obtenir justice pour les victimes, avec un procès en Suède qui a poursuivi un Iranien accusé d'avoir participé aux exécutions de masse.
Le procès a débuté en août 2021 et devrait donner lieu à un verdict cette année, ce qui, selon HRW, constituerait «un développement important pour les victimes auxquelles on refuse depuis longtemps reconnaissance et justice».
Tara Sepehri Far, chercheuse senior sur l'Iran à HRW, a signalé: «Pendant des décennies, les familles des victimes des exécutions massives de 1988 ont cherché sans relâche à obtenir la vérité et la justice pour leurs proches, sans succès.
«Maintenant qu'un procès en Suède a braqué les projecteurs sur l'un des chapitres les plus sombres de l'histoire moderne de l'Iran, il est essentiel que les procureurs d'autres pays fassent en sorte que justice soit rendue pour ces crimes odieux.»
Le document approfondi de HRW présente les preuves recueillies par les survivants et les groupes de défense des droits de l’homme pendant des décennies, avec des sections consacrées aux hauts responsables impliqués dans l'ordre et la supervision des meurtres, que le régime iranien n'a jamais reconnus.
Non seulement les autorités iraniennes n'ont pas mené d’enquêtes sur ces exécutions massives, mais elles ont également réduit au silence ceux qui ont tenté d’en parler.
HRW a relevé le cas d'Ahmed Montazeri, le fils d'Hussein Ali Montazeri, le leader suprême adjoint au moment des exécutions, qui a publié en 2016 un enregistrement de hauts responsables détaillant la manière dont ces exécutions ont été menées.
Le tribunal spécial du clergé a reconnu Ahmed coupable de plusieurs chefs d'accusation, notamment de «diffusion de propagande contre le système» et de «révélation de plans, de secrets ou de décisions concernant la politique intérieure ou extérieure de l'État... d'une manière équivalente à de l'espionnage».
Il a été condamné à vingt et un ans d'emprisonnement en novembre 2016, mais la peine a ensuite été suspendue.
«Les preuves disponibles montrent que les autorités iraniennes, de juillet à septembre 1988, ont exécuté des milliers de prisonniers en violation de leur droit fondamental à un processus judiciaire équitable», a souligné HRW.
«En vertu du droit international, les exécutions extrajudiciaires et autres abus commis dans le cadre d'une attaque généralisée ou systématique dirigée contre toute population civile sont des crimes contre l'humanité.»

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


L'incendie d'une église en Égypte était accidentel, d’après l’enquête

Des ouvriers restaurent l'entrée de l'église d'Abu Sefein en Égypte (Photo, AP).
Des ouvriers restaurent l'entrée de l'église d'Abu Sefein en Égypte (Photo, AP).
Short Url
  • Le ministère public a interrogé 33 témoins, dont les 16 personnes blessées
  • La cause de l'incendie, qui a tué 41 personnes, provient d’un défaut d'un générateur électrique dans l'église après qu'il a été allumé en raison d'une panne de courant

LE CAIRE: L'incendie qui s'est déclaré dimanche dans l'église d'Abu Sefein en Égypte n'était pas délibéré, selon une enquête du ministère public.

La cause de l'incendie, qui a tué 41 personnes, provient d’un défaut d'un générateur électrique dans l'église allumé à la suite d'une panne de courant.

Le ministère public a interrogé 33 témoins, dont les 16 personnes blessées, qui ont affirmé avoir entendu le bruit de charges électriques émanant de l'intérieur de l'église, et l’incendie s'est ensuite déclenché. Le procureur général Hamada El-Sawy a déclaré que les victimes avaient succombé à l'inhalation de fumée.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Mohammed ben Salmane reçoit le chef du Mouvement de la sagesse nationale d'Irak

Al-Hakim est arrivé à Djeddah mercredi et a été reçu par le vice-ministre des Affaires étrangères, Walid al-Khuraiji (Photo, SPA).
Al-Hakim est arrivé à Djeddah mercredi et a été reçu par le vice-ministre des Affaires étrangères, Walid al-Khuraiji (Photo, SPA).
Short Url
  • Les deux hommes ont discuté des relations entre l'Arabie saoudite et l'Irak
  • De hauts responsables saoudiens et irakiens ont assisté à la réunion

RIYAD: Le prince héritier d'Arabie saoudite Mohammed ben Salmane a reçu à Djeddah le chef du Mouvement de la sagesse nationale d'Irak, Ammar al-Hakim, a rapporté tôt vendredi l'Agence de presse saoudienne.

Les deux hommes ont discuté des relations entre l'Arabie saoudite et l'Irak et de questions d'intérêt commun.

Al-Hakim est arrivé à Djeddah mercredi et a été reçu par le vice-ministre des Affaires étrangères, Walid al-Khuraiji.

De hauts responsables saoudiens et irakiens ont assisté à la réunion.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Israël défie l'ONU en lançant un raid contre des ONG palestiniennes

Le Premier ministre palestinien, Mohammad Shtayyeh, s'adresse aux médias devant les bureaux d'Al-Haq, à Ramallah, en Cisjordanie occupée, le 18 août 2022 (Photo, Reuters).
Le Premier ministre palestinien, Mohammad Shtayyeh, s'adresse aux médias devant les bureaux d'Al-Haq, à Ramallah, en Cisjordanie occupée, le 18 août 2022 (Photo, Reuters).
Short Url
  • Le ministre israélien de la défense, Benny Gantz, a réitéré les allégations de financement d'organisations terroristes
  • Neuf pays de l'UE ont déclaré qu'ils continueraient à travailler avec les groupes palestiniens faute de preuves fournies par Israël à l'appui de ses accusations

RAMALLAH: Israël a défié la condamnation de l'ONU et de l'UE jeudi en attaquant sept groupes de défense des droits des Palestiniens en Cisjordanie.

Les forces de sécurité israéliennes ont pris d'assaut les bureaux des groupes à Ramallah et ont saisi des dossiers, des ordinateurs et d'autres équipements avant d'en sceller les entrées et de les déclarer définitivement fermés.

Les groupes visés sont les suivants: Addameer Prisoner Support and Human Rights Association ; Al-Haq ; Centre Bisan pour la recherche et le développement ; Defense for Children International – Palestine ; Les comités de travail sur la santé ; Syndicat des Comités de Travail Agricole ; et l’Union des comités de femmes palestiniennes.

Israël a désigné six de ces groupes comme terroristes, et le ministre de la Défense, Benny Gantz, a réitéré jeudi les affirmations discréditées selon lesquelles ils auraient collecté des fonds pour le Front populaire de libération de la Palestine, qu'il considère comme une organisation terroriste.

L'ONU a demandé que les désignations terroristes soient révoquées. «Malgré les offres qui leur ont été faites, les autorités israéliennes n'ont présenté à l'ONU aucune preuve crédible pour justifier ces déclarations», a déclaré le Bureau des droits de l'homme de l'ONU. «En tant que telles, les fermetures semblent totalement arbitraires.»

Neuf pays de l'UE ont déclaré qu'ils continueraient à travailler avec les groupes palestiniens parce qu'Israël n'a fourni aucune preuve à l'appui de ses accusations. «Les allégations passées de mauvaise utilisation des fonds de l'UE en relation avec certaines organisations de la société civile palestinienne n'ont pas été étayées», a déclaré jeudi Nabila Massrali, porte-parole du chef de la diplomatie européenne Josep Borrell. «L'UE continuera à défendre le droit international et à soutenir les organisations de la société civile.»

Après les raids, le personnel d'Al-Haq a retiré la tôle qui recouvrait la porte de son bureau et a juré de se remettre au travail. «Nous avons été établis ici non pas par Israël, non pas par leur décision, et nous allons continuer notre travail», a affirmé le directeur Shawan Jabarin.

Le Premier ministre palestinien, Mohammed Shtayyeh, a visité le bureau du groupe et a promis son soutien. «Il ne s'agit pas seulement d'une ONG, mais aussi d'une institution de l'État Palestinien — par conséquent, tant qu'ils travailleront dans le respect de la loi, nous serons à leurs côtés», a-t-il assuré.

Pour certains analystes, Israël a attaqué les groupes parce qu'ils étaient de plus en plus efficaces pour dénoncer la répression du peuple palestinien par l’Etat hébreux. «Je crois qu'Israël veut restreindre les activités des institutions palestiniennes de défense des droits de l'homme qui ont œuvré à soumettre des dossiers à la Cour pénale internationale et qui ont pu faire évoluer l'opinion mondiale sur les questions de droits de l'homme en Palestine», a déclaré Majed al-Arouri, expert en droits humains, à Arab News.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com